La Ronde des sorcières 2019

Cela faisait longtemps que des vaches n’avaient pas illustré un reportage. Celles-ci font leur réapparition pour cette Ronde des sorcières 2019.

Les sorcières furent bienveillantes avec le Vélo club Templeuve, Cappelle en Pévèle qui les célébrait. Elles déployèrent leurs maléfices tourbillonnants et mouillants la veille, nous laissant profiter d’un dimanche matin ensoleillé dans une campagne verdoyante.

Un parcours d’autant plus roulant en l’absence de vent, nous conduisit (pour le 90 km) de la Pévèle vers le Parc Naturel Régional Scarpe Escaut, traversant forêts de Saint Amand et de Marchiennes. Mons en Pévèle constituait le seul dénivelé du jour.

La trace GPS du 90 km que vous pouvez retrouver sur Openrunner.

Trois autres distances de 20, 40 et 60 km étaient également proposées, que vous pourrez retrouver en suivant les marques TC vertes au départ de la salle polyvalente de Templeuve. Attention pas de marquage au sol en forêt de Marchiennes pour le 60 km.

Participation : 386 cyclistes et 70 marcheurs. Merci et bravo aux neuf membres du club qui ont réussi (avec l’aide de leurs épouses) à organiser ce brevet multi activités et multi distances.

Pour ce qui est des photos, j’ai, j’en bats ma coulpe, sombré dans le « Perseverare Diabolicum », renouvelant mes tentatives de prises de vues en vitesse lente. Je ne suis toujours pas au point, au sens propre comme au figuré, et il y eut donc de la perte en ligne. D’autant qu’aux pertes directes vinrent s’ajouter les dommages collatéraux résultant de l’oubli de changement de réglage. Désolé de ne pouvoir rendre leur salut en photos à certains d’entre vous. Promis, je m’entraîne hors brevet avant de renouer avec ce mode de prise de vue.

Cette matinée ensoleillée entre deux périodes de temps maussade a de quoi rendre joyeux les organisateurs.

On scrute néanmoins avec attention l’horizon dans l’attente des participants.

Et nous voici 60 kilomètres plus loin au ravitaillement en forêt de Marchiennes.

Où arrive un groupe du VC Roubaix.

Séance photos pour ces deux participantes au 90 km…

… avec leurs accompagnateurs du jour.

C’est reparti pour les cyclos d’Anstaing.

Alors qu’arrive un groupe de jeunes cyclistes. A leur maillot, j’en déduit que c’est un groupe du Collège Saint Adrien de Villeneuve d’Ascq qui s’entraîne en vue du Trophée de France des jeunes cyclistes qui aura lieu du 04 au 07 juillet prochain.

Une petite route bucolique et bien exposée, tout incite à une halte.

Un de mes essais de prise de vue en vitesse lente.

Deux renards des sables.

On observera que ce renard est doté de deux queues. L’une à l’arrière du casque et l’autre en bas du dos.

Alors que cet autre n’en dispose que d’une. Ce correspond-t-il à une différence de statut au sein du club? Le Président des Renards des sables nous apportera peut-être une réponse.

Mons en Pévèle, seule bosse du circuit, est passée.

Une erreur de parcours, donne droit à une seconde photo.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous. Bouton en bas de colonne de droite, page Accueil.

Un Elan d’enfer – Ploegsteert 2018

Belle lumière sur le Heuveland et les Monts des Flandres pour cet Elan d’enfer 2018.

Fort heureusement les années se suivent et ne se ressemblent pas. L’an dernier, je me fracturais la cheville lors de cette randonnée. Je suis rentré cette fois-ci harassé mais sain et sauf. Cerise sur le gâteau j’ai gagné une gourde à la tombola.

Pour ce qui constitue pour moi le début de la saison VTT, le temps et le terrain étaient idéals. Sec et ensoleillé côté météo, humide mais pas détrempé pour ce qui était des chemins.

En fait d’élan d’enfer, j’optai pour un plus modeste en m’engageant sur la distance la plus courte de 25 kilomètres, l’aller et le retour en suivant depuis Lille les berges de la Deûle puis de la Lys jusque Frelinghien, procurant un complément de 50 kilomètres. Bien m’en pris car, par le fait de je ne sais quelle diablerie, le parcours annoncé de 25 kilomètres se révéla en comporter 36, GPS faisant foi.

Je ne fis donc qu’apercevoir Mont-Rouge et Mont-Noir qui étaient au menu du 55 kilomètres.

N’étant pas trop contraint en termes d’horaire et la lumière s’y prêtant, j’ai pu photographier à mon aise cyclistes et paysages.

Le retour vers Lille avec un vent de face fut un peu éprouvant, même si le cheminement le long des berges était sans doute plus abrité que sur route.

Vous pouvez retrouver la trace GPS sur Openrunner. Ne tenez pas compte de la boucle vers le 34ème kilomètre. Œuvre du Malin, d’un plaisantin ou du vent, une flèche nous fit faire le tour d’un champ de colza pour nous ramener au même point.

Peu après le départ, un chemin bien exposé. Contournement de Nieuwkerque par un chemin herbeux.   Ravitaillement, au soleil mais dans le vent. L’écharpe n’était pas de trop. Des vaches ont investi la pâture, mon vélo semble intriguer l’une d’elles. Photos de paysages entre deux passages de cyclistes. C’est plat mais il y a du vent. Les mains un peu engourdies par le froid j’ai modifié sans m’en rendre compte le réglage de la balance des blancs. Résultat, des photos en nuit américaine. Le passage en noir et blanc était le seul moyen d’obtenir un rendu acceptable. Sans doute les plus jeunes participants.

Rallye de la Ducasse Route – Fleurbaix 2018 (1/3)

Débuté sous un ciel couvert, le Rallye de la Ducasse, au départ de Fleurbaix, se terminera sous le soleil.

Collision de dates, deux brevets se déroulaient à 10 kilomètres de distance. A écouter le président du cyclo Club de Fleurbaix, cette conjonction était vécue comme une concurrence déloyale, la date du brevet de Fleurbaix étant la même depuis très longtemps. Il est dommage qu’une plus grande concertation entre clubs en début de saison ne permette pas d’éviter ce genre de situation. Ce n’est pas le seul cas et c’est sans doute plus facile à dire qu’à faire, mais quand même…

La fréquentation n’en aura pas souffert, loin de là, car avec un millier de participants sur les quatre circuits route et les sept parcours VTT, le club aura doublé l’objectif qu’il s’était fixé. Cela aura eu pour conséquence de tarir précocement certains ravitaillements, ce dont le club s’est excusé.

Le circuit de facture classique nous emmenait dans les Monts par de petites routes plaisantes. Le Ravensberg et le Mont Noir étaient au menu du 60 kilomètres.

Le vent fut une fois de plus bien présent.

Vous pouvez retrouver les circuits matérialisés par deux F jaunes et retrouver la trace GPS du 60 km sur Openrunner.

Une première halte dans la montée du Mont de Lille et une seconde peu après le ravitaillement produiront quelques photos.

Un tiens vaut mieux que deux tu l’auras, une photo avant le départ. Ils auront eu raison, partis avant moi sur le 60 kilomètres je ne les rattraperai pas. Accueil chaleureux au départ et à l’arrivée. Consignes et parcours route. La semaine dernière, ils étaient photographiés de face, les voici de dos. Le cycliste de gauche montait un superbe Mercier rose de 1974, fortuitement assorti à ligne des 100 kilomètres de Steenwerck.  Première côte, courte mais raide, du Mont de Lille. Cela faisait longtemps qu’il n’y avait pas eu un intermède, vaches.

La suite demain.

Elle est ICI.

Randonnée de la Saint Michel Route – Quesnoy sur deûle 2017 (3/3)

Fin de ce brevet champêtre et retour à un thème photographique d’il y a deux ou trois ans, les vaches.

Voici donc la dernière partie de cette belle randonnée. Et toujours des cyclistes.

Après une demi heure de halte photographique, j’hésitai à m’engager sur le 90 km. L’absence de dénivelé, de vent et de contrainte horaire, levèrent mes hésitations.

De fait, le parcours bien roulant me permit de profiter pleinement de ce circuit sans rentrer trop tard.

Les sorties étaient nombreuses ce dimanche et nous croisâmes nombre de pelotons de clubs. Je repars. Un parcours bien signalé. Ce n’était pas Monts et Moulins mais celui qui nous fut proposé était de qualité. Du choix au ravitaillement malgré l’heure tardive. Quelques belles lignes droites. L’imposante église de Dadizele, carillonnait à tout va alors que je passais. Quelques attardés. Sandwich et boisson au soleil.

Randonnée de la Saint Michel Route – Quesnoy sur deûle 2017 (1/3)

Des teintes automnales pour une randonnée qui se déroula sous un soleil à rendre jaloux certains brevets aoûtiens.

Après deux dimanches dans les Frasnes, j’aspirais à changer de pâture, Monts et Moulins au départ de Roubaix nous y entraînant également. La Randonnée de la Saint Michel au départ de Quesnoy sur Deûle ne fut pas pour autant un choix par défaut, gardant un excellent souvenir de l’édition 2016 avec un bel enchaînement dans les Monts des Flandres.

Si dépaysement il y eut, ce ne fut pas celui attendu, le circuit proposé partant cette fois vers Ypres. Ce n’est pas moi qui en ferai grief, qui ai sur ce blog regretté que certains clubs reconduisent d’année en année les mêmes parcours.

Pour n’être pas aussi accidenté que le précédent, le terrain n’en présentait pas moins de nombreuses ondulations (480 m de dénivelé) propres à éviter la monotonie.

Circuit champêtre plaisant, très bien balisé.

Cerise sur le gâteau, l’absence de vent rendit cette randonnée très roulante.

Côté photos, la moisson de cyclistes fut bonne. Posté sur la partie commune au 60 et au 90 kilomètres, je vis défiler de nombreux pelotons parfois si denses que la prise de vue en rafales de mon appareil connut quelques moments de saturation. Mon autofocus ne sut pas non plus toujours où donner du regard et plusieurs qui se seront cru photographiés ne se retrouveront pas. Ma carte mémoire mon autofocus et moi-même les prions de nous en excuser.

Un voile atmosphérique, présent une bonne partie de la matinée n’encourageait pas les photos de paysage.

Merci à la Roue Quesnoysienne pour cet agréable brevet.

Le balisage étant vertical, reste la trace GPS, consultable sur Openrunner.

Vincent et Michel parmi les premiers au départ comme à leur habitude. Trois parcours route et trois VTT étaient au programme. Le club de Lambersart sera deuxième au palmarès de la représentation. Un tien vaut mieux que deux, tu l’auras. Une photo au départ est plus sûre, les itinéraires divergeant parfois assez vite après le départ. Ils gagneront cette fois au grattage et au tirage. Le café est offert, c’est écrit. Il fait encore frais vers 8h00. Petit jeu d’assemblage. Ils tiennent le bon bout. Au pays des Géants. Ambiances variées tout au long du parcours. Revoilà nos deux Loossois. 

C’est tout pour aujourd’hui. La suite demain soir… tard.

Et la voilà.

Géant Lambert – Lambersart 2017 (2/2)

Le Ravensberg, dernière difficulté du parcours.

Après une longue portion par vent arrière, il nous faut revenir vers le Mont des Cats avec, logique retour des choses, le vent de face.

Voiture en face.
Cela faisait longtemps que je n’avais pas photographié de vaches.  Pas de photo de l’ascension du Mont des Cats. Nous voici au ravitaillement de Bailleul.  Je ne m’y attarde pas trop… … pour me poster dans la montée du Ravensberg. Les doigts dans le nez…   Le palmarès du jour.

Anstaing pour le Téléthon 2016 (3/3)

anstaing-telethon-2016-204Les vaches profitent elles aussi du beau temps et semblent peu attentives au flux des cyclistes.

Suite et fin de cette randonnée.

Episode 1Episode 2

anstaing-telethon-2016-164 anstaing-telethon-2016-165 anstaing-telethon-2016-166 anstaing-telethon-2016-167 anstaing-telethon-2016-169 anstaing-telethon-2016-170 anstaing-telethon-2016-171 anstaing-telethon-2016-173 anstaing-telethon-2016-174 anstaing-telethon-2016-178 anstaing-telethon-2016-181 anstaing-telethon-2016-182 anstaing-telethon-2016-183 anstaing-telethon-2016-184 anstaing-telethon-2016-185 anstaing-telethon-2016-186 anstaing-telethon-2016-188 anstaing-telethon-2016-189 anstaing-telethon-2016-190 anstaing-telethon-2016-191 anstaing-telethon-2016-192 anstaing-telethon-2016-193 anstaing-telethon-2016-194 anstaing-telethon-2016-195 anstaing-telethon-2016-196 anstaing-telethon-2016-197 anstaing-telethon-2016-199 anstaing-telethon-2016-200 anstaing-telethon-2016-203 anstaing-telethon-2016-205 anstaing-telethon-2016-206 anstaing-telethon-2016-207 anstaing-telethon-2016-208 anstaing-telethon-2016-209 anstaing-telethon-2016-211 anstaing-telethon-2016-212 anstaing-telethon-2016-213 anstaing-telethon-2016-214 anstaing-telethon-2016-215 anstaing-telethon-2016-216 anstaing-telethon-2016-217 anstaing-telethon-2016-218 anstaing-telethon-2016-219 anstaing-telethon-2016-220 anstaing-telethon-2016-221 anstaing-telethon-2016-222 anstaing-telethon-2016-223 anstaing-telethon-2016-224 anstaing-telethon-2016-225 anstaing-telethon-2016-226 anstaing-telethon-2016-227 anstaing-telethon-2016-228 anstaing-telethon-2016-229 anstaing-telethon-2016-231 anstaing-telethon-2016-232 anstaing-telethon-2016-233J’aurais pu rester encore quelque temps au soleil à attendre les participants mais il me fallait quand même songer à rentrer. anstaing-telethon-2016-234Bouvines, l’arrivée n’est plus loin. anstaing-telethon-2016-235 anstaing-telethon-2016-236 anstaing-telethon-2016-237Assistance mécanique assurée par les CC Anstaing. Le luxe.