Catégories
Brevet Cyclotourisme VTT

L’Orchésienne – Orchies 2022 (1/2)

Départ sous le soleil pour cette Orchésienne qui fut finalement épargnée par la pluie sauf en toute fin de matinée.

Si la nidification vint contrarier le traceur du CC Orchies pour La Printanière, ce fut la chasse qui fut cause de changement d’itinéraire pour cette Orchesienne, un passage dans la forêt de Marchiennes n’ayant pas été autorisé.

Fort heureusement, on ne chasse pas sur le terril de Rieulay et cette année encore il fut un agréable terrain de jeu mêlant monotrace, petites et grandes bosses, cheminement en sous-bois et voies plus dégagées.

Les organisateurs avaient prévu de le rendre accessibles à tous et à certains endroits deux options étaient possibles. Seule récrimination, le recours à l’anglais pour les différencier. Ainsi donc, par une perversion langagière que je réprouve et que je m’emploie à stigmatiser, facile est devenu cool et difficile, hard. L’investissement en signalétique qu’imposerait un retour à l’orthodoxie étant modeste, souhaitons en 2023 voir les F et les D remplacer les C et les H.

Ce sera le seul reproche formulé. le fléchage horizontal et/ou vertical était bien adapté et le ravitaillement varié et copieux.

Le reste du cheminement faisait emprunter secteurs, pavés chemins agricoles, chemins de halage et voies vertes. De quoi profiter des couleurs et ambiances automnales.

Je ne fus pas cette fois trahi par la technique et pus saisir, sinon tous, une partie des participants. Des photos à suivre donc.

La disparition des contraintes sanitaires vint considérablement alléger la tâche des bénévoles à l’accueil au regard de l’édition 2021.
Accueil souriant et bien organisé, comme nous en avons l’habitude à Orchies.
Lien vers les traces GPS.
La trace du 50 km que j’ai suivie.
Freddy et Philippe partis de bonne heure.
Ils ne sont pas les seuls. Je patiente donc.
Nous voici dans la montée qui donne accès au terril de Rieulay. Rien d’affreux, mais il faut quant même pousser sur les pédales.
Un peu plus loin, une monotrace plaisante.
Autre passage proposant un enchaînement de bosses.
Renard fourvoyé, tel est sans doute son totem. Il aurait du arriver par la gauche. Mais tous les chemins mènent à Rome.
Il suivait Renard fourvoyé.
Il n’a pas suivi Renard fourvoyé.
Un signaleur était là pour éviter aux cyclistes non anglophones de devoir sortir leur traducteur automatique et leur permettre de choisir entre facile et difficile.

La suite ICI.

Un peu de pub. Cliquez sur l’affiche et vous saurez tout.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet VTT

La Francis Caron – Carvin 2022

La Francis Caron, un parcours technique et intense proposé par le BAZ Carvin.

La Francis Caron est en fait la nouvelle appellation des « 3 heures de Carvin », en mémoire de son vice-président décédé.

J’avais un préjugé défavorable à propos de la formule qui consiste à faire plusieurs fois le même circuit de 12 kilomètres. J’avais tort, car loin d’être ennuyeux, celui-ci propose davantage de sensations que des boucles plus longues où l’on s’englue dans des chemins agricoles détrempés.

Même la trace est trompeuse qui laisse croire que le cheminement urbain est majoritaire. Il n’en est rien et passé le premier kilomètre, démarre une succession de monotraces en forêt qui font enchainer virages et bosses à un rythme soutenu avec, en point d’orgue, l’ascension du terril et sa descente, courte (200m) mais pentue.

Trois tours auront suffit à mon bonheur et à épuiser le crédit temps de cette randonnée qui est de trois heures (plusieurs en ont fait cinq).

Le premier tour fut laborieux, à peine un kilomètre pour s’échauffer et on aborde le sous-bois avec ses changements de rythme. On parvient au pied du terril déjà bien essoufflé (enfin moi). Je n’arriverai pas à monter sans mettre pied à terre et pousser mon vélo, mais je ne serai pas le seul, loin de là.

Les deux tronçons franchement raides de la descente se feront en grande partie en dérapage.

Le second tour, une fois échauffé et averti des pièges du circuit, paraitra plus facile. La montée du terril, elle, ne le sera toujours pas.

Le troisième tour sera piquant pour les jambes, mais consacré aux prises de vues, les arrêts cassent le rythme (enfin c’est une bonne excuse que je me suis trouvée).

Nous ne fûmes que 66 à prendre le départ. Dommage pour le BAZ Carvin qui se voit maigrement récompensé pour son investissement dans l’organisation de cette randonnée. Pour le participant, c’était par contre idéal, car dans un parcours en mono-trace ne pas être à la queue leu-leu est appréciable.

Souhaitons donc meilleure fortune au BAZ Carvin pour sa prochaine édition, mais sans excès.

Les inscriptions ont débuté.
Départ groupé à 8h30, le contrôle au sommet du terril et donc la comptabilisation des tours s’achevant à 11h30.
Départ en deux groupes pour éviter l’engorgement à l’entrée du bois.
J’attendrai mon troisième tour pour effectuer quelques prises de vues.
Fin de la montée du terril.
Pointage des tours au sommet.
Second passage franchement raide de la descente.
Franchi sans difficulté par ce participant qui fera cinq tours.
Il est déjà loin.
Et absorbe la bosse sans effort apparent.
Un parcours bien fléché à la chaux et des piquets par endroits.
Il commence à pleuvoir, j’en reste là pour les photos.
Boisson sandwich comme il se doit.
L’heure des récompenses pour ceux qui ont fait le plus de tours, avec une tombola bien dotée.
Ma plaque de cadre attestant de mes trois tours, un rond et deux étoiles.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme VTT

La Printanière VTT – Orchies 2022 (1/2)

Lever de soleil prometteur sur la route d’Orchies conduisant à la Printanière organisée par le CC Orchies

La Printanière le fut effectivement malgré une température franchement basse au petit matin. Mais le soleil fit son oeuvre en nous réchauffant et en éclairant superbement une Pévèle verdoyante et en fleurs.

Printanière elle le fut également pour les organisateurs qui durent se conformer au rythme biologique de Dame Nature et se virent refuser la traversée de zones de nidification sur les parcours VTT, nous privant entre autres de passages en sous-bois. Restaient secteurs pavés, voies vertes et chemins agricoles. Le terrain étant particulièrement sec, le parcours était bien roulant malgré un vent du nord soutenu.

600 cyclos et vététistes firent le déplacement, source de désappointement pour les organisateurs au regard de la fréquentation antérieure mais ce nombre rendrait jaloux plus d’un club.

Le froid annoncé me fit donc faire une parenthèse VTT alors que j’avais repris le vélo de route. Ce fut sans regret et après une hésitation à la bifurcation, car venu de Lille et y retournant en vélo, j’optai pour le parcours le plus de 48 km.

Plusieurs secteurs pavés de Paris Roubaix étaient au menu constituant une bonne mise en condition pour la prochaine Nuit des pavés.

Au risque de me répéter d’un brevet à l’autre, l’organisation du CC Orchies est toujours excellente et accueil, fléchage et ravitaillement furent de qualité.

Bonnes conditions pour les prises de vues, la suite donc en images.

La trace du 48 km que l’on peut retrouver sur Openrunner
Distribution des cartes d’inscription à l’entrée.
A 8h00, les participants se font encore rares, sans doute ont-ils préféré attendre une remontée de la température matinale.
Les Renards sont là mais ils partiront avant moi et je les saisirai pas dans leurs oeuvres.
Fléchage au sol et vertical selon les endroits. Les traces GPS étaient téléchargeables.
Le pavé des Chemins des prières, premier rencontré, était particulièrement bien exposé, mais il était encore tôt et mieux valait poursuivre qu’attendre le chaland.
Je m’arrête pour une photo de paysage…
… et voilà qu’arrivent des cyclistes…
… que vouliez-vous que je fisse ?
Bifurcation entre le 15 km et les distances plus longues, je m’arrête bien sûr.
Un peu plus loin, le pavé du Nouveau Monde est lui aussi bien éclairé.
Planté sur le bas côté pour forcer mes camarades de jeu à emprunter le pavé, celui-ci attendra vraiment le dernier moment pour bifurquer.
Plus de cycliste à l’horizon, j’en reste là pour ce secteur et reprends ma route.

La suite ICI.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet VTT

Pat Lys – Lys lez Lannoy 2021

Un beau lever de soleil laissait espérer une Pat Lys bénéficiant d’un temps plus clément qu’annoncé, malheureusement il n’en fut rien.

Desservis par une météo plus qu’exécrable, les organisateurs de cette Pat Lys 2021 auront été bien mal récompensés de leurs efforts. 150 participants seulement ont fait le déplacement, ce qui est nettement inférieur à la fréquentation habituelle.

Côté protocole sanitaire, tout avait été organisé dans les règles : contrôle du Passe Sanitaire, port du masque, ravitaillements sous emballage.

Le balisage constitué de flèches jaunes sur fond bleu était bien visible.

Bref, tout avait été prévu pour que cette édition 2021 se déroulât de la meilleure façon. Les conditions que l’on peut qualifier d’hivernales vinrent un peu (beaucoup ?) gâcher la fête.

Prévoyant de parcourir le 55 km je me rabattrai sur le 35 km, aidé en cela il faut le dire par une bifurcation pas très visible, ce que confirmèrent plusieurs participants qui, comme moi, constatèrent parvenus au ravitaillement qu’ils avaient également manqué l’embranchement.

Mais ce serait de la mauvaise foi de ma part que d’en tenir rigueur aux organisateurs car je fus tenté, quittant le ravitaillement de couper court vers le lac du Héron pour rentrer chez moi.

Finalement, je persévèrerai, mais parvenu au 33ème kilomètre, trempé et transi, l’honneur étant à peu près sauf (j’aurai finalement parcouru plus de 50 km à partir de mon domicile), je bifurquerai vers Forest sur Marque. La pensée de retrouver humidité et froid pour rentrer chez moi après une pause à l’arrivée pesa beaucoup dans ma décision.

Merci aux organisateurs pour cette édition 2021 et bravo aux courageux qui auront parcourus les 55 km voire, j’en frissonne, les 70 km.

Ce n’était pas un temps à mettre un appareil photo dehors. Prévoyant, j’avais pris ma Gopro étanche. Elle servit peu, l’objectif étant rapidement maculé de gouttes. Mini reportage donc.

Pour revoir l’édition 2019 plus clémente. CLIC

Le tracé tronqué du 35 km.
Contrôle du Passe sanitaire.
Stand café et pause de bracelet.
Faut-il préciser que le parcours fut humide et boueux?
Le ravitaillement du 35 km.
Il suffirait de continuer tout droit pour rentrer au plus court.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.