Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (5/5)

Le pavé de Vertain, un des lieux emblématique de Paris Roubaix.

Fin de cette série avec des photos prises au ravitaillement de Bouvines, sur les secteurs pavés conduisant au Carrefour de l’Arbre et enfin au Vélodrome. Je commence à sentir les effets du vent contraire et suis moins tenté par des haltes photographiques.

Pavé et moulin en arrière plan est la perspective préférée, même si le positionnement du soleil favorise les contre-jour.

Comme le dira un des ces cyclistes, « faut pas s’arrêter trop longtemps ».

Le secteur pavé qui part du moulin nous attend et le ravitaillement de Bouvines n’est plus très loin.

Ravitaillement précédé d’un court tronçon pavé récemment refait. Rien de bien méchant donc, d’autant qu’il descend.

Ravitaillement animé.

Ambiance estivale côté couvre-chefs.

Philippe, responsable du ravitaillement, donne le ton.

Michel au stand technique…

… aura consommé tout son stock d’huile. Les chaînes « chantent » après 100 kilomètres, malgré un terrain plutôt sec.

Encore ou plus que 32 kilomètres, selon la forme.

Direction, à gauche toute, pour rejoindre le Carrefour de l’Arbre, par des détours… pavés bien sûr.

Dernier regard sur l’église Saint Pierre de Bouvines au profil si caractéristique.

Le Carrefour de l’Arbre n’est plus qu’à quelques coups de pédales.

A peu près le même endroit, quelques semaines plus tôt.

En voilà qui sont attendus…

… et encouragés.

On y attend les coéquipiers…

Encore combien de secteurs pavés demande cette participante.

Et voici le Vélodrome, la file de droite nous attend.

Certains prennent le virage en hauteur.

Pour ma part je suivrai la ligne bleue, même si elle n’est pas des Vosges.

Un podium qui sera très fréquenté.

Retrouvailles avec le couple photographié au Carrefour de l’Arbre. Ils ne sont pas sur le podium mais ils ont été jusqu’au bout.

Les bénévoles sont aussi présents à l’arrivée, ici pour faire sonner la cloche à chaque nouvel arrivant.

Distribution des sandwichs.

Pour le cadeau souvenir, c’est par là.

Freddy, après avoir bouclés les 130 kilomètres en éclaireur (Cf. 1/5), à la distribution des pavés.

Stand double, soutien à la sauvegarde du secteur pavé d’Arenberg…

… et application de la remise pour les adhérents FFCT.

FFCT présente en la personne de son chargé de mission Développement durable…

… et du président du Comité départemental.

Un maillot sympathique.

Pour Gérard, président du VC Roubaix Cyclotourisme, le plus gros est fait mais tout n’est pas terminé pour autant.

Après avoir photographié ces VTT…

… je ne pouvais pas moins faire que de prendre leurs pilotes.

Epilogue : voici ce que nous avons trouvé lors du défléchage. Et la bouteille était pleine.

Pour être informés des prochaines parutions, abonnez vous (Bouton en bas de colonne de droite de la page Accueil).

Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (1/5)

Belle édition pour ce Wallers-Roubaix VTT avec un nouveau parcours riche en secteurs pavés. Seul le vent aura contrarié les participants.

Succès mérité pour le VC Roubaix avec cette édition 2019. 1725 participants s’étaient donné rendez-vous, dont 400 au départ de Roubaix pour une « petite » boucle de 60 kilomètres.

Pour les autres, 125 kilomètres au départ de Wallers avec au menu 36 secteurs pavés, sur un parcours totalement renouvelé. Voies vertes, traversées de terrils apportaient une note de diversité à ce parcours secouant.

La pluie nous fut épargnée mais, comme souvent, la contrepartie en fut un vent soutenu, contraire sur pratiquement les deux tiers du parcours. La dernière petite côte, à l’entrée de Roubaix, procura un dénivelé ressenti, bien supérieur à celui calculé.

Les ravitaillements, bien répartis et bien organisés, étaient abondants et variés.

Labellisé, Verte tout terrain par la FFCT, ce raid était soumis à un cahier des charges en matière de respect de l’environnement et notamment s’agissant du fléchage. Vertical en campagne et au sol sur route, le balisage conduit chacun à bon port sans errement.

La suite en images.

4h45, le Boulevard Motte qui conduit au Vélodrome est quasi désert. Quelques gouttes tombent, laissant redouter une randonnée humide. Météo France se trompe parfois.

Ma Gopro qui à cette heure veut bien encore fonctionner correctement produit, la pluie aidant, de beaux effets de lumière alors que j’arrive au Vélodrome.

Bus et remorques sont là, les bénévoles du VC Roubaix, également.

Les participants arrivent.

Les remorques se remplissent.

Attention à ne pas tomber lors du chargement des derniers vélos.

Petit saut spacio-temporel. Nous sommes arrivés sur le site de départ, sous un ciel qui demeure menaçant et dans la fraicheur.

A l’intérieur du local d’accueil, l’ambiance est nettement plus chaleureuse.

Accueil des inscrits.

On peut déposer un bagage et le retrouver… à Roubaix bien sûr.

Stand café.

Consignes, indications sur le parcours et le balisage. Tout y est!

Certains rongent leur frein (c’est une image bien sûr) en attendant l’heure de départ.

Philippe est arrivé par le premier bus…

… ainsi que Freddy avec pour mission de vérifier que toutes les flèches sont bien encore présentes.

Patrick qui gère le point de départ, téléphone en main.

Le vélo du 1er inscrit et derrière, le second avec son pilote lui.

Mais voici le 1er inscrit.

Derniers ajustements.

Petit grain bien mouillant. Mieux vaut attendre.

Les premiers partants, sans attendre l’heure officielle.

Le départ officiel s’organise…

Sous le regard des journalistes de la chaîne Weo, venus faire un reportage sur l’évènement.

Une dernière photo pour tromper l’attente.

Dérogation pour cette vététiste… photographe.

C’est parti!

Avec un petit tour de site avant de rejoindre le circuit.

Eclaircie en vue.

Les Renards des sables, prennent le temps d’une photo. Nous traverserons leur territoire.

A mon tour de partir.

Première halte à la fin du premier secteur pavé. C’est humide.

Passage de renard.

Fin du second secteur pavé. On devine au loin le chevalement de Wallers Arenberg.

A suivre, avec un tronçon plus ensoleillé.

La suite est LA

Pour être informés des nouvelles parutions abonnez-vous, en cliquant sur le bouton en bas de la colonne de droite (Page d’accueil).

Nuit des pavés 2019 (3/3)

La nuit et les pavés sont là, à l’approche de Bouvines.

Voici donc la dernière partie de cette trilogie. Comme indiqué au début, les prises de vues  nocturnes ne permettent pas toujours de reconnaître les sujets, mais traduisent davantage l’ambiance de cette randonnée.

Quelques photos sur le tronçon entre Bouvines et Gruson, que j’emprunte à contre-sens pour rejoindre le carrefour de l’Arbre. Un des premiers partants… … manifestement heureux d’être là… … et le papa également. Plusieurs s’arrêteront pour admirer ce coucher de soleil flamboyant. Au carrefour de l’Arbre, deux signaleurs sont postés pour aider à traverser la départementale. Ils n’ont pas eu très chaud. Signalétique de Paris Roubaix et de la Nuit des pavés cohabitent. Une crevaison, mais le groupe là pour aider à la manœuvre. Tentative de prise de vue à la lumière d’un projecteur. La technique est prometteuse mais demande pour de meilleurs résultats au moins une seconde source lumineuse et un objectif disposant d’une plus grande ouverture. A étudier d’ici l’an prochain. Jean-Michel prend des allures d’extra-terrestre. Jean-Louis du VC Faumont, reconnaissable malgré le flou. Fin des photos sur le parcours et retour à l’accueil. Ils sont trois, mais tels les mousquetaires… … un quatrième règle le retardeur… … et les rejoint pour la photo.

NB : la référence aux Trois Mousquetaires porte, bien sûr, sur le nombre et non sur le réglage du retardateur. Si A Dumas commit un anachronisme en faisant traverser à ses héros un champ de pommes de terre, il n’alla pas jusqu’à les faire se photographier.

Une belle balafre qui démontre que casque et lunettes ne sont pas complètement inutiles dans la pratique du VTT. Content que l’on ait retrouvé ses lunettes. Catherine en termine. Manifestement contente de sa randonnée. Patrick, qui a conçu le parcours, en flagrant délit de gourmandise. Jean-Louis, au centre, plus net une fois à l’arrêt. Le rangement est déjà bien engagé, mais il reste une table et des victuailles pour les arrivées tardives. Le dernier arrivant, le voici.

Nuit des pavés 2019 (2/3)

En attendant la nuit, effets de lumière sur l’église Saint Pierre de Bouvines.

Suite de cette Nuit des pavés qui n’en est qu’au crépuscule, toujours sur le premier secteur pavé.

Court arrêt pour une photo de groupe… … et c’est reparti. On longe cette belle ferme à cour carrée, pour rejoindre la Marque, non sans avoir pris le temps d’admirer son porche au fronton ouvragé.Photo d’archive, comme il est d’usage de le préciser. Gros plan sur la chaine et ses ondulations. Celle-ci est pas mal non plus. Nouveau passage, après un retour au stand pour ennui mécanique. Il est temps d’aller faire un tour du côté du carrefour de l’Arbre qui doit être fréquenté.

La suite dans la semaine.

C’est en ligne.

Nuit des pavés 2019 (1/3)

Pour sa deuxième édition, La nuit des pavés, organisée par le VC Roubaix partait de Bouvines.

Licencié depuis cette année au VC Roubaix, j’ai participé pour la première fois à l’organisation d’un brevet. Le reportage seront donc étoffé de quelques images relatifs aux préparatifs. La reconnaissance (pour ceux qui n’ont pas participé) est en vidéo.

Le parcours très champêtre et roulant était constitué de deux boucles passant par Bouvines. La première de 20 km qui suivait la Marque pour revenir vers le carrefour de l’Arbre, puis Gruson. La seconde, de 20 km, partait vers Fretin et son marais puis allait vers Templeuve, emprunter le secteur pavé du Moulain de Vertain.

Le cheminement est varié traversant zones humides, champs, bois et bien sûr secteurs pavés.

Le fléchage aura tenu bon malgré de nombreuses malversations. Le balisage de la seconde boucle n’était pas terminé que déjà des panneaux avait disparu. Un nouveau fléchage l’après-midi même et une dernière vérification avant le début du brevet auront été nécessaires pour assurer la fiabilité du balisage.

250 participants, s’étaient donné rendez-vous pour cette seconde édition.

Des photos bien sûr, celle prises de nuit et sans flash ayant plutôt valeur de photos d’ambiance, mais certains se reconnaîtront malgré le flou. D’autres ne se verront pas car mon autofocus a eu des faiblesses en basse lumière.

Prochain rendez-vous du VC Roubaix en VTT, Wallers Roubaix, le 5 mai. Si vous voulez disposer d’un aperçu, vous pouvez visionner la vidéo de la reconnaissance.

Flécher, faire ce que d’autres s’emploieront à défaire. Pieu solidement enfoncé. La signalétique du Paris Roubaix est déjà en place. Le moulin de Vertain. Les pros s’entraînent et nombreux sont ceux qui sont venus les voir passer. Manque de flèches, on en fabrique sur place. Le jour J, l’essentiel est là. Ravitaillement à l’extérieur, il faudra bien se couvrir. Affichage de l’itinéraire et des consignes. Robinets pour remplir les bidons. Les postes de lavage installés à l’extérieur ne serviront pratiquement pas, c’est vous dire si le terrain était sec.Premiers arrivants.Pas peu fier le gaillard de participer à la Nuit des Pavés, il terminera la boucle de 20 km. Rouge et blanc, LOSC et VCR, mêmes couleurs. Inscription en famille. Parcours, balisage et consignes sont affichés. La table d’inscription est opérationnelle. Le photographe l’est aussi. Explications orales pour les premiers partants. Le premier signaleur n’est pas encore en poste. C’est parti, suivez les flèches. Ca y est, Régis est là pour aiguiller. Le 45 km emprunte également la boucle du 20 km. Premier secteur pavé, pour l’instant vierge de cycliste. Le temps d’une photo de paysage. Mais voici les premiers partants. Un petit coup d’oeil en arrière et le voilà sur la photo. Les vaches demeurent indifférentes au défilé des cyclistes et suivent leur rituel vespéral.

La suite dans la semaine. Avec le Brevet de Harnes et Paris Roubaix, j’ai fort à faire.

La suite est en ligne.

Les 3 heures de Lallaing VTT – Lallaing 2019

Lac norvégien? Non, terril de Lallaing. Je n’arrête pas de le dire à ma femme qui n’aime qu’à voyager, l’exotisme est au coin de la rue.

Agréable brevet proposé par les Randonneurs Lallinois avec au menu trois terrils, ceux de Lallaing, Sin le Noble et Râches. Le terril de Lallaing, accessible de façon restreinte, vaut le déplacement avec ses nombreux « lacs ».

Le parcours, très champêtre, est varié avec passages en forêt, routes pavées, chemins agricoles.

Dommage que le beau temps ne fût pas au rendez-vous. Cela eut sans doute une influence sur la fréquentation, d’autant que les prévisions de Météo France annonçaient une pluie continue. De fait quelques averses vinrent nous rafraichir, mais rien d’affreux. Le vent par contre étaient bien présent et certains tronçons rectilignes invitaient à adopter une position de conduite aérodynamique où à trouver un lièvre bienveillant.

Les conditions n’étaient pas franchement idéales pour les photos et il fallait composer avec une faible luminosité et les passages pluvieux. Je ne revins pas bredouille pour autant.

A 7h30 la salle est encore vide, ce qui permet d’admirer la peinture murale qui l’orne.

Cathy du VC Roubaix toujours dans les premières à s’inscrire. Un facétieux membre du CC Orchies. Je m’arrête pour le paysage… … et en profite pour saisir deux cyclistes. Les réglages ne sont pas encore au point, un peu de flou dans les photos qui suivent. A la sortie de la petite montée, un passage boueux en virage qui surprend. Ca passe avec le sourire. Petite observation qui relève sans doute de la psychologie comportementale. Il a suffit que je me poste au bord de cette flaque pour que plusieurs empruntent ce tronçon alors qu’avant mon déplacement tous prenaient plus à gauche en terrain sec. Passage pavé avant d’aborder le terril de Sin. Une photo floue mais colorée se transforme en pseudo aquarelle. Merci Photoshop. Franchissement d’un petit fossé dans le terril de Sin. Ravitaillement joyeux. J’ai eu droit ce dimanche aussi à une roue arrière. La salle cette fois bien remplie.

Et merci aux Randonneurs Lallinois.

Rando VTT Annaysienne – Annay sous Lens 2019 (5/5)

La densité de cyclistes à ce premier ravitaillement, commun à toutes les distances, pouvait faire craindre des files d’attente pour atteindre les tables mais finalement l’accès était fluide.

Voici donc la fin de ce reportage.

J’avais espéré dans la dernière séquence obtenir de beaux effets de filé, mais faute d’avoir pris la peine de vérifier ma vitesse d’obturation, ce fut raté, celle-ci étant trop élevée.

Nos deux compères profitent d’être dans le champ… … ils auront droit à une photo personnelle. Publicité inhabituelle dans les brevets…ça reste du sport. Les ravitailleurs ne chôment pas. Sans doute les plus jeunes participants. La famille réunie. Petit détour en creux et bosses. Ceux qui ont coupé n’auront pas eu droit à la photo. Petite bosse dont la descente fera hésiter certains. Ravitaillement du 45 km. Le choix est limité malgré une livraison supplémentaire, mais il reste de quoi boire et manger. Pas de rupture de stock à l’arrivée, tout le monde sera servi. Beau palmarès.