La Terrible – Beuvry 2020 (2/2)

Après recadrage de la photo, cette Terrible 2020 aurait presque des allures de montagnarde. De fait le dénivelé était au rendez-vous, au moins par accumulation des ascensions.

Suite en images de cette randonnée au départ de Beuvry.

On descend droit dans la pente.

Le cyclotourisme c’est aussi prendre le temps de s’arrêter.

Une nouvelle crevaison. Ce ne sera pas la dernière.

Un peu de plat.

Ce qui s’appelle, voir le bout du tunnel.

La pluie s’intensifie. Changement de tenue.

Un nouveau terril nous attend.

Allez, on repart?

Ravitaillement au pied des pistes de ski.

Le vent était mordant.

Ca se confirme.

A quand des tronçons de VTT de descente?

LudoFlam dont vous pouvez retrouver les reportages sur sa chaîne Youtube et bien sûr sur Cyclos Hauts de France.

C’est reparti en suivant les pistes.

En plaine, c’est mouillé.

Ca coince.

Descendre…

… monter…

… les sisyphes du vélo à la peine. Elle était dure même à pied.

Fifi était là.

Mieux valait regarder avant de traverser.

Montée dans une ambiance printanière.

L’heure des choix, le 37 tout droit, 45 et 55 à droite.

Ceux qui avaient un regret pouvaient (mais ce n’était pas indiqué) prendre un gros raccourci pour rejoindre le ravito.

Mais c’eût été dommage de rater le terril de Grenay et son superbe point de vue.

La trace part bien à gauche mais difficile de contrôler sa trajectoire sur terrain gras.

Nouvelle descente un peu raide.

Pour l’instant tout va bien…

… ce n’est plus vraiment la route, mais tous les chemins etc…

Tout droit, ça passe.

Une de plus.

La photographe officielle.

Second ravitaillement. Le doigt pointé vers moi n’est pas une marque d’hostilité mais le signalement d’un pneu arrière franchement en basse pression.

Il faut se rendre à l’évidence, il s’agit bien d’une crevaison.

Mais je trouverai assistance auprès d’un des ravitailleurs…

… au centre de la photo. Merci à lui.

La photographe à visage découvert, dans une montée qui pique un peu les jambes après mon arrêt prolongé au ravitaillement.

Beau point de vue également du terril de Mazingarbe.

Passé Mazingarbe, l’itinéraire devient plus roulant, sur le 45 km tout au moins.

Sans commentaire.

Un peu de couleur dans la grisaille.

Le tracé fait des méandres à la recherche de dénivelé.

Tenté un instant par un retour rapide, rive gauche, je reviendrai rive droite pour suivre le parcours complet…

… qui exploitera au maximum les ressources en monotrace.

Merci au Club Léo Lagrange pour ce parcours animé.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

La Terrible – Beuvry 2020 (1/2)

Des terrils pour la Terrible, tel pourrait être le sous-titre de cet article. Il y en avait en effet plusieurs sur les différentes distances proposées par le Club Leo Lagrange VTT de Beuvry.

La Terrible valait le détour et ma déconvenue de la semaine passée, pour cause de changement de date, fut vite oubliée.

Beaux parcours que ceux proposés par le Club Léo Lagrange VTT de Beuvry avec plusieurs terrils au menu. Je ne connaissais pas ce secteur, la découverte fut pleine de bonnes surprises. Du dénivelé, de nombreux secteurs monotrace et de larges points de vue sur les environs.

Le tracé tirait parti de toutes les bosses et se faisait parfois très sinueux à cette fin.

Si le sol était gras et bien glissant par endroits, ce ne fut pas la boue de la Pévèle.

Bref, envie d’y revenir par temps sec.

Le balisage au sol était de qualité et ne laissait pas de place au doute,même dans les passages boisés.

Une erreur de manipulation me fit effacer le tracé du parcours de 45 km avant de l’avoir enregistré. Une âme charitable et coopérative communiquera peut-être un lien vers une trace.

Le vent était toujours de la partie et la pluie se fit discrète. Si un grain ou deux incitèrent certains à enfiler leur coupe pluie ce n’était pas vraiment indispensable.

Comme d’habitude, la suite en photos.

Application.

Décontraction.

Le kit du baliseur.

Ca démarre tranquillement.

Mais même en ville, la moindre bosse est exploitée.

Premier monotrace à largeur…

… et hauteur limitées.

Les organisateurs avaient fait le pari d’un balisage uniquement au sol, celui-ci aura bien résisté aux intempéries et sera demeuré très visible.

Mieux vaut tenir sa droite.

On monte.

On monte encore.

On monte toujours.

Mais les meilleures choses ont une fin.

Parfois on monte et on marche.

Ce tronçon montant demeure roulant…

C’est parti pour une séquence prise de vues.

La suite demain soir sans doute.

La suite est LA.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

La Leforestoise – Leforest 2020 (2/2)

De deux à quatre terrils étaient proposés selon les distances par cette Leforestoise 2020 qui faisaient concurrence à Mons en Pévèle en matière de dénivelé.

Suite de ce reportage sur la Leforestoise 2020 avec le terril de Leforest et celui d’Evin Malmaison. Comme promis, la trace du 40 kilomètres.

La trace téléchargeable sur Openrunner.

Dernier regard sur le cloché empaqueté de Mons en Pévèle.

Un début de descente plutôt roulant…

…qui devient rapidement glissant…

… puis franchement collant.

Comme pour la Ronde verte de la Pévèle, pas d’incursion sur le terril de Thumeries que nous nous contenterons de longer cette année.

Retour à Leforest, mais ce n’est pas fini pour autant. Le terril nous attend.

La descente terminale qui constitue toujours un bon endroit pour quelques photos de cyclistes.

Quand un Renard des sables, croise un autre Renard des sables… ils papotent.

Premier passage étroit…

… passé sans difficulté.

Là, c’est moins bien engagé…

Mais plus de peur que de mal, notre jeune cycliste repart gaillardement.

Dernier terril, celui d’Evin Malmaison.

Une fois descendu, il faut remonter.

Et redescendre.

On retrouve le canal de la Deûle, Leforest n’est plus très loin.

Dernier tronçon boueux.

Clap de fin sur une note tonique.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

La Leforestoise – Leforest 2020 (1/2)

Lever de soleil prometteur pour cette Leforestoise 2020 mais qui n’aura pas suffi à convaincre davantage de participants.

Une fois de plus il fallait prendre des risques au regard des sombres prévisions météo pour participer à cette Leforestoise. Hélas pour les organisateurs, l’avis de tempête en dissuada plus d’un de venir. Si 300 participants dont 180 vététistes est un score honorable, on est loin de la fréquentation habituelle.

Dommage, car finalement il ne plut pas et seul le vent vint jouer les trouble-fête. Le terrain s’il fut boueux par endroits se révéla plutôt roulant. Les ambiances variées chemin agricole ou de halage, secteur pavé, mono trace, terril, font de ce brevet une plaisante randonnée.

Quatre circuits VTT étaient proposés. La nécessité d’être de retour à une heure pas trop tardive me fit opter pour celui de 40 km (dont je mettrai en ligne la trace dans la seconde partie) me privant du terril des fosses 9 et 9 bis de Oignies.

Souhaitons que les organisateurs tirent financièrement leur épingle du jeu avec les cyclos et marcheurs également de la partie. Merci à eux en tout cas.

Outre les photos d’ambiance, trois séquences cyclistes en action dans ce reportage. Mon en Pévèle, le terril de Leforest et un chemin peu après le second ravitaillement.

Pour revoir l’édition 2019, cliquez ICI et LA.

Les tables vides, passé 8 heures, ne laissent guère présager la fréquentation habituelle de ce brevet.

Les organisateurs gardent néanmoins le sourire.

25 km c’est peu, mais 40 c’est beaucoup pour un renardeau.

En tout cas les voila partis…

… et photographiés par Dominique de Vélodom.

La signalétique fait feu de tout bois, si l’on peut se permettre l’expression dans la circonstance.

Vue classique ces derniers dimanches.

Chemin sec et vent dans le dos, ça roule vers Raimbeaucourt.

25 km c’est quand même court, alors continuons tout droit.

Les traces de la Lefrorestoise font par moments route commune avec celles de la Ronde verte de la Pévèle de dimanche dernier.

Ici vers Mons en Pévèle.

Le Pas de Roland franchi, on emprunte cette descente bien connue, mais il ne fallait pas rater la bifurcation à droite…

… qui nous faisait suivre un chemin d’apparence tranquille mais finalement très piégeux.

Ca glisse vraiment fort pour une renardeau.

Le ravitaillement est à quelques dizaines de mètres de la sortie du chemin et offre en suffisance de quoi se remettre.

Une photo de groupe avant de repartir.

La suite demain peut-être, mais pas sûr.

C’est fait.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Chicon bike tour – Faumont 2020 (3/3)

Camaieu de marron sur le terril d’Evin Malmaison, au programme de la boucle de 48 km du Chicon bike tour 2020.

Dernière partie de ce Chicon bike tour 2020, avec le terril d’Evin Malmaison et le retour vers Faumont.

Courte descente …

… suivie d’une montée, difficile pour les anglophones.

Jusqu’ici tout va bien.

Du rarement vu je pense, décollage de semelle pour un Renard des sables.

La réparation de fortune à laquelle j’aurai contribué en apportant un colson de ma boite à outils. Moralité, on a toujours besoin d’un colson sur soi.

Ca monte à pied un peu partout.

Mais pas que…

Droit dans la pente.

Une pompe neuve non testée. Résultat, ce vététiste se trouva fort dépourvu quand la crevaison venue il ne sut gonfler sa chambre à air. Je perdrai une rondelle de la mienne dans une tentative de conversion Schrader/Presta. Je n’ai pas encore fouillé dans mon stock de pièces détachées pour tenter de la remettre en état.

Non, ce n’est pas une cible vivante qu’il faut percuter dans la descente mais un promeneur au pull suggestif pour le vététiste adepte des jeux vidéo.

Juste pour la couleur et la posture des promeneurs de chiens.

Plan incliné ou escalier? Devinez ce que j’ai choisi.

Pour la perspective.

Second passage au ravitaillement.

Petit jeu du photographe photographié avec Jean-Louis.

Chemin de retour qui démarre tranquillement.

Le bas côté semble une option plus sûre.

Ca se confirme.

Des différents états de la boue…

Mons en Pévèle est en vue.

Là encore il est possible de panacher les circuits et de raccourcir ceux de 34 et 48 km.

Pas vraiment le temps de profiter de la vue, cet étroit chemin qu’il vaut mieux descendre que monter nous attend.

Ca coince.

La boue fait du dégât dans les transmissions, ici un vététiste en délicatesse avec sa chaine.

Glissade et fente avant. Ca vaut pas mal de points en figures libres.

Belle descente rectiligne avec vue.

Un passage viabilisé qui il y a quelques années pouvait être franchement galère.

Changement de direction abrupt dans une descente qui rend toujours difficile la négociation de ce raidillon.

Le véhicule d’assistance en action.

Un secteur pavé bien exposé, mais il est déjà tard et ne ferai, à regret, que quelques clichés.

Direct avec boue ou pas boue plus deux kilomètres. Je ne suis pas sûr que je reprendrais l’option 1.

Le démarrage est sans problème…

… mais ça ne durera pas très longtemps.

Grosse séance de nettoyage à la maison en perspective.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Chicon bike tour – Faumont 2020 (2/3)

Sortie du Terril de Leforest, le ravitaillement n’est pas loin.

Suite de ce Chicon bike tour 2020, avec la fin des photos prises sur le terril de Leforest et le parcours vers Evin Malmaison.

La trace du 48 kmn disponible sur Openrunner.

Je poursuis ma route (envie pressante à gauche).

La garde montante croise la garde descendante.

Pratique : les trois parcours et le kilométrage restant. Le panachage est possible.

Il en restait encore pas mal au second passage.

La soupe, toujours appréciée.

Photo de groupe pour le CC Annay. Ne ratez pas leur brevet le 23 février. Toutes les infos sur Cycloshdf.fr.

Attente (envie pressante au fond).

C’est reparti.

Monotrace sur le talus du plan d’eau.

Retour à la boue en bas du talus.

Philippe et Freddy, duo souvent photographié, me rattrape. Cette fois, c’est Philippe qui est en tête. Pas de chance, on ne verra que son dos.

On débouche sur le chemin de halage.

A droite c’est plus difficile (enfin si l’on comprend l’anglais).

De fait, pas vraiment le temps d’anticiper cette courte mais raide déclivité.

Ca monte un peu.

A droite, c’est le terril d’Evin Malmaison (envie pressante à droite).

Troisième et dernière partie, demain soir sans doute.

Avec retard, mais c’est FAIT.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Chicon bike tour – Faumont 2020 (1/3)

Ambiances variées pour ce Chicon bike tour organisé par le Vélo Club de Faumont. Tout ne sera pas aussi roulant que ce paisible chemin forestier.

En voyant apparaître la Randonnée du chicon dans certaines annonces de la manifestation en lieu et place du Chicon bike tour, j’avais un temps cru que les organisateurs avaient rompu avec ce fâcheux travers qui consiste à donner à tout des noms à sonorité anglo-saxonne. Les tenants de la pseudo modernité ont du hélas l’emporter et l’appellation Chicon bike tour a subsisté.

Ce fut ma seule déception car le circuit proposé par la Vélo Club de Faumont est toujours aussi plaisant, avec des terrains variés : chemins agricoles, forestiers, de halage, secteurs pavés, mono traces en forêt et bosses sur les terrils.

Cette randonnée devenue désormais « une classique » a attiré plus de 1300 participants, selon les informations données à un ravitaillement (pressé par le temps je ne suis pas repassé par le point d’accueil au retour). Une jauge de mon point de vue à ne pas dépasser, avec la configuration actuelle des circuits.

Le fléchage était bien positionné et visible.

Le circuit de 48 km proposait une incursion sur le terril d’Evin Malmaison, agréable terrain de jeux avec ses montées et descentes parfois raides et un beau point de vue sur les environs.

Parti plutôt tard, compte tenu de ma vitesse moyenne de déplacement et ne souhaitant pas rentrer trop tard, j’ai du limiter les prises de vues sur les terrils de Leforest et d’Evinmalmaison. Le secteur pavé menant de Mons en Pèvèle à Faumont, était particulièrement bien exposé et ce n’est pas sans frustration que je renonçai une halte plus prolongée.

La suite en photos et en trois épisodes.

Revoir l’édition 2019.

Il y a déjà foule à mon arrivée, un peu plus tardive qu’à l’ordinaire certes, mais qui laisse prévoir une fréquentation élevée.

Les renards sont prêts à partir et comme souvent, les renardeaux sont de la partie.

Les participants continuent d’affluer.

C’est parti, les flèches vertes nous guideront sans faillir.

D’autres continuent d’arriver alors que nous partons.

Au signaleur, tournez à gauche.

Le ton est rapidement donné, boue au menu.

Une portion plus roulante.

Dos d’âne…

… je parle pas bien sûr de celui du cycliste qui me précède.

Envie très pressante de l’aveu même du protagoniste.

Roue arrière du cycliste de gauche pour passer la flaque.

Prudence encore à cette heure sur les portions asphaltées, le verglas est toujours bien présent.

Dominique de Vélodom dans ses œuvres. Pour voir son reportage, CLIC

Vélo abandonné ?.

A gauche pour les 34 et 48 km.

Les voies vertes demeurent roulantes.

Entrée sur le terril de Leforest. A gauche, Jean Louis du VCF en route vers le haut de la première côte pour une séance de prise de vues. On reconnaît le photographe d’expérience au pliant porté en bandoulière.

On commence par grimper, comme il se doit.

Puis on redescend.

Au pied de la descente je ferai une halte photographique.

Evaluation.

Action.

Un peu flou. Les photos c’est comme les crêpes, la première est souvent ratée.