Catégories
Cyclotourisme Randonnées

Roubaix Troisvilles – VC Roubaix 2020

Le milieu de journée offrit de belles éclaircies à cette randonnée vers le cambrésis.

Francis était cette semaine encore aux manettes pour nous emmener vers le cambresis. Bertry point le plus méridional et culminant (137 m) de ce circuit était également celui de notre demi-tour.

Privilégiant les petites routes, le parcours optimise les secteurs champêtres sur un territoire par endroits densément urbanisé.

Partis sous la grisaille, nous bénéficierons en milieu de journée d’éclaircies donnant un peu de tonus aux paysages avec des ciels bellement ennuagés.

La suite en images.

La trace disponible sur Openrunner.

Le clocher de l’église Saint Pierre de Bouvines se découpe à l’horizon.

Je n’ai pas utilisé la fonction Un homme à la mer de mon GPS pour garder trace de ce point mais il se situe sur la D 93 entre le lieu dit la belle porte (Cf. carte Michelin) et Mouchin. Rendez-vous le 06 septembre.

Crevaison. Battrons nous le score de la semaine dernière avec six dont quatre sur deux kilomètres? Ce sera finalement l’unique.

Cela donne le temps d’admirer ces belles rangées de choux.

Avec la traversée de l’Escaut, retour à des paysages plus urbains.

Compte tenu de l’heure, l’appel de la Jupiler restera sans écho. Evènement sans doute anormal pour cet établissement pris au dépourvu par nos 9 cafés simultanés qui ne permirent pas à tous de bénéficier d’une sous-tasse.

Premières éclaircies.

Début d’un long secteur pavé en faux plat montant, fort heureusement plutôt roulant.

Bientôt la fin.

Halte déjeuner à Troisvilles, Chez Françoise, lieu de culte de Paris Roubaix.

L’imposante centrale thermique d’Hornaing, visible de loin.

Passage rafraichissant en forêt de Marchiennes…

… avec une halte à la Croix ou Pile.

Ca se couvre de nouveau, nous arriverons juste avant la pluie.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Cyclotourisme Randonnées

Tour en Arrageois et Ternois – VC Roubaix – 2020

Après-midi ensoleillé pour ce Tour en Arrageois et Ternois.

Beau parcours proposé par Francis pour cette sortie journée du VC Roubaix.

Au départ de Vimy, le circuit file vers le sud jusque Sailly au bois puis s’oriente à l’ouest pour rejoindre Frévent et la vallée de la Canche. De là, on repart vers le nord en direction de Saint Pol sur Ternoise, mais avant d’y parvenir l’on bifurque plein est en direction de Maroeuil.

S’il évite Mont Saint Eloi et Notre dame de Lorette, le parcours est néanmoins animé avec 1150 m de dénivelé pour près de 150 km, le tout en empruntant principalement des routes peu fréquentées.

Pour suivre, un aperçu en images.

La trace téléchargeable sur Openrunner.

On démarre dans la grisaille et quelques gouttes viennent nous rafraîchir.

Ca monte un peu.

Si le ciel reste chargé, quelques éclaircies, encore fugaces laissent espérer une amélioration.

Après un été plutôt sec, les pluies récentes transforment certains passages en champs de boue. Pas de regret de n’avoir pas nettoyé mon vélo après ma sortie dominicale.

Des ambiances variées, tout au long de cette randonnée.

Non ce n’est pas une rando VTT.

Petite côte de remise en jambe en quittant Frévent, lieu du pique nique.

Le panneau annonce clairement ce qui nous attend…

… et tient ses promesses.

A gauche le cimetière de la Targette dont la profusion de tombes est toujours aussi impressionnante.

Le mémorial canadien. Encore quelques kilomètres avant de retrouver Vimy.

Une large vue sur le bassin minier.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Cyclotourisme VTT

La Gérard – VTT

Après une mise en chauffe sur chemin de halage, la Gérard nous entraîne sur des secteurs nettement moins roulants.

Dimanche 15 mars, tous les brevets sont annulés. Que faire, rester au chaud? C’est sans compter sur les ressources de Gérard qui a plus d’un itinéraire dans sa besace.

Malgré un message adressé au vététistes du club, nous ne sommes finalement que deux à enfourcher nos bécanes Je croise devant le parc du Baroeul deux cyclos qui cherchent en vain les traces de Mons à vélo. Mais le club avait annoncé l’annulation en début se semaine et n’avait pas tracé.

Avec Gérard, pas besoin de trace et je me contentai de le suivre, sur des chemins agricoles bien boueux, chemins de halage et sentes forestières l’étant un peu moins.

Parcours agréable et peu fréquenté entre Marque, Deûle et Lys en ce dimanche de pré-confinement.

Je vous communique la trace pour des temps plus fastes, les perspectives de pouvoir rouler sur des routes désertées étant irrémédiablement écartées en cette période de confinement.

Ce sera peut-être pour moi l’occasion de mettre en ligne des articles inachevés d’anciennes randonnées.

La trace téléchargeable sur Openrunner.

On rejoint la Marque au niveau de la Poste.

Un mur de tags bien connu et souvent renouvelé.

Courte variante pour profiter du dénivelé d’un talus.

Wambrechies,et son port de plaisance.

« Voilà un chien obéissant » dit Gérard...

… je vous laisse apprécier la sûreté de son jugement en matière de comportement canin.

On arrive à Quesnoy sur Deûle.

Crochet en campagne …

… où un jeune veau qui avait fait le mur…

… connaît un moment de panique.

Ce n’est qu’un début.

Pas de gros peloton ce matin.

Retour à la Deûle, on devine sur la droite le pont jaune de Deulemont.

On suit maintenant la Lys.

On quitte la berge pour une séquence bois et monotrace.

Rien ne lui résiste.

Ca glisse quand même.

Drôle d’oiseau…

Une petite boucle pour le plaisir de ce court raidillon.

C’est reparti pour du monotrace.

On se croise en respectant la distance de sécurité.

Des vestiges d’anciens brevets sans doute. Mieux vaut apposer une flèche amovible.

Un bon entraînement pour le bunny hop.

Rien de grave, et personne ne pouvait l’aider pour ce qu’il avait à faire.

Un peu d’asphalte, mais pas pour longtemps.

C’est presque l’autoroute.

Ce n’est pas le magnétisme naturel de Gérard qui fait se retourner ces cavalières, mais vététiste échaudé craint la ruade et prudent il annonce notre passage.

Retour au canal…

… et ses variantes bosselées.

Un dernier passage boueux.

L’église Saint Vincent, la Poste est sur l’autre rive.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme VTT

La Terrible – Beuvry 2020 (2/2)

Après recadrage de la photo, cette Terrible 2020 aurait presque des allures de montagnarde. De fait le dénivelé était au rendez-vous, au moins par accumulation des ascensions.

Suite en images de cette randonnée au départ de Beuvry.

On descend droit dans la pente.

Le cyclotourisme c’est aussi prendre le temps de s’arrêter.

Une nouvelle crevaison. Ce ne sera pas la dernière.

Un peu de plat.

Ce qui s’appelle, voir le bout du tunnel.

La pluie s’intensifie. Changement de tenue.

Un nouveau terril nous attend.

Allez, on repart?

Ravitaillement au pied des pistes de ski.

Le vent était mordant.

Ca se confirme.

A quand des tronçons de VTT de descente?

LudoFlam dont vous pouvez retrouver les reportages sur sa chaîne Youtube et bien sûr sur Cyclos Hauts de France.

C’est reparti en suivant les pistes.

En plaine, c’est mouillé.

Ca coince.

Descendre…

… monter…

… les sisyphes du vélo à la peine. Elle était dure même à pied.

Fifi était là.

Mieux valait regarder avant de traverser.

Montée dans une ambiance printanière.

L’heure des choix, le 37 tout droit, 45 et 55 à droite.

Ceux qui avaient un regret pouvaient (mais ce n’était pas indiqué) prendre un gros raccourci pour rejoindre le ravito.

Mais c’eût été dommage de rater le terril de Grenay et son superbe point de vue.

La trace part bien à gauche mais difficile de contrôler sa trajectoire sur terrain gras.

Nouvelle descente un peu raide.

Pour l’instant tout va bien…

… ce n’est plus vraiment la route, mais tous les chemins etc…

Tout droit, ça passe.

Une de plus.

La photographe officielle.

Second ravitaillement. Le doigt pointé vers moi n’est pas une marque d’hostilité mais le signalement d’un pneu arrière franchement en basse pression.

Il faut se rendre à l’évidence, il s’agit bien d’une crevaison.

Mais je trouverai assistance auprès d’un des ravitailleurs…

… au centre de la photo. Merci à lui.

La photographe à visage découvert, dans une montée qui pique un peu les jambes après mon arrêt prolongé au ravitaillement.

Beau point de vue également du terril de Mazingarbe.

Passé Mazingarbe, l’itinéraire devient plus roulant, sur le 45 km tout au moins.

Sans commentaire.

Un peu de couleur dans la grisaille.

Le tracé fait des méandres à la recherche de dénivelé.

Tenté un instant par un retour rapide, rive gauche, je reviendrai rive droite pour suivre le parcours complet…

… qui exploitera au maximum les ressources en monotrace.

Merci au Club Léo Lagrange pour ce parcours animé.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.