Catégories
Cyclotourisme Randonnées Route

Un jeudi à Herzeele – VC Roubaix 2022

On devine le clocher d’Herzeele, but de cette sortie du jeudi organisée par le Velo Club de Roubaix Cyclotourisme.

Est-ce pour se faire pardonner des trombes d’eau qui s’abattirent sur le Paris Roubaix cyclotourisme de dimanche dernier, toujours est-il que Jupiter et sa foudre laissèrent la place à Aura, nymphe de la brise qui rapidement chassa de son souffle léger les nuages matinaux porteurs de quelques gouttes.

Hezeele était notre destination du jour avec l’espoir que nous pourrions faire halte au café les Orgues et voir, à défaut de les entendre, les dits orgues. Las, l’établissement était fermé et nous dûmes pousser jusque Bambecque pour déjeuner.

Pour ceux qui ne connaissent pas le lieu et l’excellent film de Patrick Brunies « Dimanche à Herzeele » ne pouvant être visionné sur Internet, vous pourrez trouver sur Youtube une courte vidéo documentaire Mes dimanches à Herzeele qui vous donnera l’ambiance d’un dimanche après-midi aux Orgues.

Mais revenons à notre itinéraire qui, partant par les Weppes, nous fait parcourir la Flandre Maritime pour revenir par les Monts. Conçue par Didier en période de Covid et d’interdiction de franchir la frontière, cette boucle de 166 km au départ de Roubaix se déroule vous l’aurez deviné… entièrement en France.

La trace disponible sur Openrunner
Premier arrêt au Doulieu.
Le ciel est maintenant bien dégagé mais Aura a tendance à oublier qu’elle est la nymphe de la brise et pas de la bise. Un peu de modération dans le souffle eut été la bienvenue, mais en contrepartie le retour s’en trouva facilité.
L’église de Merris.
Déjà Steenvoorde
Herzeele à l’horizon.
Comme nous sommes en avance sur l’horaire, Daniel s’offre une crevaison.
Non content de faire le clown avec son vélo…
Christian, le fourbe, en profite pour lui faire les poches.
Halte au restaurant « Les forges » à Bambecque, où, bien que pique-niquant, nous recevrons un bien meilleur accueil qu’au café du coin de la rue que je ne nommerai pas mais que chacun pourra aisément localiser.
Difficile choix des boissons.
Petit Quiz pour tester votre connaissance des membres du VCR.

Pourquoi les trois cyclistes de la photo ci-dessus lèvent-ils la main?

Est-ce pour commander :

  • Un potage ?
  • Une salade de carottes ?
  • Une bière pression ?

La réponse ci-dessous

La Tripel LeFort, vaut parait-il le détour.
Je ne me suis pas trompé dans l’ordres des photos. Patrick s’est rendu compte en voulant sortir son pique-nique qu’il avait oublié son sac sur le lieu de la crevaison. Le voici de retour.
Couleur…
… ou noir et blanc, je n’ai pas su choisir.
Couleur sans hésitation.
Il faudra que j’essaie en noir et blanc.
On approche du Mont des Cats.
Passé Bailleul, la petite route qui longe la voie ferrée et permet d’éviter la grand route en direction d’Armentières.
Dernière halte au Bizet.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme Route

Géant Lambert – Lambersart 2022

C’est vers les Monts des Flandres et le Heuvelland que nous conduisait cette édition 2022 de la Randonnée du Géant Lambert organisée par le Cyclo Club Lambersart

Le Géant Lambert fait partie de ces brevets que l’on retrouve avec un plaisir particulier.

Longue distance qui permet de profiter d’ambiances variées, parcours soignés et organisation de qualité, cette 25ème édition reste dans la lignée des précédentes.

Cinq distances étaient proposées mais le 110 km était bien sûr la plus intéressante avec un enchaînement de bosses : Mont Noir, Mont des Cats, Mont Rouge et Monteberg. Passé le Monteberg, il ne fallait pas croire en avoir fini avec le dénivelé car c’était oublier que l’on traversait le Heuvelland, pays des collines et les environs de Mesen nous réservaient encore quelques montées. En tout, 800 mètres de dénivelé, concentrés sur 60 km.

Pour couronner le tout, le vent s’invita en fin de matinée et vint corser la partie plane du retour.

Beau parcours donc, bien fléché et pourvu à plusieurs croisements de signaleurs. Ravitaillement de qualité, même si celui du Mont Rouge fut victime du succès.

Belle fréquentation en effet avec 780 participants. (870 annoncés initialement, mon informateur que je ne dénoncerai pas ayant inversé les deux premiers chiffres. Moralité : Il faut toujours recouper ses sources).

Temps idéal pour les photos, j’ai du prendre sur moi pour ne pas m’arrêter plus souvent afin de photographier des paysages, certes déjà vus, mais toujours plaisants.

Brevet à conseiller donc.

La trace du 110 km disponible sur Openrunner.
Comme d’habitude, le départ ressemblait à la salle de contrôle d’Ariane Espace à Kourou. Je n’ai pas osé demandé à quoi servait la puissance de calcul ainsi assemblée, mais manifestement cela occupe du monde. Peut-être un des organisateurs laissera-t-il un commentaire pour expliquer.
Mais l’enregistrement demeure manuel. Sur la photo Robert du VC Roubaix et Patrick, président du CC Lambersart.
Trois roubaisiens sur le départ. A gauche, Francis, traceur du Paris Roubaix Cyclotourisme qui aura lieu le 05 juin prochain. A droite, sinon ils vont se vexer, Cathy et Philippe.
Compte tenu de l’orientation générale du circuit, difficile de faire des photos de cyclistes dans la première partie car nous partions dos au soleil, contre-jour garanti.
Une curiosité que je pense n’avoir encore jamais vue.
N’étant pas particulièrement véloce, il vaut mieux que je fasse mes haltes photographiques avant que tout le monde m’ait dépassé. Je guettais donc un tronçon bien exposé et je fus servi.
Après Cathy, plus de cyclistes en vue, je repars.
Nouvelle portion bien éclairée et qui plus est en faux plat montant (Cf l’article sur les Belles censes).
Bailleul ,1er ravitaillement.
Mont des Cats franchi par la rue de l’Abbaye.
Dernier regard.
Second ravitaillement au Mont Rouge.
La sécheresse ne touche pas que les nappes phréatiques.
L’église de Locker bien éclairée.
Je m’étais dit au ravitaillement que ne m’arrêterais plus. Ce ne fut pas le cas.
Wulvergem à l’horizon.
Image de fin. Une autre pratique du vélo.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet VTT

L’automnale – Steenwerck 2021

L’automnale, organisée par la Roue Libre de Steenwerck, nous emmenait autour de Bailleul dans un parcours champêtre et en ce dimanche, ensoleillé.

C’est pratiquement avant de me coucher que je décidai samedi soir de participer à cette Automnale. Privé de voiture, je m’étais résolu à randonner à partir de mon domicile et donc sur des itinéraires archi connus.

Mais c’était négliger le train. Un TER m’amenait à Steenwerck à 8h36. Le brevet ne démarrant qu’à 8 heures, mon heure d’arrivée ne serait pas trop tardive et de fait je ne fus pas le dernier à m’inscrire. Quant au retour, j’avais un itinéraire dans mon GPS.

Un lever plus matinal, pour avoir le temps de me préparer, me permit d’être dans les délais.

Je n’ai qu’à me féliciter de cette décision car cette randonnée champêtre offrait de beaux points de vue sur les Monts des Flandres.

Le parcours ne présentait pas de difficultés si ce n’est celles générées par la boue, nettement plus présente que la semaine dernière. Il fallut plus d’une fois mettre pied à terre et procéder à un nettoyage grossier pour ôter des mottes ralentisseuses.

Encore un brevet réussi malgré les contraintes sanitaires. Merci aux organisateurs. La fréquentation était au rendez-vous. Selon l’un des bénévoles préposés au service de la soupe à l’oignon (avec fromage et biscotte), le nombre de participants fut de l’ordre de cinq cents.

Pour ce qui est des photos, arrivé tardivement, je ne saisirai pas les lève-tôt.

La trace du 42 km que vous pouvez trouver sur Openrunner en cliquant sur l’image.
Contrôle du Passe sanitaire à l’entrée.
Le précieux sésame fourni…
Pose d’un bracelet, avant d’aller s’inscrire.
Pour le 25 km, c’est ici. Pas de ravito prévu mais des pâtes de fruits au départ (ce n’est pas le parfum).
Pour le 42 km c’est là, avec un ravito. On pouvait même s’offrir en variante un 48 km en empruntant la fin du parcours de 25 km. Compte tenu de mes perspectives de retour à vélo, je m’en tiendrai au 42.
Accueil café.
Parcours avec fléchage au sol et balisage vertical, certaines communes des Monts de Flandres exigeant cette modalité.
Dernière formalité avant le départ.
Je choisirai ce chemin ombragé pour éviter les contre-jours et aussi … pour son terrain boueux.
Le pire en fait était avant et il était difficile de ne pas mettre pied à terre. La perspective de la photo a été un puissant stimulant pour certains, les incitant à enfourcher de nouveau leur monture.
Descente en pente douce.
Cette fois, ça monte.
Contournement de Bailleul…
… et large vue sur la Flandre.
L’église de Saint Jans Capelle dans l’axe de l’antenne du Mont des Cats.
L’église de Saint Jans Capelle, vue du ravitaillement.
Retrouvailles avec la menthe à l’eau et la grenadine.
Tri sélectif.
Soupe à l’oignon, boisson et sandwich, je peux envisager le retour vers Lille à vélo sans crainte.
Une ambiance qui, espérons le, redeviendra habituelle dans nos brevets.
Pour le retour, j’emprunterai le tracé d’un précédent itinéraire me menant d’Herzelle à Lille, jusque la Lys, que je suivrai pour enchainer avec les berges de la Deûle, puis de la Marque.
Sur le chemin du retour, ce ne sont pas des cailloux mais des pommes de terre. J’ose espérer qu’elles sont tombées durant le transport et qu’elles ne sont pas, à dessein, utilisées comme remblai.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Route

Linselloise route – Linselles 2021

Eclaircie dans la descente du Mont Noir. Si le temps parut par moments incertain, la nébulosité ne se transforma pas en pluie, ce qui nous permit de goûter pleinement au plaisir retrouvé avec ce brevet organisé par Linselles cyclisme.

Je me garderai bien de jouer les prophètes en annonçant que ce brevet marque le retour de ce rituel cycliste dominical. Mon dernier pronostic fit long feu et la liste est longue des sorties annulées en ces mois de juillet et août.

Bravo donc et merci au club de Linselles d’avoir pris le risque de maintenir cette randonnée.

Un protocole sanitaire, scrupuleusement respecté par tous, permettra, espérons le, que d’autres sorties soient organisées.

Mais revenons au sujet central, le vélo. Quatre distances étaient proposées allant de 15 à 100 km pour la route et deux pour le VTT, 30 et 50 km. Les marcheurs n’étaient pas oubliés.

Le tracé du 100 km était identique à celui de la précédente édition et partait vers les Monts avec un enchaînement Mont Noir, Mont de Boeschepe et Mont des Cats, seuls dénivelés significatifs du parcours, par ailleurs bien roulant.

La trace du 100 km, disponible sur Openrunner.

Le balisage au sol était bien visible et bien positionné. Le strict respect du principe selon lequel pas de flèche, c’est tout droit pouvait néanmoins faire douter dans la longue portion rectiligne entre le Mont des Cats et Meteren.

Pour ma part, si la distance ne posa pas de problème, les sorties club m’ayant remis en jambes, il en fut différemment s’agissant du réveil, des prises de vues et de la mise en ligne.

Un réveil naturel sur le coup de 6 heures me sauva d’un mauvais réglage de l’alarme et limita mon retard. Côté photos, il fallut me réhabituer à la prise de vues de sujets en mouvements. Il y eut donc du déchet, mais ce fut un mal pour un bien car faute d’avoir publié depuis plusieurs mois certaines fonctionnalités étaient oubliées et le temps passé au post-traitement majoré.

La suite en photos.

Difficile de montrer patte blanche avec des gants noirs, mais il suffit d’appliquer de la solution hydro-alcoolique sur la partie des doigts non couverts.
Pas d’inscription en ligne prévue, mais pas de partage de stylo.
Affichage des parcours et périmètre accessible délimité par de la rubalise.
Derrière le masque se devine le sourire.
Bac à récupération de stylos utilisés avant désinfection.
Formalités accomplies.
A cette heure de la journée, la montée du Mont de Lille est à contre-jour.Le ciel couvert permit de tenter des prises de vue.
Les roubaisiens, bien représentés.
Ravitaillement au sommet du Mont Noir. Côté solide, barres de céréales et madeleines sous emballage individuel. Côté liquide, gobelet à la demande et remplissage de bidon.
Vue du Mont de Boeschepe.
Second ravitaillement.
On remarquera, sous une charte graphique commune, la variété des maillots de l’Entente Cycliste Wambrechies Marquette.
Et bravo aux organisateurs.
Aaah, le sandwich de l’arrivée!
A déguster dehors. Et chacun remet sa bouteille dans la caisse.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.