Randonnée des Renards des Sables – Flines Lez Raches 2020 (2/2)

Passage reposant : terrain plat, pas trop collant et vent dans le dos. Une parenthèse dans cette édition 2020 de la randonnée des Renards des sables, plutôt corsée par les éléments climatiques.

Suite en images de cette randonnée 2020 des Renards des sables.

Dans la roue de l’Etoile Cyclo Club de Phalempin.

Premier ravitaillement.

Encore des gobelets en plastique, mais il n’y en aura pas au second et une affiche précisait le passage au ravitaillement à la gourde en 2020. Sans doute un stock à écouler.

Le renard collecteur de gobelets n’aura bientôt plus rien à se mettre sous la dent. Les poules du coin ont du souci à se faire.

Cathy et Francis prêts à repartir.

Une photo qui aurait pu être meilleure si j’avais mieux soigné mon arrière plan et utilisé un diaphragme plus ouvert. Mais dans le feu de l’action on oublie parfois les bases.

Pour la suite du parcours, il faut monter.

Avec une photo à la clé.

Sauf erreur, c’est le Renard qui avait perdu sa semelle dans le terril d’Evin Malmaison lors du dernier Chicon Bike Tour.

Ca monte et c’est gras.

Il ne faut pas franchir la ligne blanche si l’on ne veut pas refaire un tour gratuit.

Réglage ou papotage?

Ca coince.

Attention à la branche en dépassant.

Ca passe.

Les Renards ont joué les castors avec une vingtaine d’arbres tronçonnés pour faciliter le passage.

Quand faut y aller.

Dure montée après la descente, même à pied ce n’était pas facile.

Dans la roue de Loic l’Amateur.

A droite, le 50 km, je continue tout droit la suite des évènements me donnera raison.

Un signaleur pour indiquer que le ravitaillement a été déplacé en raison du vent.

De la soupe, bienvenue…

… et des victuailles peu habituelles dans les ravitaillements.

Personnellement je suis resté dans le classique pain d’épices, chocolat.

Il valait mieux tenir la tonnelle.

Philippe arrive en tête au ravitaillement…

… suivi de près par Freddy…

… qui comme souvent a un petit réglage à effectuer. Mais cette fois-ci c’est moi qui jouerai les arroseurs arrosés en découvrant peu après que ma tige de selle était sur le point de céder. Conséquence, retour en ligne direct et pas de terril de Lallaing pour moi.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Randonnée des Renards des Sables – Flines Lez Raches 2020 (1/2)

Parcours animé dans les terrils et rendu bien sportif par le terrain boueux pour cette édition 2020 de la randonnée des Renards des Sables.

Les dimanches de février se suivent et se ressemblent pour les organisateurs de randonnées avec des conditions climatiques qui découragent plus d’un d’y participer.

Après Bersée, Leforest, c’était au tour des Renards des sables de Flines Lez Raches de voir leurs efforts mal récompensés. Avec un peu moins de 400 vététistes, 150 marcheurs et une soixantaine de cyclos on était loin des chiffres de fréquentation habituels.

Si la pratique du vélo de route devait être un peu acrobatique au regard du vent soutenu, celle du VTT l’était nettement moins.

Dommage pour les absents, car les parcours proposés comportaient de long passages en terril très ludiques. Le sol bien humide rendait certains tronçons plutôt sportifs et plusieurs montées se sont finies à pied la boue l’emportant sur le relief des pneus.

Engagé sur le 40 km je prendrai un raccourci après le second ravitaillement, ma tige de selle étant sur le point de rendre l’âme. Après un pneu fendu l’an dernier qui me contraignit à une version abrégée, j’espère que la série en restera là.

Comme d’habitude cette randonnée était très bien organisée et balisée.

Des photos bien sûr, malgré la grisaille.

Pour revoir l’édition 2019. CLIC et CLAC.

La salle anormalement vide à cette heure pour une randonnée des Renards des sables, n’incite pas à l’optimisme s’agissant de la fréquentation.

Mais cela n’entame pas la vigueur des confectionneurs de sandwichs.

Le sourire reste de mise.

La chaussée est encore luisante des pluies de la nuit et quelques gouttes viennent nous rafraichir. Cela ne durera pas.

Vestige sans doute de la précédente tempête.

Les chemins sont franchement gras.

Entrée du terril des Paturelles.

Nous redescendrons par ce même chemin.

Plaisant monotrace entre les bouleaux.

Vélodom couvrait aussi l’évènement. Voir son reportage.

Je croise plusieurs groupes qui laissent à penser que les arrivées furent tardives.

Chemin de halage le long de la Scarpe.

La suite demain soir sans doute.

La voici.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

La Leforestoise – Leforest 2020 (2/2)

De deux à quatre terrils étaient proposés selon les distances par cette Leforestoise 2020 qui faisaient concurrence à Mons en Pévèle en matière de dénivelé.

Suite de ce reportage sur la Leforestoise 2020 avec le terril de Leforest et celui d’Evin Malmaison. Comme promis, la trace du 40 kilomètres.

La trace téléchargeable sur Openrunner.

Dernier regard sur le cloché empaqueté de Mons en Pévèle.

Un début de descente plutôt roulant…

…qui devient rapidement glissant…

… puis franchement collant.

Comme pour la Ronde verte de la Pévèle, pas d’incursion sur le terril de Thumeries que nous nous contenterons de longer cette année.

Retour à Leforest, mais ce n’est pas fini pour autant. Le terril nous attend.

La descente terminale qui constitue toujours un bon endroit pour quelques photos de cyclistes.

Quand un Renard des sables, croise un autre Renard des sables… ils papotent.

Premier passage étroit…

… passé sans difficulté.

Là, c’est moins bien engagé…

Mais plus de peur que de mal, notre jeune cycliste repart gaillardement.

Dernier terril, celui d’Evin Malmaison.

Une fois descendu, il faut remonter.

Et redescendre.

On retrouve le canal de la Deûle, Leforest n’est plus très loin.

Dernier tronçon boueux.

Clap de fin sur une note tonique.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

La Leforestoise – Leforest 2020 (1/2)

Lever de soleil prometteur pour cette Leforestoise 2020 mais qui n’aura pas suffi à convaincre davantage de participants.

Une fois de plus il fallait prendre des risques au regard des sombres prévisions météo pour participer à cette Leforestoise. Hélas pour les organisateurs, l’avis de tempête en dissuada plus d’un de venir. Si 300 participants dont 180 vététistes est un score honorable, on est loin de la fréquentation habituelle.

Dommage, car finalement il ne plut pas et seul le vent vint jouer les trouble-fête. Le terrain s’il fut boueux par endroits se révéla plutôt roulant. Les ambiances variées chemin agricole ou de halage, secteur pavé, mono trace, terril, font de ce brevet une plaisante randonnée.

Quatre circuits VTT étaient proposés. La nécessité d’être de retour à une heure pas trop tardive me fit opter pour celui de 40 km (dont je mettrai en ligne la trace dans la seconde partie) me privant du terril des fosses 9 et 9 bis de Oignies.

Souhaitons que les organisateurs tirent financièrement leur épingle du jeu avec les cyclos et marcheurs également de la partie. Merci à eux en tout cas.

Outre les photos d’ambiance, trois séquences cyclistes en action dans ce reportage. Mon en Pévèle, le terril de Leforest et un chemin peu après le second ravitaillement.

Pour revoir l’édition 2019, cliquez ICI et LA.

Les tables vides, passé 8 heures, ne laissent guère présager la fréquentation habituelle de ce brevet.

Les organisateurs gardent néanmoins le sourire.

25 km c’est peu, mais 40 c’est beaucoup pour un renardeau.

En tout cas les voila partis…

… et photographiés par Dominique de Vélodom.

La signalétique fait feu de tout bois, si l’on peut se permettre l’expression dans la circonstance.

Vue classique ces derniers dimanches.

Chemin sec et vent dans le dos, ça roule vers Raimbeaucourt.

25 km c’est quand même court, alors continuons tout droit.

Les traces de la Lefrorestoise font par moments route commune avec celles de la Ronde verte de la Pévèle de dimanche dernier.

Ici vers Mons en Pévèle.

Le Pas de Roland franchi, on emprunte cette descente bien connue, mais il ne fallait pas rater la bifurcation à droite…

… qui nous faisait suivre un chemin d’apparence tranquille mais finalement très piégeux.

Ca glisse vraiment fort pour une renardeau.

Le ravitaillement est à quelques dizaines de mètres de la sortie du chemin et offre en suffisance de quoi se remettre.

Une photo de groupe avant de repartir.

La suite demain peut-être, mais pas sûr.

C’est fait.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

22eme Ronde verte de la Pévèle – Bersée 2020

Desservie par une météo maussade, cette 22ème Ronde de la Pévèle n’aura pas été aussi verte qu’on a pu la connaître certaines années.

Le bruit de la pluie tombant sur la verrière donnait plutôt envie d’aller se recoucher que de se préparer pour une sortie VTT. Nombreux durent être ceux qui succombèrent à la tentation car, une fois de plus, la pluie annoncée fit que la fréquentation fut à vue d’œil moindre que les années sèches.

Dommage pour CC Bersée, club organisateur, qui outre trois parcours VTT proposait deux circuits route, trois en marche et un de 7,5 km adapté aux personnes à mobilité réduite.

Finalement la pluie se fit discrète et je n’eus même pas à enfiler mon coupe pluie. Le vent par contre affirma sa présence tout au long de la matinée.

L’humidité de ces derniers jours laissait attendre un terrain particulièrement détrempé. On ne dira pas que celui-ci était sec mais il fut plutôt roulant, même en forêt. Il y eut bien sûr quelques endroits bien ravinés mais pas d’accumulation de boue dans les transmissions comme ce fut le cas pour le Chicon bike tour.

Le circuit était bien balisé même si par endroit des rappels eussent été les bienvenus. Quelques doutes par moments sans qu’il y ait de quoi se fourvoyer.

Grisaille et humidité n’incitaient pas vraiment à sortir l’appareil photo de son sac étanche, mais vous trouverez néanmoins quelques clichés retraçant cette randonnée. Une fois n’est pas coutume, ce sera pour toutes les photos en extérieur, à quelques facéties près, un reportage en noir et blanc s’accordant à l’ambiance du jour.

La trace du 50km que vous pouvez retrouver sur Openrunner.

Le clocher de l’église de Bersée à travers la vitre du pare brise de la voiture. Y a pas faut sortir.

Inscription club à n’en pas douter.

Les bécanes sauvages étaient présentes.

Café d’accueil mais pas que.

Conseils avisés sur les parcours.

C’est parti, au premier plan les marques des différentes activités au menu.

Le ton est donné, hydrophobes s’abstenir.

Suivre les flèches vertes comme la Ronde.

On opte pour le chemin de halage.

Un participant a fait demi tour, pas de marque à l’intersection suivante.

Mais rien non plus de ce côté.

Tout droit sera bien la bonne option.

Finalement tout le monde se retrouve.

Ce qu’on appelle une zone humide.

Oui,oui, c’est bien par là.

Les marques vertes nous guident.

En forêt suivre la rubalise.

Cette fois-ci ce n’est pas moi qui me vautre dans la boue.

C’est reparti, non sans un flot de jurons.

Hésitation?

Ca se comprend.

Petit détour vaut mieux que pieds mouillés.

Il n’y a que les canards qui barbotent dans la marre pour voir la vie en rose.

Nous n’irons pas cette année sur le terril de Thumeries. Mais l’an prochain un nouveau tracé nous emmènera peut-être dans le bois de l’Offlarde.

Direction Mons en Pévèle.

J’en resterai là pour ce qui est des prises de vues. Retour dans le vent.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

La randonnée de l'an nouveau – Marcq 2020 (2/2)

La randonnée de l’an nouveau nous entrainait sur de petites routes champêtres où l’on pouvait croiser des cavaliers mais aussi d’autres équipages plus insolites, comme vous le découvrirez plus bas.

Suite en photos de cette randonnée de l’an nouveau proposée par le Randonneur Club Marcquois.

Le soleil, généreux au début de ma séance de prise de vues, s’est voilé depuis un moment et je commence à me refroidir sérieusement. L’heure pour moi de poursuivre ma route.

Un engin qui tient du vélo couché et de la voiture à pédales...

… qui semble participer à cette randonnée…

… et ne laisse pas indifférents ces sociétaires de Lys Cyclo arrêtés sur le bas côté.

Dernière variante, à Wambrechies je suivrai la Deûle puis la Marque pour rejoindre l’arrivée. Avec mes pneus « un peu plus larges » que des 23C, je me gausse des rails.

Mur bien connu de ceux qui fréquentent les bords de Deûle entre Marcq et Marquette. Les productions des grapheurs changent régulièrement et les dernières ont été recouvertes de peinture unie. Mais déjà une nouvelle oeuvre est apparue et qui est de circonstance.

Vélo et marche à l’image de cette randonnée.

Retour à la route pour les ultimes tours de roue.

Je n’ai pas eu la présence d’esprit d’interroger le propriétaire de l’engin pour en savoir plus. Peut-être le reverrons nous sur d’autres brevets.

Coup d’œil sur le poste de pilotage. Des pédales, c’est sûr mais assistance électrique??

Une partie des inscriptions était reversée à l’association L’école à l’hôpital et à domicile. Quatre cents euros ont été récoltés.

La participation du jour.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

La randonnée de l'an nouveau – Marcq 2020 (1/2)

Contre toute attente, cette Randonnée de l’an nouveau, proposée par le Randonneur Club Marcquois fut largement ensoleillée. De quoi réchauffer un peu cyclistes et marcheurs.

Franc succès pour cette randonnée de l’an nouveau qui a accueilli plus de trois cents cyclistes, beau score à cette époque de l’année pour un parcours route. Je faillis ne pas en être, redoutant le froid qui me fait préférer le VTT en hiver. Mais les parcours étant disponibles sur Openrunner, j’établis un itinéraire mixte suivant peu ou prou les tracés officiels. Je pus ainsi me réchauffer en moulinant sur des chemins encore bien humides et boueux par endroits.

Les trois parcours traversaient le Ferrain s’articulant sur le plus court, avec deux boucles supplémentaires pour le 55 km et une pour le 45 km.

Bonne organisation, avec un accueil chaleureux et un balisage abondant et bien positionné.

Des photos, comme d’habitude.

Les traces des trois circuits disponibles sur Openrunner : 55 km, 45 km, 35 km.

Si à 8h00 les marcheurs étaient largement majoritaires, les cyclistes, attendant sans doute qu’il fît plus clair, ne tardèrent pas à affluer.

J’ai cru comprendre que cette rutilante cafetière était d’acquisition récente.

Les roubaisiens, qui furent les plus représentés, arrivent.

Une partie d’entre eux, prêts au départ.

Parti pour un parcours mixte route/VTT, je démarre en empruntant le chemin de halage, parcours officiel des marcheurs.

Des serre-files veillent à la sécurité et annoncent mon intention de doubler.

Je retrouve l’itinéraire.

La chaussée est franchement grasse et je ne regrette pas d’avoir délaissé mon vélo de route.

Nouvelle variante VTT. A droite une résidence pavillonnaire, à gauche les champs.

Retour à l’itinéraire, bien balisé par ces flèches orange. Au dessus, le fléchage permanent de la randonnée du Ferrain.

La séparation avec le 55 km, bien signalée.

Court arrêt photos. Mais les clients sont rares à cette heure.

Une belle portion rectiligne face au soleil, un bon endroit pour photographier.

Il n’y a plus qu’à attendre.

La suite demain soir sans doute.

Avec un peu d’avance sur les horaires habituels, c’est EN LIGNE.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.