Rando VTT des six Bonniers – Willems 2019 (2/2)

Franchies les hauteurs de Froidmont, s’amorce le retour vers la France et la plaine.

Suite de cette randonnée ensoleillée avec la la fin des prises de vue près de Willems puis sur les hauteurs de Froidmont et enfin à l’arrivée.

Nous voici pratiquement au pied de l’émetteur de Froidmont où nous rejoignons la voie verte qui va de Bouvines à Tournai. Si l’émetteur se voit de loin, c’est bien sûr qu’il faut y monter…

Je retrouverai ces deux cyclistes peu après, assistant un participant victime d’une mauvaise chute. Hasard extraordinaire, ce sont eux qui m’avaient également secouru il y a deux ans alors que je m’étais fracturé la cheville.

Bel éclairage sur le corps de ferme.

Large panorama sur le Mont Saint Aubert, Tournai est tout près.

Saucisse chaude à la choucroute, une exclusivité de la Rando des six Bonniers.

Soupe chaude également (également chaude veux-je dire et non à la choucroute).

Un réconfort bien mérité…

… celui-ci également pour nos deux secouristes.

Sur le chemin du retour, en allant vers Forest sur Marque, une flèche m’invite à entamer la boucle de 20 km, mais il est un peut tard.

Pour être informés des prochaines parutions. Abonnez-vous (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil).

L’agenda des sorties route et VTT, les reportages photo et vidéo, sur Cyclos Hauts de France

Randonnée des carrières – Antoing 2019

Randonnée des carrières d’anthologie, pour ceux qui arrivèrent sur le site vers 11h00. Pluie et boue étaient au rendez-vous, de quoi alimenter la légende.

Beau succès pour cette randonnée des carrières organisé par le CT Antoing à en juger par le nombre de cyclistes croisés au fil des boucles des quatre parcours proposés.

Circuits d’une grande diversité, mettant en oeuvre tous les types de tronçons que l’on peut imaginer dans notre région. Très attendu, le parcours dans la carrière vint cette année à la fin des différents itinéraires.

Fléchage horizontal et vertical était bien visible et je n’ai pas eu d’hésitation malgré la complexité du tracé qui combinait des mini-boucles dont certaines communes à plusieurs distances. De nombreux signaleurs étaient positionnés aux embranchements délicats ou pour assurer la sécurité.

Belle organisation, y compris pour les ravitaillements. A faire donc si vous ne connaissez pas.

Pour ce qui est des photos, ma stratégie n’a pas été optimale Je me réservais pour le parcours dans la carrière mais une forte pluie s’installa assez vite qui m’obligea à ranger mon matériel alors que j’oeuvrais dans la montée du terril. Ayant négligé de revêtir mon coupe pluie, le froid m’incita vite à pédaler plutôt qu’à photographier, au point qu’à l’arrivée je négligeai tartine et soupe pour filer droit vers ma voiture.

Le reportage 2018 donnait un meilleur aperçu des différents facettes de cette randonnée.

Les inscriptions vont bon train avec plusieurs tables parallèles.

Café chaud (froid c’est plus de saison).

Les tartines, nous sommes en Belgique, sont en préparation.

Circuit très bien balisé avec des signaleurs aux endroits clés.

Rare moment d’inactivité pour le distributeur de bulletins d’inscription.

Parking vélo sécurisé.

Ca ne rigole pas. Pas de ticket, pas de sortie du parc.

Prêt pour affronter, pluie et vent.

Premier ravitaillement.

Non non, ce n’est pas la vitrine d’une pâtisserie mais bien la table de ravitaillement.

Des ravitailleurs dont nous préserverons l’anonymat se réchauffent en buvant un liquide incolore qui ne semble pas être de l’eau ferrugineuse.

Arrivée sur le site.

Je crois avoir raté un embranchement, mais cette année le ravitaillement est au début du circuit des carrières et non à la fin.

Le 25 km était un parcours familial.

Voici l’unique série de cyclistes en action mais qui montre bien la variété du public qui participe à cette randonnée.

Pour être informés des nouvelles publications, abonnez-vous (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil).

L’agenda des sorties route et VTT et les reportages photo et vidéo sur Cyclos Hauts de France.

Randonnée de la Saint-Michel (route) – Quesnoy sur Deûle 2019 (2/2)

Il ne faut pas se fier à ce paysage, la Randonnée de la Saint Michel était faite de creux et de bosses.

Suite en images de cette Randonnée de la Saint Michel.

Freddy et Philippe dans un « mano a mano » pour leur petit jeu favori : qui sera en tête sur la photo. Freddy est assez habile à repérer le photographe et placer un démarrage surprise. Ce dimanche : égalité.

Robert m’aperçoit au ravitaillement.

Dans le feu de l’action.

Il est temps de reprendre la route.

Pour être informés des prochaines parutions, abonnez vous, bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil.

Randonnée de la Saint-Michel (route) – Quesnoy sur Deûle 2019 (1/2)

Le soleil était au rendez-vous cette année pour la Randonnée de la Saint Michel.

Heureusement les années se suivent mais ne se ressemblent pas pour la Roue Quesnoysienne. Après une année 2018 mouillée, retour à des conditions anticycloniques avec soleil et douceur. Mais il s’en est fallu de quelques heures.

La fréquentation a suivi la montée du mercure, et avec 1110 cyclos et vététistes, le club a battu son record de fréquentation.

Le parcours route nous entrainait sur les petites routes bosselées du Heuveland. Un circuit animé et champêtre.

Le balisage aérien était bien positionné et visible. Les organisateurs ont pris des risques en utilisant des flèches orange « communes ». Par chance aucun mariage ou fête ne sont venus parasiter le balisage de cette randonnée.

Une petite côte bien exposée a été le lieu principal des mes prises de vues dominicales.

La trace du 90 km que vous pouvez retrouver sur Openrunner.

Pour revoir l’édition 2018 mouillée et 2017 ensoleillée.

Quel temps fera-t-il pour Monts et Moulins au départ du vélodrome de Roubaix, dimanche prochain? Gérard est formel. Il fera beau.

Les parcours Route, mais il y avait aussi du VTT.

Cathy du VC Roubaix a pris de l’avance sur ses coéquipiers.

Les roubaisiens matinaux.

Petite côte bien exposée = photos. Cerise sur le gâteau on pouvait voir les cyclistes arriver de loin.

Et voici le premier.

La suite demain soir sans doute, mais pas sûr, je suis bien occupé durant la journée.

C’est fait.

Pour être informés des prochaines publications, abonnez vous. Bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil.

L’agenda des sorties et les reportages, sur Cyclos Hauts de France

Mémorial Freddy Lemaire – Ploegsteert 2019 (2/2)

Un parcours vallonné empruntant de petites routes.

Suite en photos de ce mémorial Freddy Lemaire.

Ravitaillement commun aux 60 et 90.

On croit filer directement vers Locker et s’attaquer aux Monts Rouge et Noir, mais il n’en est rien et nous ferons de nombreux détours avant d’y parvenir.

Suivant le cadrage, l’orage menace…

… ou pas.

Le contre-jour dramatise l’ambiance...

… car celle-ci est plutôt à la bonne humeur.

Second ravitaillement pour le 90.

Soleil et ciel nuageux sont propices aux photos de paysage mais l’heure tourne.

Mémorial Freddy Lemaire – Ploegsteert 2019 (1/2)

Après le Heuveland, direction les Monts… pour le 90 kilomètres de ce mémorial Freddy Lemaire.

Brevet toujours aussi plaisant que ce Mémorial Freddy Lemaire, proposé par l’Elan Ploegsteert, même si le tracé évolue peu d’une année à l’autre. Parcours animé et sinueux dans le Heuveland, puis autour du Mont Rouge et du Mont Noir (pour le 90km), empruntant de petites routes.

Les enchainements diffèrent de ceux couramment pratiqués, ce qui donne à ce brevet son originalité.

Le balisage est bien visible et sans ambiguité. Possibilité en début et fin de parcours, d’opter pour une variante Plugstreets, chemins mi-terre mi-gravier qui sillonnent le Bois de Ploegsteert.

Le soleil voilé au départ laissait craindre une matinée morose. Il n’en fut rien, la seconde moitié étant très lumineuse. De quoi faire quelques photos donc, même si j’ai du renoncer à certaines prises de vues pour rentrer chez moi dans les délais.

Pour revoir l’édition 2018.

Le tracé du 90 km, que vous pouvez retrouver sur Openrunner.

Un habitué des départs matinaux que je parviens parfois à photographier sur son vélo. Ce matin il est parti avant moi… et pas question que je le rattrape.

Cette année la nonne tenait compagnie au moine… en tout bien tout honneur.

Sandwichs en préparation et une belle palette de couleurs primaires.

Brothers in arms : un des nombreux lieux de mémoire, croisés lors de cette randonnée.

On voit les cyclistes arriver de loin.

Interférence avec un peloton roulant en sens inverse.

Un gaillard, fier de son maillot Paris-Brest-Paris, on le comprend.

Plus de cycliste à l’horizon. Vais-je repartir? Non j’attends un peu.

Et vous aussi, pour connaître la suite, demain soir sans doute.

C’est en ligne.

Pour être informés des nouvelles publications, abonnez-vous. Bouton en bas à droite de la page Accueil.

Randonnée du Ferrain – Neuville en Ferrain 2019

Triste dimanche pour un brevet. La météo joue au yoyo. Tenue d’hiver et coupe pluie de rigueur pour cette Randonnée du Ferrain, organisée par l’Union Cycliste Neuvilloise.

Le cycliste n’aime pas l’eau, cela se confirme. Après un dimanche et un lundi de Pâques ensoleillés qui ont connu des scores de participation dépassant les cinq cents, l’Union cycliste neuvilloise n’a pas dépassé les cent quarante participants,vétetistes et marcheurs compris.

Dommage, car le parcours cheminant en direction du Mont de l’Enclus (que seuls les participants au 100 km atteindront) était plaisant, empruntant de petites routes sinueuses et vallonnées. Certes, les couleurs n’étaient pas au rendez-vous et mieux valait disposer d’un coupe pluie étanche. Mais quand même, un petit effort ne serait-ce que pour faire le 45 km aurait été le bienvenu en contrepartie des efforts faits par le club pour l’organisation de cette sortie.

Le balisage notamment, bien visible et avec une bonne anticipation des changements de direction, ce qui était appréciable, la route étant rendue glissante par la pluie après une période sèche.

Il vous faudra attendre l’an prochain pour refaire cette sortie car le balisage était vertical et mon GPS s’est éteint pour une raison inconnue.

Merci en tout cas aux organisateurs.

J’ai cru que mon appareil photo resterait dans sa sacoche. Il en est néanmoins sorti pour saisir quelques uns des valeureux partis sur le 65 km.

Prêts pour les inscriptions et avec le sourire, malgré les perspectives moroses.

Un groupe de Wasquehal est déjà là.

Une petite montée sympathique.

Je profite du ravitaillement pour compléter mes prises de vue.

« Comme un avion sans ailes », chantait Charlelie Couture… à Linselles les cyclistes en ont. Ils vont sans doute modifier l’orthographe de leur nom.

Même dans la salle on ne retire pas son coupe pluie. On est jamais trop prudent.

Une grosse averse ne refait pas la nappe phréatique, c’est bien connu. Il suffisait de les laisser dehors pour qu’ils soient rapidement « rincés ».