Brevet cyclo Seclin 2019

Belle lumière sur la chaîne des Monts des Flandres pour ce brevet cyclo proposé par le CC Seclin

Parcours sportif que celui du 120 km. J’étais un peu dépité en constatant que le dénivelé n’était que de 960 m au lieu des 1200 m annoncés. Finalement, ce fut bien ainsi.

Bel enchaînement avec pour commencer le Mont Kemmel et sa montée finale pavée. Puis Mont Rouge , Mont Noir et Mont de Boeschepe. Le Mont des Cats sera gravi trois fois. Descendant vers Berthen, on pouvait penser en avoir fini avec le dénivelé, mais il n’en était rien. Une bifurcation à gauche nous ramenait vers Boeschepe pour rejoindre ensuit le Mont Noir puis Bailleul.

Désireux de ne pas rentrer trop tardivement, je quittai le parcours à Radinghem pour rejoindre Lille. Le vent qui nous poussait généreusement vers Seclin, se fit alors sentir sérieusement d’autant qu’il avait forci en fin de matinée.

Le parcours était bien balisé et les ravitaillements copieux.

A faire donc.

Le temps était idéal pour les prises de vues, mais je modérai mes ardeurs en ce domaine en raison de la distance. Par ailleurs, les Monts grouillaient de cyclistes ce dimanche et il devenait difficile de savoir qui roulait sur quel parcours.

Prêts pour accueillir les participants, qui seront nombreux.

Explications sur l’itinéraire. Balisage vertical en Belgique et sur la commune de Boeschepe.

Ce participant de Billy Berclau suggère à ses coéquipiers d’emporter ce A3 du parcours comme feuille de route…

… mais l’idée ne sera pas retenue.

Ravitaillement de Steenwerck.

Le Ravensberg, idéalement exposé, justifie une halte photographique.

Une autre petite côte bien exposée.

Le Belvédère, entre Mont Kemmel et Mont Rouge offre effectivement de beaux points de vue.

Ravitaillement de Boeschepe. Une fréquentation supérieure à ce qui était prévu, mais le CC Seclin a fait face.

Boeschepe, vu du moulin.

Dans la descente du Mont des Cats.

Pour être informés des prochaines publications, abonnez vous (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil)

Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (5/5)

Le pavé de Vertain, un des lieux emblématique de Paris Roubaix.

Fin de cette série avec des photos prises au ravitaillement de Bouvines, sur les secteurs pavés conduisant au Carrefour de l’Arbre et enfin au Vélodrome. Je commence à sentir les effets du vent contraire et suis moins tenté par des haltes photographiques.

Pavé et moulin en arrière plan est la perspective préférée, même si le positionnement du soleil favorise les contre-jour.

Comme le dira un des ces cyclistes, « faut pas s’arrêter trop longtemps ».

Le secteur pavé qui part du moulin nous attend et le ravitaillement de Bouvines n’est plus très loin.

Ravitaillement précédé d’un court tronçon pavé récemment refait. Rien de bien méchant donc, d’autant qu’il descend.

Ravitaillement animé.

Ambiance estivale côté couvre-chefs.

Philippe, responsable du ravitaillement, donne le ton.

Michel au stand technique…

… aura consommé tout son stock d’huile. Les chaînes « chantent » après 100 kilomètres, malgré un terrain plutôt sec.

Encore ou plus que 32 kilomètres, selon la forme.

Direction, à gauche toute, pour rejoindre le Carrefour de l’Arbre, par des détours… pavés bien sûr.

Dernier regard sur l’église Saint Pierre de Bouvines au profil si caractéristique.

Le Carrefour de l’Arbre n’est plus qu’à quelques coups de pédales.

A peu près le même endroit, quelques semaines plus tôt.

En voilà qui sont attendus…

… et encouragés.

On y attend les coéquipiers…

Encore combien de secteurs pavés demande cette participante.

Et voici le Vélodrome, la file de droite nous attend.

Certains prennent le virage en hauteur.

Pour ma part je suivrai la ligne bleue, même si elle n’est pas des Vosges.

Un podium qui sera très fréquenté.

Retrouvailles avec le couple photographié au Carrefour de l’Arbre. Ils ne sont pas sur le podium mais ils ont été jusqu’au bout.

Les bénévoles sont aussi présents à l’arrivée, ici pour faire sonner la cloche à chaque nouvel arrivant.

Distribution des sandwichs.

Pour le cadeau souvenir, c’est par là.

Freddy, après avoir bouclés les 130 kilomètres en éclaireur (Cf. 1/5), à la distribution des pavés.

Stand double, soutien à la sauvegarde du secteur pavé d’Arenberg…

… et application de la remise pour les adhérents FFCT.

FFCT présente en la personne de son chargé de mission Développement durable…

… et du président du Comité départemental.

Un maillot sympathique.

Pour Gérard, président du VC Roubaix Cyclotourisme, le plus gros est fait mais tout n’est pas terminé pour autant.

Après avoir photographié ces VTT…

… je ne pouvais pas moins faire que de prendre leurs pilotes.

Epilogue : voici ce que nous avons trouvé lors du défléchage. Et la bouteille était pleine.

Pour être informés des prochaines parutions, abonnez vous (Bouton en bas de colonne de droite de la page Accueil).

Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (4/5)

Le soleil est désormais franchement installé sur ce Wallers – Roubaix VTT.

Au menu de cette quatrième partie, plusieurs secteurs pavés et le ravitaillement de Vred.

Si vous avez bien observé les photos qui précèdent, vous connaissez le fin de l’énigme (Cf. 3ème partie)

Cela mérite bien deux photos.

Nous voici au ravitaillement de Vred.

Côté sandwichs on n’a que l’embarras du choix.

Ne pas oublier de faire tamponner sa carte avant de repartir.

A suivre. C’est en ligne

Pour être informés des prochaines parutions, abonnez vous (Bouton en bas de colonne de droite de la page Accueil).

Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (3/5)

Que serait Wallers – Rpubaix sans les pavés ?

Troisième partie de ce raid avec, pour débuter un tronçon qui en aura fait jurer plus d’un. Mais on ne fait pas de VTT sans risquer de se mouiller les pieds, au moins dans le Nord.

Ce sera le seul passage vraiment mouillé mouillant du parcours, les autres zones humides se limitant à des flaques.

Si lors de la reconnaissance certains purent marcher ou rouler au sec sur les bords ce tronçon

… la croissance de la végétation rendait la chose délicate, voir impossible et mieux valait opter pour le VTT amphibie.

Je regrette de n’avoir pas davantage exploité cet angle de prise de vue.

Retour au sec.

Direction Mastaing…

… où un secteur pavé passe non loin de la centrale de Bouchain et de son imposante tour aéro-réfrigérante de 125 mètres de haut.

Marquette en Ostrevent, lieu du premier ravitaillement, n’est plus très loin.

David nous y attend qui, une fois le dernier participant passé, conduira la voiture balai.

Jacques, responsable du ravitaillement dans une délicate opération d’approvisionnement…

… réussie.

Les cyclistes arrivent en flux continu…

… mais les bénévoles font face.

Tamponnage des cartes.

Atelier mécanique.

Problème de pédale.

Nuages et vent rendent la tâche difficile pour le photographe la luminosité changeant à tout instant. Résultat, des photos lumineuses et d’autres plus ternes.

Est-ce cette vététiste qui mène le train pour ces trois gaillards du CC Wavrin ou sont-ils sur le point de la rattraper ? Je vous laisse le soin d’imaginer la fin de l’histoire qui vous plaira.

A suivre. Cliquez ICI.

Vous pouvez être informés des nouvelles parutions en vous abonnant (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil)

Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (2/5)

Le paysage gardera encore longtemps les traces d’un passé industriel et cette centrale au charbon, désormais arrêtée, continuera de se découper à l’horizon, utile repaire pour le cycliste.

Suite de cette randonnée avec une série de photos prise sur un tronçon pavé idéalement exposé.

Le pavé était glissant. La preuve avec cette série.

A suivre … ICI

Si vous voulez être informés des prochaines parutions, vous pouvez vous abonner en cliquant sur le bouton en bas de la colonne de droite (Page Accueil).

Nuit des pavés 2019 (2/3)

En attendant la nuit, effets de lumière sur l’église Saint Pierre de Bouvines.

Suite de cette Nuit des pavés qui n’en est qu’au crépuscule, toujours sur le premier secteur pavé.

Court arrêt pour une photo de groupe… … et c’est reparti. On longe cette belle ferme à cour carrée, pour rejoindre la Marque, non sans avoir pris le temps d’admirer son porche au fronton ouvragé.Photo d’archive, comme il est d’usage de le préciser. Gros plan sur la chaine et ses ondulations. Celle-ci est pas mal non plus. Nouveau passage, après un retour au stand pour ennui mécanique. Il est temps d’aller faire un tour du côté du carrefour de l’Arbre qui doit être fréquenté.

La suite dans la semaine.

C’est en ligne.

Brevet des Claquots – Harnes 2019 (1/2)

Soleil, fraicheur et vent auront marqué cette randonnée autour d’Arras proposée par l’HCC Harnes Cyclo Club.

Est-ce en raison de Paris-Roubaix, toujours est-il qu’il fallait s’éloigner de Lille pour trouver un brevet. Gardant un bon souvenir de l’édition 2017, c’est sans hésitation que j’optai pour le brevet au départ de Harnes.

La fraicheur annoncée était là et l’équipement hivernal s’imposait pour affronter petit matin et vent de nord-est. Ce dernier ne faiblit pas et il fallut lutter contre ou faire avec, selon les moments, durant les 20 derniers kilomètres et le retour vers Lille.

Paris Roubaix oblige, je me suis cantonné cette année encore au 60 km, le 95 proposant une large boucle autour d’Arras. Passé Mericourt on est dans la campagne et le circuit exploite habilement l’environnement champêtre des abords arrageois, la traversée de Saint Laurent Blangy constituant une exception.

De beaux points de vue sur Mont Saint Eloi et Notre Dame de Lorette et un peu de dénivelé dont l’ascension de Vimy.

Le circuit était bien balisé, un H blanc pouvant encore vous guider dans les prochains jours.

A faire donc.

Belle lumière pour les photos, en voici une première série.

Les inscriptions vont bon train. Arrivée en masse des clubs de Douvrin et Sallaumines. Plus facile de régler les problèmes mécaniques au chaud. Provin arrive à son tour. Une belle ligne droite bien exposée à l’entrée de Bailleul Sir Berthoult, ne peut pas manquer de retenir l’intérêt du photographe.