Catégories
Cyclotourisme Randonnées

Hauts pâturages du Cézalier

Dénivelé et larges points de vue attendent le randonneur, qu’il pratique le vélo de route, le VTT ou la marche.

Ma randonnée cyclotouriste de l’an dernier m’avait fait entrevoir le Cézalier à la faveur d’un crochet me menant à Condat, faisant naître la perspective d’un séjour sur ces terres.

Entre massif du Sancy et Monts du Cantal, le Cézalier constitue un admirable belvédère. Outre ses paysages de prairies aux courbes harmonieuses il donne à voir de superbes panoramas.

Pour le cycliste amateur de nature et de dénivelé, il propose des routes champêtres à faible densité de circulation et de nombreux cols aux pentes régulières.

En quête d’un lieu de vacances pas trop fréquenté, nous y avons passé une semaine cet été. Dans un programme surtout consacré à la randonnée pédestre, je parvins à programmer une randonnée cycliste de 120 kilomètres traversant ce que le Guide Michelin identifie comme les hauts pâturages.

Au départ de Blesle, on grimpe sur le plateau et contournant la réserve naturelle des Sagnes de la Godivelle on rejoint la vallée de la Grande Rhue qui mène à Condat. De là, nouvelle ascension sur le plateau avant de basculer dans la vallée de la Sianne qui rejoint celle de l’Alagnon.

La trace disponible sur Openrunner.
Avec un peu plus de 2000 m de dénivelé pour 120 kilomètres, ce parcours demande de l’entraînement sans présenter de difficulté majeure.
Je n’ai pas pris de photos de Blesle, point de départ de cette boucle alors que ce charmant village mêlant maisons de pierres et à colombages mérite la visite.
Au terme d’une montée régulière, Anzat-le-luguet.
Peu après Anzat, l’embranchement en direction de Le Luguet et le col de Vestizoux. Sa pente moyenne de 2,3% avec un maximum de 5,6%, permet de lever la tête du guidon et de profiter des paysages.
Rappel à la prudence pour les automobilistes. Est-ce le fait d’une fin de saison, la circulation est pourtant faible sur ce tronçon.
Le Signal du Luguet, éminence visible de loin, qui en application du principe du retour inverse de la lumière offre de beaux points de vue.
Une bonne vue et surtout un agrandissement du cliché permettent de distinguer cette tête de vache qui balise le Tour des vaches rouges, encore appelé Tour du Cézalier. Ce parcours de 135 km est praticable à pied ou en VTT.
Pour en savoir plus, cliquez sur l’image.
Côté pile, vu des environs du col de Vestizoux
Côté face, en allant vers Saint Alyre es Montagne.
En arrière plan, Saint Alyre.
Bonne nouvelle, le col de la Volpinière est ouvert.
Sur le plateau en direction de La Godivelle.
Léglise de La Godivelle. Je regrette de n’avoir pas photographié la fontaine aux dimensions remarquables.
Si le pays de la Salers est tout proche, ce sont ici des Aubrac.
J’espérais trouver une boulangerie à Eglise Neuve d’Entraigues mais elle sera fermée à mon arrivée. Finalement, sur tout le parcours je n’en rencontrerai aucune d’ouverte et je devrai me contenter de barres de dates pour toute alimentation.
Là j’avoue, je me perds un peu dans la géolocalisation de la photo. Vu l’heure de prise de vue, ce doit être entre Condat et Marcenat.
Je n’irai pas jusque Allanche et bifurque vers Pradiers
Du col de Fortunier à celui de Vazèze, la route suit peu ou prou les courbes de niveau, véritable balcon donnant sur la vallée de la Sianne.
Du col de Chanusclade, s’amorce la descente vers la Sianne. Mais une fois atteinte, il faudra remonter vers Veze pour ensuite la retrouver et ne plus la quitter jusque Blesle.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme Route

Randonnée des Amis de Pont Gibus – Wallers – Octobre 2020

Les organisateurs l’avaient promis, la banderole serait déployée comme pour Paris-Roubaix.

Pas de brevet ce dimanche? C’était compter sans les Amis de Pont Gibus qui, marris de ne pas voir passer Paris Roubaix qui devait se dérouler ce dimanche, se sont consolés en proposant une boucle de 50 kilomètres au départ de Pont Gibus. Au programme, une dizaine de kilomètres pavés.

Non contents de fournir la trace GPS, ils avaient pris le soin de baliser le parcours et ce de façon très efficace.

Le vent annoncé était au rendez-vous. La perspective de fortes rafales et l’état des secteurs pavés que j’avais pu observer lors de récentes sorties, m’incitèrent à opter pour le VTT plutôt que le vélo de route. Je ne l’ai pas regretté même si la chaussée fut dans l’ensemble plutôt propre. Quelques passages étaient par contre franchement boueux.

L’absence de plage horaire de départ me permit d’envisager un déplacement en train avec un arrêt à Landas pour rejoindre Tilloy lez Marchiennes et un retour par Orchies. Le tronçon Landas – Tilloy lez Marchiennes se révéla plus intéressant que prévu car comportant un long secteur pavé. Le retour vers Orchies via la forêt fut aussi agréable. Je joins donc la trace de ce parcours de liaison.

Les deux itinéraires sont disponibles sur Openrunner la randonnée et l’itinéraire de jonction entre gares.
En blanc, les secteurs pavés (merci Komoot).
Deux vélos dans le TER. Un autre cyclo se faisait un Paris-Roubaix perso au départ de Valenciennes.
La gare de Landas, point de départ de ma randonnée.
Je ne croiserai en définitive que peu de cyclistes.
Le vent est bien présent.
C’est parti pour 1,5 kilomètres.
Une chaussée en bon état.
Point de jonction avec la randonnée.
Le fléchage, bien connu des habitués de Paris – Roubaix, comportant la mention APG confirme la bonne direction.
Passage par le centre de Marchiennes, ici l’Hôtel de Ville…
… et un peu pus loin l’église arborant sur son fronton la devise républicaine « Liberté Egalité Fraternité », ce qui ne se rencontre pas souvent.
Une longue ligne droite pour rouleur.
Respect des limitations de vitesse.
Ca démarre fort pour le premier secteur pavé du circuit rencontré (Haveluy).
Ambiance « Au nord c’était les corons ».
Début de la trouée d’Arenberg…
… loin de l’affluence des jours de Paris-Roubaix
Un secteur pavé remis à neuf.
Et nous voilà à Pont Gibus…
… où France Bleue Nord couvre l’évènement.
Nouveau secteur pavé à la sortie d’Hornaing.
Courte interruption de pavage, on tourne à droite et ça repart.
Un secteur également en bon état.
Un petit (pas tant que ça) dernier pour la route.
Sur la route d’Orchies, via la forêt de Marchiennes)
Le train part à 13h04, pas de halte à la Croix ou Pile.
C’est bon, je serai à l’heure.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Cyclotourisme Gravel Randonnées VTT

Autour de Saint-Amand les Eaux

De beaux secteurs pavés ponctuent ce parcours dont je ne sais s’il faut le qualifier de VTT ou de Gravel.

Désireux de changer de pâture, je jetai mon dévolu sur les environs de Saint-Amand les Eaux qui conjuguent forêts, canaux, terrils, secteurs pavés et chemins agricoles.

Dans le cahier des charges, aller en TER pour ne pas allonger inutilement le parcours avec des tronçons cent fois parcourus au départ de Lille et retour en vélo, car j’ai des scrupules à revenir en train avec un engin potentiellement très boueux.

Empruntant à une boucle au départ de Saint-Amand trouvée sur Openrunner, je la triturai et la complétai en sorte de parvenir à une distance adaptée à une randonnée à la journée.

Pour les costauds ou plus courageux que moi, deux terrils bordent le parcours que j’ai ignorés compte tenu de la distance déjà prévue et ne les ayant jamais pratiqués à vélo. Mais je reviendrai, avec une approche plus directe.

Voici la randonnée en images.

La trace enregistrée disponible sur Openrunner.
On quitte Saint Amand vers l’ouest en suivant la Scarpe…
… et une voie ferrée désaffectée.
Puis le chemin devient champêtre, mais toujours suivant le fleuve.
A Hasnon, changement de programme, des travaux sur la berge amputent légèrement le tracé prévu sur le chemin de halage.
On rejoint la forêt à la sortie de Cataine.
Croisement avec la trouée d’Aremberg…
… que l’on emprunte sur quelques centaines de mètres.
Derrière les bouleaux, la mare à Goriaux que l’on va aller voir d’un peu plus près.
Direction Raismes en suivant la piste cyclable…
… puis une trace improvisée sur le bas Côté.
Traversée du parc de loisirs.
Avec son imposant jet d’eau.
Carrefour dit de l’Etoile de Cernay.
A Odomez on retrouve les berges de l’Escaut que l’on suit jusque Mortagne du Nord.
Retour aux pavés
La chasse est ouverte, prudence.
De nombreuses fermes avec porche à pigeonnier jalonnent le parcours.
Pour les vélos, c’est permis.
Les éclaircies, ravivent les couleurs.
Faut pas être trop gros, mais ça passe.
A Cysoing, je tournicote un peu avant de trouver le départ du chemin parallèle à la route menant à Bouvines.
A Bouvines, retour sur des sentiers battus avec la voie verte du Val de Marque.
Passé le lac du Héron, derniers champs avant la ville.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme VTT

Rando Lys VTT – Erquinghem Lys 2020

Les champs de colza apportaient un peu de couleur dans cette grisaille dominicale.

Un brevet… Nous allions finir par oublier ce que c’était. Et puis dans une déferlante d’annulations, surgit un ilot peuplé d’irréductibles vététistes. Dubitatif, je consulte régulièrement l’agenda de Cyclos Hauts de France, mais aucune funeste bande rouge ne vient barrer l’annonce de la rando organisée par Lys VTT.

C’est donc reparti ? Eh oui. Certes, tout n’est pas comme avant. Finis (provisoirement espérons le), les accueils et ravitaillements conviviaux et animés. Fini, le traditionnel sandwich-boisson à l’arrivée.

Mais pour le reste, c’est tout pareil. La pluie, le vent, la boue et la séance nettoyage du vélo une fois rentré (pas de point de nettoyage non plus). Et comme à chaque fois ou presque en cas conditions défavorables, le retour du beau temps une fois la rando finie.

Lys VTT avait fait fort pour nous remettre dans l’ambiance : de bonnes averses, voire giboulées, du vent avec des rafales à 65 km/h annoncées par Météo France et une bonne dose de boue sur un tronçon au pied du Mont de Lille.

Côté photos ce sera comme un dimanche pluvieux. Difficile de sortir son appareil sans le mouiller et à défaut de la Covid, le risque d’un bon refroidissement en cas de station immobile prolongée.

En voici néanmoins quelques unes dont certaines concernant l’organisation de l’accueil, en espérant que ce brevet réussi confortera les clubs qui n’ont pas encore annulé leurs sorties dans la décision de les maintenir.

Merci à Lys VTT.

La trace du 50 km qui nous conduisait au Mont Noir, disponible sur Openrunner. Trois autres distances étaient proposées, 25, 35 et 65 km.
Respect des consignes sanitaires : port du masque, respect des distances et désinfection des mains à l’entrée.
Les inscriptions sur Internet étaient privilégiées mais les inscriptions sur place possibles.
Un cheminement linéaire et sans croisements pour valider l’inscription, recevoir ses barres de céréales et cerise sur le gâteau, un bidon ou un tour de cou.
Direction la sortie que l’on aperçoit au fond…
… sous la surveillance du club déterminé à ne pas être pris en défaut.
Par encore de masque aux couleurs du club, mais cela à mon avis de va pas tarder à fleurir.
Bravo Lys VTT
A mon avis, il a du rester du stock. Pour ce qui était de l’hydratation, les éléments s’en chargaient.
Pause pipi et brève interruption de la pluie, je risque quelques photos.
Halte décrottage, mais pour autant ce n’est pas encore fini.
La photo de la roue avant met en valeur l’encrassement…
… de la roue arrière.
Difficile de ne pas marcher sur ce tronçon.

BONUS

Votre serviteur dans une belle ornière… juste avant la chute.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.