Les 3 heures de Lallaing VTT – Lallaing 2019

Lac norvégien? Non, terril de Lallaing. Je n’arrête pas de le dire à ma femme qui n’aime qu’à voyager, l’exotisme est au coin de la rue.

Agréable brevet proposé par les Randonneurs Lallinois avec au menu trois terrils, ceux de Lallaing, Sin le Noble et Râches. Le terril de Lallaing, accessible de façon restreinte, vaut le déplacement avec ses nombreux « lacs ».

Le parcours, très champêtre, est varié avec passages en forêt, routes pavées, chemins agricoles.

Dommage que le beau temps ne fût pas au rendez-vous. Cela eut sans doute une influence sur la fréquentation, d’autant que les prévisions de Météo France annonçaient une pluie continue. De fait quelques averses vinrent nous rafraichir, mais rien d’affreux. Le vent par contre étaient bien présent et certains tronçons rectilignes invitaient à adopter une position de conduite aérodynamique où à trouver un lièvre bienveillant.

Les conditions n’étaient pas franchement idéales pour les photos et il fallait composer avec une faible luminosité et les passages pluvieux. Je ne revins pas bredouille pour autant.

A 7h30 la salle est encore vide, ce qui permet d’admirer la peinture murale qui l’orne.

Cathy du VC Roubaix toujours dans les premières à s’inscrire. Un facétieux membre du CC Orchies. Je m’arrête pour le paysage… … et en profite pour saisir deux cyclistes. Les réglages ne sont pas encore au point, un peu de flou dans les photos qui suivent. A la sortie de la petite montée, un passage boueux en virage qui surprend. Ca passe avec le sourire. Petite observation qui relève sans doute de la psychologie comportementale. Il a suffit que je me poste au bord de cette flaque pour que plusieurs empruntent ce tronçon alors qu’avant mon déplacement tous prenaient plus à gauche en terrain sec. Passage pavé avant d’aborder le terril de Sin. Une photo floue mais colorée se transforme en pseudo aquarelle. Merci Photoshop. Franchissement d’un petit fossé dans le terril de Sin. Ravitaillement joyeux. J’ai eu droit ce dimanche aussi à une roue arrière. La salle cette fois bien remplie.

Et merci aux Randonneurs Lallinois.

Rando VTT Annaysienne – Annay sous Lens 2019 (5/5)

La densité de cyclistes à ce premier ravitaillement, commun à toutes les distances, pouvait faire craindre des files d’attente pour atteindre les tables mais finalement l’accès était fluide.

Voici donc la fin de ce reportage.

J’avais espéré dans la dernière séquence obtenir de beaux effets de filé, mais faute d’avoir pris la peine de vérifier ma vitesse d’obturation, ce fut raté, celle-ci étant trop élevée.

Nos deux compères profitent d’être dans le champ… … ils auront droit à une photo personnelle. Publicité inhabituelle dans les brevets…ça reste du sport. Les ravitailleurs ne chôment pas. Sans doute les plus jeunes participants. La famille réunie. Petit détour en creux et bosses. Ceux qui ont coupé n’auront pas eu droit à la photo. Petite bosse dont la descente fera hésiter certains. Ravitaillement du 45 km. Le choix est limité malgré une livraison supplémentaire, mais il reste de quoi boire et manger. Pas de rupture de stock à l’arrivée, tout le monde sera servi. Beau palmarès.

Rando VTT Annaysienne – Annay sous Lens 2019 (4/5)

D’un terril à l’autre, au moins par la vue s’agissant de celui-ci que nous n’explorerons pas.

Avant dernière partie de cette randonnée Annaysienne en photos avec la sortie d’un passage boisé. Souci de chaîne pour ce vététiste. Ce n’aura pas été le seul et le dimanche précédent également. Les transmissions commencent sans doute à fatiguer. Cela me conforte dans l’utilité d’un dérive chaîne et d’attaches rapides dans son sac. Encore un imprudent qui roule non couvert.

Suite et fin demain soir sans doute.

Au menu : le ravitaillement, un passage en terril, une descente de butte…

Et voilà… la fin.

Rando VTT Annaysienne – Annay sous Lens 2019 (3/5)

Ambiance lacustre au pays des terrils.

Troisième partie de ce reportage avec une série de prise de vues dans une côte bien raide. A la différence de la précédente, celle-ci se voyait de loin et l’on pouvait prendre de l’élan. Cela ne suffit pas toujours.

Si vous avez manqué le 1 et le 2

Sans casque, pas prudent. La cagoule ne remplace pas le casque. Suivons ces cyclistes pour retrouver la sortie d’un tronçon boisé, prochaine séquence photo.

La suite demain soir sans doute.

La suite promise.

Rando VTT Annaysienne – Annay sous Lens 2019 (2/5)

A 9h30, le givre n’avait pas complètement disparu malgré un soleil bien présent.

Suite de cette randonnée Annaysienne avec une séquence consacrée à une courte mais raide montée. Plusieurs, faute d’avoir anticipé le virage à gauche et la raideur de la pente, caleront en cours de route, créant par moment des encombrements. Mais dans tous les cas la bonne humeur demeure.

Si vous avez raté la première partie.

La montée en question. Certains prennent sur le côté pour éviter la file. Autre itinéraire bis, moins pentu. Juste avant le décrochage. Facile. Plan… … GROS PLAN Il faut savoir avoir le bras long… … et ça passe. Ca pousse et ça passe.

La suite demain soir, avec une autre montée.

C’est en ligne.

Rando VTT Annaysienne – Annay sous Lens 2019 (1/5)

Départ givré pour cette 13ème randonnée Annaysienne. Le soleil sera le plus fort et cette belle balade se terminera dans la douceur.

Avec une fréquentation en forte hausse (plus de 1200 participants cette année), succès mérité pour le CC Annay organisateur de cette randonnée.

J’avais renoncé l’an dernier à faire le 45 km ayant compris à tort que cette distance comportait des tronçons dits « single track » et m’imaginant dans quelque goulet ou descente, bloquant toute une file de cyclistes plus aguerris. De fait mon erreur était double. D’un part, les parties « en single track » sont réparties sur toute la distance et j’en avais pratiqué sans le savoir. D’autre part, les dix kilomètres propres à la distance la plus longue sont finalement très abordables et moins techniques que le reste. Rassuré sur la teneur du parcours au premier ravitaillement, j’optai donc pour cette distance.

Dans l’ensemble, un itinéraire très travaillé exploitant au maximum le dénivelé et d’agréables passages dans des secteurs boisés… en « single track ».

Le balisage est également soigné avec de nombreuses indications au sol doublées d’une signalétique verticale.

Le temps sec de ces dernières semaines rendait le terrain très praticable et hormis de rares passages boueux, le sol fut au pire un peu gras une fois ramolli par la hausse de la température.

Je renouvelle donc mon invitation à participer à ce brevet à l’intention de ceux qui ne l’ont pas encore pratiqué.

Le temps était idéal pour les photos et j’en fis en abondance. Cinq parties seront nécessaires pour les restituer.

Pour revoir l’édition 2018 : CLIC

Inscriptions des membres du VC Faumont dont nous retrouverons certains dans la suite de ce reportage. Chocolat chaud et café. Certains prennent des risques pour annoncer leur manifestation. Les inscriptions vont bon train. Premier arrêt photos au bord d’un chemin tranquille bien exposé. Le passage incessant de cyclistes n’affecte pas la faune locale. Roue arrière réussie pour la photo. Jean-Louis du VC Faumont, tout sourire après un week-end d’abstinence la semaine dernière qu’il avait néanmoins mis à profit pour faire de nombreuses photos du brevet des Renards des sables.

La suite demain soir sans doute.

Le doute est levé, c’est FAIT.

La Leforestoise – Leforest 2019 (2/2)

Plusieurs terrils étaient au programme de la Leforestoise.

Suite et fin de cette Leforestoise 2019 (voir la première partie).

Une première séquence est consacrée à la sortie du terril de Thumeries, opposée à celle empruntée la semaine précédente avec la Ronde verte de la Pévèle, mais tout aussi raide.

Une seconde à la montée du terril de Leforest. La descente offre également un passage photogénique, mais à cette heure de la matinée je risquais d’attendre longtemps pour une maigre récolte et je devais rentrer à Lille à midi au plus tard.

Fin donc des prises de vues après ce tronçon. Je négligerai pour la même raison le terril d’Evin-Malmaison et sa descente en lacets (les dimanches impairs c’est une montée en lacets).

Un barbu déjà vu. Ma femme m’a demandé comment il faisait pour garder une barbe aussi blanche alors que je revenais le visage constellé de boue. Je lui ai fait remarquer le garde-boue. Perte de contrôle de la trajectoire… … évitement du cycliste. D’un terril à un autre. Ici celui de Leforest côté montée.