Catégories
Cyclotourisme Gravel Randonnées VTT

Autour de Saint-Amand les Eaux

De beaux secteurs pavés ponctuent ce parcours dont je ne sais s’il faut le qualifier de VTT ou de Gravel.

Désireux de changer de pâture, je jetai mon dévolu sur les environs de Saint-Amand les Eaux qui conjuguent forêts, canaux, terrils, secteurs pavés et chemins agricoles.

Dans le cahier des charges, aller en TER pour ne pas allonger inutilement le parcours avec des tronçons cent fois parcourus au départ de Lille et retour en vélo, car j’ai des scrupules à revenir en train avec un engin potentiellement très boueux.

Empruntant à une boucle au départ de Saint-Amand trouvée sur Openrunner, je la triturai et la complétai en sorte de parvenir à une distance adaptée à une randonnée à la journée.

Pour les costauds ou plus courageux que moi, deux terrils bordent le parcours que j’ai ignorés compte tenu de la distance déjà prévue et ne les ayant jamais pratiqués à vélo. Mais je reviendrai, avec une approche plus directe.

Voici la randonnée en images.

La trace enregistrée disponible sur Openrunner.
On quitte Saint Amand vers l’ouest en suivant la Scarpe…
… et une voie ferrée désaffectée.
Puis le chemin devient champêtre, mais toujours suivant le fleuve.
A Hasnon, changement de programme, des travaux sur la berge amputent légèrement le tracé prévu sur le chemin de halage.
On rejoint la forêt à la sortie de Cataine.
Croisement avec la trouée d’Aremberg…
… que l’on emprunte sur quelques centaines de mètres.
Derrière les bouleaux, la mare à Goriaux que l’on va aller voir d’un peu plus près.
Direction Raismes en suivant la piste cyclable…
… puis une trace improvisée sur le bas Côté.
Traversée du parc de loisirs.
Avec son imposant jet d’eau.
Carrefour dit de l’Etoile de Cernay.
A Odomez on retrouve les berges de l’Escaut que l’on suit jusque Mortagne du Nord.
Retour aux pavés
La chasse est ouverte, prudence.
De nombreuses fermes avec porche à pigeonnier jalonnent le parcours.
Pour les vélos, c’est permis.
Les éclaircies, ravivent les couleurs.
Faut pas être trop gros, mais ça passe.
A Cysoing, je tournicote un peu avant de trouver le départ du chemin parallèle à la route menant à Bouvines.
A Bouvines, retour sur des sentiers battus avec la voie verte du Val de Marque.
Passé le lac du Héron, derniers champs avant la ville.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Gravel VTT

Gravel Equinox – Lille Octobre 2020

Petit tour vers les terrils pour ce Gravel Equinox.

Si ce n’est l’absence totale de départ groupé et la limitation de la taille des groupes à dix, la pratique du Gravel n’est finalement pas trop affectée par les mesures sanitaires.

Une trace GPS, de quoi s’alimenter en route et nous voilà partis pour suivre le parcours proposé ce samedi au départ de Lille.

Circuit qui nous conduit vers la forêt de Phalempin et Oignies où s’amorce le retour vers Lille.

Le temps était de la partie avec, en début de matinée, un franc ciel bleu.

La trace que vous pouvez retrouver en cliquant ICI
Une barrière à franchir…
… et c’est presque la campagne…
… colorée de teintes automnales.
Pavés à droite ou route à gauche, vous avez le choix.
Malgré sa vélocité légendaire, Gérard ne se dirige pas vers l’autoroute…
… mais vers un secteur pavé montant mais bien roulant.
C’est ce qu’on appelle la formation continue.
Traversée de la forêt de Phalempin en évitant les secteurs bien détrempés.
Il ne FALLAIT PAS tourner à droite à cet endroit.
Nous voilà partis sur des chemins confidentiels.
Dérapage pas vraiment contrôlé…
… mais manifestement c’est amusant.
Là on sort la machette.
Retour sur l’itinéraire.
On arrive sur la zone de terrils de Oignies.
On distingue au fond les chevalements de la fosse 9/9 bis. Pour les voir de plus près cliquer ICI.
On accède facilement au sommet de ce terril par un chemin en colimaçon. Superbe panorama à 360 degrés au sommet.
Mai ce ne sera pas pour cette fois et nous continuons dans le parc attenant.
A l’horizon, le terril de Carvin.
On rejoint la Deûle un peu avant Houplin Ancoisne…
… et la jonction avec le canal de Seclin.
Le jardin Mosaic n’est pas très loin, et là s’arrête le reportage, mais pas la boucle.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme VTT

La Terrible – Beuvry 2020 (2/2)

Après recadrage de la photo, cette Terrible 2020 aurait presque des allures de montagnarde. De fait le dénivelé était au rendez-vous, au moins par accumulation des ascensions.

Suite en images de cette randonnée au départ de Beuvry.

On descend droit dans la pente.

Le cyclotourisme c’est aussi prendre le temps de s’arrêter.

Une nouvelle crevaison. Ce ne sera pas la dernière.

Un peu de plat.

Ce qui s’appelle, voir le bout du tunnel.

La pluie s’intensifie. Changement de tenue.

Un nouveau terril nous attend.

Allez, on repart?

Ravitaillement au pied des pistes de ski.

Le vent était mordant.

Ca se confirme.

A quand des tronçons de VTT de descente?

LudoFlam dont vous pouvez retrouver les reportages sur sa chaîne Youtube et bien sûr sur Cyclos Hauts de France.

C’est reparti en suivant les pistes.

En plaine, c’est mouillé.

Ca coince.

Descendre…

… monter…

… les sisyphes du vélo à la peine. Elle était dure même à pied.

Fifi était là.

Mieux valait regarder avant de traverser.

Montée dans une ambiance printanière.

L’heure des choix, le 37 tout droit, 45 et 55 à droite.

Ceux qui avaient un regret pouvaient (mais ce n’était pas indiqué) prendre un gros raccourci pour rejoindre le ravito.

Mais c’eût été dommage de rater le terril de Grenay et son superbe point de vue.

La trace part bien à gauche mais difficile de contrôler sa trajectoire sur terrain gras.

Nouvelle descente un peu raide.

Pour l’instant tout va bien…

… ce n’est plus vraiment la route, mais tous les chemins etc…

Tout droit, ça passe.

Une de plus.

La photographe officielle.

Second ravitaillement. Le doigt pointé vers moi n’est pas une marque d’hostilité mais le signalement d’un pneu arrière franchement en basse pression.

Il faut se rendre à l’évidence, il s’agit bien d’une crevaison.

Mais je trouverai assistance auprès d’un des ravitailleurs…

… au centre de la photo. Merci à lui.

La photographe à visage découvert, dans une montée qui pique un peu les jambes après mon arrêt prolongé au ravitaillement.

Beau point de vue également du terril de Mazingarbe.

Passé Mazingarbe, l’itinéraire devient plus roulant, sur le 45 km tout au moins.

Sans commentaire.

Un peu de couleur dans la grisaille.

Le tracé fait des méandres à la recherche de dénivelé.

Tenté un instant par un retour rapide, rive gauche, je reviendrai rive droite pour suivre le parcours complet…

… qui exploitera au maximum les ressources en monotrace.

Merci au Club Léo Lagrange pour ce parcours animé.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme VTT

La Terrible – Beuvry 2020 (1/2)

Des terrils pour la Terrible, tel pourrait être le sous-titre de cet article. Il y en avait en effet plusieurs sur les différentes distances proposées par le Club Leo Lagrange VTT de Beuvry.

La Terrible valait le détour et ma déconvenue de la semaine passée, pour cause de changement de date, fut vite oubliée.

Beaux parcours que ceux proposés par le Club Léo Lagrange VTT de Beuvry avec plusieurs terrils au menu. Je ne connaissais pas ce secteur, la découverte fut pleine de bonnes surprises. Du dénivelé, de nombreux secteurs monotrace et de larges points de vue sur les environs.

Le tracé tirait parti de toutes les bosses et se faisait parfois très sinueux à cette fin.

Si le sol était gras et bien glissant par endroits, ce ne fut pas la boue de la Pévèle.

Bref, envie d’y revenir par temps sec.

Le balisage au sol était de qualité et ne laissait pas de place au doute,même dans les passages boisés.

Une erreur de manipulation me fit effacer le tracé du parcours de 45 km avant de l’avoir enregistré. Une âme charitable et coopérative communiquera peut-être un lien vers une trace.

Le vent était toujours de la partie et la pluie se fit discrète. Si un grain ou deux incitèrent certains à enfiler leur coupe pluie ce n’était pas vraiment indispensable.

Comme d’habitude, la suite en photos.

Application.

Décontraction.

Le kit du baliseur.

Ca démarre tranquillement.

Mais même en ville, la moindre bosse est exploitée.

Premier monotrace à largeur…

… et hauteur limitées.

Les organisateurs avaient fait le pari d’un balisage uniquement au sol, celui-ci aura bien résisté aux intempéries et sera demeuré très visible.

Mieux vaut tenir sa droite.

On monte.

On monte encore.

On monte toujours.

Mais les meilleures choses ont une fin.

Parfois on monte et on marche.

Ce tronçon montant demeure roulant…

C’est parti pour une séquence prise de vues.

La suite demain soir sans doute.

La suite est LA.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.