Randonnée du Ferrain – Neuville en Ferrain 2019

Triste dimanche pour un brevet. La météo joue au yoyo. Tenue d’hiver et coupe pluie de rigueur pour cette Randonnée du Ferrain, organisée par l’Union Cycliste Neuvilloise.

Le cycliste n’aime pas l’eau, cela se confirme. Après un dimanche et un lundi de Pâques ensoleillés qui ont connu des scores de participation dépassant les cinq cents, l’Union cycliste neuvilloise n’a pas dépassé les cent quarante participants,vétetistes et marcheurs compris.

Dommage, car le parcours cheminant en direction du Mont de l’Enclus (que seuls les participants au 100 km atteindront) était plaisant, empruntant de petites routes sinueuses et vallonnées. Certes, les couleurs n’étaient pas au rendez-vous et mieux valait disposer d’un coupe pluie étanche. Mais quand même, un petit effort ne serait-ce que pour faire le 45 km aurait été le bienvenu en contrepartie des efforts faits par le club pour l’organisation de cette sortie.

Le balisage notamment, bien visible et avec une bonne anticipation des changements de direction, ce qui était appréciable, la route étant rendue glissante par la pluie après une période sèche.

Il vous faudra attendre l’an prochain pour refaire cette sortie car le balisage était vertical et mon GPS s’est éteint pour une raison inconnue.

Merci en tout cas aux organisateurs.

J’ai cru que mon appareil photo resterait dans sa sacoche. Il en est néanmoins sorti pour saisir quelques uns des valeureux partis sur le 65 km.

Prêts pour les inscriptions et avec le sourire, malgré les perspectives moroses.

Un groupe de Wasquehal est déjà là.

Une petite montée sympathique.

Je profite du ravitaillement pour compléter mes prises de vue.

« Comme un avion sans ailes », chantait Charlelie Couture… à Linselles les cyclistes en ont. Ils vont sans doute modifier l’orthographe de leur nom.

Même dans la salle on ne retire pas son coupe pluie. On est jamais trop prudent.

Une grosse averse ne refait pas la nappe phréatique, c’est bien connu. Il suffisait de les laisser dehors pour qu’ils soient rapidement « rincés ».

Rallye des lilas – Wambrechies 2019 (2/3)

Le clocher trapu de l’église de Linselles, facilement identifiable, constitue un bon repère pour le cycliste sans carte ou GPS.

Suite de ce reportage, un peu statique j’en conviens. L’épisode précédent.

La suite demain soir sans doute.

La voici.

Rallye des lilas – Wambrechies 2019 (1/3)

Beau succès pour ce Rallye des Lilas organisé par l’Espoir Cycliste Wambrechies Marquette avec près de mille participants.

Agréable brevet que ce Rallye des Lilas qui nous fit traverser Ferrain et Weppes. La première boucle concentrait le dénivelé avec de nombreuses bosses propres à nous réchauffer en ce dimanche ensoleillé mais frisquet en début de matinée.

La partie dans les Weppes plus champêtre et plus roulante ne permit pas d’échapper, dans les derniers kilomètres, à un vent contraire soutenu mais qui n’était qu’un doux zéphyr à l’aune des deux dimanches précédent.

Le circuit était bien balisé (L Vert au départ du Fort du Vert Galant)

Vous trouverez la trace GPS sur Openrunner.

Voici les 10 premiers clubs participants. Et puisque nous sommes dans les statistiques, vous aurez noté que les 10 premiers clubs représentent 35% des participants. Le document complet transmis par Patrick montre qu’un petit tiers a opté pour le 90 et une grosse moitié pour le 60.

Belle lumière pour les photos. J’avais pour projet de m’arrêter dans un petite côte peu après le ravitaillement, mais elle n’était pas au programme cette année. Un virage bien exposé sur le retour vers Linselles constitua mon seul lieu de prise de vues. En poursuivant ma route je repérai quelques portions sinueuses et montantes qui eussent permis des poses dynamiques. A garder en mémoire.

Pour revoir l’édition 2018.

Le fort du Vert Galant, lieu de départ de la randonnée. Accueil café. Patrick qui a œuvré cette année pour tenter de favoriser une répartition concertée des brevets et éviter que des dimanches « sans » succèdent à d’autres plutôt encombrés. Pour le Rallye des lilas, c’était bien joué. Fléchage clair et bien positionné. Premier ravitaillement.L’équipe au complet. Quelques kilomètres plus loin, je suis en poste. Croisements

La suite ICI

La ronde de Noël – Linselles 2018

Cette Ronde de Noël eut pu s’appeler Ronde des sorcières tant on put imaginer qu’à force d’imprécations celles-ci déchainèrent mille démons soufflant un vent violent.

Si vous n’y étiez pas, vous aurez deviné que ce brevet fut venteux… et pluvieux par moments.

Parti pour faire le cinquante kilomètres je me rabattrai finalement sur le trente en raison de ces conditions climatiques peu riantes.

Les deux circuits parcouraient le Ferrain par des chemins agricoles pour l’essentiel, le plus long filant vers Halluin.

Le terrain quoique bien humide n’était pas encore trop détrempé pour entourer dérailleurs et pédaliers d’une gangue terreuse.

Le balisage reste doute un point à améliorer. Si j’évitai de me fourvoyer une première fois peu après le départ, un groupe revenant de la mauvaise direction, nous fûmes plusieurs à errer peu après en quête d’une flèche. Il en sera de même en rejoignant la Lys où une indication de tourner à gauche se révéla également erronée.

Il semble que des malfaisants aient subtilisé certaines d’entre elles y compris le panneau à la bifurcation des deux circuits. Mais peut-être faut-il revoir également le mode d’accrochage de certaines flèches qui se transformèrent en girouette avec le vent. Ou encore, comme on le voit parfois une double signalétique, verticale et au sol quand cela est possible. Plus facile à dire qu’à faire, j’en conviens, c’est une suggestion.

Merci en tout cas au Linselles cyclisme pour l’organisation de ce brevet en cette période souvent ingrate en termes de météo.

Quelques photos malgré la grisaille et la pluie.

Deux parcours étaient proposés ainsi que des circuits marche. Arrivée du bidon. Sortie du bidon. Que s’est-il passé entre deux? Mystère. Deux roubaisiens qui ne sont pas venus les mains vides… … ils apportaient une affiche annonçant le prochain Wallers – Roubaix VTT le 5 mai prochain. Affiche apposée sans délai… … et non sans mal. Si vous n’avez jamais participé, je vous le conseille. Voir le reportage de l’année 2017. Il commence à pleuvoir comme en attestent les tâches dues aux gouttes de pluie sur l’objectif. Après cette photo je troquerai mon coupe vent sans manches contre mon coupe pluie. Bien m’en prit car le grain pressenti ne tarda pas à se matérialiser. Pas de photo du ravitaillement, nous nous retrouvons peu après au sommet d’un chemin pentu. Catherine tout sourire. (cette fois je peux faire le malin, je la « connais » elle participait également à la Pat Lys) Photos de paysage en attendant d’autres participants.

Randonnée Souvenir Jean-Claude VANDEWALLE – Halluin 2018

Invités surprise de cette randonnée, des oiseaux migrateurs que je n’ai pu saisir que peu avant qu’ils ne disparaissent.

De nombreux brevets étaient proposés ce dimanche.

La Ronde des Nieulles était tentante mais j’ai pas mal fréquenté les Monts des Flandres ces derniers temps. Le Circuit des Châteaux au départ de Leers également mais, prévoyant de participer à Monts et Moulins, j’ai finalement opté pour la randonnée proposée par le Club Cyclo d’Halluin.

Parcours périurbain et champêtre, entièrement belge qui conduit au Mont de l’Enclus, principal dénivelé de ce circuit qui comportait néanmoins de nombreuses bosses (580 m de dénivelé sur le 90 km).

Le balisage vertical était de qualité et l’erreur visible sur ma trace GPS aux environs du trente huitième kilomètre était due à mon inattention, car revenant sur mes pas je pus constater que le changement de direction était correctement indiqué. Vous pouvez retrouver la trace du 90 km sur Openrunner.

Premières inscriptions. Linselles, bien représenté, commence à arriver.Première halte en haut d’une petite côte bien exposée.  Cette cycliste regrettait de ne jamais voir ses photos. J’espère qu’elle a bien noté les coordonnées du site. Nouvelle halte pour photographier cette ferme et plus si passage. La photo manque de netteté, mais pour un souvenir, cela peut convenir. Nouvel arrêt au soleil et une bonne vision des arrivants. Le ravitaillement, attendu par les participants du 90 km car positionné au 60 ème. Echanges à propos du rétroviseur de casque ce cycliste du club de Mouvaux. Les voilà repartis. Pas de casque… … et son coéquipier non plus.

Géant Lambert – Lambersart 2018

« Qui luit samedi, dimanche boudera ». Un dicton inspiré par la météo du jour. Le Géant Lambert sous le soleil c’est autre chose.

Après une semaine d’abstinence pour cause d’astreinte, j’aspirais à un brevet aussi ensoleillé que ceux que j’avais ratés. Il n’en fut rien. Pluie et grisaille étaient au menu.

Dommage, car le Géant Lambert offre de beaux panoramas. Si la vue portait loin, les paysages étaient affadis.

Parti pour le 110 kilomètres le temps gris et une halte photo prolongée me feront finalement opter pour le 85 kilomètres que j’agrémenterai d’une variante personnelle. Parvenu à Berthen, plutôt que de filer vers Saint-Jans Cappel, je bifurquerai à droite par la rue de Godewaersvelde pour gravir le Mont des Cats par le Chemin du Rossignol puis par le Chemin du cimetière. Ouf ! comme il est écrit sur la chaussée au terme de cette courte mais intense côte terminale. Je rejoindrai alors la fin de la boucle du 110 kilomètres qui ramène vers Berhent via le Mont de Boschepe.

Petites routes et dénivelé étaient par ailleurs au rendez-vous sur le 85 kilomètres. Mont Kemmel tout d’abord, puis Mont Rouge suivi du Mont Noir, pour finir le Ravensberg.

Comme les années précédentes, très bonne organisation, qu’il s’agisse du fléchage, du ravitaillement ou de la sécurité.

Je crains que tout ceci n’ait pas été récompensé par une fréquentation à la hauteur de celle de l’an dernier. Ayant raté une flèche je me retrouverai à Warneton plutôt qu’à Frelinghien et rentrerai directement chez moi sans repasser par la salle. Je n’ai donc pas eu connaissance du nombre de participants.

Ceux qui visent le 110 kilomètres sont déjà là. Mais les arrivées sont espacées ce qui laisse le temps de poser pour une photo. Temps gris et pluvieux. Rendez-vous directement à la case Ravito. Parasol et parapluie sont de sortie, les sourires aussi. Peu après le ravitaillement un tilleul de belle taille m’abritera de la bruine tenace entre deux passages de cyclistes. Les flèches rouges et blanches étaient bien visibles, sauf pour les distraits. Les cyclos d’Anstaing sont réjouis. Sans doute savourent-ils encore le succès de leur récent brevet auquel je n’ai pu participer à mon grand regret. Un peu plus loin, une autre côte, la pente se fera plus rude par la suite. Le Houblon a encore le temps de grandir d’ici la route du Houblon. Variante personnelle sur le 85 km. L’ascension du Mont des Cats par le chemin du Rossignol fut embaumée par les senteurs des genêts en fleurs. Pour ce qui est de la limitation de vitesse, je l’ai strictement respectée.Ravitaillement de Bailleul. La côte du Ravensberg est également un bon lieu de prises de vues, mais je m’y attarderai pas.

Randonnée de Pâques – Mouvaux 2018 (2/2)

Quelques fugaces éclaircies vinrent animer le paysage, mais ce fut pour mieux nous arroser.

Suite de cette randonnée sous un timide soleil et une forte averse.

Halte photographique non loin de Nieuwkerke pour saisir la percée du soleil… … me donnera de compléter mes vues de cyclistes. Un groupe croisé dimanche dernier. Peu de temps se sera écoulé entre les deux prises de vues et encore moins s’écoulera avant que la pluie nous rattrape.