Catégories
Cyclotourisme VTT

La Gérard – VTT

Après une mise en chauffe sur chemin de halage, la Gérard nous entraîne sur des secteurs nettement moins roulants.

Dimanche 15 mars, tous les brevets sont annulés. Que faire, rester au chaud? C’est sans compter sur les ressources de Gérard qui a plus d’un itinéraire dans sa besace.

Malgré un message adressé au vététistes du club, nous ne sommes finalement que deux à enfourcher nos bécanes Je croise devant le parc du Baroeul deux cyclos qui cherchent en vain les traces de Mons à vélo. Mais le club avait annoncé l’annulation en début se semaine et n’avait pas tracé.

Avec Gérard, pas besoin de trace et je me contentai de le suivre, sur des chemins agricoles bien boueux, chemins de halage et sentes forestières l’étant un peu moins.

Parcours agréable et peu fréquenté entre Marque, Deûle et Lys en ce dimanche de pré-confinement.

Je vous communique la trace pour des temps plus fastes, les perspectives de pouvoir rouler sur des routes désertées étant irrémédiablement écartées en cette période de confinement.

Ce sera peut-être pour moi l’occasion de mettre en ligne des articles inachevés d’anciennes randonnées.

La trace téléchargeable sur Openrunner.

On rejoint la Marque au niveau de la Poste.

Un mur de tags bien connu et souvent renouvelé.

Courte variante pour profiter du dénivelé d’un talus.

Wambrechies,et son port de plaisance.

« Voilà un chien obéissant » dit Gérard...

… je vous laisse apprécier la sûreté de son jugement en matière de comportement canin.

On arrive à Quesnoy sur Deûle.

Crochet en campagne …

… où un jeune veau qui avait fait le mur…

… connaît un moment de panique.

Ce n’est qu’un début.

Pas de gros peloton ce matin.

Retour à la Deûle, on devine sur la droite le pont jaune de Deulemont.

On suit maintenant la Lys.

On quitte la berge pour une séquence bois et monotrace.

Rien ne lui résiste.

Ca glisse quand même.

Drôle d’oiseau…

Une petite boucle pour le plaisir de ce court raidillon.

C’est reparti pour du monotrace.

On se croise en respectant la distance de sécurité.

Des vestiges d’anciens brevets sans doute. Mieux vaut apposer une flèche amovible.

Un bon entraînement pour le bunny hop.

Rien de grave, et personne ne pouvait l’aider pour ce qu’il avait à faire.

Un peu d’asphalte, mais pas pour longtemps.

C’est presque l’autoroute.

Ce n’est pas le magnétisme naturel de Gérard qui fait se retourner ces cavalières, mais vététiste échaudé craint la ruade et prudent il annonce notre passage.

Retour au canal…

… et ses variantes bosselées.

Un dernier passage boueux.

L’église Saint Vincent, la Poste est sur l’autre rive.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme

La randonnée de l’an nouveau – Marcq 2020 (2/2)

La randonnée de l’an nouveau nous entrainait sur de petites routes champêtres où l’on pouvait croiser des cavaliers mais aussi d’autres équipages plus insolites, comme vous le découvrirez plus bas.

Suite en photos de cette randonnée de l’an nouveau proposée par le Randonneur Club Marcquois.

Le soleil, généreux au début de ma séance de prise de vues, s’est voilé depuis un moment et je commence à me refroidir sérieusement. L’heure pour moi de poursuivre ma route.

Un engin qui tient du vélo couché et de la voiture à pédales...

… qui semble participer à cette randonnée…

… et ne laisse pas indifférents ces sociétaires de Lys Cyclo arrêtés sur le bas côté.

Dernière variante, à Wambrechies je suivrai la Deûle puis la Marque pour rejoindre l’arrivée. Avec mes pneus « un peu plus larges » que des 23C, je me gausse des rails.

Mur bien connu de ceux qui fréquentent les bords de Deûle entre Marcq et Marquette. Les productions des grapheurs changent régulièrement et les dernières ont été recouvertes de peinture unie. Mais déjà une nouvelle oeuvre est apparue et qui est de circonstance.

Vélo et marche à l’image de cette randonnée.

Retour à la route pour les ultimes tours de roue.

Je n’ai pas eu la présence d’esprit d’interroger le propriétaire de l’engin pour en savoir plus. Peut-être le reverrons nous sur d’autres brevets.

Coup d’œil sur le poste de pilotage. Des pédales, c’est sûr mais assistance électrique??

Une partie des inscriptions était reversée à l’association L’école à l’hôpital et à domicile. Quatre cents euros ont été récoltés.

La participation du jour.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme

La randonnée de l’an nouveau – Marcq 2020 (1/2)

Contre toute attente, cette Randonnée de l’an nouveau, proposée par le Randonneur Club Marcquois fut largement ensoleillée. De quoi réchauffer un peu cyclistes et marcheurs.

Franc succès pour cette randonnée de l’an nouveau qui a accueilli plus de trois cents cyclistes, beau score à cette époque de l’année pour un parcours route. Je faillis ne pas en être, redoutant le froid qui me fait préférer le VTT en hiver. Mais les parcours étant disponibles sur Openrunner, j’établis un itinéraire mixte suivant peu ou prou les tracés officiels. Je pus ainsi me réchauffer en moulinant sur des chemins encore bien humides et boueux par endroits.

Les trois parcours traversaient le Ferrain s’articulant sur le plus court, avec deux boucles supplémentaires pour le 55 km et une pour le 45 km.

Bonne organisation, avec un accueil chaleureux et un balisage abondant et bien positionné.

Des photos, comme d’habitude.

Les traces des trois circuits disponibles sur Openrunner : 55 km, 45 km, 35 km.

Si à 8h00 les marcheurs étaient largement majoritaires, les cyclistes, attendant sans doute qu’il fît plus clair, ne tardèrent pas à affluer.

J’ai cru comprendre que cette rutilante cafetière était d’acquisition récente.

Les roubaisiens, qui furent les plus représentés, arrivent.

Une partie d’entre eux, prêts au départ.

Parti pour un parcours mixte route/VTT, je démarre en empruntant le chemin de halage, parcours officiel des marcheurs.

Des serre-files veillent à la sécurité et annoncent mon intention de doubler.

Je retrouve l’itinéraire.

La chaussée est franchement grasse et je ne regrette pas d’avoir délaissé mon vélo de route.

Nouvelle variante VTT. A droite une résidence pavillonnaire, à gauche les champs.

Retour à l’itinéraire, bien balisé par ces flèches orange. Au dessus, le fléchage permanent de la randonnée du Ferrain.

La séparation avec le 55 km, bien signalée.

Court arrêt photos. Mais les clients sont rares à cette heure.

Une belle portion rectiligne face au soleil, un bon endroit pour photographier.

Il n’y a plus qu’à attendre.

La suite demain soir sans doute.

Avec un peu d’avance sur les horaires habituels, c’est EN LIGNE.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme

Randonnée du Ferrain – Neuville en Ferrain 2019

Triste dimanche pour un brevet. La météo joue au yoyo. Tenue d’hiver et coupe pluie de rigueur pour cette Randonnée du Ferrain, organisée par l’Union Cycliste Neuvilloise.

Le cycliste n’aime pas l’eau, cela se confirme. Après un dimanche et un lundi de Pâques ensoleillés qui ont connu des scores de participation dépassant les cinq cents, l’Union cycliste neuvilloise n’a pas dépassé les cent quarante participants,vétetistes et marcheurs compris.

Dommage, car le parcours cheminant en direction du Mont de l’Enclus (que seuls les participants au 100 km atteindront) était plaisant, empruntant de petites routes sinueuses et vallonnées. Certes, les couleurs n’étaient pas au rendez-vous et mieux valait disposer d’un coupe pluie étanche. Mais quand même, un petit effort ne serait-ce que pour faire le 45 km aurait été le bienvenu en contrepartie des efforts faits par le club pour l’organisation de cette sortie.

Le balisage notamment, bien visible et avec une bonne anticipation des changements de direction, ce qui était appréciable, la route étant rendue glissante par la pluie après une période sèche.

Il vous faudra attendre l’an prochain pour refaire cette sortie car le balisage était vertical et mon GPS s’est éteint pour une raison inconnue.

Merci en tout cas aux organisateurs.

J’ai cru que mon appareil photo resterait dans sa sacoche. Il en est néanmoins sorti pour saisir quelques uns des valeureux partis sur le 65 km.

Prêts pour les inscriptions et avec le sourire, malgré les perspectives moroses.

Un groupe de Wasquehal est déjà là.

Une petite montée sympathique.

Je profite du ravitaillement pour compléter mes prises de vue.

« Comme un avion sans ailes », chantait Charlelie Couture… à Linselles les cyclistes en ont. Ils vont sans doute modifier l’orthographe de leur nom.

Même dans la salle on ne retire pas son coupe pluie. On est jamais trop prudent.

Une grosse averse ne refait pas la nappe phréatique, c’est bien connu. Il suffisait de les laisser dehors pour qu’ils soient rapidement « rincés ».