Catégories
Brevet Gravel VTT

Raid des trois vallées – Saint Saulve 2021 (2/2)

Nouveau parcours mais ambiance champêtre conservée pour ce Raid des trois vallées 2021.

Si vous avez raté le début, cliquez là Première partie.

Suite en photos de cette randonnée, nous retrouvons le secteur pavé situé juste avant la bifurcation entre les circuits de 35 et 50 kilomètres.

Un pédalier qui se dévisse. C’est pour le moins fâcheux. J’espère que ce cyclo a pu rentrer à bon port sans trop de difficultés.
A droite, c’est le 35…
… tout droit le 50. Il n’est pas encore 10h00, j’opte pour le 50.
Peu après la bifurcation, nouveau tronçon bien exposé après un virage à 90 degrés.
La sortie du tunnel.

Sympathique facétie de saison, un tunnel fantôme était organisé au franchissement d’un échangeur entre Curgies et Saultain. Signalé par des têtes de morts et de funestes croix porteuses de casques noirs, ce tunnel boueux, que les deux issues ne permettaient pas d’éclairer, était plongé dans un noir profond et habité par un peu visible fantôme à la voix caverneuse accompagné à chaque extrémité de personnages inquiétants.

Une avenante doctoresse attendait les survivants.
Dernière séquence de prise de vues.
Les participants se font rares et l’heure tourne, il est temps également pour moi de rejoindre l’arrivée.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Gravel VTT

Raid des trois vallées – Saint Saulve 2021 (1/2)

Temps sec mais venteux pour cette édition 2021 du Raid des trois vallées qui permit de profiter des paysages automnaux.

C’est avec plaisir que je retrouvai ce dimanche le Raid des trois vallées.

Changement d’ambiance pour cette édition, car les incertitudes liées à la situation sanitaire avaient conduit le Vélo Club de Saint Saulve à retenir un parcours se déroulant exclusivement en France, nous privant ainsi des sinueux et ludiques tronçons tracés les années précédentes dans le bois d’Angre.

Pour autant, le circuit de 50 kilomètres ne manquait pas de charme nous faisant emprunter chemins agricoles et plusieurs secteurs pavés. Comme en atteste le profil du dénivelé, ce n’était pas complètement plat et le vent, en terrain souvent découvert, ajoutait un brin de difficulté. Fort heureusement il fut plutôt favorable sur le retour.

Malgré les récentes pluies les chemins étaient en majorité praticables sans boue excessive. Merci à ceux qui, pour la photo, ont vaillamment et joyeusement franchi sans barguiner quelques flaques imposantes, produisant de belles gerbes d’eau. Certains, j’en suis désolé, n’en seront pas récompensées, les photos étant trop floues pour être publiées.

Comme d’habitude, tout était bien organisé. De nombreux signaleurs étaient postés aux intersections avec des voies de circulation fréquentées et le balisage de qualité. Les consignes sanitaires furent strictement respectées, ce qui nous priva de ravitaillements, mais nous fûmes dotés de barres de céréales. Le traditionnel sandwich/boisson, fut lui maintenu.

Merci donc aux organisateurs et aux bénévoles d’avoir dépassé les contraintes sanitaires pour nous permettre de nous retrouver.

Retour pour moi au savant dosage entre pratique du vélo et photo. Trouver les bons endroits et les bons moments et ne pas arriver trop tard.

La trace, que vous pouvez retrouver sur Openrunner en cliquant sur l’image.
Rien de trop méchant en matière de dénivelé mais, l’air de rien, ça monte et ça descend.
Contrôle du Passe sanitaire à l’entrée et port du masque dans la salle.
Vue satellite du parcours.
Ô la gourmande.
Le club d’Escaudain qui avait fin août organisé également une sympathique nocturne était bien représenté.
Fléchage vertical et peinture au sol par endroits ne laissaient pas de place au doute. Quant au panneau Danger, il vous faudra attendre la seconde partie de l’article pour en connaître la raison.
Une fin de chemin montant avec le soleil de face, une halte photo s’impose.
Le clocher à bulbes de l’église de Sebourg.
Suivons les pour la suite de ce circuit.
Avec un tronçon franchement humide, que certains choisissent de contourner …
… et d’autres de traverser.
On pourrait intituler cette photo « Trouble mutuel ». Sans doute est-ce ma présence qui a déstabilisé cette cycliste, mais je ne suis pas en reste côté trouble car la photo est floue.
Un des nombreux secteurs pavés.

La suite, ICI.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet VTT

Randonnée des lampistes – VTT – Escaudain 2021

Au clair de la lune, Pierrot n’était pas dans son lit ce samedi mais sur sin biclou pour la randonnée des lampistes au départ d’Escaudain.

Le club Cyclo VTT d’Escaudain y a cru. Deux cents participants lui ont donné raison qui sont venus pour cette 10ème randonnée des lampistes.

Terrain sec, une température à rendre jalouse une nuit d’août, les conditions étaient idéales pour cette nocturne qu’éclairait une belle lune.

Deux circuits de 20 et 43 kilomètres étaient proposés. Le plus long, que j’ai pratiqué, proposait des cheminements variés très roulants pour la plupart. Quelques monotraces un peu accidentées nécessitaient un peu d’attention mais rien de trop technique.

Le balisage était très soigné combinant fléchage au sol et vertical, rubalise. Aux intersections, les routes à ne pas emprunter étaient clairement indiquées par des croix en plus des flèches directionnelles.

Des signaleurs étaient postés aux intersections avec les routes les plus fréquentées.

Une bonne organisation, dans le respect des consignes sanitaires.

Bravo et merci aux organisateurs.

Tout au plaisir de rouler, j’ai un peu négligé les photos. Voici quand même quelques clichés d’ambiance.

La trace du 43 km disponible sur Openrunner.
Contrôle du Passe Sanitaire à l’entrée.
Cheminement linéaire pour le contrôle des inscriptions et le retrait du ravitaillement.
Coup d’oeil au passage sur la préparation du barbecue qui nous attend à l’arrivée.
Une préinscription était proposée sur Helloassso, mais l’inscription sur place était possible.
Attente des retardataires ou de l’obscurité ?
C’est parti avec un terrain facile pour s’échauffer.
De la marche était également proposée.
Le bout du tunnel n’est pas dans le cas présent signe de fin.
Balisage vertical et au sol nous guideront sans faille.
Sympathiques encouragements de promeneurs croisés.
Premier signaleur.
Nous traversons la Carrière des peupliers.
Premier secteur pavé.
La centrale d’Hornaing. J’ai le souvenir de m’être déjà posté à cet endroit pour des prises de vue lors d’un autre brevet.
Je profite d’une luminosité encore suffisante pour faire quelques photos de cyclistes.
Entre chien et loup, la présence de ce signaleur est une réelle sécurité.
Il est temps d’allumer, feux avant et arrière.
Arrêt vestimentaire pour une vététiste un peu frileuse. Pour ma part je resterai avec mon maillot à manches courtes jusque l’arrivée.
Les lumières de la ville.
Pas d’arrêt à la guinguette pourtant tentante.
Lointains reflets d’une écluse devant laquelle nous passerons plus tard après quelques détours.
Racines affleurantes signalées.
Un des secteurs monotrace.
Ce n’est pas un égaré qui retrouve son chemin, mais l’une des intersections entre les deux boucles.
Sur un chemin de halage.
Invitation à une variante « dure ».
Plaisant secteur monotrace.
Louons une fois encore la qualité de la signalétique.
Là par contre, difficile de ne pas se transformer de nouveau en piéton.
C’est reparti.
Retour à la civilisation.
Changement de direction à angle droit, impossible d’anticiper la brusque montée. Je vous laisse deviner la suite.
Et voilà, c’est « déjà » fini.
Saucisses et boissons nous attendent.
Lumière d’ambiance improvisée avec une frontale et une bouteille d’eau.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme Route

Randonnée des Amis de Pont Gibus – Wallers – Octobre 2020

Les organisateurs l’avaient promis, la banderole serait déployée comme pour Paris-Roubaix.

Pas de brevet ce dimanche? C’était compter sans les Amis de Pont Gibus qui, marris de ne pas voir passer Paris Roubaix qui devait se dérouler ce dimanche, se sont consolés en proposant une boucle de 50 kilomètres au départ de Pont Gibus. Au programme, une dizaine de kilomètres pavés.

Non contents de fournir la trace GPS, ils avaient pris le soin de baliser le parcours et ce de façon très efficace.

Le vent annoncé était au rendez-vous. La perspective de fortes rafales et l’état des secteurs pavés que j’avais pu observer lors de récentes sorties, m’incitèrent à opter pour le VTT plutôt que le vélo de route. Je ne l’ai pas regretté même si la chaussée fut dans l’ensemble plutôt propre. Quelques passages étaient par contre franchement boueux.

L’absence de plage horaire de départ me permit d’envisager un déplacement en train avec un arrêt à Landas pour rejoindre Tilloy lez Marchiennes et un retour par Orchies. Le tronçon Landas – Tilloy lez Marchiennes se révéla plus intéressant que prévu car comportant un long secteur pavé. Le retour vers Orchies via la forêt fut aussi agréable. Je joins donc la trace de ce parcours de liaison.

Les deux itinéraires sont disponibles sur Openrunner la randonnée et l’itinéraire de jonction entre gares.
En blanc, les secteurs pavés (merci Komoot).
Deux vélos dans le TER. Un autre cyclo se faisait un Paris-Roubaix perso au départ de Valenciennes.
La gare de Landas, point de départ de ma randonnée.
Je ne croiserai en définitive que peu de cyclistes.
Le vent est bien présent.
C’est parti pour 1,5 kilomètres.
Une chaussée en bon état.
Point de jonction avec la randonnée.
Le fléchage, bien connu des habitués de Paris – Roubaix, comportant la mention APG confirme la bonne direction.
Passage par le centre de Marchiennes, ici l’Hôtel de Ville…
… et un peu pus loin l’église arborant sur son fronton la devise républicaine « Liberté Egalité Fraternité », ce qui ne se rencontre pas souvent.
Une longue ligne droite pour rouleur.
Respect des limitations de vitesse.
Ca démarre fort pour le premier secteur pavé du circuit rencontré (Haveluy).
Ambiance « Au nord c’était les corons ».
Début de la trouée d’Arenberg…
… loin de l’affluence des jours de Paris-Roubaix
Un secteur pavé remis à neuf.
Et nous voilà à Pont Gibus…
… où France Bleue Nord couvre l’évènement.
Nouveau secteur pavé à la sortie d’Hornaing.
Courte interruption de pavage, on tourne à droite et ça repart.
Un secteur également en bon état.
Un petit (pas tant que ça) dernier pour la route.
Sur la route d’Orchies, via la forêt de Marchiennes)
Le train part à 13h04, pas de halte à la Croix ou Pile.
C’est bon, je serai à l’heure.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.