Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (5/5)

Le pavé de Vertain, un des lieux emblématique de Paris Roubaix.

Fin de cette série avec des photos prises au ravitaillement de Bouvines, sur les secteurs pavés conduisant au Carrefour de l’Arbre et enfin au Vélodrome. Je commence à sentir les effets du vent contraire et suis moins tenté par des haltes photographiques.

Pavé et moulin en arrière plan est la perspective préférée, même si le positionnement du soleil favorise les contre-jour.

Comme le dira un des ces cyclistes, « faut pas s’arrêter trop longtemps ».

Le secteur pavé qui part du moulin nous attend et le ravitaillement de Bouvines n’est plus très loin.

Ravitaillement précédé d’un court tronçon pavé récemment refait. Rien de bien méchant donc, d’autant qu’il descend.

Ravitaillement animé.

Ambiance estivale côté couvre-chefs.

Philippe, responsable du ravitaillement, donne le ton.

Michel au stand technique…

… aura consommé tout son stock d’huile. Les chaînes « chantent » après 100 kilomètres, malgré un terrain plutôt sec.

Encore ou plus que 32 kilomètres, selon la forme.

Direction, à gauche toute, pour rejoindre le Carrefour de l’Arbre, par des détours… pavés bien sûr.

Dernier regard sur l’église Saint Pierre de Bouvines au profil si caractéristique.

Le Carrefour de l’Arbre n’est plus qu’à quelques coups de pédales.

A peu près le même endroit, quelques semaines plus tôt.

En voilà qui sont attendus…

… et encouragés.

On y attend les coéquipiers…

Encore combien de secteurs pavés demande cette participante.

Et voici le Vélodrome, la file de droite nous attend.

Certains prennent le virage en hauteur.

Pour ma part je suivrai la ligne bleue, même si elle n’est pas des Vosges.

Un podium qui sera très fréquenté.

Retrouvailles avec le couple photographié au Carrefour de l’Arbre. Ils ne sont pas sur le podium mais ils ont été jusqu’au bout.

Les bénévoles sont aussi présents à l’arrivée, ici pour faire sonner la cloche à chaque nouvel arrivant.

Distribution des sandwichs.

Pour le cadeau souvenir, c’est par là.

Freddy, après avoir bouclés les 130 kilomètres en éclaireur (Cf. 1/5), à la distribution des pavés.

Stand double, soutien à la sauvegarde du secteur pavé d’Arenberg…

… et application de la remise pour les adhérents FFCT.

FFCT présente en la personne de son chargé de mission Développement durable…

… et du président du Comité départemental.

Un maillot sympathique.

Pour Gérard, président du VC Roubaix Cyclotourisme, le plus gros est fait mais tout n’est pas terminé pour autant.

Après avoir photographié ces VTT…

… je ne pouvais pas moins faire que de prendre leurs pilotes.

Epilogue : voici ce que nous avons trouvé lors du défléchage. Et la bouteille était pleine.

Pour être informés des prochaines parutions, abonnez vous (Bouton en bas de colonne de droite de la page Accueil).

Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (4/5)

Le soleil est désormais franchement installé sur ce Wallers – Roubaix VTT.

Au menu de cette quatrième partie, plusieurs secteurs pavés et le ravitaillement de Vred.

Si vous avez bien observé les photos qui précèdent, vous connaissez le fin de l’énigme (Cf. 3ème partie)

Cela mérite bien deux photos.

Nous voici au ravitaillement de Vred.

Côté sandwichs on n’a que l’embarras du choix.

Ne pas oublier de faire tamponner sa carte avant de repartir.

A suivre. C’est en ligne

Pour être informés des prochaines parutions, abonnez vous (Bouton en bas de colonne de droite de la page Accueil).

Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (3/5)

Que serait Wallers – Rpubaix sans les pavés ?

Troisième partie de ce raid avec, pour débuter un tronçon qui en aura fait jurer plus d’un. Mais on ne fait pas de VTT sans risquer de se mouiller les pieds, au moins dans le Nord.

Ce sera le seul passage vraiment mouillé mouillant du parcours, les autres zones humides se limitant à des flaques.

Si lors de la reconnaissance certains purent marcher ou rouler au sec sur les bords ce tronçon

… la croissance de la végétation rendait la chose délicate, voir impossible et mieux valait opter pour le VTT amphibie.

Je regrette de n’avoir pas davantage exploité cet angle de prise de vue.

Retour au sec.

Direction Mastaing…

… où un secteur pavé passe non loin de la centrale de Bouchain et de son imposante tour aéro-réfrigérante de 125 mètres de haut.

Marquette en Ostrevent, lieu du premier ravitaillement, n’est plus très loin.

David nous y attend qui, une fois le dernier participant passé, conduira la voiture balai.

Jacques, responsable du ravitaillement dans une délicate opération d’approvisionnement…

… réussie.

Les cyclistes arrivent en flux continu…

… mais les bénévoles font face.

Tamponnage des cartes.

Atelier mécanique.

Problème de pédale.

Nuages et vent rendent la tâche difficile pour le photographe la luminosité changeant à tout instant. Résultat, des photos lumineuses et d’autres plus ternes.

Est-ce cette vététiste qui mène le train pour ces trois gaillards du CC Wavrin ou sont-ils sur le point de la rattraper ? Je vous laisse le soin d’imaginer la fin de l’histoire qui vous plaira.

A suivre. Cliquez ICI.

Vous pouvez être informés des nouvelles parutions en vous abonnant (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil)

Paris Roubaix 2019 – Secteur Pavé de Gruson

Fin du secteur pavé de Gruson. Un dernier secteur attend les coureurs, si l’on excepte le minuscule tronçon précédent le vélodrome.

Le secteur de Gruson qui suit le Carrefour de l’Arbre est propice aux photos car moins fréquenté que le précédent et présentant l’avantage d’une bonne exposition. Il est par contre un peu moins spectaculaire, les coureurs empruntant plus volontiers les larges bandes terreuses qui le bordent.

Quelques photos d’ambiance et des coureurs. Tous, ou presque, auront leur place, des premiers aux derniers. On ne peut que regretter que le public n’attende pas la fin de la course et surtout occupe la chaussée sans trop se préoccuper, pour certains, des retardataires.

Une fois de plus, j’ai commis un acte manqué en ne vérifiant pas que je m’étais bien positionné sur la prise de vue en rafale. J’ai été ainsi pris au dépourvu lors du passage des premiers. J’avais cette année, en utilisant une patte de fixation de micro, fixé un second appareil destiné à la vidéo. J’ai pu extraire quelques vues pour compenser ce manque.

Un drapeau belge prémonitoire flotte sur la plaine. Mais d’autres pavillons battent au vent. Culture citadine ou abolition temporaire du raisonnement liée à une absorption excessive de bière? Tout ce qui est vert n’est pas du gazon. Les bords du secteur pavé qui conduit au carrefour de l’Arbre commencent à se remplir. La caravane passe mais la sono fait que l’on entend pas les chiens aboyer. Les coureurs sont à Pont à Marcq. Ce qui est bu n’est plus à boire.Le début du secteur de Gruson. Vendredi il était emprunté par la Nuits des pavés, organisée par le VC Roubaix. L’église de Bouvines se détache sur l’horizon. Hélicoptère en vue. Les choses se précisent.Elles se précisent de plus en plus.Nils Politt vient d’attaquer, il se retourne pour évaluer l’écart. Philippe Gilbert et Peter Sagan au premier plan. Yves Lampaert.… et tous les autres qui suivront. Deux cadrages pour cette photo… Vae victis… la course n’est pas terminée mais le public reflue sans attendre les derniers et occupe tout la chaussée… … obligeant les coureurs attardés à slalomer parfois dangereusement. Assurément, ce n’est pas la même machine. Ce n’est pas la voiture balai, comme pourrait le laisser penser la remorque porteuse de vélos. Voici le dernier arrivant, la voiture de fin de course passant peu après.

Nuit des pavés 2019 (2/3)

En attendant la nuit, effets de lumière sur l’église Saint Pierre de Bouvines.

Suite de cette Nuit des pavés qui n’en est qu’au crépuscule, toujours sur le premier secteur pavé.

Court arrêt pour une photo de groupe… … et c’est reparti. On longe cette belle ferme à cour carrée, pour rejoindre la Marque, non sans avoir pris le temps d’admirer son porche au fronton ouvragé.Photo d’archive, comme il est d’usage de le préciser. Gros plan sur la chaine et ses ondulations. Celle-ci est pas mal non plus. Nouveau passage, après un retour au stand pour ennui mécanique. Il est temps d’aller faire un tour du côté du carrefour de l’Arbre qui doit être fréquenté.

La suite dans la semaine.

C’est en ligne.

Nuit des pavés 2019 (1/3)

Pour sa deuxième édition, La nuit des pavés, organisée par le VC Roubaix partait de Bouvines.

Licencié depuis cette année au VC Roubaix, j’ai participé pour la première fois à l’organisation d’un brevet. Le reportage seront donc étoffé de quelques images relatifs aux préparatifs. La reconnaissance (pour ceux qui n’ont pas participé) est en vidéo.

Le parcours très champêtre et roulant était constitué de deux boucles passant par Bouvines. La première de 20 km qui suivait la Marque pour revenir vers le carrefour de l’Arbre, puis Gruson. La seconde, de 20 km, partait vers Fretin et son marais puis allait vers Templeuve, emprunter le secteur pavé du Moulain de Vertain.

Le cheminement est varié traversant zones humides, champs, bois et bien sûr secteurs pavés.

Le fléchage aura tenu bon malgré de nombreuses malversations. Le balisage de la seconde boucle n’était pas terminé que déjà des panneaux avait disparu. Un nouveau fléchage l’après-midi même et une dernière vérification avant le début du brevet auront été nécessaires pour assurer la fiabilité du balisage.

250 participants, s’étaient donné rendez-vous pour cette seconde édition.

Des photos bien sûr, celle prises de nuit et sans flash ayant plutôt valeur de photos d’ambiance, mais certains se reconnaîtront malgré le flou. D’autres ne se verront pas car mon autofocus a eu des faiblesses en basse lumière.

Prochain rendez-vous du VC Roubaix en VTT, Wallers Roubaix, le 5 mai. Si vous voulez disposer d’un aperçu, vous pouvez visionner la vidéo de la reconnaissance.

Flécher, faire ce que d’autres s’emploieront à défaire. Pieu solidement enfoncé. La signalétique du Paris Roubaix est déjà en place. Le moulin de Vertain. Les pros s’entraînent et nombreux sont ceux qui sont venus les voir passer. Manque de flèches, on en fabrique sur place. Le jour J, l’essentiel est là. Ravitaillement à l’extérieur, il faudra bien se couvrir. Affichage de l’itinéraire et des consignes. Robinets pour remplir les bidons. Les postes de lavage installés à l’extérieur ne serviront pratiquement pas, c’est vous dire si le terrain était sec.Premiers arrivants.Pas peu fier le gaillard de participer à la Nuit des Pavés, il terminera la boucle de 20 km. Rouge et blanc, LOSC et VCR, mêmes couleurs. Inscription en famille. Parcours, balisage et consignes sont affichés. La table d’inscription est opérationnelle. Le photographe l’est aussi. Explications orales pour les premiers partants. Le premier signaleur n’est pas encore en poste. C’est parti, suivez les flèches. Ca y est, Régis est là pour aiguiller. Le 45 km emprunte également la boucle du 20 km. Premier secteur pavé, pour l’instant vierge de cycliste. Le temps d’une photo de paysage. Mais voici les premiers partants. Un petit coup d’oeil en arrière et le voilà sur la photo. Les vaches demeurent indifférentes au défilé des cyclistes et suivent leur rituel vespéral.

La suite dans la semaine. Avec le Brevet de Harnes et Paris Roubaix, j’ai fort à faire.

La suite est en ligne.

Randonnée des Renards des Sables – Flines Lez Raches 2019 (1/2)

Randonnée des Renards des sables lumineuse et un tracé toujours aussi agréable.

Tous les voyants étaient au vert pour cette édition 2019 de la Randonnée des Renards des sables. Temps ensoleillé et doux en fin de matinée. Pas de vent . La semaine sèche avait rendu les chemins plus carrossables, aidée en début de matinée par la gelée nocturne. Absence de contrainte horaire me permettant d’envisager de suivre le parcours le plus long…

Il en aura été tout autrement avec pour commencer dans le terril de Rieulay un coincement de chaîne entre le petit plateau et le cadre. Je ne viendrai à bout de ce problème technique qu’avec l’aide d’un participant bienveillant, non sans avoir préalablement ouvert la chaîne. Las, le décoinçage se sera accompagné d’une torsion d’un des maillons qui nécessitera de recourir à une deuxième attache rapide pour éliminer la pièce défectueuse.

Reparti et poursuivant ma route sans encombre, une crevaison m’arrêtera de nouveau peu après le premier ravitaillement. L’examen du pneu montrera une belle fissure sur le flanc. Décidé à ne pas tenter le diable, je repartirai en gonflant juste ce qu’il faut pour éviter l’apparition d’une hernie et je regagnerai Flines lez Râches en prenant au plus court par la route.

Comme le chantaient les Frères Jacques « Encore heureux qu’il ait fait beau… ». La balade, même écourtée, aura été bien agréable.

La moisson de photos qui s’annonçait également prometteuse sera réduite.

Alors que j’hésitais à m’arrêter sur un tronçon pavé bien exposé pour privilégier des prises de vues sur les terrils, la fermeture d’un passage à niveau juste après que j’ai traversé la voie, me laissant ainsi le temps de m’installer, mettra un terme à mes tergiversations.

Peu avant ma crevaison, je ferai halte cette fois sur le bord d’un chemin ensoleillé.

Dommage que je n’aie pu profiter des trois autres terrils au programme. Il me faudra attendre l’an prochain, au moins pour celui de Lallaing ouvert au public que pour la circonstance.

Merci et bravo aux renards.

Un accueil bien organisé et fluide avec de nombreuses tables réparties dans toute la salle. Ici les VTT individuels… … là les clubs… … là les cyclos. Je n’ai pas photographié les marcheurs. Je m’en veux. Les Bécanes sauvages affichent leur pub pour leur randonnée du mois de mai. Parcours bien balisés pourvus de signaleurs aux endroits stratégiques. Explications et précisions concernant le parcours. La fabrication des sandwichs a déjà bien commencé. Côté café on est plus détendu. Premier et seul ravitaillement que je fréquenterai, celui de Pecquencourt, au bord de l’étang des Eclusettes. Je suis prêt.