D’Arras à Laon (2/4)

Vaste panorama du haut des remparts de Coucy le Château.

Je reprends, pratiquement quatre ans après, la narration de cette randonnée (première partie). Ayant égaré mes notes, celle-ci sera des plus succinctes. Fort heureusement, j’avais reconstitué mon itinéraire sur Openrunner et garde ainsi la seule trace précise de mon cheminement (Cf. infra).

La première partie qui suit le cours de la Somme jusque Ham, n’est pas pour autant complètement plate. La route qui méandre de part et d’autre du cours d’eau prend et perd régulièrement un peu de hauteur. La suite est plus animée avec trois « pics » dont le belvédère constitué par Coucy le château.

Seul souvenir précis de cette étape, la perte de mon portefeuille lors de mon arrêt à Ham. Dépité à sa découverte en rangeant mes affaires à l’issue de mon pique-nique de midi, je fus à deux doigts de rentrer par le premier train. Ayant pu faire opposition rapidement et me munir de liquidités, je décidai finalement de poursuivre et de tirer un trait sur cette mésaventure. La gendarmerie de Ham me contactera mi-août pour m’annoncer que mon porte feuille avait été retrouvé, délesté bien sûr des billets qu’il contenait. Mais j’ai pu récupérer mes tickets du restaurant d’entreprise et tous mes papiers, que j’avais fait refaire dans l’intervalle.

Chapelle de Saint Christ Briost.

L’église Saint Martin d’Enemain et ses murs en rouges-barres.

Eglise de Falvy.

Falvy dont on devine le clocher de l’église, vu de la rive opposée de la Somme et du marais des Paillons.

Mairie Ecole de Pargny.

Mairie de Voyennes.

Offoy.

.Les énormes silos des Sucres Saint-Louis d’ Eppeville. Un de mes fils y travaillait alors que je passais à proximité, d’où la photo.

Hôtel de ville de Ham.

Vestiges du château.

Pigeonnier – Brouchy.

Je voulais vérifier le lieu de cette prise de vue. A défaut d’un repérage GPS, la vue satellite me confirme la localisation. On voit l’ombre du pigeonnier, à proximité du monument aux morts (photo suivante).

Monument aux morts de Brouchy. 

Eglise et Mairie de Trosly Loire.

Eglise Saint Sauveur de Coucy le Chateau.

Les remparts de Coucy le Château.

Mairie de Landricourt.

La trace GPS est sur Openrunner

A suivre Soissons Suzy.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Raid Paris-Roubaix VTT 2019 (2/5)

Le paysage gardera encore longtemps les traces d’un passé industriel et cette centrale au charbon, désormais arrêtée, continuera de se découper à l’horizon, utile repaire pour le cycliste.

Suite de cette randonnée avec une série de photos prise sur un tronçon pavé idéalement exposé.

Le pavé était glissant. La preuve avec cette série.

A suivre … ICI

Si vous voulez être informés des prochaines parutions, vous pouvez vous abonner en cliquant sur le bouton en bas de la colonne de droite (Page Accueil).

Brevet des Claquots – Harnes 2019 (2/2)

On aperçoit au loin, malgré le voile atmosphérique, les tours de l’abbaye de Mont Saint Eloi.

Suite de ce brevet des Claquots, toujours à l’entrée de Bailleul Sir Bethoult.

Vimy.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Nuit des pavés 2019 (3/3)

La nuit et les pavés sont là, à l’approche de Bouvines.

Voici donc la dernière partie de cette trilogie. Comme indiqué au début, les prises de vues  nocturnes ne permettent pas toujours de reconnaître les sujets, mais traduisent davantage l’ambiance de cette randonnée.

Quelques photos sur le tronçon entre Bouvines et Gruson, que j’emprunte à contre-sens pour rejoindre le carrefour de l’Arbre. Un des premiers partants… … manifestement heureux d’être là… … et le papa également. Plusieurs s’arrêteront pour admirer ce coucher de soleil flamboyant. Au carrefour de l’Arbre, deux signaleurs sont postés pour aider à traverser la départementale. Ils n’ont pas eu très chaud. Signalétique de Paris Roubaix et de la Nuit des pavés cohabitent. Une crevaison, mais le groupe là pour aider à la manœuvre. Tentative de prise de vue à la lumière d’un projecteur. La technique est prometteuse mais demande pour de meilleurs résultats au moins une seconde source lumineuse et un objectif disposant d’une plus grande ouverture. A étudier d’ici l’an prochain. Jean-Michel prend des allures d’extra-terrestre. Jean-Louis du VC Faumont, reconnaissable malgré le flou. Fin des photos sur le parcours et retour à l’accueil. Ils sont trois, mais tels les mousquetaires… … un quatrième règle le retardeur… … et les rejoint pour la photo.

NB : la référence aux Trois Mousquetaires porte, bien sûr, sur le nombre et non sur le réglage du retardateur. Si A Dumas commit un anachronisme en faisant traverser à ses héros un champ de pommes de terre, il n’alla pas jusqu’à les faire se photographier.

Une belle balafre qui démontre que casque et lunettes ne sont pas complètement inutiles dans la pratique du VTT. Content que l’on ait retrouvé ses lunettes. Catherine en termine. Manifestement contente de sa randonnée. Patrick, qui a conçu le parcours, en flagrant délit de gourmandise. Jean-Louis, au centre, plus net une fois à l’arrêt. Le rangement est déjà bien engagé, mais il reste une table et des victuailles pour les arrivées tardives. Le dernier arrivant, le voici.

Paris Roubaix 2019 – Secteur Pavé de Gruson

Fin du secteur pavé de Gruson. Un dernier secteur attend les coureurs, si l’on excepte le minuscule tronçon précédent le vélodrome.

Le secteur de Gruson qui suit le Carrefour de l’Arbre est propice aux photos car moins fréquenté que le précédent et présentant l’avantage d’une bonne exposition. Il est par contre un peu moins spectaculaire, les coureurs empruntant plus volontiers les larges bandes terreuses qui le bordent.

Quelques photos d’ambiance et des coureurs. Tous, ou presque, auront leur place, des premiers aux derniers. On ne peut que regretter que le public n’attende pas la fin de la course et surtout occupe la chaussée sans trop se préoccuper, pour certains, des retardataires.

Une fois de plus, j’ai commis un acte manqué en ne vérifiant pas que je m’étais bien positionné sur la prise de vue en rafale. J’ai été ainsi pris au dépourvu lors du passage des premiers. J’avais cette année, en utilisant une patte de fixation de micro, fixé un second appareil destiné à la vidéo. J’ai pu extraire quelques vues pour compenser ce manque.

Un drapeau belge prémonitoire flotte sur la plaine. Mais d’autres pavillons battent au vent. Culture citadine ou abolition temporaire du raisonnement liée à une absorption excessive de bière? Tout ce qui est vert n’est pas du gazon. Les bords du secteur pavé qui conduit au carrefour de l’Arbre commencent à se remplir. La caravane passe mais la sono fait que l’on entend pas les chiens aboyer. Les coureurs sont à Pont à Marcq. Ce qui est bu n’est plus à boire.Le début du secteur de Gruson. Vendredi il était emprunté par la Nuits des pavés, organisée par le VC Roubaix. L’église de Bouvines se détache sur l’horizon. Hélicoptère en vue. Les choses se précisent.Elles se précisent de plus en plus.Nils Politt vient d’attaquer, il se retourne pour évaluer l’écart. Philippe Gilbert et Peter Sagan au premier plan. Yves Lampaert.… et tous les autres qui suivront. Deux cadrages pour cette photo… Vae victis… la course n’est pas terminée mais le public reflue sans attendre les derniers et occupe tout la chaussée… … obligeant les coureurs attardés à slalomer parfois dangereusement. Assurément, ce n’est pas la même machine. Ce n’est pas la voiture balai, comme pourrait le laisser penser la remorque porteuse de vélos. Voici le dernier arrivant, la voiture de fin de course passant peu après.

Nuit des pavés 2019 (2/3)

En attendant la nuit, effets de lumière sur l’église Saint Pierre de Bouvines.

Suite de cette Nuit des pavés qui n’en est qu’au crépuscule, toujours sur le premier secteur pavé.

Court arrêt pour une photo de groupe… … et c’est reparti. On longe cette belle ferme à cour carrée, pour rejoindre la Marque, non sans avoir pris le temps d’admirer son porche au fronton ouvragé.Photo d’archive, comme il est d’usage de le préciser. Gros plan sur la chaine et ses ondulations. Celle-ci est pas mal non plus. Nouveau passage, après un retour au stand pour ennui mécanique. Il est temps d’aller faire un tour du côté du carrefour de l’Arbre qui doit être fréquenté.

La suite dans la semaine.

C’est en ligne.

Brevet des Claquots – Harnes 2019 (1/2)

Soleil, fraicheur et vent auront marqué cette randonnée autour d’Arras proposée par l’HCC Harnes Cyclo Club.

Est-ce en raison de Paris-Roubaix, toujours est-il qu’il fallait s’éloigner de Lille pour trouver un brevet. Gardant un bon souvenir de l’édition 2017, c’est sans hésitation que j’optai pour le brevet au départ de Harnes.

La fraicheur annoncée était là et l’équipement hivernal s’imposait pour affronter petit matin et vent de nord-est. Ce dernier ne faiblit pas et il fallut lutter contre ou faire avec, selon les moments, durant les 20 derniers kilomètres et le retour vers Lille.

Paris Roubaix oblige, je me suis cantonné cette année encore au 60 km, le 95 proposant une large boucle autour d’Arras. Passé Mericourt on est dans la campagne et le circuit exploite habilement l’environnement champêtre des abords arrageois, la traversée de Saint Laurent Blangy constituant une exception.

De beaux points de vue sur Mont Saint Eloi et Notre Dame de Lorette et un peu de dénivelé dont l’ascension de Vimy.

Le circuit était bien balisé, un H blanc pouvant encore vous guider dans les prochains jours.

A faire donc.

Belle lumière pour les photos, en voici une première série.

Les inscriptions vont bon train. Arrivée en masse des clubs de Douvrin et Sallaumines. Plus facile de régler les problèmes mécaniques au chaud. Provin arrive à son tour. Une belle ligne droite bien exposée à l’entrée de Bailleul Sir Berthoult, ne peut pas manquer de retenir l’intérêt du photographe.

La suite dans la semaine. Avec la Nuit des Pavés et Paris Roubaix, je ne m’en sors pas.