Catégories
Brevet VTT

Randonnée des lampistes – VTT – Escaudain 2021

Au clair de la lune, Pierrot n’était pas dans son lit ce samedi mais sur sin biclou pour la randonnée des lampistes au départ d’Escaudain.

Le club Cyclo VTT d’Escaudain y a cru. Deux cents participants lui ont donné raison qui sont venus pour cette 10ème randonnée des lampistes.

Terrain sec, une température à rendre jalouse une nuit d’août, les conditions étaient idéales pour cette nocturne qu’éclairait une belle lune.

Deux circuits de 20 et 43 kilomètres étaient proposés. Le plus long, que j’ai pratiqué, proposait des cheminements variés très roulants pour la plupart. Quelques monotraces un peu accidentées nécessitaient un peu d’attention mais rien de trop technique.

Le balisage était très soigné combinant fléchage au sol et vertical, rubalise. Aux intersections, les routes à ne pas emprunter étaient clairement indiquées par des croix en plus des flèches directionnelles.

Des signaleurs étaient postés aux intersections avec les routes les plus fréquentées.

Une bonne organisation, dans le respect des consignes sanitaires.

Bravo et merci aux organisateurs.

Tout au plaisir de rouler, j’ai un peu négligé les photos. Voici quand même quelques clichés d’ambiance.

La trace du 43 km disponible sur Openrunner.
Contrôle du Passe Sanitaire à l’entrée.
Cheminement linéaire pour le contrôle des inscriptions et le retrait du ravitaillement.
Coup d’oeil au passage sur la préparation du barbecue qui nous attend à l’arrivée.
Une préinscription était proposée sur Helloassso, mais l’inscription sur place était possible.
Attente des retardataires ou de l’obscurité ?
C’est parti avec un terrain facile pour s’échauffer.
De la marche était également proposée.
Le bout du tunnel n’est pas dans le cas présent signe de fin.
Balisage vertical et au sol nous guideront sans faille.
Sympathiques encouragements de promeneurs croisés.
Premier signaleur.
Nous traversons la Carrière des peupliers.
Premier secteur pavé.
La centrale d’Hornaing. J’ai le souvenir de m’être déjà posté à cet endroit pour des prises de vue lors d’un autre brevet.
Je profite d’une luminosité encore suffisante pour faire quelques photos de cyclistes.
Entre chien et loup, la présence de ce signaleur est une réelle sécurité.
Il est temps d’allumer, feux avant et arrière.
Arrêt vestimentaire pour une vététiste un peu frileuse. Pour ma part je resterai avec mon maillot à manches courtes jusque l’arrivée.
Les lumières de la ville.
Pas d’arrêt à la guinguette pourtant tentante.
Lointains reflets d’une écluse devant laquelle nous passerons plus tard après quelques détours.
Racines affleurantes signalées.
Un des secteurs monotrace.
Ce n’est pas un égaré qui retrouve son chemin, mais l’une des intersections entre les deux boucles.
Sur un chemin de halage.
Invitation à une variante « dure ».
Plaisant secteur monotrace.
Louons une fois encore la qualité de la signalétique.
Là par contre, difficile de ne pas se transformer de nouveau en piéton.
C’est reparti.
Retour à la civilisation.
Changement de direction à angle droit, impossible d’anticiper la brusque montée. Je vous laisse deviner la suite.
Et voilà, c’est « déjà » fini.
Saucisses et boissons nous attendent.
Lumière d’ambiance improvisée avec une frontale et une bouteille d’eau.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Cyclotourisme Randonnées

D’Arras à Laon (2/4)

Vaste panorama du haut des remparts de Coucy le Château.

Je reprends, pratiquement quatre ans après, la narration de cette randonnée (première partie). Ayant égaré mes notes, celle-ci sera des plus succinctes. Fort heureusement, j’avais reconstitué mon itinéraire sur Openrunner et garde ainsi la seule trace précise de mon cheminement (Cf. infra).

La première partie qui suit le cours de la Somme jusque Ham, n’est pas pour autant complètement plate. La route qui méandre de part et d’autre du cours d’eau prend et perd régulièrement un peu de hauteur. La suite est plus animée avec trois « pics » dont le belvédère constitué par Coucy le château.

Seul souvenir précis de cette étape, la perte de mon portefeuille lors de mon arrêt à Ham. Dépité à sa découverte en rangeant mes affaires à l’issue de mon pique-nique de midi, je fus à deux doigts de rentrer par le premier train. Ayant pu faire opposition rapidement et me munir de liquidités, je décidai finalement de poursuivre et de tirer un trait sur cette mésaventure. La gendarmerie de Ham me contactera mi-août pour m’annoncer que mon porte feuille avait été retrouvé, délesté bien sûr des billets qu’il contenait. Mais j’ai pu récupérer mes tickets du restaurant d’entreprise et tous mes papiers, que j’avais fait refaire dans l’intervalle.

Chapelle de Saint Christ Briost.

L’église Saint Martin d’Enemain et ses murs en rouges-barres.

Eglise de Falvy.

Falvy dont on devine le clocher de l’église, vu de la rive opposée de la Somme et du marais des Paillons.

Mairie Ecole de Pargny.

Mairie de Voyennes.

Offoy.

.Les énormes silos des Sucres Saint-Louis d’ Eppeville. Un de mes fils y travaillait alors que je passais à proximité, d’où la photo.

Hôtel de ville de Ham.

Vestiges du château.

Pigeonnier – Brouchy.

Je voulais vérifier le lieu de cette prise de vue. A défaut d’un repérage GPS, la vue satellite me confirme la localisation. On voit l’ombre du pigeonnier, à proximité du monument aux morts (photo suivante).

Monument aux morts de Brouchy. 

Eglise et Mairie de Trosly Loire.

Eglise Saint Sauveur de Coucy le Chateau.

Les remparts de Coucy le Château.

Mairie de Landricourt.

La trace GPS est sur Openrunner

A suivre Soissons Suzy.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme

Brevet des Claquots – Harnes 2019 (2/2)

On aperçoit au loin, malgré le voile atmosphérique, les tours de l’abbaye de Mont Saint Eloi.

Suite de ce brevet des Claquots, toujours à l’entrée de Bailleul Sir Bethoult.

Vimy.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme VTT

Nuit des pavés 2019 (3/3)

La nuit et les pavés sont là, à l’approche de Bouvines.

Voici donc la dernière partie de cette trilogie. Comme indiqué au début, les prises de vues  nocturnes ne permettent pas toujours de reconnaître les sujets, mais traduisent davantage l’ambiance de cette randonnée.

Quelques photos sur le tronçon entre Bouvines et Gruson, que j’emprunte à contre-sens pour rejoindre le carrefour de l’Arbre. Un des premiers partants… … manifestement heureux d’être là… … et le papa également. Plusieurs s’arrêteront pour admirer ce coucher de soleil flamboyant. Au carrefour de l’Arbre, deux signaleurs sont postés pour aider à traverser la départementale. Ils n’ont pas eu très chaud. Signalétique de Paris Roubaix et de la Nuit des pavés cohabitent. Une crevaison, mais le groupe là pour aider à la manœuvre. Tentative de prise de vue à la lumière d’un projecteur. La technique est prometteuse mais demande pour de meilleurs résultats au moins une seconde source lumineuse et un objectif disposant d’une plus grande ouverture. A étudier d’ici l’an prochain. Jean-Michel prend des allures d’extra-terrestre. Jean-Louis du VC Faumont, reconnaissable malgré le flou. Fin des photos sur le parcours et retour à l’accueil. Ils sont trois, mais tels les mousquetaires… … un quatrième règle le retardeur… … et les rejoint pour la photo.

NB : la référence aux Trois Mousquetaires porte, bien sûr, sur le nombre et non sur le réglage du retardateur. Si A Dumas commit un anachronisme en faisant traverser à ses héros un champ de pommes de terre, il n’alla pas jusqu’à les faire se photographier.

Une belle balafre qui démontre que casque et lunettes ne sont pas complètement inutiles dans la pratique du VTT. Content que l’on ait retrouvé ses lunettes. Catherine en termine. Manifestement contente de sa randonnée. Patrick, qui a conçu le parcours, en flagrant délit de gourmandise. Jean-Louis, au centre, plus net une fois à l’arrêt. Le rangement est déjà bien engagé, mais il reste une table et des victuailles pour les arrivées tardives. Le dernier arrivant, le voici.