Pat Lys – Lys lez Lannoy 2019 (2/2)

Le Carrefour de l’Arbre, point de passage de la Pat Lys.

Seconde partie en images de cette Pat Lys qui nous conduira à Tressin, via Péronne en Mélantois, Bouvines et Baisieux.

Pour revoir l’édition 2018.

Tout de suite après le ravitaillement une sympathique petite butte en bordure d’autoroute à Péronne en Mélantois.

Bouvines n’est pas très loin mais noyée dans le brouillard.

Dernière séquence « pavés » avec l’un de ceux qui mènent au Carrefour de l’Arbre.

Ravitaillement de Tressin.

Dernières photos, juste après le ravitaillement que l’on devine à gauche, avant de quitter l’itinéraire pour rentrer directement chez moi.

J’abandonne le fléchage qui nous aura guidé sans faille sur ce 55 km.

Pour être informés des prochaines publications, abonnez-vous (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil).

Pat Lys – Lys lez Lannoy 2019 (1/2)

La grisaille, bien présente durant cette matinée, ne put pour autant affadir cette Pat Lys 2019 proposée par Lys cyclos.

SI le temps ne fut pas aussi radieux que le dimanche précédent, il ne plut pas. C’est la façon positive de voir les choses.

Cette météo médiocre n’empêcha pas de goûter les circuits proposés qui enchainaient des terrains variés dont plusieurs secteurs pavés. Si ça « collait » un peu par endroits, le parcours (le 55 km en tout cas) était plutôt roulant.

Les flèches jaunes sur fond bleu étaient bien visibles malgré la brume et complétées par un balisage au sol.

Le temps sec permit quelques photos. Un début de traitement tardif m’a fait opter pour une mise en ligne en deux épisodes. Le premier plutôt court s’arrête au premier ravitaillement. Le second sera un peu plus abondant.

Du monde à 8h00 alors que le jour point à peine. Certains sont déjà partis pour le 70 km…

… d’autres prendront le temps d’un café avant de partir.

C’est sûr que leur maillot à fusée de Tintin fait envie.

Bracelet anti-resquilleur. Si, si, on en rencontre malgré le prix modique demandé.

Hélas, pressé par le temps j’écourterai le 55 km en prenant le chemin de la maison via le Lac du héron après le ravitaillement de Tressin et ne dégusterai pas ces délicieuses saucisses.

A l’extérieur, le stand saucisse se met en place.

Un secteur pavé montant mais bien roulant.

Premier ravitaillement.

Pas de chance pour Freddy victime d’une crevaison.

La suite, demain soir sans doute.

C’est ICI.

Si vous souhaitez être informés des prochaines parutions, abonnez-vous (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil).

Rando VTT des six bonniers – Willems 2019 (1/2)

Deux boucles de 35 et 20 km emmenaient les participants de cette rando VTT autour de Willems.

Même si je n’ai pas eu connaissance du décompte de participants, le nombre de cyclistes que j’ai vu passer sur le seul circuit de 35 km laisse présumer un beau succès pour cette édition 2019 de la Rando des 6 bonniers, servie par une météo de rêve. Du soleil, de la fraicheur mais pas trop, les conditions étaient idéales.

Des deux boucles, je ne ferai que celle de 35 km, m’étant en partie trop attardé pour prendre des photos mais aussi ayant participé à l’assistance d’un cyclo ayant fait une chute sévère au moins quant à ses conséquences. Sinon, comme souvent, le terrain, un chemin boueux, ne présentait pas de difficulté particulière.

Ce premier circuit nous emmenait vers Camphin en Pévèle puis Froimont pour revenir par le Carrefour de l’Arbre vers Gruson. La partie asphaltée entre Camphin et Froimont était peut être un peu longue mais nous fit voir du pays en prenant facilement de la distance mais aussi de la hauteur.

Le parcours était très bien balisé, même s’il fallut, comme pratiquement à chaque brevet VTT désormais, déplorer le retrait de flèches par des malveillants . Une équipe était mobilisée pour pallier les conséquences de ces incivilités.

A l’arrivée, soupe, boisson et surtout sandwich saucisse-choucroute. Vaut le détour.

Pour revoir l’édition 2018.

Manifestement les organisateurs avaient fait le pari du beau temps en installant la table d’inscription à l’extérieur.

L’installation se termine.

« Regarde derrière toi. »

Les deux boucles au départ de la base de loisirs des 6 Bonniers.

Photo non officielle.

Photo officielle.

Derniers ajustements en matière de signalétique.

C’est parti pour les trois roubaisiens.

Des cheminements variés.

Coup d’oeil en l’air.

L’endroit est idéal, de la boue et une bonne exposition. Il faut un peu de patience avant que les premiers n’arrivent.

Le premier d’une longue série.

Je me déplace également de quelques dizaines de mètres pour varier les angles de prises de vues.

La suite mardi soir vraisemblablement. J’alternerai sans doute avec le VTT des carrières d’Antoing de ce lundi.

C’est fait.

Pour être informés des prochaines parutions. Abonnez-vous (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil).

L’agenda des sorties route et VTT, les reportages photo et vidéo, sur Cyclos Hauts de France

Souvenir Jacques Lohier (route) – Phalempin 2019 (2/2)

Grisaille et humidité sur la Pévèle et par voie de conséquence, sur le Souvenir Jacques Lohier qui la traversait.

Suite en images du Souvenir Jacques Lohier qui devrait être mon dernier brevet route de la saison, passant à partir de dimanche prochain au VTT pour la période hivernale.

Rendez-vous à Saint Saulve pour le Raid des trois vallées, superbe randonnée champêtre.

Comme annoncé dans la première partie, une réflexion née de l’analyse de la fréquentation communiquée par les organisateurs. On observe que, pour la route, les quatre premiers clubs représentent 21,2% des participants de cette catégorie, alors que pour le VTT ils ne représentent que 6,5%. Même si l’analyse reste à affiner, on peut émettre l’hypothèse d’une pratique en club moins prégnante en VTT (l’hypothèse d’un nombre plus important de petits clubs dans cette discipline, autre explication possible, me semble moins crédible). A méditer donc pour renouveler les effectifs?

Pour revoir l’édition 2018 sous le soleil : CLIC

Pour être informés des prochaines publications, abonnez-vous (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil)

L’agenda des sorties et les reportages photo et vidéo sur Cyclos Hauts de France.

Une série moins ratée après le ravitaillement.

Dernière ligne droite avant l’arrivée.

Malgré le flou on distingue le sourire, je l’ai gardée.

Boisson sandwich, comme les grands.

A entendre la maman, la perspective du sandwich a été un élément de motivation. On attrape pas les mouches avec du vinaigre.

Du monde à l’extérieur malgré la bruine.

Souvenir Jacques Lohier (route) – Phalempin 2019 (1/2)

Temps gris mais plus sec qu’annoncé pour cette édition du Souvenir Jacques Lohier organisé par l’Etoile Cyclo Club de Phalempin.

L’annonce d’un temps franchement pluvieux aura ce dimanche moins dissuadé les cyclistes de rouler que les dimanches précédents mais la participation sera néanmoins nettement inférieure à celle de l’an dernier (1000 pour 1500). L’analyse des chiffres de fréquentation alimente quelques réflexions d’ordre sociologique sur la pratique cycliste mais vous devrez attendre la fin de la seconde partie pour les connaître.

Si la grisaille fut présente de bout en bout, la pluie ne fit son apparition qu’en fin de matinée et resta modérée.

L’absence de vent rendit le parcours bien roulant, Mons en Pévèle constituant le seul dénivelé notable.

La trace du 65 km, disponible sur Openrunner.

Le balisage est bien visible et si vous n’avez pas de GPS, les J verts vous conduiront sans faille pendant encore quelques semaines sur les quatre circuits de 20, 45, 65 et 90 kilomètres.

Seul point à améliorer à mon sens, le ravitaillement du 65 kilomètre situé depuis plusieurs années en bordure de route, sans recul, sur un axe qui reste fréquenté. Résultat, des cyclistes qui occupent la chaussée avec les risques que cela comporte. Un autre endroit pourrait être trouvé dans difficulté ou simplement le recul du stand qui me semble-t-il est possible.

Côté photos, on est pas loin de la Bérézina. Est-ce le fait d’une médiocre luminosité ou d’un réglage modifié involontairement? Toujours est-il que mon autofocus refusa de travailler correctement. J’aurais sans doute du remonter chercher mon objectif à focale fixe dont la plus large ouverture eut sans doute mieux convenu. Résultat une bonne partie des photos sont floues surtout en début de matinée. Comme je la joue toujours « ceinture et bretelles », le recours à mon second appareil permit de limiter les dégâts.

Des inscriptions bien organisées.

Du monde pour le café.

Des J verts abondants et bien positionnés.

8h20, il fait suffisamment jour pour s’engager sur le parcours route. Les premiers vététistes sont partis depuis longtemps sans attendre l’astre solaire, franchement discret par ailleurs.

Arrêt dans la première approche de Mons en Pévèle, afin de contrer la pluie annoncée. Première photo en mouvement, jusqu’ici tout va bien.

C’est déjà franchement moins bon.

La première est juste potable, les suivantes iront directement à la corbeille, complètement floues.

Changement d’appareil, c’est un peu moins pire.

Une fois de plus Freddy est en tête.

Ce n’est pas encore ce dimanche que Philippe marquera des points pour le challenge premier pour la photo.

Ah c’est pour Cyclos Hauts de France.

Un ravitaillement sans véritable recul par rapport à la chaussée.

Un maillot au dessin sophistiqué.

La suite demain soir sans doute.

C’est fait.

Pour être informés des nouvelles publications, abonnez-vous (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil).

L’agenda des sorties route et VTT, les reportages sur Cyclos Hauts de France.

Anstaing pour le Téléthon – 2019

Pluie et vent accompagnèrent les courageux qui avaient décidé malgré de sombres prévisions de participer à Anstaing pour le Téléthon.

Comme souvent le succès d’une sortie se joue à quelques heures. Pas de chance pour le club d’Anstaing qui vit ses efforts ruinés par une piètre météo alors que l’après-midi fut franchement ensoleillé. Il semble que le sort s’acharne sur ce sympathique club, car l’édition 2018 s’était déroulée dans des conditions comparables et Les belles censes au mois de mai avait connu aussi la pluie.

J’imagine que cet article n’aura qu’une audience modeste au regard du nombre de participants (150 contre 500 en 2017, année ensoleillée) mais je réitère mes reproches quant à la frilosité de nos amis cyclistes qui, plus souvent qu’il ne faudrait, déclarent forfait dès lors que le temps est maussade.

C’est faire piètre cas de l’investissement en temps et en argent des organisateurs. La souplesse de l’organisation qui permet de s’inscrire le jour même devrait trouver une contrepartie dans un engagement moral à participer ne fût-ce que pour effectuer la distance la plus courte.

Cette désaffection n’altéra pas la coutumière chaleur de l’accueil de ce club.

Quelques photos, la pluie n’incitant pas à des arrêts prolongés.

Jean-Luc, président du club, en compagnie d’André Tignon fidèle participant des brevets d’Anstaing.

Posté un peu avant le ravitaillement, je saisirai quelques participants engagés sur le 50 ou le 70 km.

Les ravitailleurs auront, pour la photo, enlevé leur poncho mais gardé leur sourire.

Quelques minutes d’attente supplémentaires m’eussent permis de photographier ce peloton en action.

Second passage au ravitaillement après avoir parcouru la boucle propre au 70 km.

Ce n’était pourtant pas un temps à crever. En cuissard et sandalettes, ce participant apporte la preuve que les conditions météo n’étaient pas si défavorables =).

Court arrêt à Watines et son jardin cycliste encore bien fleuri.

Pour être informés des prochaines publications, abonnez-vous, bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil.

L’agenda des sorties et les reportages photo et vidéo sur Cyclos Hauts de France

La Villeneuvoise 2019 (3/3)

Verdoyante Villeneuvoise.

Suite et fin de ce reportage. Vous pouvez retrouver les deux premières parties ici et .

Et l’édition 2018.

Vous pouvez être informés des nouvelles parutions en vous abonnant, lien en bas de la colonne de droite.

Second ravitaillement. Ca ne chôme pas. Un approvisionnement en vol a été organisé pour faire face à la forte fréquentation.

Mais plus de gobelets… on remplit les bidons.

Fabrication des sandwichs, difficile de faire plus frais.

Le palmares de fréquentation.