Anstaing pour le Téléthon – 2019

Pluie et vent accompagnèrent les courageux qui avaient décidé malgré de sombres prévisions de participer à Anstaing pour le Téléthon.

Comme souvent le succès d’une sortie se joue à quelques heures. Pas de chance pour le club d’Anstaing qui vit ses efforts ruinés par une piètre météo alors que l’après-midi fut franchement ensoleillé. Il semble que le sort s’acharne sur ce sympathique club, car l’édition 2018 s’était déroulée dans des conditions comparables et Les belles censes au mois de mai avait connu aussi la pluie.

J’imagine que cet article n’aura qu’une audience modeste au regard du nombre de participants (150 contre 500 en 2017, année ensoleillée) mais je réitère mes reproches quant à la frilosité de nos amis cyclistes qui, plus souvent qu’il ne faudrait, déclarent forfait dès lors que le temps est maussade.

C’est faire piètre cas de l’investissement en temps et en argent des organisateurs. La souplesse de l’organisation qui permet de s’inscrire le jour même devrait trouver une contrepartie dans un engagement moral à participer ne fût-ce que pour effectuer la distance la plus courte.

Cette désaffection n’altéra pas la coutumière chaleur de l’accueil de ce club.

Quelques photos, la pluie n’incitant pas à des arrêts prolongés.

Jean-Luc, président du club, en compagnie d’André Tignon fidèle participant des brevets d’Anstaing.

Posté un peu avant le ravitaillement, je saisirai quelques participants engagés sur le 50 ou le 70 km.

Les ravitailleurs auront, pour la photo, enlevé leur poncho mais gardé leur sourire.

Quelques minutes d’attente supplémentaires m’eussent permis de photographier ce peloton en action.

Second passage au ravitaillement après avoir parcouru la boucle propre au 70 km.

Ce n’était pourtant pas un temps à crever. En cuissard et sandalettes, ce participant apporte la preuve que les conditions météo n’étaient pas si défavorables =).

Court arrêt à Watines et son jardin cycliste encore bien fleuri.

Pour être informés des prochaines publications, abonnez-vous, bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil.

L’agenda des sorties et les reportages photo et vidéo sur Cyclos Hauts de France

La Villeneuvoise 2019 (3/3)

Verdoyante Villeneuvoise.

Suite et fin de ce reportage. Vous pouvez retrouver les deux premières parties ici et .

Et l’édition 2018.

Vous pouvez être informés des nouvelles parutions en vous abonnant, lien en bas de la colonne de droite.

Second ravitaillement. Ca ne chôme pas. Un approvisionnement en vol a été organisé pour faire face à la forte fréquentation.

Mais plus de gobelets… on remplit les bidons.

Fabrication des sandwichs, difficile de faire plus frais.

Le palmares de fréquentation.

La Villeneuvoise 2019 (2/3)

La Villeneuvoise nous entraîne par des routes champêtres en Pévèle et Mélantois.

Seconde partie de ce reportage, toujours posté dans le même virage.

Comme d’habitude, des photos plus « soignées » des isolés ou des petits groupes qui laissent le temps du cadrage. Pour les gros pelotons, c’est plus compliqué pour mon autofocus et moi. Illustration dans ce qui suit.

Malheureusement pour les Cyclos de Villeneuve d’Ascq, pas de plan rapproché. Une voiture venant en sens inverse les contraindra à un virage large.

Plan serré… mais de la voiture.

Cet isolé aura plus de chance.

La suite demain j’espère. Mais avec la préparation de Wallers Roubaix VTT ce dimanche, c’est un peu chaud, d’où la publication tardive de cette deuxième partie. Pour Wallers Roubaix, il est encore possible de s’inscrire sur place , toutes les infos sur Cyclos Hauts de France, rubrique Agenda évènements.

Pour être informés de la parution de nouveaux articles vous pouvez vous abonner. Icône en bas de la colonne de droite.

La Villeneuvoise 2019 (1/3)

Le soleil peinera à disperser le voile nuageux et si l’on connut une éclaircie sur le coup de dix heures, la dominante fut grise pour cette Villeneuvoise 2019.

Franc succès pour cette édition 2019, avec 832 inscrits pour 400 prévus. Le Vélo Club de Villeneuve d’Ascq sut néanmoins, en ce jour férié chômé, faire face à cet afflux imprévu et chacun fut nourri et désaltéré.

Le parcours, bien roulant, traversait Mélantois et Pévèle par des routes champêtres. Vous pouvez le retrouver en suivant les étoiles oranges au départ de la rue Delattre et aussi sur Openrunner

Le ciel voilé n’empêcha pas les photos. Un virage bien exposé alimentera l’essentiel de ce reportage, ainsi que quelques vues prises avant le ravitaillement.

Déjà de nombreux inscrits à 7h30.

Café corsé au départ.

Circuit très bien fléché. Vous pouvez suivre les étoiles rouges au départ de la rue Delattre.

Wasquehal est sur le départ

Pris de court, je ne saisirai qu’imparfaitement les derniers du deuxième groupe de Wasquehal.

La suite demain soir sans doute.

C’est en ligne

Nuit des pavés 2019 (3/3)

La nuit et les pavés sont là, à l’approche de Bouvines.

Voici donc la dernière partie de cette trilogie. Comme indiqué au début, les prises de vues  nocturnes ne permettent pas toujours de reconnaître les sujets, mais traduisent davantage l’ambiance de cette randonnée.

Quelques photos sur le tronçon entre Bouvines et Gruson, que j’emprunte à contre-sens pour rejoindre le carrefour de l’Arbre. Un des premiers partants… … manifestement heureux d’être là… … et le papa également. Plusieurs s’arrêteront pour admirer ce coucher de soleil flamboyant. Au carrefour de l’Arbre, deux signaleurs sont postés pour aider à traverser la départementale. Ils n’ont pas eu très chaud. Signalétique de Paris Roubaix et de la Nuit des pavés cohabitent. Une crevaison, mais le groupe là pour aider à la manœuvre. Tentative de prise de vue à la lumière d’un projecteur. La technique est prometteuse mais demande pour de meilleurs résultats au moins une seconde source lumineuse et un objectif disposant d’une plus grande ouverture. A étudier d’ici l’an prochain. Jean-Michel prend des allures d’extra-terrestre. Jean-Louis du VC Faumont, reconnaissable malgré le flou. Fin des photos sur le parcours et retour à l’accueil. Ils sont trois, mais tels les mousquetaires… … un quatrième règle le retardeur… … et les rejoint pour la photo.

NB : la référence aux Trois Mousquetaires porte, bien sûr, sur le nombre et non sur le réglage du retardateur. Si A Dumas commit un anachronisme en faisant traverser à ses héros un champ de pommes de terre, il n’alla pas jusqu’à les faire se photographier.

Une belle balafre qui démontre que casque et lunettes ne sont pas complètement inutiles dans la pratique du VTT. Content que l’on ait retrouvé ses lunettes. Catherine en termine. Manifestement contente de sa randonnée. Patrick, qui a conçu le parcours, en flagrant délit de gourmandise. Jean-Louis, au centre, plus net une fois à l’arrêt. Le rangement est déjà bien engagé, mais il reste une table et des victuailles pour les arrivées tardives. Le dernier arrivant, le voici.

Nuit des pavés 2019 (2/3)

En attendant la nuit, effets de lumière sur l’église Saint Pierre de Bouvines.

Suite de cette Nuit des pavés qui n’en est qu’au crépuscule, toujours sur le premier secteur pavé.

Court arrêt pour une photo de groupe… … et c’est reparti. On longe cette belle ferme à cour carrée, pour rejoindre la Marque, non sans avoir pris le temps d’admirer son porche au fronton ouvragé.Photo d’archive, comme il est d’usage de le préciser. Gros plan sur la chaine et ses ondulations. Celle-ci est pas mal non plus. Nouveau passage, après un retour au stand pour ennui mécanique. Il est temps d’aller faire un tour du côté du carrefour de l’Arbre qui doit être fréquenté.

La suite dans la semaine.

C’est en ligne.