Catégories
Brevet Cyclotourisme

La Ronde des Nieulles – Armentières 2019 (1/2)

J’avais imaginé placer en une la photo de la Reine des Nieulles. Las, celle-ci annoncée aux douze coups de midi au plus tôt, je ne pus la voir, devant à cette heure avoir entamé mon parcours de retour.

Cela faisait longtemps que je n’avais pas participé à la Ronde des Nieulles. Ma dernière tentative en 2012 avait fait long feu. Un moment d’inattention dans le petit jour, alors que je roulais vers Armentières, m’avait fait heurter une bordure de trottoir avec à la clé un soleil et une fracture du bassin.

Cette longue absence ne fut le fruit ni d’une superstition ni d’un ressentiment mais davantage celui des circonstances.

Retour sans désagrément cette année vers Armentières pour un parcours dans les Weppes et la Flandre. Ma contrainte horaire, ne m’empêcha pas seulement de manquer la venue de la Reine des Nieulles mais aussi de suivre le 90 kilomètres qui partait vers le Mont Noir et le Mont des Cats. Je dus cette semaine encore me satisfaire de la plaine.

Parcours roulant et champêtre empruntant pour l’essentiel de petites routes. Le circuit de 60 kilomètres était bien signalé. Vous pourrez retrouvez les N orange, à partir du centre sportif Léo Lagrange.

La trace sur Openrunner

Les clubs voisins de la Chapelle d’Armentières et de Houplines étaient présents.

Parking intérieur. Dommage qu’il n’ait pas plu.

Fléchage aérien dans le secteur des Monts de Flandres à la demande des communes traversées. Il va falloir s’y habituer.

Crevaison pour Cathy. Freddy et Philippe à la rescousse.

Déjà le ravitaillement.

Une petite route bien exposée, une halte photographique s’impose.

La suite demain soir sans doute.

C’est fait.

Pour être informé prochaines parutions, abonnez-vous (bouton en bas de la colonne de droite de la page Accueil).

Catégories
Brevet Cyclotourisme

Vers Morbecque – Fleurbaix 2019

Si les nuages se firent parfois menaçants et allèrent même jusqu’à lacher quelques gouttes, nous roulâmes vers Morbecque au sec.

C’était des parcours roulants et plats, un peu moins pour le 85 kilomètres, que proposait le Cyclo/VTT BMX de Fleurbaix pour rejoindre Morbecque, thème de cette randonnée. Les amateurs de longs tronçons rectilignes, apprécieront le tracé. L’absence de vent, au moins en première partie de matinée, ajoutait à la planéité des circuits pour favoriser les pointes de vitesse.

Si à peine fermé la porte de la maison la pluie se mit à tomber, cela ne dura pas et nous bénéficiâmes finalement d’une météo clémente.

Bonne participation avec près de 900 personnes. Il faut dire que les organisateurs n’avaient pas ménagé leur peine, proposant quatre circuits Route et six VTT, trois faciles, les trois plus longs comportant davantage de dénivelé. Vous pouvez retrouver les parcours Route en suivant les FF jaunes.

Côté photos, la question était de savoir si le pire était à venir ou au contraire passé. En d’autres termes, fallait-il réaliser des prises de vues avant une possible détérioration du temps ou au contraire continuer à rouler en attendant une franche éclaircie? Ces dernières prévalurent et j’aurais pu rouler encore un peu, d’autant que l’orientation de l’itinéraire de retour était plutôt face au soleil.

Pour être informés des prochaines parutions, abonnez-vous (bouton en bas de colonne de droite de la page Accueil)

Retrouver le calendrier des sorties Route et VTT et les reportages photo et vidéo sur cycloshdf.fr

Revoir l’édition 2018

Le gros lot de la tombola.

Les quatre circuits Route.

Vous pouvez retrouver la trace du 65 km sur Openrunner.

Un circuit bien balisé.

Les Vétistes n’étaient pas oubliés avec six parcours.

Bon endroit mais pas encore beaucoup de cyclistes. Je ne m’arrêterai pas longtemps.

La table est approvisionnée et les participants encore peu nombreux. Les ravitailleurs se ménagent en prévision de la suite.

Catégories
Brevet Cyclotourisme VTT

Un Elan d’enfer – Ploegsteert 2018

Belle lumière sur le Heuveland et les Monts des Flandres pour cet Elan d’enfer 2018.

Fort heureusement les années se suivent et ne se ressemblent pas. L’an dernier, je me fracturais la cheville lors de cette randonnée. Je suis rentré cette fois-ci harassé mais sain et sauf. Cerise sur le gâteau j’ai gagné une gourde à la tombola.

Pour ce qui constitue pour moi le début de la saison VTT, le temps et le terrain étaient idéals. Sec et ensoleillé côté météo, humide mais pas détrempé pour ce qui était des chemins.

En fait d’élan d’enfer, j’optai pour un plus modeste en m’engageant sur la distance la plus courte de 25 kilomètres, l’aller et le retour en suivant depuis Lille les berges de la Deûle puis de la Lys jusque Frelinghien, procurant un complément de 50 kilomètres. Bien m’en pris car, par le fait de je ne sais quelle diablerie, le parcours annoncé de 25 kilomètres se révéla en comporter 36, GPS faisant foi.

Je ne fis donc qu’apercevoir Mont-Rouge et Mont-Noir qui étaient au menu du 55 kilomètres.

N’étant pas trop contraint en termes d’horaire et la lumière s’y prêtant, j’ai pu photographier à mon aise cyclistes et paysages.

Le retour vers Lille avec un vent de face fut un peu éprouvant, même si le cheminement le long des berges était sans doute plus abrité que sur route.

Vous pouvez retrouver la trace GPS sur Openrunner. Ne tenez pas compte de la boucle vers le 34ème kilomètre. Œuvre du Malin, d’un plaisantin ou du vent, une flèche nous fit faire le tour d’un champ de colza pour nous ramener au même point.

Peu après le départ, un chemin bien exposé. Contournement de Nieuwkerque par un chemin herbeux.   Ravitaillement, au soleil mais dans le vent. L’écharpe n’était pas de trop. Des vaches ont investi la pâture, mon vélo semble intriguer l’une d’elles. Photos de paysages entre deux passages de cyclistes. C’est plat mais il y a du vent. Les mains un peu engourdies par le froid j’ai modifié sans m’en rendre compte le réglage de la balance des blancs. Résultat, des photos en nuit américaine. Le passage en noir et blanc était le seul moyen d’obtenir un rendu acceptable. Sans doute les plus jeunes participants.

Catégories
Brevet Cyclotourisme

Lille Bray Dunes 2018 (2/2)

Le Mont des Récollets, que nous franchirons pas.

Seconde partie de ce Lille-Bray Dunes 2018. Le Mont Noir n’était pas très propice aux prises de vues pour des raisons tant d’exposition à cette heure de la matinée que de fréquentation, de nombreux cyclistes s’y croisant. Le Mont des Cats l’était davantage mais la technique ne fut pas au rendez-vous.

Peu de témoignages donc de cette partie animée du parcours. Cassel offrait de beaux points de vue sur la plaine mais il était tentant de profiter pleinement de la descente vers Bavinchove sans l’interrompre par des arrêts.

L’ascension du Mont Noir se fera à l’ombre.

D’un mont à l’autre il n’y a qu’un pas de géant des Flandres et nous voici dans la montée du Mont des Cats, avec (voir première partie) qu’un maigre reste de photos. Premier ravitaillement en haut du mont.

C’est parti vers le Mont Cassel. Le Mont Cassel se fait discret, mais il est bien là. On retrouve les cyclos d’Orchies, l’occasion de compléter la galerie de portraits. Pas trop de monde sur les routes.Cassel cache toujours bien son jeu, si on ne l’avait aperçu un peu avant, difficile d’imaginer qu’un belle montée nous attend. Esquelbecq, second ravitaillement. Je ne photographierai pas la façade losangée de l’église Saint Folquin, placée à contre jour. Mais je l’avais fait en 2016, moins ensoleillé. C’est peu après ce tronçon qu’un rapt de flèche compliquera le cheminement me faisant garder l’appareil photo en poche.

C’est l’arrivée.

Les cyclos d’Houplines sont arrivés. Le vélo que je n’ai pas gagné. 299 participants. Ce brevet mérite mieux en termes de fréquentation.