Ronde verte de la Pévèle VTT – Bersée 2018 (2/2)

Vers Mons en Pévèle. 

Suite du circuit de 35 km de cette Ronde verte de la Pévèle, entre le terril de Thumeries et Bersée.

Deux secteurs de prise de vue, un chemin bien boueux peu après le terril et un autre nettement plus roulant en remontant vers Mons en Pévèle.

Ne serait-ce pas le président du club de Wavrin? Et revoilà deux de nos amateurs de photos… … rejoints par la petite dernière dont c’était le premier brevet. Je me suis dépêché de crainte de créer un embouteillage. Je certifie que cette photo du clocher de Bersée a été prise le même jour que les précédentes. La nature est parfois injuste.

VTT la ferme fleurie – Hollain 2016 (2/2)

vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-145Un des tronçons de liaison sur route. A droite, avant l’alignement d’arbres, démarre la bifurcation pour le 45 km.

Reprise de ce reportage au ravitaillement commun aux trois circuits. Si vous avez manqué le début, cliquez ici.

vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-75Vin chaud en option. vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-76vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-762L’observateur attentif aura remarqué la présence d’une bouteille dont le contenu n’a du jus de pomme que la couleur. Etait-ce pour corser le vin chaud ou à l’usage des ravitailleurs en manque de calories ? vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-77 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-79 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-80Ce petit chemin, malgré son air tranquille, était difficile à négocier par endroits. vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-81 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-82 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-83 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-84 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-85 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-86Avec sa plaque des Carrières d’Antoing, ce jeune vététiste ne craint pas le vingt kilomètres. vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-87 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-88 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-89 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-90 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-91 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-92 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-93 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-94 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-95 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-96 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-97 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-98 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-99 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-100 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-101 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-102 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-103 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-104 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-106 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-108Un second jeune, tout aussi vaillant que le premier. Nous les retrouverons peu après. Vous en aurez déduit que j’ai quand même réussi à les doubler. vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-109 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-110 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-111 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-112 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-113 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-114 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-115 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-116 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-117 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-118 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-119 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-120 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-121Un second Crazy Wheels en éclaireur. vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-122 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-123 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-124 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-125 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-126 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-128Jamais deux sans trois ? vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-129 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-130 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-131 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-132 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-133 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-134 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-135 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-136 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-137Le dicton se vérifie. vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-138 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-139 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-141 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-143 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-144  Après une courte hésitation, je suivrai le 45 km qui part à droite.vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-148Moins de cyclistes et moins de photos. vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-150Au second ravitaillement, nous sommes parmi les derniers à faire halte. vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-152 Encore treize kilomètres.vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-153 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-154 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-156Un parcours sinueux entre les pépinières.vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-155 vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-158Un dernier passage en sous bois un peu technique.vtt-de-le-ferme-fleurie-hollain-2016-157Le reste sera bien roulant.

Première sortie d’hiver VTT – Roost Warendin 2016

Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 50Enfin, une belle journée d’hiver pouvait se dire le cycliste nanti pour qui le froid sec pimente la randonnée plutôt qu’il ne constitue un désagrément.

La perspective d’une belle journée m’aura fait préférer effectuer une dernière sortie VTT plutôt que de renouer avec la route. Pas de Retrouvailles donc cette année, direction Roost Warendin pour la Première sortie d’hiver organisée par le Cyclo Club Roost Warendinois.

Un vent glacial était là pour m’accueillir au sortir de la voiture laissant présager qu’il faudrait faire avec… et contre. Le court moment passé à me chausser et à monter ma roue avant suffit à me refroidir.

Agréable contraste, la salle offrait chaleur thermique et de l’accueil.

Les premiers kilomètres permettront de poursuivre l’entreprise de montée en température en moulinant gentiment. Le terril de Râches nous attendait avec un sol durci rendant le pédalage sans comparaison avec celui de dimanche dernier. Il fallait néanmoins se garder de piégeuses ornières gelées.

Sorti du terril, chemins de terre ou pavés constituaient l’essentiel du cheminement. La semaine écoulée avait permis d’assécher les chaussées rendant la progression aisée et le premier ravitaillement, posté à 16 km, me prit par surprise.

Peu après la bifurcation avec le 34 km, la voie verte nous emmenait facilement vers Bersée. Mons en Pévèle se profilait rapidement au terme d’un long secteur pavé. Grimpant vers la Sablière, j’appréhendais ce passage dont je gardais d’une précédente randonnée hivernale le souvenir d’une longue portion boueuse. Il n’en fut rien et fruit sans doute d’une réfection du chemin et du temps sec des ces derniers jours, cette partie fut très roulante.

Les éminences n’étant pas légion dans les environs, soucieux d’exploiter au mieux celles dont nous disposons, les organisateurs nous feront descendre pour remonter ensuite vers le Pas de Roland par un étroit chemin. Routards et vététistes s’y retrouvaient pour un second ravitaillement.

Si le chevalement de Roost Warendin se devinait des hauteurs de Mons en Pévèle, il n’en restait pas moins 16 km à parcourir, aidés néanmoins par un vent plutôt favorable.

Passée la plaque d’entrée de ville, il n’en fallait pas conclure trop hâtivement que nous étions arrivés. Nous faisant tourner de façon un peu imprévue à droite, le circuit nous entraînait dans une succession de méandres, de courtes montées et descentes sur les restes d’un terril pendant près de 4 km.

Seule la vue des postes de lavage de l’autre côté d’un bras d’eau permettait de conclure sans hésitation que la fin était proche.

Si le sol gelé au départ avait pu nous faire imaginer garder des machines à peu près propres, les premiers rayons de soleil et le dégel qui s’en suivit ruinèrent rapidement cet espoir. Les postes de lavage étant alimentés par le pompage d’eau non potable, c’est sans état d’âme que j’utilisai l’un des nombreux jets d’eau pour ôter le plus gros de la boue.

Parcours sympathique et belle réussite pour cette première sortie d’hiver.

Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 1Le café était particulièrement apprécié en ce matin frisquet.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 2Côté cyclos, il est encore tôtPremiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 3Côté VTT ça commente à arriver.

Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 6Les marcheurs ne devraient pas tarder.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 4Encore quelques détails à régler.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 7Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 8VTT, les inscriptions vont bon train (300 participants annoncés au ravitaillement).Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 9 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 10Roland Decoster met la dernière main au panneau d’information expliquant le balisage, fort bien fait au demeurant.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 11Les deux parcours VTT.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 12 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 13Premiers départsPremiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 14 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 16 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 17Roland Decoster m’avait prévenu en m’expliquant le parcours qu’il ne fallait pas se soucier du panneau car nous n’allions pas à l’Escarpelle. Ceci me permettra de donner la répartie à un riverain suspicieux qui me faisait observer l’existence du panneau.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 18Lever de soleil sur le terril de Râches.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 19 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 20
Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 78
Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 21 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 22 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 23 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 28 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 29 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 30 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 32 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 33 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 34 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 35 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 36 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 37 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 38 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 39 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 40
Ravitaillement commun pour le 34 et le 48 km.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 41 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 42 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 43 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 44 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 45 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 46Entre peinture au sol et fléchage vertical, pour se perdre il fallait vraiment le vouloir.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 47 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 48 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 49 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 51 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 52 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 53Ca monte venant de Bersée vers Mons en Pévèle.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 54Pas de difficulté en VTT pour absorber cette longue portion pavée.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 56 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 58 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 60 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 61Deuxième montée vers Mons en Pévèle et le Pas de Roland. A cet endroit cela ne grimpe pas encore trop et l’étroitesse du chemin n’est pas trop anxiogène, les deux haies formant des bordures hospitalières.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 63Il n’en va pas de même quelques dizaines de mètres plus loin où la pente s’accentue et  la haie de droite fait place à une clôture en fil de fer barbelé. Le cycliste dont on ne voit que la roue avant s’y sera fort empêtré et malgré mon aide, aura bien du mal à s’en décrocher.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 64 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 65Le terril de Râches se profile et le chevalement de la fosse 9 de Roost Warendin se devine.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 66 Le voici d’un plus près, seul vestige de la mine de l’Escarpelle, alors que l’arrivée est proche.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 67 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 68 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 69 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 70 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 71 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 72 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 74 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 73 Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 75Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 76Le traditionnel sandwich.Premiere sortie d'hiver VTT - Roost Warendin 2016 77Des postes de lavage en nombre, concluaient ce brevet très bien organisé.

Véloscénie (3/5) – Bellou sur Huisne – Bagnoles de l’Orne

Véloscénie 3 -42Passé Alençon, retour à des routes départementales moins rectilignes et plus vallonnées.

Voici la suite de ma randonnée, Paris – Mont Saint Michel.

Si vous avez manqué les épisodes précédents :

Paris-Chartres

Chartres – Bellou sur Huisne

Pluie du matin n’effraie pas le pèlerin. Celle-ci ne m’empêchera donc pas de me livrer à mes préparatifs matinaux alors que je l’entends crépiter sur le toit. Elle ne durera pas et j’éviterai le démontage sous la pluie que j’envisageai avec une petite appréhension, même si ma tente le permet.

Il fait encore frais ce matin mais le vent est moins fort. Rapidement se dessine à l’horizon une bande bleu pastel que j’espère annonciatrice d’une éclaircie. Celle-ci sera au rendez-vous à Mauves sur Huisne pour y photographier le Pont Catinat, massive construction en arc datant du début du 17ème. Le détour offre un joli dénivelé qui rompt la relative monotonie de la voie verte s’agissant du relief.

Il en sera de même, une trentaine de kilomètres plus loin pour accéder à Mortagne au Perche, gros bourg médiéval. Une longue côte rectiligne y conduit mais dont la pente reste acceptable, même si je dus dans sa partie terminale appuyer sur les pédales.

Courses faites, la suite du trajet vers Alençon se déroule sans difficultés.

Mele sur Sarthe propose deux aires de pique- nique. Je délaisserai celle de la base de loisirs au profit d’une qui borde la voie, sans doute moins bucolique, mais proposant des supports en bois bien exposés propres à faire sécher mon double toit.

À Alençon, il est encore tôt pour décider d’y faire étape mais le topo n’indique pas de camping à Carrouges, prochaine grosse bourgade. Bagnoles de l’Orne me semble loin d’autant que le trajet s’annonce vallonné. Renseignements pris à l’office du Tourisme, dont l’hôtesse téléphonera obligeamment à la mairie, le Camping de Carrouges n’ouvre qu’en juillet-août mais je pourrai y planter ma tente, sans pouvoir faire usage des installations.

Je pars donc dans cette direction avec la Butte Chaumont en point de mire. Cette éminence normande fait saillie dans la plaine environnante et son contournement s’accompagne de quelques côtés significatives.
Je parviens néanmoins sans peine à Carrouges dont le château est en basse ville. La rue qui y conduit offre une belle perspective plongeante sur le châtelet qui marque l’entrée du parc.

Je flâne un moment dans ses jardins et compte tenu de l’heure décide de poursuivre vers Bagnoles de l’Orme qui n’est plus qu’à vingt-cinq kilomètres.

Ce dernier tronçon sous le soleil sera un vrai plaisir, se concluant pas une longue ligne droite en forêt. J’arriverai sans peine à Bagnoles de l’Orne dont j’éviterai le centre ville pour me rendre directement au camping, sur la route de Couterne.

Véloscénie 3 -2 L’ancienne gare.Véloscénie 3 -1 Véloscénie 3 -3L’église romane Saint Paterne de Bellou sur Huisne. Je ne verrai pas son retable baroque. Véloscénie 3 -4 Véloscénie 3 -5 Véloscénie 3 -38Véloscénie 3 -37Comme de bien entendu, à côté de l’église le café.Véloscénie 3 -6Photo de famille alors qu’à l’horizon s’esquisse une éclaircie.

Véloscénie 3 -39 Véloscénie 3 -7Mauves sur Huisne, outre le Pont Catina, vaut le détour pour le point de vue. Ici, l’église Saint Pierre du XIIIème siècle. Véloscénie 3 -8Le pont Catinat. Véloscénie 3 -9Un porche original. Véloscénie 3 -10Le long de la voie verte vers Mortagne au Perche. Véloscénie 3 -11« Le Perche » hebdomadaire local.

Véloscénie 3 -45L’édition de ce 03 juin 2015. Véloscénie 3 -12Mortagne au Perche, dont la visite aura été sans doute trop sommaire, négligeant entre autres les 27 cadrans solaires, curiosités de la ville. Véloscénie 3 -13Paysage du Perche. Véloscénie 3 -14L’un des nombreux panneaux d’information qui jalonnent la voie verte. Véloscénie 3 -15A visiter paraît-il.

Véloscénie 3 -16 Véloscénie 3 -40 Véloscénie 3 -17Au delà du caractère désuet du panneau indicateur, j’apprécie particulièrement la sonorité des noms des villages indiqués. Véloscénie 3 -18 Véloscénie 3 -19 Véloscénie 3 -20Alençon – La Maison d’Ozé, siège de l’office du tourisme. Véloscénie 3 -21La Halle au blé, devenue médiathèque. Véloscénie 3 -22La Butte Chaumont (378 m), dont le contournement anime cette étape, domine la plaine.

Véloscénie 3 -41 Véloscénie 3 -23Cuissai, une côte nous attend à la sortie. Véloscénie 3 -24 Véloscénie 3 -25 Véloscénie 3 -26L’église Saint Pierre de La Roche Mabile. Véloscénie 3 -28 Véloscénie 3 -27 Véloscénie 3 -29Véloscénie 3 -44Carrouges : la perspective vers l’entrée du château.Véloscénie 3 -30Les douves. Véloscénie 3 -31 Véloscénie 3 -32 Véloscénie 3 -43 Véloscénie 3 -33 Véloscénie 3 -34L’église de LignièresVéloscénie 3 -35  Véloscénie 3 -36Vaste et paisible emplacement au camping du Clos Normand entre Bagnoles de L’Orne et Couterne. Très bon accueil.

A SUIVRE

Véloscénie (2/5) – Chartres – Bellou sur Huisne

Veloscenie 2 - 45En dehors des voies vertes, la Véloscénie suit de petites routes à faible densité de circulation.

Pas de brevet ce dimanche pour cause de réunion de famille. Je poursuis le compte rendu de mon périple Paris – Mont Saint Michel. (Pour accéder au précédent article, cliquez ici)

Le ciel est franchement gris au réveil et je décide de prendre directement la route sans repasser par Chartres  que je n’ai pas vraiment visitée. Un vent assez soutenu m’incite également à ne pas trop traîner.

Peu après le camping, je retrouve des traces de la Véloscénie mais qui partent dans deux directions opposées. M’aidant du topo j’en choisis une. Soucieux de confirmer cette option, j’interroge  un promeneur qui me fait faire demi-tour. Mes observations étant en décalage avec les indications du topo, je questionne alors une cycliste venant en sens inverse qui me confirme la pertinence du choix initial et  me fait un brin de conduite, suivant pour les premiers kilomètres la même direction.

Une fois passé Barjouville, on suit une voie partagée qui se transforme en piste cyclable jusque Fontenay sur Eure. Pratiquement pas de dénivelé sur ce plateau ou les champs de céréales s’étendent à perte de vue. La progression n’en est pas aisée pour autant car le vent de face souffle en rafales. Comprenant assez vite que la bataille est inégale et que je m’épuiserai rapidement à vouloir tenir une allure à tout prix, je mouline et dépasse difficilement le 15 km/h à certains endroits. Le vent est froid et je supporte maillot à manches longues, coupe vent et tour de cou.

Si je m’arrête photographier l’église de Meslay le Grenet, je n’irai pas jusqu’à chercher la clé chez l’un des riverains membres de l’association des amis de MLG pour la visiter et file vers Illiers Combray. Est-ce mon petit déjeuner qui manquait de consistance où les efforts prodigués pour avancer dans l’adversité, toujours est-il que je ressens une petite faim que je comble temporairement avec une barre de céréales et me mets à fantasmer sur la dégustation d’une madeleine à Illiers Combray.

Je ne fais pas de mon passage à Illiers Combray un pèlerinage proustien mais je suis curieux de découvrir ce village dont on retrouve des évocations dans le premier tome de « A la recherche du temps perdu ». Des passages me reviennent en mémoire que je regrette de n’avoir pas relus avant de partir.

Vu de loin, Illiers Combray n’a rien du petit village rural, zones pavillonnaire et industrielle l’ayant quasiment encerclé. La maison de tante Léonie est fermée et je me contenterai de la place de l’Eglise et d’un petit tour dans le vieux village. J’achèterai pain et charcuterie mais point de madeleine. Il est sans doute un peu tard et finalement la nostalgie n’est pas au rendez-vous.

Point pratique, les indications données par le topo pour y accéder ne sont plus exactes l’itinéraire ayant été modifié suite à la construction d’un échangeur. Mais le fléchage Veloscénie est sans ambiguïté.

Je repars toujours vent debout et n’aurais finalement pas l’énergie de rejoindre Fraze pour déjeuner. Je profiterai d’une allée conduisant à l’église de Montigny le Chardif pour casser la croûte et reprendre des forces.

Requinqué, je reprends la route vers Thiron Gardais non sans visiter l’église de la Croix du perche, qui est ouverte, comme l’indique un petit écriteau qui se balance au vent, suspendu à la clef. Il y a même de la lumière pour admirer la nef en forme de coque de bateau. Cette petite église mérite l’arrêt.

Nogent le Rotrou ne me retiendra pas très longtemps et poursuis ma route vers Condé sur Huisne où démarre la voie verte en direction d’Alençon. Me revient à l’esprit une charade. Mon premier est un oiseau, mon second est ce que dit Alexandre Dumas fils à son père pour qu’il indique l’heure à ses domestiques qui regardent par le trou de la serrure. Mon tout est la raison pour laquelle je vous demande l’heure (Solution à la fin).

Je néglige la charmante aire de pique nique aménagée à hauteur de Dorceau pour faire halte peu après à Bellou sur Huisne. L’après-midi est déjà bien entamée et les terrains de camping ne sont pas pléthore. J’ai le choix le l’emplacement et opte pour une parcelle au bord de la calme rivière.

Il me faudra néanmoins reprendre mon vélo et grimper au centre de Repapart, village mitoyen, pour retrouver une connexion réseau me permettant d’envoyer mes nouvelles du jour.

Solution de la charade : Geai – Père Dumas montre à nos gens l’heure au trou = J’ai perdu ma montre à Nogent le Rotrou.

Veloscenie 2 - 47 Veloscenie 2 - 48Fontenay sur Eure.Veloscenie 2 - 1Eglise de Meslay le Grenet.Veloscenie 2 - 2Vers Illiers-Combray.Veloscenie 2 - 3Sur les traces de Proust.Veloscenie 2 - 28Plus contemporaines que l’écriture de « A la recherche du temps perdu » ces publicités murales témoignent elles aussi d’un temps qui n’est plus.Veloscenie 2 - 4 Veloscenie 2 - 49 Veloscenie 2 - 50Eglise d’Illiers-Combray.Veloscenie 2 - 5Mereglise.Veloscenie 2 - 6Veloscenie 2 - 52Montigny le Chardif

Veloscenie 2 - 7Le château de Frazé

Veloscenie 2 - 8Veloscenie 2 - 53Veloscenie 2 - 29Veloscenie 2 - 30Veloscenie 2 - 12 Place et église de La Croix du Perche.Veloscenie 2 - 10Veloscenie 2 - 55Veloscenie 2 - 14La voûte en forme de coque de bateau.Veloscenie 2 - 14Veloscenie 2 - 15Veloscenie 2 - 56La confiance règne, c’est plutôt rare.Veloscenie 2 - 11Veloscenie 2 - 16Veloscenie 2 - 57Au bas de la côte se profile le clocher de l’abbaye de Thiron Gardais.

Veloscenie 2 - 17 Veloscenie 2 - 18 Veloscenie 2 - 31Vertes collines.Veloscenie 2 - 32De quoi combler les rêves de Perette.

Veloscenie 2 - 33Veloscenie 2 - 34Veloscenie 2 - 35Veloscenie 2 - 36Notre Dame de La Gaudaine.Veloscenie 2 - 37 Veloscenie 2 - 39 Veloscenie 2 - 40 Veloscenie 2 - 20  Château de Nogent le Rotrou.

Veloscenie 2 - 62Veloscenie 2 - 41Veloscenie 2 - 42Veloscenie 2 - 43 Une erreur de parcours pour trouver le départ de la voie verte à Condé sur Huisne me permettra la photo de ce jeune veau.Veloscenie 2 - 21 Veloscenie 2 - 22 Veloscenie 2 - 23 Veloscenie 2 - 46  Paisible campement sur les bords de l’Huisne

Veloscenie 2 - 25Veloscenie 2 - 58Des affiches que l’on rencontre peu dans les rues de Lille et environs.Veloscenie 2 - 59 Veloscenie 2 - 24Veloscénie 2 - 24Chacun chez soi et les truites seront bien gardées. (EHGO = Entente Halieutique du Grand Ouest). Vous trouverez sur Internet toutes les explications.

La suite Bellou sur Huisne – Bagnoles de l’Orne

 
 
 
 
 

Véloscénie (1/5) – Paris Chartres

Veloscenie 1 - 27Deux cathédrales délimitent cette étape. Le soleil éclaire encore le porche de celle de Chartres, terme de ma randonnée du jour.

J’avais eu pour projet l’an dernier de rejoindre le Mont Saint Michel dans le prolongement des plages du débarquement. Le temps dont je disposais ne m’avait pas permis de le concrétiser et j’avais alors repéré l’itinéraire de la Véloscénie.

Une fois n’est pas coutume, je bloquai de longue date cette première semaine de juin dans mon agenda avec l’intention de suivre cet itinéraire. Ma résolution aura eu raison de toutes les tentations de remplir cette semaine de rendez-vous professionnels et ce lundi premier juin, je me levai dès potron-minet pour prendre le premier TGV Lille – Paris, les tarifs SCNF et le désir ne pas démarrer trop tard m’ayant  fait choisir cette option matinale.

J’avoue n’avoir pas vraiment préparé le découpage des étapes, me donnant pour seul objectif de parcourir la distance en quatre jours et de réserver un jour pour la visite du Mont Saint Michel et des environs.

J’avais quand même pris la précaution d’acquérir l’un des deux guides décrivant l’itinéraire. Les deux se valent et se complètent. Ma préférence allait à celui intitulé « La Véloscénie, l’itinéraire grand spectacle » édité par Itinérance à vélo, pour ses cartes que je trouve plus complètes et ses indications de dénivelé.Finalement, faute de le trouver en librairie au moment de partir, j’achèterai  » De Paris au Mont Saint Michel à vélo » aux éditions Ouest France dont les cartes simplifiées présentent l’avantage de la clarté mais ne facilitent pas toujours l’orientation en cas de doute sur l’itinéraire. Il comporte par contre de nombreuses adresses utiles.

Il est un bon 7h30 quand je quitte la Gare du Nord en direction de Notre Dame. Ce n’est peut être pas le chemin le plus court pour rejoindre Montparnasse et le début de la voie verte, mais je tiens à passer par le point zéro, que finalement je ne trouverai pas mais sans le  chercher sérieusement non plus. Le temps d’une photo marquant le début de mon périple et je rejoins la rue Saint Jacques. À l’heure ou je l’emprunte, je croise les élèves de Louis le Grand qui vont en cours en tenue printanière. Place de Catalogne, je trouve sans peine et avec satisfaction la voie verte qui permet de quitter Paris. Il faut vraiment vouloir faire du vélo au cœur de  Paris et j’ai du mal à imaginer qu’on puisse y trouver du plaisir sauf à aimer slalomer entre les voitures en roulant à bonne allure comme certains qui me frôlèrent.

La voie verte offre de ce pont de vue un contraste saisissant. La circulation cycliste en site propre y est abondante mais plus apaisée. Si l’on suit le plus souvent durant les premiers kilomètres la voie ferrée, celle-ci se fait discrète et les bords de la piste franchement arborés atténuent le caractère urbain du parcours. On chemine ainsi tranquillement, empruntant pistes cyclables, traversant parcs ou résidences. Fontenay aux roses et ses maisons cossues marque une étape supplémentaire dans la dédensification urbaine.

Parvenu à Massy, j’opte pour l’option vallée de la Bievre qui m’apparaît moins urbanisée dans les premiers kilomètres plutôt qu’un cheminement plus au sud passant par Limours.
À posteriori je regrette ce choix qui ne vaut sans doute que si l’on souhaite faire un crochet par Versailles. Sinon, les routes empruntées sur ce tronçon ne méritent pas de se priver des voies vertes offertes par l’autre option.

En l’absence de fléchage, il me faut me fier à la carte du topo pour trouver mon chemin. Si celle ci convient dans l’ensemble, elle se révèle insuffisamment précise notamment en zone urbaine. Une carte au 1/100.000 me paraît un complément utile, en tout cas avec le topo guide utilisé. La sortie de Rambouillet notamment n’est pas évidente, le centre comportant son lot de sens uniques. Par lassitude, je finirai par adopter un itinéraire bis suivant une route ordinaire, en contrepartie de la certitude de la direction.

Parvenu à Epernon, là commence l’itinéraire officiel de la Véloscénie et son balisage qui en facilite le suivi. Celui-ci est suffisant et bien positionné mais ne dispense pas d’une certaine attention car, parfois, plusieurs circuits se croisent et la confusion est possible.

Les routes empruntées sur cette portion sont à faible trafic et le dénivelé peu prononcé.

Aux abords de Chartres l’itinéraire suit une voie verte qui conduit aux portes de la ville dans une ambiance champêtre, suivant dans les derniers kilomètres le cours de l’Eure.

Je profiterai des derniers rayons de soleil sur la Cathédrale pour photographier quelques unes des nombreuses statues qui ornent son porche avant de rejoindre le camping. J’attendrai le crépuscule pour enfourcher de nouveau mon vélo et profiter des illuminations qui transforment chaque nuit les façades de certains lieux de la ville, avec au premier chef la cathédrale. Ne voulant pas me coucher trop tard, je ne les verrai pas tous, loin s’en faut.

Voici, en photos, quelques sites remarquables et paysages typiques des lieux traversés.

Veloscenie 1 - 1La cathédrale de Paris, Point Zéro. Mais où se cache-t-il ?

Veloscenie 1 - 2Une signalétique adaptée balise la voie verte.Veloscenie 1 - 30L’itinéraire suit la voie ferrée mais la verdure est le plus souvent présente.Veloscenie 1 - 3La perspective s’élargit.

Veloscenie 1 - 4Massy Palaiseau est passé.Veloscenie 1 - 31L’église de Saint-Rémy-lès-Chevreuse.Veloscenie 1 - 5Les imposantes battisses de la Fondation Pierre de Coubertin à Saint-Rémy-lès-ChevreuseVeloscenie 1 - 6Vers Choisel.Veloscenie 1 - 7 Veloscenie 1 - 8 Veloscenie 1 - 32La Cele Les Bordes

Veloscenie 1 - 9Mairie de Clairefontaine en YvelinesVeloscenie 1 - 10Parc du château de Rambouillet.Veloscenie 1 - 11 Veloscenie 1 - 12 Veloscenie 1 - 13La bergerie nationale de Rambouillet.

Veloscenie 1 - 33Veloscenie 1 - 25Veloscenie 1 - 34Epernon, ici démarre la balisage de la véloroute

Veloscenie 1 - 35Passerelle…Veloscenie 1 - 14… et lavoir, images emblématiques des bords de l’Eure.

Veloscenie 1 - 15Veloscenie 1 - 16Veloscenie 1 - 26Veloscenie 1 - 36Villiers le Mohrier

Veloscenie 1 - 17Mairie de Villiers le Morhier.Veloscenie 1 - 40 Veloscenie 1 - 19Le château de Maintenon. Je n’en verrai que la façade au travers de grille d’entrée.

Veloscenie 1 - 20Veloscenie 1 - 37La façade de la Cathédrale connaîtra à la nuit tombée bien des métamorphoses.

Veloscenie 1 - 22A défaut d’avoir trouvé la plaque marquant le point zéro, ici la trace d’un des chemins menant à Saint Jean de Compostelle.Veloscenie 1 - 28 Veloscenie 1 - 29 Veloscenie 1 - 41 Veloscenie 1 - 42 Veloscenie 1 - 43 Veloscenie 1 - 38La nuit venue, certaines façades s’habillent de lumière.Veloscenie 1 - 39 Veloscenie 1 - 23 Veloscenie 1 - 24A suivre prochaine étape : Chartres – Bellou sur Huisne

 

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

De Lille à Gand

Lille Gand 38L’Escaut sera le principal fil conducteur de cette randonnée.

Faute d’avoir pu mener à bien, pour cause de samedi pluvieux, mon projet de cyclo-camping qu’autorisait un week-end en célibataire, je décidai de délaisser les brevets, au demeurant un peu loin ce dimanche, pour une randonnée cyclotouriste. Cela faisait un moment que j’envisageais de retourner à Gand que je n’avais pas visité depuis près de trente ans, l’occasion fit le larron.

Cap donc vers Gent, l’Escaut constituant une voie toute tracée et relativement directe pour s’y rendre.

Quelques simulations sur Openrunner et consultations de sites consacrés aux voies vertes et vélo routes aboutirent à un itinéraire très « cyclable ».

Départ en direction de Pecq, où je compte rejoindre l’Escaut. Je ne décrirai pas de façon détaillé ce tronçon largement sillonné par les brevets, mais, de Lille, l’enchainement Villeneuve d’Ascq, Forest sur Marque, Willems, Templeuve, permet d’y parvenir par des petites routes.

A Pecq, on suit sans difficulté le fleuve, rive droite en ce qui me concerne. A hauteur de Kluisbergen, au pied du Mont de l’Enclus, il est alors possible de suivre une vélo route,

La LF30 Schelde-Delta Route (LF =Landelijke Fietsroute) relie la région du delta zélandais (NL) à Gand. De là, elle suit le fleuve jusqu’au sud-ouest de la Flandre orientale (Kluisbergen).

Pour rejoindre le point de départ, il vous faut quitter les bords du fleuve à Ruinen et rejoindre la route parallèle. Emprunter la Wuiperstraat qui la croise (côté droit dans le sens Escanafles-Kluisbergen), au rond point vous retrouvez la LF 30.

Celle-ci emprunte assez vite une ancienne voie ferrée transformée en voie verte, jusque Oudenaarde, puis s’en écartant légèrement parfois, l’Escaut jusque Gand. Ces escapades à proximité du fleuve ne sont pas signalées de façon très évidente de mon point de vue et faute d’avoir eu le temps d’imprimer le tracé, j’ai suivi l’Escaut plus qu’il ne faut.

Pas de dénivelé donc pour cet itinéraire de près de cent kilomètres. Comme toutes les voies vertes, l’intérêt de rouler en site propre se paie par une relative monotonie s’agissant du relief. Pour ceux que les mollets démangent, il est toujours possible d’opérer une variante en gravissant le Mont de l’Enclus et quelques côtes des collines avoisinant la route.

Côté tourisme, je m’arrêterai à Oudenaarde, charmante petite ville, dont le flamboyant hôtel de ville et le béguinage méritent le détour. En ce dimanche, on se serait cru à l’arrivée d’un brevet tant on voyait de cyclistes dans les rues mais aussi aux terrasses des cafés de la Grand Place et des environs.

Rien d’étonnant, même le guide Michelin le signale évoquant la ville comme la porte des Ardennes Flamandes pour les « amateurs de la petite reine ».

La tentation était grande de les imiter mais mon objectif était la visite de Gand et, aussi sobre qu’une ligue de vertu, je poursuivis mon chemin.

La suite du parcours vers Gand est un peu plus variée en termes de cheminement pour peu bien sûr d’être attentif à la signalétique qui, par endroits, invite à quitter le cours du fleuve.

L’arrivée à Gand par cette voie donne à voir une image inattendue. Loin des maisons aux pignons à redents, un pont haubané et deux bâtiments au façades de verre marquent l’entrée de la ville.

Seconde surprise, alors que je m’attendais à trouver une cité paisible au pied de son beffroi, c’est au contraire une grande effervescence qui agitait places et rues. Si le centre de Lille un samedi après-midi tient peut-être la comparaison, Gand domine haut la main le dimanche.

C’est donc un peu désemparé que je cherchai un banc pour manger mes sandwichs. J’en trouvai un, offrant à proximité un endroit pour poser mon vélo.

Une fois restauré et en quête d’un peu de tranquillité je fis le pari d’en trouver à l’ancien béguinage Sainte Elisabeth. Comme dans de nombreuses villes touristiques, dès que l’on s’écarte des lieux emblématiques on retrouve calme et authenticité. Le Oud Begijnhof Sint-Elisabeth n’échappe à la règle. Enfilant les petites rues et me gardant des lieux renommés, je continuai ma promenade.

C’est avec le sentiment de n’avoir pas vu grand chose qu’il me faudra néanmoins songer au retour. Je n’irai pas voir le ciel flamand entre les tours de Bruges et Gand et reprendrai le même chemin qu’à l’aller, autant par souci de simplicité que pour ne pas allonger exagérément la distance.

Un vent plutôt favorable facilitera le retour sous une belle lumière.

Je vous conseille donc la destination et le cheminement. L’aller retour de près de deux cents kilomètres invite à envisager ce périple sur deux ou trois jours si l’on veut prendre le temps de visiter la ville. Et si la visite vous tente mais que la distance vous paraît trop importante, n’hésitez pas à prendre le train.

Quant à moi, la découverte des LF m’ouvre des perspectives avec un enchaînement LF 30, LF 5 vers Bruges puis la côte, LF1 ensuite vers De Panne et LF6 qui vous ramène aux portes de la Métropole Lilloise.

A suivre…

Le site à partir duquel vous pouvez télécharger la trace GPS

L’itinéraire que j’ai établi sur Openrunner pour le parcours Lille-Pecq reconstitué.

La trace de la LF 30 sur Openrunner également.

Extraits de la balade en photos.

Lille Gand 48Le cheminement le long du fleuve offre au cycliste à l’affût quelques curiosités, tels ces triporteurs, sans doute faits maison, et utilisés dans l’enceinte d’une usine.Lille Gand 49 Lille Gand 39Surgissent parfois, plus rarement malheureusement, quelques scènes cocasses et croustillantes comme cette séance de prise de vue de photos « de charme » (inutile de me demander le cliché en haute définition).

Lille Gand 3Quitté l’Escaut, on emprunte à Kluisbregen une ancienne voie de chemin de fer devenue voie verte.Lille Gand 4Les panneaux LF 30 qu’il faut suivre parfois avec attention, vous mèneront à Oudenaarde puis Gent.Lille Gand 2La boutique d’un vélociste longe la voie.

Lille Gand 50Finalement, je resterai religieusement correct pour ce commentaire. Une pimpante chapelle.

Lille Gand 51Pour ceux tentés par des variantes montagnardes au pied des Ardennes Flamandes.Lille Gand 52Pour ma part, dans des dispositions d’esprit plus touristes que sportives, je ne suivrai pas ce cycliste qui s’engage résolument dans la côte pavée.Lille Gand 41Bientôt apparaît le clocher de l’église Sainte-Walburge d’Oudenaarde.Lille Gand 35Un vestige de la voie ferrée marque l’extrémité de la voie verte.Lille Gand 5Pont sur vérin. De loin et alors qu’il était à sa hauteur maximum, je crus qu’il était en travaux et faillis faire demi-tour pour traverser plus loin.Lille Gand 54Le flamboyant hôtel de ville.Lille Gand 53La place et l’église Sainte Walbuge.Lille Gand 64Lille Gand 42 Lille Gand 34La maison de Lalaing.

Lille Gand 44  Notre Dame de Pamele.Lille Gand 6L’entrée du béguinage où ne résident plus de béguines depuis 1960 mais néanmoins habité.Lille Gand 7 Lille Gand 8 Lille Gand 9 Lille Gand 11L’abbaye Maagdendale.Lille Gand 10Une façade Art déco non répertoriée dans les principales curiosités de la ville.Lille Gand 55 Lille Gand 43 Lille Gand 13Loin d’avoir fait un tour complet d’Oudenaarde, Gand m’attend et je poursuis ma route non sans prendre le temps de contempler le ciel aux formes et lumières changeantes.Lille Gand 14 Lille Gand 16La première image de Gand est loin des maisons aux pignons à redents.Lille Gand 29Rassurez-vous, elles sont toujours là et la foule est dense pour les admirer.Lille Gand 23Sont représentés les quatorze comtes des Flandres, le cadrage n’en retient que dix.Lille Gand 24Le château des Comtes de Flandres.Lille Gand 58Le Beffroi et la Halle aux draps.Lille Gand 60 Lille Gand 68 Lille Gand 25Non ce n’est pas Venise.Lille Gand 26 Lille Gand 71Guide rétro.Lille Gand 31Attention aux rails qui sillonnent la ville.Lille Gand 22Loin de l’agitation, la place qui jouxte l’ancien béguinage Sainte Elisabeth.Lille Gand 18L’un des trois béguinages de Gand.Lille Gand 19 Lille Gand 20 Lille Gand 21Lille Gand 66

Lille Gand 28Une façade Art déco.

Lille Gand 59Une autre au coin de la Bezelkapel Straat.

Lille Gand 57 Lille Gand 70

Lille Gand 30 Lille Gand 69 Lille Gand 65   Lille Gand 45  Pignon à redents original.Lille Gand 27Tradition et modernité.

Lille Gand 67Détournement ou création originale ?Lille Gand 17On ne boit (buvait ?) pas que de la bière.Lille Gand 46Ne rêvez pas, ce tram ne va pas en Russie.

Lille Gand 61La gare.Lille Gand 32Les éclaircies dominent sur le chemin du retour.

Lille Gand 33D’autres qui ont moins de route à faire profitent des cafés qui jalonnent l’itinéraire.Lille Gand 36 Lille Gand 47 Lille Gand 37 Lille Gand 62 Lille Gand 63 Lille Gand 72 Lille Gand 73De belles lumières en fin de journée.Lille Gand 40Et bien sûr, le veau de la fin.

Randonnée normande (3/5)

Vallée de la Souleuvre

La vallée de la Souleuvre vue de la passerelle qui fut autrefois un viaduc.

Si vous avez raté la précédente étape…

Un temps gris, de la pluie annoncée et un fort vent d’ouest me font changer mes plans et plutôt que de continuer vers Vierville sur mer, bifurquer vers Bayeux. Il faut dire également que mon projet initial qui était de rejoindre le mont Saint Michel me paraît hors de portée. J’ai mal évalué le kilométrage et sous estimé ma moyenne horaire.

Le cheminement en bord de mer et l’inévitable partage de la chaussée avec les piétons, les chemins de traverse m’ont ralenti ces deux premiers jours.

Je décide donc de rejoindre Vire pour y amorcer ma remontée vers Rouen. Je fais mes courses du jour à Bayeux et récupère à l’office du tourisme la brochure le Calvados à vélo que j’avais téléchargée et dont j’avais imprimé certaines pages mais pas celles reliant Bayeux à Vire.

L’ambiance change du tout au tout dès que l’on pénètre dans l’intérieur des terres. À la foule cosmopolite et à la circulation relativement dense succèdent des troupeaux de vaches et des routes quasi désertes.

À une dizaine de kilomètres de Bayeux, un caillou pointu a raison de mon pneu arrière sur une route pourtant goudronnée. Je m’aperçois que la bande de roulement est bien entaillée et je crains les crevaisons à répétition, d’autant que ma deuxième chambre à air de rechange montre une valve réfractaire. Je trouve un compromis entre pression et dilatation de l’entaille et repart en croisant les doigts sans pour autant aller au plus court.

Il faut dire que le parcours est plaisant et il vaut mieux avoir bon dérailleur et bons mollets pour s’y engager. Ce n’est pas encore la petite Suisse Normande mais montées et descentes s’enchaînent à un bon rythme.

Un court épisode pluvieux qui démarrera juste après ma crevaison ne durera pas mais le ciel demeure gris et bas, affadissant le paysage. J’atteins Villers Bocage sans autre mésaventure et y déjeune avec un appétit que n’aura pas entamé l’absence de vélociste. Il me faudra donc faire confiance à mon pneu et redoubler d’attention jusque Vire.

Le toboggan continue de plus belle et après une trentaine de kilomètres on arrive au viaduc de la Souleuvre. L’ancien viaduc construit par Eiffel pour y faire passer une voie ferrée n’est plus et a été remplacé par une passerelle qui permet au promeneur de profiter d’une vue surplombante sur la vallée et aux amateurs de sensations fortes de se livrer au saut à l’élastique ou de descendre une courte mais vertigineuse tyrolienne.

C’est un monde bien différent de celui du cyclotourisme où la descente précède une remontée sans effort. Descendu au fond de la vallée pour traverser le cours d’eau, le cycliste devra franchir l’autre versant par une montée longue mais régulière.

Le pied du viaduc n’a rien à envier au sommet en termes d’animation, avec l’arrivée d’une descente en luge sur rail.

Par un miracle acoustique, les cris et la musique rythmée, qui doivent dans l’esprit des gestionnaires des attractions accompagner les poussées d’adrénaline, cessent très rapidement et la remontée se fait en sous bois dans le bruissement des feuilles.

Une fois atteint La Graverie, plus de difficultés jusque Vire que l’on rejoint par une voie verte digne de ce nom, ancienne voie ferrée qui conduisait au Viaduc d’Eiffel.

Je deviens un peu plus rassuré à l’approche de la ville et le suis complètement quand, de façon inattendue, je trouve à l’entrée de Vire un vélociste.

J’achète un pneu neuf, la chambre à air qui va avec, et l’esprit tranquille recherche un camping. Le seul à proximité est le municipal. Par précaution, je demande à l’hôtesse de l’office du tourisme si elle pense qu’il y aura de la place, elle me répond par l’affirmative sans hésiter. Je comprendrai pourquoi en y arrivant.

Sur la grosse vingtaine d’emplacements que compte le camping, deux seulement sont occupés. L’accueil n’est ouvert que deux heures le matin et deux heures le soir. Dans l’intervalle, les campeurs sont invités à s’installer, ce que je fais. C’est dans doute le camping le moins cher que j’aie fréquenté ces derniers temps. La nuit m’aura coûtée, 3,61 € avec douche chaude gratuite. Certes les installations sont pour le moins rustiques et franchement insuffisantes si tous les emplacements étaient remplis, mais comme ce n’est pas le cas, c’est royal.

La matinée ayant été franchement maussade, cette étape est relativement pauvre en illustrations. Ce sera l’occasion d’une petite publicité.

Château La Fosse Buhot

Château de La Fosse Buhot;

WIMGP5480
Cathédrale de Bayeux - Calvados

Cathédrale de Bayeux

Cathédrale de Bayeux

Le portail du doyen.

Vers Saint Vaast sur Seulles
Vers Saint Vaast sur Seulles
Mairie de Saint Vaast sur Seulles - Calvados

La mairie de Saint Vaast sur Seulles, modeste mais qui a de l’allure.

Abri pique nique à Saint Vaast sur Seulles - Calvados

Un abri pour randonneurs.

WIMGP5487
Route et troupeau de vaches
Vaches

Photo de famille.

Monument aux morts Saint Ouen des Besaces - Calvados

Un des nombreux poilus réalistes fraichement ripolinés pour cause de centenaire.

Mairie de Saint MArtin des Besaces - Calvados

Mairie fleurie de Saint Martin des Besaces.

Route en forêt
Vallée de la Souleuvre

Vallée de la Souleuvre.

Viaduc de la Souleuvre

Saut à l’élastique, tyroliennes et autres animations troublent quelque peu le calme de l’endroit et la contemplation de la nature.

Viaduc de la Souleuvre
Voie verte de La Graverie à Vire

La voie verte entre La Graverie et Vire suit l’ancien tracé de la voie de chemin de fer.

Voie verte de La Graverie à Vire
Accueil- sanitaires camping de Vire

L’unique bâtiment du camping de Vire, un bureau d’accueil flanqué de sanitaires.

Affiche Camping de Vire
itineraire Port en Bessin - Vire

L’itinéraire que vous pouvez retrouver sur Openrunner est en deux morceaux, le logiciel ne parvenant pas à traverser la Souleuvre à l’endroit du viaduc.

http://www.openrunner.com/index.php?id=3933547

http://www.openrunner.com/index.php?id=3999806

Profil dénivele Port en Bessin Vire
Waka Waka

Le petit nombre de photos de cette étape me permet de faire un peu de publicité pour un chargeur solaire le Waka-Waka. 

Equipé d’un port USB, il peut aussi être chargé à partir d’un ordinateur ou sur secteur avec une prise USB. En option, un sac étanche bien pratique pour un rechargement et une utilisation par tout temps, ainsi que des câbles de raccord Iphone et Ipad qu’il permet d’alimenter. Deux leds puissantes en font également une lampe dont le design lui permet de  s’adapter à pratiquement toutes les configurations.

Pour tout savoir sur Waka-Waka et le projet qu’il sous-tend

https://i-solaire.fr/wakawaka

Eclairage par Waka Waka

Ici dans l’utilisation lampe suspendue. Faites pas attention au désordre.

L’étape suivante…

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Tour en Thiérache et Avesnois

Haute vallée de l'Oise

La haute vallée de l’Oise

J’avais envisagé partir vers la côte pour deux jours de cyclo-camping. La découverte fortuite de l’opération « Un weekend à la mer » organisée  cette fin de semaine m’en dissuada. Bien m’en prit, car attendant mon train en direction de l’Avesnois, alternative  finalement retenue, je vis deux TER complets de petites familles en tenue de plage se déverser dans celui à destination de Boulogne. Ce n’était manifestement pas un jour à mettre un vélo dans le train pour cette destination.

Berlaimont sera pour moi le départ de cette randonnée plutôt improvisée.

Je n’avais pas d’idée précise, souhaitant seulement éviter de refaire les circuits « Kiosques et moulins » déjà pratiqués l’an dernier. C’est donc en regardant la carte que je traçai mon itinéraire en fonction des paysages supposés, au vu des indications topographiques et des curiosités ou sites remarquables. Parmi ces derniers, Guise et son Familistère que je n’avais jamais visité figurait en bonne place.

Une lecture attentive de la carte m’apprit que cette ville était arrosée par l’Oise. Me revint alors à l’esprit que Stevenson avait descendu ce fleuve en canot et avait fait la relation de ce voyage. La tentation était grande d’essayer de suivre ses traces. Je me replongeai sans attendre dans « Croisière à l’intérieur des terres » et retrouvai la mention d’un tronçon partant de Landrecies et suivant la Sambre canalisée.

De Landrecies, Stevenson ne donne pas d’ailleurs une image très avenante : « Ce n’est pas un endroit qu’on eût choisi pour s’y reposer une journée car il consiste presque entièrement en fortifications. A l’intérieur des remparts, quelques pâtés de maisons, une longue rangée de casernes et une église font figure de ville en s’efforçant de faire bon visage ».

L’auteur avait ensuite fait, en charrette, le trajet d’Etreux à Vadencourt où il avait repris sa navigation, sur l’Oise cette fois. Le suivre plus loin m’éloignerait de Guise. La remontée de l’Oise pour ensuite rejoindre Fourmies m’apparut un bon complément pour cette étape. Quant au retour vers Lille, je verrai bien.

Un temps maussade le second jour, des orages annoncés pour l’après midi et le souhait de disposer d’un peu de temps pour d’autres activités, feront que je rejoindrai Aulnoye-Aymeries pour rentrer en TER. C’est donc finalement une boucle de 135 kilomètres que je vous propose, à faire dans la journée dans une version route ou en deux étapes en version randonnée.

De Berlaimont, on rejoint Maroilles puis Landrecies. À Landrecies, le chemin de halage est herbeux et par endroit détrempé. On peut le pratiquer sans difficulté avec un VTC, même chargé, il est à déconseiller aux vélos de route (prendre la D 160).

De petits étangs équipés de huttes de chasse, avec leur flottilles de leurres, bordent le canal de part et d’autre.

Si le cheminement est plaisant, il n’est pas très rapide compte tenu du terrain et je l’abandonnerai à Ors pour reprendre la D 160 en direction de Catillon sur Sambre.

Je rejoindrai ensuite Wassigny par Ribauville d’où part un chemin vicinal parallèle à la D 27.

De là, désireux de suivre un bout du parcours de Stevenson, je gagnerai Etreux plutôt que de filer directement sur Hannapes que je rejoindrai en suivant la D 66. Cette route qui chemine jusque Vadencourt en suivant le Noirrieu est très plaisante, prenant par moment de la hauteur par rapport à la rivière et procurant ainsi de beaux points de vue sur la vallée.

A Vadencourt, je ferai un détour pour voir l’ancienne abbaye de Boheries. J’en serai pour mes frais celle-ci étant, si j’ai bien compris, privée et non visible de la route. Le détour n’aura été que des quelques centaines de mètres (mais pentus) et je parviendrai rapidement à Guise et au Familistère.

Je vous conseille grandement la visite de ce site dont l’ampleur des bâtiments en impose. La visite m’apprendra sa filiation avec le château de Versailles imaginé par les fouriéristes et dont Godin s’inspirera en partie.

Il n’est pas possible dans cet article de rendre compte de toute la richesse de ce site qui suscitera l’intérêt tant sur le plan des techniques architecturales que celui de l’habitat et bien sûr de l’histoire sociale et de l’utopie coopérative portée par le Familistère. Très documentée, pédagogique, la visite s’adresse à toutes les tranches d’âge.

Après une halte de près de deux heures qui aurait pu être un petit peu plus longue, je reprendrai la route en suivant le cours de l’Oise vers sa source.

La D 462, qui longe la rive droite, est peu fréquentée et révèle quelques édifices remarquables, telle l’église fortifié de Montceau sur Oise ou de larges panoramas sur la vallée.

A Marly-Comont je passerai rive droite et suivrai pendant quelques kilomètres la voie verte qui joint Guise à Saint Michel en Thiérache. Comme beaucoup de voies vertes, c’est une ancienne voie ferrée qui a été reconvertie en piste cyclable. Son revêtement en stabilisé et la faible déclivité résultant de son ancien statut la rendent confortable. Le revers de la médaille en est que l’on reste en fond de vallée et que le cheminement pour être facile n’en devient pas moins monotone. Je la quitterai donc à Etreaupont pour suivre la D 31 qui est peu fréquentée et dont le profil est plus varié.

A Wimy, soucieux de ne pas arriver trop tard au camping, je bifurquerai en direction de Fourmies par la D 75. Devenue D 288 après l’intersection avec l’axe La Capelle-Hirson, la circulation sera un peu plus dense mais rien d’affreux. Une variante pourrait être de poursuivre jusque Neuve Maison et rejoindre ensuite Mondrepuis puis Fourmies.

Pour rallier le lendemain Aulnoye Aymeries et compte tenu du temps, j’irai au plus court en privilégiant quand même les routes « en blanc » sur l’IGN au 1/100.000 ème.

De Fourmies, rejoindre Wignehies puis Rainsars, via le Buisson Barbet, Zorée puis Avesnelles et Avesnes sur Helpe. La D 121 conduit agréablement à Saint Aubin puis, peu après, la D 33 mène directement à Aulnoye Aymeries.

La suite en images.

Sur la route de Maroilles

Entre Berlaimont et Maroilles.

Maroilles

Une photo classique de Maroilles que l’on a connue sous un jour plus riant.

Mairie de Landrecies

Eclaircie sur la mairie de Landrecies…

Statue de Dupleix Landrecies

… et Dupleix enfant du pays.

Immeuble Landrecies

Une des maisons de la place dont le fronton est d’inspiration Art Nouveau

Canal Sambre Oise

Le Canal de. la Sambre à l’Oise

Canal Sambre Oise

Le Canal de la Sambre à l’Oise.

Canal Sambre Oise

L’abri de chasse est bien camouflé.

Hutte de chasse Canal Sambre Oise

Pas sûr que les canards aient des jumelles.

Canal Sambre Oise
Mairie de Catillon sur Sambre

  La mairie de Catillon sur Sambre…

Eglise de Catillon sur Sambre

L’église

Pigeonnier Catillon sur Sambre

Un pigeonnier

Enseigne Poste Catillon sur Sambre

Un vestige du temps des PTT.

Vers Etreux

Vers Etreux.

Vers Etreux
Le Noirrieu Etreux
Vallée du Noirrieu
Vallée du Noirrieu
Vallée du Noirieu
Tupigny

Tupigny, village fleuri

Plaque de signalisation routière

 Une plaque comme en retrouve en plusieurs lieux.

L'Oise à Vadencourt

L’Oise à Vadencourt.

Bohéries
Enseigne ancien hôtel Guise

A défaut de l’ancienne Abbaye à Bohéries.

Familistère de Guise
Familistère de Guise

Le bâtiment central du Palais social Au sommet du fronton, la tour destinée à coordonner les travaux, au premier plan la statue du fondateur. 

Entrée Familistère de Guise

L’entrée du Familistère vue de l’usine, il n’y avait qu’à traverser la rue. 

Palais social Familistère de Guise

L’immense verrière permettant de circuler et de se retrouver dans le patio quel que soit le temps. 

Coursive Palais social Familistère de Guise

La largeur des coursives et la hauteur des plafonds, décroissante en s’élevant dans les étages, sont calculées pour favoriser la pénétration de la lumière dans les appartements.

Atelier Familistère de Guise

Un atelier pédagogique permet de reconstruire le Familistère. Héritage de l’histoire du lieu, les consignes de bonne utilisation reposent sur l’autodiscipline des visiteurs.

Maquette Familistère de Guise
Maquette Familistère de Guise
Maquette Familistère de Guise

Une maquette côtoie une coupe grandeur nature sur toute la hauteur du bâtiment.

Appartement Familistère de Guise

Intérieurs reconstitués. 

Appartement Familistère de Guise
Appartement Familistère de Guise
Poeles Godin Familistère de Guise

Le musée comporte bien sûr une ample collection de poêles.

Poele Godin Familistère de GuiseParmi les plus originaux

Poele Godin Familistère de Guise
Poele Godin Familistère de Guise
Affiche Familistère de Guise

Affiches et publicités audiovisuelles sont également présentes 

Affiche Familistère de Guise
Piscine Familistère de Guise

La production d’eau chaude sanitaire était concentrée en un lieu qui regroupait la buanderie et cette piscine munie d’un fond à hauteur variable permettant l’apprentissage de la natation.

Kiosque Familistère de Guise

Le Kiosque du Familistère.

Publicite Godin Familistère de Guise

Publicité pour les produits de la maison.

Haute vallée de l'Oise

En quittant Guise.

Haute vallée de l'Oise
Eglise de Montceau sur Oise

L’église fortifiée de Montceau sur Oise.

Haute vallée de l'Oise
Lavoir de Malzy

Le lavoir de Malzy

Vaches
Haute vallée de l'Oise
Haute vallée de l'Oise
Haute vallée de l'Oise
Vaches

Mon arrivée stoppe net le cheminement des vaches changeant de champ.

Haute vallée de l'Oise
Voie verte de l'Avesnois

La voie verte à Marly-Gomont

Voie verte de l'Avesnois
Publicité peinte Etreaupont

Une publicité peinte à Etreaupont.

Chemin de fer du Nord Etreaupont

Rappel du temps du chemin de fer.

Eglise de Wimy

L’église fortifiée de Wimy.

Eglise de Wimy
Enseigne Avesnes sur Helpes

Ce dimanche était jour de brocante à Avesnes sur Helpe. Difficile dans ces conditions de photographier la ville. Je garderai comme seul souvenir cette enseigne.

Potale Avesnes sur Helpes

J’aurai, ces deux jours, beaucoup négligé les potales, abondantes sur le parcours. Je ne photographierai que celle-ci peu après Avesnes en direction de Saint Aubin.

Potale Avesnes sur Helpes
Ex Voto Potale Avesnes sur Helpes

avec ses deux vierges…… dont l’ex-voto nous apprend qu’il s’agit de Notre Dame de Liesse et Notre dame de Warcour.

Itinéraire

L’itinéraire que vous pouvez retrouver sur Openrunner.

Dénivelé

Le dénivelé.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Chicon bike tour 2014 – Faumont

Chicon bike tour 2014 - plaque de cadre

Une photo vaut mieux qu’un long discours, vous l’aurez compris, ce fut boueux.

Succès mérité pour cette édition 2014 du Chicon Bike Tour.

Arrivé à 8h00, heure officielle d’ouverture, je suis loin d’être le premier et à peine garé, une longue file de véhicules tous porteurs d’un, voire plusieurs vélos, occupe la rue principale de Faumont. Un signaleur, tel un Jedi muni d’un sabre laser (un bâton lumineux quoi), dévale la pente pour se rendre au carrefour faire la circulation.

Devant le point d’accueil, les cyclos prêts à en découdre sont déjà nombreux mais les inscriptions, bien organisées, sont fluides.

Une fréquentation de nature sans doute à renflouer les finances du club après une édition 2013 sinistrée pour cause de météo neigeuse, qui avait néanmoins offert aux quelques participants un superbe brevet dont je garde un excellent souvenir (Cf Archives janvier 2013).

Si la tonalité fut virginale l’an dernier, elle était cette année franchement boueuse. Que l’on fût sur terrain plat, où les ornières étaient profondes, ou sur terrain pentu, où les roues crantées avaient peine à mordre, il ne fallait pas faire d’erreur dans le choix des vitesses et avoir cœur et jambes pour franchir certains passages.

Comme en attestent les photos, le parcours de 45 km avec trois terrils, et les alentours de Mons-en-Pévèle aura connu son lot de « passages piétons ».

Ce n’était sans doute pas le bon jour pour étrenner de nouvelles pédales à cale pied automatique, présentées pourtant comme étant à l’épreuve des terrains les plus gras. Manque d’habitude, mauvais réglage ou boue excessive, j’ai passé une partie du brevet à tenter de caler mes chaussures, y parvenant parfois sans le vouloir, mais peut-être, à bien y réfléchir, après avoir traversé quelques belles flaques.

L’utilisation de sur-chaussures a par contre nettement accru mon confort tout en me conduisant à mettre en place « un cycle de l’eau » dont je parlerai dans un prochain article si je veux que la mise en ligne de celui-ci garde un soupçon d’actualité.

Pour en revenir au brevet, celui-ci mérite bien sa réputation par la qualité du parcours et de l’organisation. Le ravitaillement à mi-route était varié et copieux et la soupe au chicon à l’arrivée tout à fait de circonstance.

A inscrire donc sur vos tablettes pour ceux qui ne l’ont pas encore fait.

Côté photos, la faible luminosité a nuit à la netteté des clichés. Quand à mon premier essai de prise de vues avec un appareil fixé à l’arrière du casque il ne fut pas très concluant, la plupart des photos étant flou. Gérard Colin sera sans doute de bon conseil.

Chicon bike tour 2014 - inscription

Les participants commencent à arriver.

Chicon bike tour 2014 - RandonneursIl y avait également des marcheurs.

Chicon bike tour 2014 - cyclisteRADehors, l’homme chicon distribue comme d’habitude des bulletins d’inscription, tandis que les cyclos s’appliquent à bien positionner leur plaque de cadre.

Chicon bike tour 2014 - cycliste Les jeunes recrues des Renards des Sables s’intéressent aux vélos d’exposition.

Chicon bike tour 2014 - Paysage

Les premiers kilomètres sont plats, la seule difficulté étant la boue.

Chicon bike tour 2014 - Paysage

Chicon bike tour 2014 - cycliste  Chicon bike tour 2014 - Paysage Chicon bike tour 2014 - PaysageJ’ai retouché la plupart des photos prises avec l’appareil fixé à l’arrière de mon casque afin de supprimer le dessus de mon sac à dos qui apparaît quasi systématiquement. Il faut que j’affine le réglage.

Chicon bike tour 2014 - Cycliste A plusieurs reprises le circuit empruntait des venelles difficiles à deviner. Mais le balisage était de qualité.

Chicon bike tour 2014 - cyclistePremier terril, première difficulté, une courte pente raide et boueuse après un virage à gauche.

Chicon bike tour 2014 - cyclistePour l’instant tout va bien.

Chicon bike tour 2014 - cycliste Chicon bike tour 2014 - cycliste Chicon bike tour 2014 - cycliste Chicon bike tour 2014 - cyclisteC’est dur aussi pour les plus jeunes.

Chicon bike tour 2014 - cycliste Chicon bike tour 2014 - cycliste Chicon bike tour 2014 - cyclisteDCIM100GOPROCourt passage reposant le long du canal de la Deûle,  avant le ravitaillement.Chicon bike tour 2014 - cycliste Chicon bike tour 2014 - PaysageChicon bike tour 2014 - ravitaillementLe soutien mutuel, une technique éprouvée pour parquer les vélos et éviter qu’ils ne se vautrent plus encore dans la boue.

Chicon bike tour 2014 - ravitaillement

SAMSUNG DIGITAL CAMERALes ravitailleurs ne chôment pas…

Chicon bike tour 2014 - ravitaillementChicon bike tour 2014 - ravitaillement

Chicon bike tour 2014 - ravitaillement

…mais toujours avec le sourire.

Chicon bike tour 2014 - ravitaillementQuand aux participants, il sont crottés…Chicon bike tour 2014 - ravitaillement  …de dos comme de face.Chicon bike tour 2014 - ravitaillementChicon bike tour 2014 - cyclistePas le temps de s’échauffer après le ravitaillement qu’une première difficulté de taille survient sous la forme d’un terril.Chicon bike tour 2014 - cycliste Chicon bike tour 2014 - cycliste Chicon bike tour 2014 - cycliste