Véloscénie (5/5) – Autour du Mont Saint Michel

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 3Les quelques rayons qui par moments transpercent le voile nuageux peinent à donner du relief aux édifices, même aux flèches les plus ouvragées.

Dernière journée de mon périple qui se clôt par la visite du Mont Saint Michel et une escapade trop brève vers Saint-Malo.

Si vous avez manqué les étapes précédentes :

Véloscénie (1/5) – Paris Chartres

Véloscénie (2/5) – Chartres – Bellou sur Huisne

Véloscénie (3/5) – Bellou sur Huisne – Bagnoles de l’Orne

Véloscénie (4/5) ( Bagnoles de l’Orne – Mont Saint Michel)

Pour cette dernière journée, retour vers le Mont Saint Michel. J’avais imaginé traverser la baie avec un guide, mais l’ayant décidé trop tardivement, toutes les balades affichaient complet.

Je suis donc de nouveau la vallée du Couesnon sous un ciel mitigé. Première préoccupation, où parquer mon vélo. S’il est possible de rejoindre en deux roues le Mont avant 10h00 en saison, ce n’est finalement pas une bonne solution car, sur place, il n’existe pas de lieu aménagé. Autant profiter des installations disponibles et notamment de celles situées près du Centre d’information touristique qui proposent des consignes, des arceaux et quelques caissons fermés permettant de stocker aisément un vélo avec sacoche. On peut ensuite rejoindre le Mont, à pied ou en navette.

Une visite sur le site web pour vérifier quelques indications m’informe que ces dispositifs forts pratiques sont, en ce début février 2016, malheureusement indisponibles en raison du plan Vigipirate.

Si la période n’est pas encore celle de forte affluence touristique elle l’est par contre s’agissant des sorties scolaires. Il me faudra louvoyer pour échapper aux piaillements de ces écoliers, sympathiques mais un peu bruyants pour celui qui aimerait goûter un peu de silence monacal seulement troublé par le ressac et le souffle du vent.

L’abbaye vaut d’être visitée tant pour son architecture que pour les points de vue qu’elle ménage. Terre et mer s’interpénètrent au gré des marées, renouvelant le paysage. La faim et le souhait de pousser vers Saint Malo me font redescendre et rejoindre l’effervescence des rues commerçantes que je m’empresse de traverser.

Je retrouve mon vélo et m’éloigne du Mont en empruntant une route balisée, partie du « petit tour de Manche ». Après un pique-nique à la Chapelle Saint Anne, je rejoins sans difficulté Hirel. Sans carte, la suite de mon périple sera plus chaotique. Perdant le balisage jusqu’alors sans faille, je parviendrai à Saint Malo après bien des détours, alors que les nuages se font menaçants. Craignant un retour sous la pluie et un final sans doute nocturne, j’opterai pour un voyage en TER vers Pontcorson qui ne me permettra pas de voir davantage de Saint Malo que la plage du Sillon et sa gare.

Ce rendez-vous manqué pourrait constituer un bon prétexte pour faire de Saint Malo le départ d’une future randonnée bretonne.

A suivre donc.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 20L’ancien moulin de Mondrey domine la vallée du Couesnon rappelant que le vent fréquente souvent sa colline.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 2Le stationnement, première préoccupation du cycliste qui se rend au Mont Saint Michel. Arceaux ou caissons (bien moins nombreux) sont à disposition.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 1 Hors saison, je peux sans difficulté occuper un caisson.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 28Certains font preuve d’une grande confiance… ou inconscience.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 33Visiter le Mont Saint Michel c’est aussi profiter du paysage. Terres ventées..Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 34Entremêlement du sable et de l’eau.Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 21Flux entre terre et mer.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 23Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 22Passage suspendu reliant l’église aux logis.Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 4Le chœur de l’église abbatiale.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 24Le cloître.Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 25La baie centrale est ouverte sur l’extérieur, faute d’une salle capitulaire qui ne fut jamais construite.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 6La salle des chevaliers.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 5  La roue installée au 19ème siècle afin de monter la nourriture destinée aux prisonniers alors que l’abbaye avait été transformée en prison.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 26On retrouve dans les vitraux la coquille caractéristique de Saint Jacques de Compostelle.Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 27Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 29Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 35La chapelle Saint Anne, en bord de mer.Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 7Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 31 Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 8Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 30Un point géodésique.

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 9 Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 10Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 11Un des moulins de CherrueixVeloscenie 2015 - Mont Saint Michel 12De goûteux gigots en perspective.Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 38Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 13Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 14Mairie de Hirel.Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 15            Mytiliculture ou conchyliculture ?   Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 36 Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 37 Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 39Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 16Un automobiliste averti …

Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 17Je ne verrai rien de Saint-Malo, si ce n’est sa gare et sa plage. Le temps est très maussade, il me faudra revenir.Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 18Veloscenie 2015 - Mont Saint Michel 19Fin du voyage, j’attends le train qui me ramènera vers Paris.

Véloscénie (4/5) – Bagnoles de l’Orne – Mont Saint Michel

Veloscenie 2015 4 -  1Bagnoles de l’Orne, son lac, son casino.

Voici la 4ème et dernière étape de la Véloscénie, selon mon découpage, mais pas du voyage.

Si vous avez manqué les épisodes précédents :

Véloscénie (1/5) – Paris Chartres

Véloscénie (2/5) – Chartres – Bellou sur Huisne

Véloscénie (3/5) – Bellou sur Huisne – Bagnoles de l’Ornes

Après une nuit franchement fraîche, le ciel est azuréen.

Ayant campé à Couterne, je rejoins Bagnoles de l’Orne, station thermale, avec ses belles villas, ses hôtels, son casino. Sans doute pas assez chic et trop près de Combray pour être retenu par Proust comme lieu de villégiature pour  ses personnages.

Après un rapide tour de ville, je poursuis mon périple qui emprunte une route forestière en direction de Domfront. Je ne regrette pas d’avoir gardé mon coupe vent car la forêt demeure rafraichissante bien que le vent de Nord Ouest ait fait place à un vent d’orientation contraire et donc plutôt favorable. La piste est roulante et le restera tout au long du parcours, faisant de cette étape, vent aidant, un vrai régal, d’autant que le dénivelé est faible si ce n’est l’accès à Domfront.

Pour rejoindre la ville haute, il faut franchir quelques raidillons mais ses rues pittoresques et le panorama valent bien les efforts consentis. Courses faites, je redescends vers Notre Dame de l’eau, charmante église romane.

De là, je retrouve la voie verte qui conduit pratiquement jusqu’au Mont Saint Michel. Le parcours ne présente aucune difficulté et sur cette portion le cheminement n’est pas trop encaissé, ouvrant de larges perspectives sur les environs.

Passé Ducey, il ne reste plus que quelques kilomètres avant d’atteindre la baie. Le clocher de l’abbaye se laisse entrevoir mais il est encore permis de croire qu’il s’agit simplement de celui d’un village voisin. Puis la masse du Mont se révèle fugacement mais suffisamment pour que le doute ne soit plus permis. Enfin il apparaît dans toute sa majesté et son ampleur.

Il faudra néanmoins, sauf à prendre un raccourci, tournicoter dans la campagne environnante avant de l’atteindre. Le cheminement est plaisant et relativement plat. La visite du cimetière allemand de Huisne sur mer offre un autre angle de vue sur la baie.

Pour ma part, prévoyant une visite le lendemain, je quitterai la boucle entre Ardevon et Beauvoir pour rejoindre directement Pontorson et son camping.

Arrivé relativement tôt et l’étape ayant été facile, je décide finalement d’une approche vespérale du Mont, loin de l’agitation diurne. Arrivé au pont barrage qui clôt désormais l’embouchure du Couesnon, je ne suis pas seul, d’autres ayant éprouvé manifestement la même envie.

Malgré les nuages apparus en fin de journée, le soleil demeure présent et éclaire la baie d’une lumière tamisée, progressivement rosissante.

La nuit tombe et le Mont s’éclaire. L’ambiance n’est pas pour autant à la méditation.

Le spectacle est aussi dans le public. Un groupe de japonais assiste également au coucher de soleil se photographiant mutuellement et bruyamment sur fond de baie, le tout ponctué de nombreux « aligato ». Les plus jeunes développent des techniques plus sophistiquées, les jeunes filles prenant de multiples poses plus ou moins farfelues sur fond de Mont Saint Michel, éclairées par les Led des téléphones portables de leurs congénères.

Dans un autre registre, les moustiques sont également de la partie et je ne regrette pas de m’être vêtu d’un pantalon et d’un maillot à manches longues.

Je retourne au camping dans une odorante tiédeur inattendue, saisissant dans le faisceau de mon projecteur quelques lapins prompts à détaler.

Un régal.

Veloscenie 2015 4 -  27Bagnoles de l’Orne de cossues villas s’étagent sur les rives du lac.Veloscenie 2015 4 -  28 Veloscenie 2015 4 -  29 Veloscenie 2015 4 -  30Veloscenie 2015 4 -  31 Des dénominations très 19ème siècle.Veloscenie 2015 4 -  2Le long de la route qui mène à l’étoile d’Andaines.
Veloscenie 2015 4 -  3De Bagnoles de l’Ornes au Perrou, la route rectiligne traverse la forêt domaniale des Andaines.Veloscenie 2015 4 -  32 A la forêt succède un paysage de bocage.
Veloscenie 2015 4 -  33Difficile de ne pas résister au charme de ce jeune veau.

Veloscenie 2015 4 -  5 La ville haute de Domfront.Veloscenie 2015 4 -  6 Veloscenie 2015 4 -  4Des fortifications s’ouvre un large panorama.
Veloscenie 2015 4 -  7 Dans la série « Monuments aux morts ».
Veloscenie 2015 4 -  11 Notre Dame des eaux.Veloscenie 2015 4 -  8 Veloscenie 2015 4 -  9 Veloscenie 2015 4 -  10Veloscenie 2015 4 -  12 Passé Domfront on retrouve une voie verte et ses maisons de garde barrière.
Veloscenie 2015 4 -  13 Première indication du Mont Saint Michel. Compte tenu de l’absence de dénivelé et avec un vent plutôt favorable, ces soixante kilomètres ne devraient pas être trop difficiles.Veloscenie 2015 4 -  14 Veloscenie 2015 4 -  15 Veloscenie 2015 4 -  16 Veloscenie 2015 4 -  17 Veloscenie 2015 4 -  34Le Mont Saint Michel attendra un peu, je complète ma photothèque bovine.

Veloscenie 2015 4 -  18 Veloscenie 2015 4 -  19Une aire de pique-nique bien agréable au croisement de la Véloscénie et du Tour de Manche via Vire et les plages du débarquement.Veloscenie 2015 4 -  20 Veloscenie 2015 4 -  21 Veloscenie 2015 4 -  22 Veloscenie 2015 4 -  23 Veloscenie 2015 4 -  35Une dernière pour la route. Veloscenie 2015 4 -  24Le château de Ducey.

Veloscenie 2015 4 -  46Le pont médiéval de Pontaubault. La Sélune nous conduit à la baie.Veloscenie 2015 4 -  36Première apparition.Veloscenie 2015 4 -  37Au bout de la terre.

Veloscenie 2015 4 -  26Le cimetière allemand de Huisne…

Veloscenie 2015 4 -  25 Veloscenie 2015 4 -  38…d’où l’on dispose d’une belle perspective sur le Mont.Veloscenie 2015 4 -  40Approche vespérale, le ciel un temps couvert finira avec le crépuscule par nous offrir de belles lumières.Veloscenie 2015 4 -  41 Veloscenie 2015 4 -  42 Veloscenie 2015 4 -  43 Veloscenie 2015 4 -  44 A suivre : Le Mont et ses alentours.

Véloscénie (3/5) – Bellou sur Huisne – Bagnoles de l’Orne

Véloscénie 3 -42Passé Alençon, retour à des routes départementales moins rectilignes et plus vallonnées.

Voici la suite de ma randonnée, Paris – Mont Saint Michel.

Si vous avez manqué les épisodes précédents :

Paris-Chartres

Chartres – Bellou sur Huisne

Pluie du matin n’effraie pas le pèlerin. Celle-ci ne m’empêchera donc pas de me livrer à mes préparatifs matinaux alors que je l’entends crépiter sur le toit. Elle ne durera pas et j’éviterai le démontage sous la pluie que j’envisageai avec une petite appréhension, même si ma tente le permet.

Il fait encore frais ce matin mais le vent est moins fort. Rapidement se dessine à l’horizon une bande bleu pastel que j’espère annonciatrice d’une éclaircie. Celle-ci sera au rendez-vous à Mauves sur Huisne pour y photographier le Pont Catinat, massive construction en arc datant du début du 17ème. Le détour offre un joli dénivelé qui rompt la relative monotonie de la voie verte s’agissant du relief.

Il en sera de même, une trentaine de kilomètres plus loin pour accéder à Mortagne au Perche, gros bourg médiéval. Une longue côte rectiligne y conduit mais dont la pente reste acceptable, même si je dus dans sa partie terminale appuyer sur les pédales.

Courses faites, la suite du trajet vers Alençon se déroule sans difficultés.

Mele sur Sarthe propose deux aires de pique- nique. Je délaisserai celle de la base de loisirs au profit d’une qui borde la voie, sans doute moins bucolique, mais proposant des supports en bois bien exposés propres à faire sécher mon double toit.

À Alençon, il est encore tôt pour décider d’y faire étape mais le topo n’indique pas de camping à Carrouges, prochaine grosse bourgade. Bagnoles de l’Orne me semble loin d’autant que le trajet s’annonce vallonné. Renseignements pris à l’office du Tourisme, dont l’hôtesse téléphonera obligeamment à la mairie, le Camping de Carrouges n’ouvre qu’en juillet-août mais je pourrai y planter ma tente, sans pouvoir faire usage des installations.

Je pars donc dans cette direction avec la Butte Chaumont en point de mire. Cette éminence normande fait saillie dans la plaine environnante et son contournement s’accompagne de quelques côtés significatives.
Je parviens néanmoins sans peine à Carrouges dont le château est en basse ville. La rue qui y conduit offre une belle perspective plongeante sur le châtelet qui marque l’entrée du parc.

Je flâne un moment dans ses jardins et compte tenu de l’heure décide de poursuivre vers Bagnoles de l’Orme qui n’est plus qu’à vingt-cinq kilomètres.

Ce dernier tronçon sous le soleil sera un vrai plaisir, se concluant pas une longue ligne droite en forêt. J’arriverai sans peine à Bagnoles de l’Orne dont j’éviterai le centre ville pour me rendre directement au camping, sur la route de Couterne.

Véloscénie 3 -2 L’ancienne gare.Véloscénie 3 -1 Véloscénie 3 -3L’église romane Saint Paterne de Bellou sur Huisne. Je ne verrai pas son retable baroque. Véloscénie 3 -4 Véloscénie 3 -5 Véloscénie 3 -38Véloscénie 3 -37Comme de bien entendu, à côté de l’église le café.Véloscénie 3 -6Photo de famille alors qu’à l’horizon s’esquisse une éclaircie.

Véloscénie 3 -39 Véloscénie 3 -7Mauves sur Huisne, outre le Pont Catina, vaut le détour pour le point de vue. Ici, l’église Saint Pierre du XIIIème siècle. Véloscénie 3 -8Le pont Catinat. Véloscénie 3 -9Un porche original. Véloscénie 3 -10Le long de la voie verte vers Mortagne au Perche. Véloscénie 3 -11« Le Perche » hebdomadaire local.

Véloscénie 3 -45L’édition de ce 03 juin 2015. Véloscénie 3 -12Mortagne au Perche, dont la visite aura été sans doute trop sommaire, négligeant entre autres les 27 cadrans solaires, curiosités de la ville. Véloscénie 3 -13Paysage du Perche. Véloscénie 3 -14L’un des nombreux panneaux d’information qui jalonnent la voie verte. Véloscénie 3 -15A visiter paraît-il.

Véloscénie 3 -16 Véloscénie 3 -40 Véloscénie 3 -17Au delà du caractère désuet du panneau indicateur, j’apprécie particulièrement la sonorité des noms des villages indiqués. Véloscénie 3 -18 Véloscénie 3 -19 Véloscénie 3 -20Alençon – La Maison d’Ozé, siège de l’office du tourisme. Véloscénie 3 -21La Halle au blé, devenue médiathèque. Véloscénie 3 -22La Butte Chaumont (378 m), dont le contournement anime cette étape, domine la plaine.

Véloscénie 3 -41 Véloscénie 3 -23Cuissai, une côte nous attend à la sortie. Véloscénie 3 -24 Véloscénie 3 -25 Véloscénie 3 -26L’église Saint Pierre de La Roche Mabile. Véloscénie 3 -28 Véloscénie 3 -27 Véloscénie 3 -29Véloscénie 3 -44Carrouges : la perspective vers l’entrée du château.Véloscénie 3 -30Les douves. Véloscénie 3 -31 Véloscénie 3 -32 Véloscénie 3 -43 Véloscénie 3 -33 Véloscénie 3 -34L’église de LignièresVéloscénie 3 -35  Véloscénie 3 -36Vaste et paisible emplacement au camping du Clos Normand entre Bagnoles de L’Orne et Couterne. Très bon accueil.

A SUIVRE

Véloscénie (2/5) – Chartres – Bellou sur Huisne

Veloscenie 2 - 45En dehors des voies vertes, la Véloscénie suit de petites routes à faible densité de circulation.

Pas de brevet ce dimanche pour cause de réunion de famille. Je poursuis le compte rendu de mon périple Paris – Mont Saint Michel. (Pour accéder au précédent article, cliquez ici)

Le ciel est franchement gris au réveil et je décide de prendre directement la route sans repasser par Chartres  que je n’ai pas vraiment visitée. Un vent assez soutenu m’incite également à ne pas trop traîner.

Peu après le camping, je retrouve des traces de la Véloscénie mais qui partent dans deux directions opposées. M’aidant du topo j’en choisis une. Soucieux de confirmer cette option, j’interroge  un promeneur qui me fait faire demi-tour. Mes observations étant en décalage avec les indications du topo, je questionne alors une cycliste venant en sens inverse qui me confirme la pertinence du choix initial et  me fait un brin de conduite, suivant pour les premiers kilomètres la même direction.

Une fois passé Barjouville, on suit une voie partagée qui se transforme en piste cyclable jusque Fontenay sur Eure. Pratiquement pas de dénivelé sur ce plateau ou les champs de céréales s’étendent à perte de vue. La progression n’en est pas aisée pour autant car le vent de face souffle en rafales. Comprenant assez vite que la bataille est inégale et que je m’épuiserai rapidement à vouloir tenir une allure à tout prix, je mouline et dépasse difficilement le 15 km/h à certains endroits. Le vent est froid et je supporte maillot à manches longues, coupe vent et tour de cou.

Si je m’arrête photographier l’église de Meslay le Grenet, je n’irai pas jusqu’à chercher la clé chez l’un des riverains membres de l’association des amis de MLG pour la visiter et file vers Illiers Combray. Est-ce mon petit déjeuner qui manquait de consistance où les efforts prodigués pour avancer dans l’adversité, toujours est-il que je ressens une petite faim que je comble temporairement avec une barre de céréales et me mets à fantasmer sur la dégustation d’une madeleine à Illiers Combray.

Je ne fais pas de mon passage à Illiers Combray un pèlerinage proustien mais je suis curieux de découvrir ce village dont on retrouve des évocations dans le premier tome de « A la recherche du temps perdu ». Des passages me reviennent en mémoire que je regrette de n’avoir pas relus avant de partir.

Vu de loin, Illiers Combray n’a rien du petit village rural, zones pavillonnaire et industrielle l’ayant quasiment encerclé. La maison de tante Léonie est fermée et je me contenterai de la place de l’Eglise et d’un petit tour dans le vieux village. J’achèterai pain et charcuterie mais point de madeleine. Il est sans doute un peu tard et finalement la nostalgie n’est pas au rendez-vous.

Point pratique, les indications données par le topo pour y accéder ne sont plus exactes l’itinéraire ayant été modifié suite à la construction d’un échangeur. Mais le fléchage Veloscénie est sans ambiguïté.

Je repars toujours vent debout et n’aurais finalement pas l’énergie de rejoindre Fraze pour déjeuner. Je profiterai d’une allée conduisant à l’église de Montigny le Chardif pour casser la croûte et reprendre des forces.

Requinqué, je reprends la route vers Thiron Gardais non sans visiter l’église de la Croix du perche, qui est ouverte, comme l’indique un petit écriteau qui se balance au vent, suspendu à la clef. Il y a même de la lumière pour admirer la nef en forme de coque de bateau. Cette petite église mérite l’arrêt.

Nogent le Rotrou ne me retiendra pas très longtemps et poursuis ma route vers Condé sur Huisne où démarre la voie verte en direction d’Alençon. Me revient à l’esprit une charade. Mon premier est un oiseau, mon second est ce que dit Alexandre Dumas fils à son père pour qu’il indique l’heure à ses domestiques qui regardent par le trou de la serrure. Mon tout est la raison pour laquelle je vous demande l’heure (Solution à la fin).

Je néglige la charmante aire de pique nique aménagée à hauteur de Dorceau pour faire halte peu après à Bellou sur Huisne. L’après-midi est déjà bien entamée et les terrains de camping ne sont pas pléthore. J’ai le choix le l’emplacement et opte pour une parcelle au bord de la calme rivière.

Il me faudra néanmoins reprendre mon vélo et grimper au centre de Repapart, village mitoyen, pour retrouver une connexion réseau me permettant d’envoyer mes nouvelles du jour.

Solution de la charade : Geai – Père Dumas montre à nos gens l’heure au trou = J’ai perdu ma montre à Nogent le Rotrou.

Veloscenie 2 - 47 Veloscenie 2 - 48Fontenay sur Eure.Veloscenie 2 - 1Eglise de Meslay le Grenet.Veloscenie 2 - 2Vers Illiers-Combray.Veloscenie 2 - 3Sur les traces de Proust.Veloscenie 2 - 28Plus contemporaines que l’écriture de « A la recherche du temps perdu » ces publicités murales témoignent elles aussi d’un temps qui n’est plus.Veloscenie 2 - 4 Veloscenie 2 - 49 Veloscenie 2 - 50Eglise d’Illiers-Combray.Veloscenie 2 - 5Mereglise.Veloscenie 2 - 6Veloscenie 2 - 52Montigny le Chardif

Veloscenie 2 - 7Le château de Frazé

Veloscenie 2 - 8Veloscenie 2 - 53Veloscenie 2 - 29Veloscenie 2 - 30Veloscenie 2 - 12 Place et église de La Croix du Perche.Veloscenie 2 - 10Veloscenie 2 - 55Veloscenie 2 - 14La voûte en forme de coque de bateau.Veloscenie 2 - 14Veloscenie 2 - 15Veloscenie 2 - 56La confiance règne, c’est plutôt rare.Veloscenie 2 - 11Veloscenie 2 - 16Veloscenie 2 - 57Au bas de la côte se profile le clocher de l’abbaye de Thiron Gardais.

Veloscenie 2 - 17 Veloscenie 2 - 18 Veloscenie 2 - 31Vertes collines.Veloscenie 2 - 32De quoi combler les rêves de Perette.

Veloscenie 2 - 33Veloscenie 2 - 34Veloscenie 2 - 35Veloscenie 2 - 36Notre Dame de La Gaudaine.Veloscenie 2 - 37 Veloscenie 2 - 39 Veloscenie 2 - 40 Veloscenie 2 - 20  Château de Nogent le Rotrou.

Veloscenie 2 - 62Veloscenie 2 - 41Veloscenie 2 - 42Veloscenie 2 - 43 Une erreur de parcours pour trouver le départ de la voie verte à Condé sur Huisne me permettra la photo de ce jeune veau.Veloscenie 2 - 21 Veloscenie 2 - 22 Veloscenie 2 - 23 Veloscenie 2 - 46  Paisible campement sur les bords de l’Huisne

Veloscenie 2 - 25Veloscenie 2 - 58Des affiches que l’on rencontre peu dans les rues de Lille et environs.Veloscenie 2 - 59 Veloscenie 2 - 24Veloscénie 2 - 24Chacun chez soi et les truites seront bien gardées. (EHGO = Entente Halieutique du Grand Ouest). Vous trouverez sur Internet toutes les explications.

La suite Bellou sur Huisne – Bagnoles de l’Orne

 
 
 
 
 

Randonnée normande (4/5)

Randonnée en normandie. Entre VIre et LisieuxEtape vallonnée entre Vire et Lisieux dans une campagne verdoyante.

Ce dimanche d’astreinte me privant de sortie cycliste, j’en profite pour poursuivre la narration de ma randonnée estivale en Normandie. Les épisodes précédents :

Randonnée normande 1/5

Randonnée normande 2/5

Randonnée normande 3/5

A Vire, je vire. Je reconnais que c’est facile mais cela ne manque pas d’à propos puisque j’entame mon retour vers Rouen.

Je ne dispose plus de topo et dois faire mon propre itinéraire. N’ayant pas envisagé cette étape, pour avoir modifié mes plans en cours de route, je n’ai pas non plus repéré de site ou de pays par lequel passer. Je choisis de tirer une ligne droite entre les deux villes, tortillonnant ensuite autour de l’axe ainsi tracé pour trouver les petites routes ou, en fonction des indications topographiques de la carte IGN, des itinéraires présumés pittoresques. Comme la ligne droite n’est pas forcément la plus plate, cette étape aura eu son lot de montées et descentes.

Difficile d’éviter durant les premiers kilomètres une départementale fréquentée qui mène à Con sur Noireau que je quitte à Viessoix. J’ai repéré une route qui conduit à Pontecoulant. Parti sous un ciel gris, le voile nuageux s’est vite déchiré et le soleil est bien présent. Pas de problème pour monter en température. Après une dizaine de kilomètres, je change de maillot et porte celui lavé la veille qui est encore bien humide, séchage garanti et fraîcheur bienfaitrice. De Pontecoulant je rejoins Clecy proclamée capitale de la Suisse Normande. Sympathique village où je m’attarde pour faire mes courses du jour, laissant tout mon attirail sans surveillance. C’est quand même agréable de ne pas devoir mettre l’antivol et porter avec soi tous ses objets de valeur.

Le dénivelé dont je m’étais promis de rendre compte fidèlement s’estompe rapidement de ma mémoire mais la côte qui va de Clecy à Saint Omer me reste bien présente à l’esprit. C’est une longue montée en deux paliers, le premier nettement plus pentu avec une inclinaison donnée sur Openrunner entre 10 et 15%. Les cinquante derniers mètres auront raison de mes cuisses et de mon cœur, je les finirai à pied.

Saint Clair la Guérardière marque le point culminant de cette ascension et de cette étape. Suit une longue descente qui me conduit par de petites départementales vers Potigny, ancienne cité minière où je pique niquerai.

Je garde souvenir d’un quidam jardinier qui salue mon passage d’un sonore et chaleureux « Ca c’est des vacances, et pendant ce temps là tu pollues pas ! ».

Je suis ensuite le cours du Loizon pour gagner Mézidon-Canon. De là, j’opte pour la simplicité en empruntant la D 47 alors que, de part et d’autre, des routes sans doute moins fréquentées s’offrent à moi mais requérant une attention plus grande à la carte et aux changements de direction. Après avoir rejoint la D 511, la circulation devient plus intense et je la quitte à Saint Julien les Faucon en m’offrant une dernière côte un peu musclée qui mène à Lessart et le Chêne. Une belle descente conclura la journée.

Le camping de Lisieux, moins bucolique mais plus confortable que celui de Vire, ne connaît pas non plus une forte affluence et j’aurai de quoi tergiverser avant de trouver ce qui m’apparaît comme le meilleur emplacement.

Randonnee en Normandie 07-201418Randonnee en Normandie 07-201419Randonnee en Normandie 07-201420Randonnee en Normandie 07-201421

DCIM103GOPRO Randonnee en Normandie 07-201422Mairie de Clécy, capitale de la suisse normande

Randonnee en Normandie 07-20142Eglise Saint Pierre XVème Siècle

Randonnee en Normandie 07-20145 Randonnee en Normandie 07-20143 Randonnee en Normandie 07-20144 Randonnee en Normandie 07-201423 Randonnee en Normandie 07-201424 Randonnee en Normandie 07-201425 Randonnee en Normandie 07-201426 Randonnee en Normandie 07-201427 Randonnee en Normandie 07-20148Potigny, cité minière. La château d’eau était destiné à alimenter en eau les habitations des cités minières peu avant la première guerre mondiale. L’éolienne servait à alimenter la pompe. Celle qui figure aujourd’hui est factice.

Randonnee en Normandie 07-201429Randonnee en Normandie 07-20149Eglise de Maizieres

Randonnee en Normandie 07-201410 Randonnee en Normandie 07-201411Les pales d’une éolienne font figure d’oiseau géant.

Randonnee en Normandie 07-201431

Randonnée en Normandie 07-20145551-52

Randonnee en Normandie 07-201412DCIM103GOPRO

Randonnee en Normandie 07-201432

Randonnee en Normandie 07-201433Randonnee en Normandie 07-201434La mairie de Lessard et Le Chêne, au bout d’une côte assez rude.

Randonnee en Normandie 07-201416Randonnee en Normandie 07-201417Sur le plateau avant de redescendre vers Lisieux.

Randonnee en Normandie Vire lisieuxLe tracé sur Openrunner

http://www.openrunner.com/index.php?id=3929752

Randonnee en Normandie Vire lisieux alt

La dernière étape …

Randonnée normande (3/5)

Vallée de la SouleuvreLa vallée de la Souleuvre vue de la passerelle qui fut autrefois un viaduc.

Si vous avez raté la précédente étape…

Un temps gris, de la pluie annoncée et un fort vent d’ouest me font changer mes plans et plutôt que de continuer vers Vierville sur mer, bifurquer vers Bayeux. Il faut dire également que mon projet initial qui était de rejoindre le mont Saint Michel me paraît hors de portée. J’ai mal évalué le kilométrage et sous estimé ma moyenne horaire.

Le cheminement en bord de mer et l’inévitable partage de la chaussée avec les piétons, les chemins de traverse m’ont ralenti ces deux premiers jours.

Je décide donc de rejoindre Vire pour y amorcer ma remontée vers Rouen. Je fais mes courses du jour à Bayeux et récupère à l’office du tourisme la brochure le Calvados à vélo que j’avais téléchargée et dont j’avais imprimé certaines pages mais pas celles reliant Bayeux à Vire.

L’ambiance change du tout au tout dès que l’on pénètre dans l’intérieur des terres. À la foule cosmopolite et à la circulation relativement dense succèdent des troupeaux de vaches et des routes quasi désertes.

À une dizaine de kilomètres de Bayeux, un caillou pointu a raison de mon pneu arrière sur une route pourtant goudronnée. Je m’aperçois que la bande de roulement est bien entaillée et je crains les crevaisons à répétition, d’autant que ma deuxième chambre à air de rechange montre une valve réfractaire. Je trouve un compromis entre pression et dilatation de l’entaille et repart en croisant les doigts sans pour autant aller au plus court.

Il faut dire que le parcours est plaisant et il vaut mieux avoir bon dérailleur et bons mollets pour s’y engager. Ce n’est pas encore la petite Suisse Normande mais montées et descentes s’enchaînent à un bon rythme.

Un court épisode pluvieux qui démarrera juste après ma crevaison ne durera pas mais le ciel demeure gris et bas, affadissant le paysage. J’atteins Villers Bocage sans autre mésaventure et y déjeune avec un appétit que n’aura pas entamé l’absence de vélociste. Il me faudra donc faire confiance à mon pneu et redoubler d’attention jusque Vire.

Le toboggan continue de plus belle et après une trentaine de kilomètres on arrive au viaduc de la Souleuvre. L’ancien viaduc construit par Eiffel pour y faire passer une voie ferrée n’est plus et a été remplacé par une passerelle qui permet au promeneur de profiter d’une vue surplombante sur la vallée et aux amateurs de sensations fortes de se livrer au saut à l’élastique ou de descendre une courte mais vertigineuse tyrolienne.

C’est un monde bien différent de celui du cyclotourisme où la descente précède une remontée sans effort. Descendu au fond de la vallée pour traverser le cours d’eau, le cycliste devra franchir l’autre versant par une montée longue mais régulière.

Le pied du viaduc n’a rien à envier au sommet en termes d’animation, avec l’arrivée d’une descente en luge sur rail.

Par un miracle acoustique, les cris et la musique rythmée, qui doivent dans l’esprit des gestionnaires des attractions accompagner les poussées d’adrénaline, cessent très rapidement et la remontée se fait en sous bois dans le bruissement des feuilles.

Une fois atteint La Graverie, plus de difficultés jusque Vire que l’on rejoint par une voie verte digne de ce nom, ancienne voie ferrée qui conduisait au Viaduc d’Eiffel.

Je deviens un peu plus rassuré à l’approche de la ville et le suis complètement quand, de façon inattendue, je trouve à l’entrée de Vire un vélociste.

J’achète un pneu neuf, la chambre à air qui va avec, et l’esprit tranquille recherche un camping. Le seul à proximité est le municipal. Par précaution, je demande à l’hôtesse de l’office du tourisme si elle pense qu’il y aura de la place, elle me répond par l’affirmative sans hésiter. Je comprendrai pourquoi en y arrivant.

Sur la grosse vingtaine d’emplacements que compte le camping, deux seulement sont occupés. L’accueil n’est ouvert que deux heures le matin et deux heures le soir. Dans l’intervalle, les campeurs sont invités à s’installer, ce que je fais. C’est dans doute le camping le moins cher que j’aie fréquenté ces derniers temps. La nuit m’aura coûtée, 3,61 € avec douche chaude gratuite. Certes les installations sont pour le moins rustiques et franchement insuffisantes si tous les emplacements étaient remplis, mais comme ce n’est pas le cas, c’est royal.

La matinée ayant été franchement maussade, cette étape est relativement pauvre en illustrations. Ce sera l’occasion d’une petite publicité.

Château La Fosse BuhotChâteau de La Fosse Buhot WIMGP5480 Cathédrale de Bayeux - CalvadosCathédrale de Bayeux

Cathédrale de BayeuxLe portail du doyen.Vers Saint Vaast sur SeullesVers Saint Vaast sur Seulles Mairie de Saint Vaast sur Seulles - CalvadosLa mairie de Saint Vaast sur Seulles, modeste mais qui a de l’allure.Abri pique nique à Saint Vaast sur Seulles - CalvadosUn abri pour randonneurs.WIMGP5487 Route et troupeau de vaches VachesPhoto de famille.Monument aux morts Saint Ouen des Besaces - CalvadosUn des nombreux poilus réalistes fraichement ripolinés pour cause de centenaire.Mairie de Saint MArtin des Besaces - CalvadosMairie fleurie de Saint Martin des Besaces.Route en forêt Vallée de la SouleuvreVallée de la Souleuvre.Viaduc de la SouleuvreSaut à l’élastique, tyroliennes et autres animations troublent quelque peu le calme de l’endroit et la contemplation de la nature.Viaduc de la Souleuvre Voie verte de La Graverie à VireLa voie verte entre La Graverie et Vire suit l’ancien tracé de la voie de chemin de fer. Voie verte de La Graverie à Vire Accueil- sanitaires camping de VireL’unique bâtiment du camping de Vire, un bureau d’accueil flanqué de sanitaires. Affiche Camping de Vireitineraire Port en Bessin - VireL’itinéraire que vous pouvez retrouver sur Openrunner est en deux morceaux, le logiciel ne parvenant pas à traverser la Souleuvre à l’endroit du viaduc.

Port en Bessin, viaduc de la Souleuvre

http://www.openrunner.com/index.php?id=3933547

Viaduc de la Souleuvre – Vire

http://www.openrunner.com/index.php?id=3999806

Profil dénivele Port en Bessin Vire

Waka WakaLe petit nombre de photos de cette étape me permet de faire un peu de publicité pour un chargeur solaire le Waka-Waka. 

Equipé d’un port USB, il peut aussi être chargé à partir d’un ordinateur ou sur secteur avec une prise USB. En option, un sac étanche bien pratique pour un rechargement et une utilisation par tout temps, ainsi que des câbles de raccord Iphone et Ipad qu’il permet d’alimenter. Deux leds puissantes en font également une lampe dont le design lui permet de  s’adapter à pratiquement toutes les configurations.

Pour tout savoir sur Waka-Waka et le projet qu’il sous-tend

https://i-solaire.fr/wakawaka

Eclairage par Waka WakaIci dans l’utilisation lampe suspendue. Faites pas attention au désordre.

L’étape suivante…

Randonnée normande (2/5)

Plage de HoulgatePlage d’Houlgate le matin

Si vous avez manqué la précédente étape…

Pour cette étape, je suivrai les indications des fiches proposées par le Conseil Général du Calvados et regroupées dans une pochette intitulée le Calvados à Vélo. Vous pouvez les trouver gratuitement dans les offices de tourisme mais également les télécharger sur le site http://www.calvados-tourisme.com (rubrique bouger, à vélo, carte des vélos route).

Du camping Bellevue, il ne reste qu’une trentaine de mètres de dénivelé à franchir avant d’entamer une longue descente vers Houlgate et retrouver la mer. A cette heure la plage est déserte, ou presque. Seule la tache vive d’une tente laisse deviner la foule de baigneurs qui investira bientôt les lieux.

Courses faites, je me dirige vers Cabourg, son Casino, son Grand Hôtel. Proust n’est pas loin mais il est sans doute un peu tôt pour les jeunes filles en fleur. De là, deux itinéraires sont possibles pour rejoindre Ouistreham. Le premier qui suit la côte vers Franceville, le second qui s’enfonce dans l’intérieur des terres en direction de Benouville et bifurque vers Ouistreham en suivant le canal de Caen à la Mer. Je choisis cette deuxième option et après quelques errements, finit par trouver la voie verte signalée par le topo.

La route est plaisante qui démarre sur un chemin qui traverse une zone humide parcourue par la Divette. Il est prudent de suivre la carte car les itinéraires cyclistes se croisent et se fier aux seuls panneaux vous fait prendre parfois la mauvaise direction.

Parvenu à Benouville, Pegasus Bridge constitue un lieu emblématique du débarquement et nombreux sont les touristes venus le voir. C’est à cet endroit que l’on suit le canal qui mène à Ouistreham. Loin des combats de 1944, le cheminement est paisible, fréquenté désormais par les promeneurs, cyclistes et patineurs.

De Ouistreham, on longe de nouveau la côte en direction de Courseulles. L’itinéraire n’est pas complètement aménagé sur cette portion et emprunte tantôt la jetée, tantôt la route côtière, mais l’on est souvent au plus près du rivage.

Un petit square en bordure de mer à Luc sur Mer accueillera ma halte pique nique.

A Courseulles sur Mer, on quitte de nouveau la côte pour rejoindre Arromanches par une combinaison de voies vertes et de petites routes départementales ou vicinales. En fait de voies vertes ce sont pour la plupart des chemins agricoles et je redoute à tout moment de ressentir le funeste affaissement d’un de mes pneus. Je limite ma vitesse dans les parties pierreuses et pilote de façon à éviter trous et bosses. L’attention portée à la conduite ne n’empêchera de profiter des larges points de vue sur le plateau environnant. Finalement, l’ensemble tient bon et je parviens à Arromanches. Une rude pente conduit de la falaise au village et je goûte de la descendre plutôt que l’inverse. Je ne m’y attarderai pas ayant déjà eu l’occasion de visiter le musée du débarquement.

Pour quitter Arromanches, le topo propose une voie verte qui suit plus ou moins le bord de la falaise. La voie macadamisée se transforme assez rapidement en un chemin de terre plutôt fait pour les VTT. Au premier croisement avec une route goudronnée je bifurque et le quitte, j’ai suffisamment tenté le diable aujourd’hui.

A Longues sur mer, je fais un crochet pour aller voir l’imposante batterie qui borde la falaise.

Arrivé à Port Bessin, il est temps de me mettre en recherche d’un camping. Après consultation du dépliant fourni par l’Office du tourisme, je décide de me poser là. Je rejoins donc un des des deux campings de la ville, situé sur les hauteurs en suivant la Route du Phare. Je réaliserai mais un peu tard qu’il s’agit de la pente signalée dans le topo guide et que je m’étais promis d’éviter car présentant un passage à 18%. J’avoue qu’avec les sacoches c’est franchement dur et je ferai une cinquantaine de mètres pied à terre.

Je retournerai dans le centre dans la soirée mais en empruntant cette fois la départementale dont le profil est moins accentué.

Une fois de plus, je me retrouve avec un emplacement trois fois trop grand pour la taille de ma tente mais j’apprécie cet espace et le calme du camping. Vu le prix de la nuit c’est bien le moins que l’on puisse attendre.

Ce soir encore, je renoncerai au feu d’artifice au profit d’une bonne nuit de sommeil.

Grand hôtel - CabourgLe Grand Hôtel de Cabourg et le Casino.

Grand Hotel Cabourg Plage Cabourg Grand Hotel Cabourg Plage Cabourg Vallée de la DivetteVoie verte au départ de Cabourg au travers des marais de la Divette.Vallée de la Divette Vallée de la Divette Vallée de la Divette Vallée de la Divette Route de campagne Route de campagne Pegasus BridgePegasus BridgeOuistrehamOuistrehamCôte normandeCôte normandeLe topoguide « Le Calvados à Vélo » propose plusieurs itinéraires dont celui-ci qui longe la Côte de Nacre

Côte normande Côte normande Côte normande Cabines de bainTasse à café

Café sur la digue de Luc sur mer

Pont tournant - Courseulles sur mer

Pont tournant de Courseulles sur mer.

Route de campagneDétour par l’intérieur des terres pour rejoindre Arromanches

Route de campagneChamps fauchés Route de campagne ArromanchesLa plage d’ArromanchesPuit PuitBatterie Longues sur merBatterie de Longues sur mer.Falaises Eglise Longues sur MerLe clocher de Longues sur mer et en second plan celui de la cathédrale de Vire.Plage Port en BessinFalaises de Port en Bessin.Port en BessinPort en Bessin.Port en Bessin Plage Port en Bessin Falaises Port en Bessin  WCapture d’ecran 2014-08-06 à 21.15.35 WCapture d’ecran 2014-08-06 à 21.16.37 http://www.openrunner.com/index.php?id=3929174

La suite …