Burning legs (jambes brûlantes) Erquinghem-Lys 2017

On pardonnera au Lys VTT le recours superflu à la langue de Shakespeare pour dénommer leur circuit route, car celui-ci était de qualité.

Parcours intense que ce 75 km proposé par le Lys VTT au départ d’Erquighem-Lys avec un peu plus de 800 m de dénivelé positif.

Intense, il aurait pu l’être davantage si certains membres du club n’avaient tempéré l’ardeur de Francky dont on m’a dit qu’il en était l’inspirateur.

Si elle n’était horriblement machiste, j’entonnerais bien une ritournelle zoukante vantant les mérites du dit Francky, mais m’en abstiendrai et dirai simplement « bravo Francky et tous ceux qui ont participé au tracé ».

Première édition de ce circuit route, au sein d’un brevet dédié au VTT avec cinq distances proposées. Est-ce la nouveauté ou le dénivelé qui expliquent, de ce que j’en ai vu, une faible fréquentation (mais je n’ai pas connaissance des chiffres officiels)?

Dommage, car les enchaînements sont plaisants et nous font goûter un peu de chaque mont. Pas de passage trop horrible, les plus pentus étant sans doute l’ascension du Mont des Cats par la rue du Cimetière et ce petit crochet vers le moulin et le sommet du télésiège entre Mont Noir et Mont Rouge.

De beaux points de vue sur une campagne ou bruns et verts formaient des damiers contrastés, malgré un ciel bien gris.

Les derniers kilomètres ne furent pas les moins éprouvants car contrariés par un fort vent de face.

L’itinéraire nous fit passer devant l’imposante ancienne brasserie Motte Cordonnier. Les amateurs de friches industrielles pourront la voir sous un jour plus radieux dans un ancien article.

Souhaitons que les organisateurs persévèrent et maintiennent ce circuit au calendrier 2018 avec, cerise sur le gâteau, un soleil généreux.

La trace GPS que vous retrouverez sur Openrunner vous permettra peut-être de vous brûler les jambes sans attendre un an. Petit cafouillage à Westouter, une flèche tout droit étant positionnée de façon ambiguë à un carrefour en Y. Le balisage vertical était pour le reste clair et bien visible, même si le principe « pas de flèche c’est tout droit » suscite parfois quelques doutes.

La trace se poursuit en direction de Lille, ayant oublié d’arrêter l’enregistrement à l’arrivée.

Gros travail en tout cas pour le Lys VTT que le balisage de tous ces circuits. Merci à eux.

Pas vraiment de photos de participants en action si ce n’est un. Quelques vues des côtes jalonnant notre périple.

Inscriptions toujours dans la bonne humeur. Cinq parcours VTT de 30 à 65 km.Distance unique pour la route.

Chapeau au Lys VTT.

Pas l’ombre d’un vélo de route. Première côte bien connue, le Mont de Lille. Deuxième éminence, le Mont noir. A lire de près les panneaux de signalisation on pourrait remettre en cause sa connaissance de la géographie locale. Après être redescendu vers Saint Jans Cappel, on file vers le Mont des Cats que l’on franchira par l’allée du cimetière. LE cyclo du jour. On remonte vers Boeschepe venant de Godewaersvelde. Ravitaillement copieux, commun au parcours route et au 65 km VTT. Au Mont Rouge, petit détour vers le Moulin desservi par un raidillon pentu. Vient ensuite le Mont Kemmel, sans la côte pavée. Point de vue avant la descente, pour ensuite remonter le Monteberg. Le Monteberg est passé, quelques côtes nous attendent encore entre Dranouter et Nieuwkerke. Tous ne boirons pas jus de fruit ou soda.

Etaples Lille 2014

Lille Etaples 2014 - Panneau tour de franceA n’en pas douter, fougueux et conquérants ce sont les participants de cet Etaples Lille.

Dommage que les conditions météo ne nous aient pas permis de mieux profiter de ce brevet remarquablement organisé. L’accueil, le fléchage, le ravitaillement, la sécurité, rien n’a été négligé et de nombreux bénévoles chaleureux et efficaces ont permis de mener à bien ce projet ambitieux.

Merci et bravo aux bénévoles de AS ETAPLOISE – ASSO SAINT OMER CYCLOTOTOURISME – CYCLOS d’ASCQ.

Le départ du Tour est un jalon de mon calendrier personnel, non que j’attache une importance particulière à l’événement, même si je ne suis pas indifférent aux étapes de montagne, mais parce qu’il marque pour moi le début de l’été et confère à la période un air de vacances. Souvenir sans doute de mon enfance où les après midi de juillet avaient tous un lien avec le Tour, qu’il s’agisse de courses à vélo avec les copains, de jeux avec les cyclistes miniatures ou du visionnage de l’étape les jours de pluie. L’arrivée signifie elle que l’été est déjà bien entamé.

J’attendais donc avec une impatience quasi puérile cette étape porteuse au moins dans mon imaginaire d’une promesse estivale.

Les prévisions météo du début de semaine tempérèrent mon enthousiasme, ayant néanmoins le secret espoir qu’une fois de plus celles-ci se révèleraient erronées.

Malheureusement, il n’en fut rien et la pluie nous aura accompagnés pratiquement tout au long de cette randonnée.

Faible crachin à 7h00 alors qu’affluent les participants, elle s’intensifiera peu après le départ rendant précieux les signaleurs placés aux endroits dangereux.

Une accalmie se produira après une demi heure environ et l’on pourra espérer par instant une éclaircie durable. Ce ne sera pas vraiment le cas mais à Hucqueliers, premier ravitaillement, je retirerai mon coupe pluie.

Les champs de céréales bientôt prêts à être moissonnées tranchent dans la grisaille ambiante et attisent le regret d’un ciel moins nuageux. Mon appareil photo restera dans sa sacoche.

Le ravitaillement de Saint Omer marque la mi-route et la perspective des Monts des Flandres, à moins que ce ne soit le vent favorable, me met en jambes. Un rapide coup d’œil latéral me fait découvrir un horizon anthracite annonceur de précipitations plutôt abondantes. Mais j’ai bon espoir d’y échapper, l’itinéraire nous conduisant à l’opposé.

Une crevaison en décidera autrement. Deuxième de la journée, je réalise que ma seconde chambre à air n’est pas adaptée à ma nouvelle roue arrière dont le profil exige une valve plus longue. Il me faut donc réparer et je vois avec inquiétude se rapprocher des nuages menaçants. J’aurai juste le temps de remettre ma roue arrière et mon coupe pluie avant qu’une forte ondée ne s’abatte.

Une nouvelle accalmie ne sera que temporaire et à l’approche du Mont Cassel encapuchonné de brume, les précipitations reprendront de plus belle. Mes chaussures sont emplies d’eau. A Bavinchove, l’idée me traverse l’esprit  que je pourrais être rapidement à Lille en TER. Vite écartée, je poursuis vers Cassel. Heureusement, nous en abordons la montée par une route asphaltée. Les pavés seront pour la descente mais un trottoir permet de les éviter.

Le parcours ignore le Mont des Cats et nous filons vers Boschepe, puis Berthen avant de bifurquer vers le Mont Noir. Des camping cars stationnent déjà et je me plais à m’imaginer au chaud et au sec en train de regarder l’étape du jour.

Le Mont Noir constitue la dernière difficulté mais la route qui le suit est la moins plaisante du parcours car, suivant strictement l’itinéraire de l’étape, elle emprunte l’axe Bailleul – Armentières – Lille par les routes principales. Fort heureusement, un vent très favorable écourtera cette partie.

Jupiter à défaut de faire donner le tonnerre nous arrosera copieusement peu avant d’arriver à Lille et c’est trempé et franchement rafraichi que j’arriverai à Bitwin Village.

Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - DépartOrganisation, un des maîtres mots de brevet.Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - DépartDes bénévoles souriants.Lille Etaples 2014 - Départ

Lille Etaples 2014 - Départ

Lille Etaples 2014 - DépartRepérer son numéro de dossier pour le retirer.Lille Etaples 2014 - DépartOn se retrouve entre habitués des brevets de la Métropole.Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - DépartDeux des cyclos du CC Orchies venus à vélo (la veille quand même).

Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - DépartFier et pas qu’un peu d’être au départ.Lille Etaples 2014 - DépartFR3 suit l’évènement, il parait qu’on me voit fugacement prenant des photos.Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - DépartHeureusement on a fini avec cette coupe du monde.Lille Etaples 2014 - DépartUn p’tit coin d’parapluie pour un coin d’paradis… avant l’enfer (Oui je sais j’exagère, pour ce qui est de l’enfer bien sûr).Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - DépartCertains partent avant le départ groupé.

Lille Etaples 2014 - DépartPendant que d’autres ajustent la pression.Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ  Lille Etaples 2014 - DépartLes choses se précisent.Lille Etaples 2014 - DépartLa photo officielle.Lille Etaples 2014 - DépartC’est parti.

Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - DépartLille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - Départ Lille Etaples 2014 - DépartWIMGP5297Montcavrel a fait fort pour le passage du Tour. Les habitants ont du collecter tout ce qui traînait comme vieux vélos dans leurs caves et Greniers et les ont accrochés tout le long de la rue principale.Lille Etaples 2014 - RavitaillementElipse dans le reportage qui nous conduit directement à Saint Omer.Lille Etaples 2014 - Ravitaillement Lille Etaples 2014 - RavitaillementEt des bénévoles toujours actifs.Lille Etaples 2014 - Ravitaillement Lille Etaples 2014 - Ravitaillement Lille Etaples 2014 - Ravitaillement Lille Etaples 2014 - PaysageLe temps n’est pas trop à la flânerie photographique, mais quand même, une petite en passant. Pas trop le temps de soigner la composition.Lille Etaples 2014 - PaysageGaranti sans retouches.Lille Etaples 2014 - CyclistesJ’en profite pour photographier quelques participants.Lille Etaples 2014 - Cyclistes Lille Etaples 2014 - Cyclistes Lille Etaples 2014 - Forêt de ClairmaraisLa forêt de Clairmarais presque sous le soleil.Lille Etaples 2014 - Paysage

Devant les perspectives sont plutôt réjouissantes.

Lille Etaples 2014 - PaysageMais derrière…Lille Etaples 2014 - Cyclistes Lille Etaples 2014 - MoulinUn des moulins de Steenvoorde.Lille Etaples 2014 - Camping carsDans la montée du Mont Noir les camping cars commencent à stationner.Lille Etaples 2014 - RavitaillementDernier ravitaillement.Lille Etaples 2014 - Ravitaillement Lille Etaples 2014 - RavitaillementCyclistes et vélos ruissellent à l’arrivée.Lille Etaples 2014 - ArrivéeLa retransmission en direct de l’étape du jour n’attire pas les foules. Je rentre chez moi sans attendre.

Euroclassic LKRT 2014

 Euroclassic LKRT 2014 - Mont Saint AubertUn temps maussade pour cette édition 2014 de l’Euroclassic, que le jaune vif des champs peine à égayer.

De conception originale, ce brevet aura sans doute souffert des conditions météorologiques car la fréquentation n’était pas, de ce que j’en ai vu, à la hauteur de l’investissement que représente son organisation.

C’est une randonnée à géométrie variable que proposaient l’Urfa-Lille, le Nord Touriste Section Cyclo et le Beuterverzet 53×11 Kortrijk. Trois points de départ étaient possibles, correspondant aux trois villes des clubs organisateurs. Un ravitaillement au Mont Saint-Aubert, constituait le troisième sommet d’une étoile à trois branches dont Roubaix était le centre.

Chacun n’avait donc que l’embarras du choix pour établir un itinéraire à la carte. Si la boucle passant par Lille, Courtrai et Mont Saint-Aubert n’était fléchée que dans un sens, les liaisons entre Roubaix et les trois autres points l’étaient dans les deux sens, autorisant de multiples combinaisons.

Partant de Lille, j’avais pris l’option du tour complet soit une distance de 130 km. Des considérations horaires et la pluviométrie feront que je quitterai le dernier tronçon au niveau de la base de loisirs de Willems pour rejoindre Mons directement par Forest sur Marque et le lac du Héron, plutôt que de poursuivre jusque Lille.

Bien qu’en périphérie urbaine, l’itinéraire demeure très champêtre. Au départ de Lille, une fois quitté Lambersart, le parcours emprunte de petites routes qui traversent le Ferrain. À partir de Bousbecq, débute un passage plus urbain qui nous fait côtoyer survivants et vestiges de l’importante activité textile de cette portion de la vallée de la Lys.

A Welwegem, on suit le chemin de halage jusque Courtrai. Le tronçon qui relie Courtrai au Mont Saint-Aubert constitue la partie vallonnée de l’itinéraire avec, assez vite en ligne de mire, la silhouette bien connue du mont et de son église.  Mais dans cette approche, il vaut mieux se fier à son compteur qu’à la proximité du lieu car le circuit tournicote autour de l’éminence nous en éloignant quand on croit toucher au but. Il en va ainsi jusque dans les derniers kilomètres. Ayant en tête les tracés habituels, on croit une fois passé La Grignotière  s’être trompé de branche et rejoindre Roubaix, alors qu’il n’en est rien et qu’un subit changement de cap nous ramène vers Kain pour conclure par l’ascension via la rue de la Folie puis la rue du Reposoir.

La suite ne présente par de difficultés et contourne Lille par l’Est, via le Mélantois, puis le Sud.

A lire le reportage d’André Tignon, il semble que ce brevet ait aussi été peu choyé par le temps l’an dernier. Souhaitons que malgré cette malchance les organisateurs persistent dans leur projet et que nous puissions refaire ce sympathique tracé sous le soleil.

Voici quelques photos prises malgré des conditions peu propices, notamment dans le premier tronçon;

Euroclassic LKRT 2014 - InscriptionsPeu de monde malheureusement au départ de Lille.Euroclassic LKRT 2014 - InscriptionsExplication des différentes combinaisons possibles.Euroclassic LKRT 2014 - Inscriptions Euroclassic LKRT 2014 - Inscriptions Euroclassic LKRT 2014 - PluieUne dizaine de kilomètres après le départ, premier grain sérieux, mes chaussettes ont vite fait de se gonfler telles des éponges. Je m’abrite tant bien que mal sous un arbre.Euroclassic LKRT 2014 - Ravitaillement56 inscrits au départ de Courtrai et 07 visiteurs, à en croire le tableau de marque. Mais le collectif soutient le moral des ravitailleurs.Euroclassic LKRT 2014 - CyclistesDeux cyclistes croisés alors que je me suis arrêté pour photographier le moulin.Euroclassic LKRT 2014 - VachesQuelques photos de vaches avec toujours une dédicace à mon camarade Pierre-Marie.Euroclassic LKRT 2014 - Vaches Euroclassic LKRT 2014 - Vaches Euroclassic LKRT 2014 - Mont Saint AubertLe Mont Saint Aubert, proche et lointain à la fois.Euroclassic LKRT 2014 - Mont Saint Aubert  Euroclassic LKRT 2014 - Mont Saint AubertCette halte photographique avant d’entamer la descente du Mont Saint Aubert me permettra de revêtir mon coupe pluie avant le second grain sérieux de la matinée.Euroclassic LKRT 2014 - Drapeau belgeLa ferveur des supporters des Diables rouge était bien visible ce dimanche matin en traversant des communes pavoisées aux couleurs nationales. Seules les conditions météo médiocres m’ont empêché de revenir avec une conséquente collection de photos de drapeaux. Celui fourni par la marque Jupiler était particulièrement bien représenté. L’histoire ne dit combien il fallait acheter de litres de bière pour en bénéficier.

Euroclassic LKRT 2014 - Drapeau belge Euroclassic LKRT 2014 - Drapeau belge

La Roncquoise 2012

Ceci est une photo d’archives, prise lors d’un brevet empruntant ce même tronçon.Le temps ce dimanche était franchement plus maussade.

Après une semaine Algéroise sous un ciel bleu et une température qui flirtait par moment avec les trente degrés, partir pour la Roncquoise en ce matin gris et humide relevait pour le moins d’un effet de contraste.

Constraste d’autant plus grand que durant ce séjour d’une semaine, j’ai pu compter sur les doigts d’une main les cyclistes rencontrés. La topographie et la circulation expliquent sans doute cette désaffection. Sauf à suivre le front de mer, circuler dans Alger suppose de s’attaquer à des côtes souvent supérieures à 5% avec des passages conséquents entre 10 et 15%. L’Algérois qui pratique régulièrement doit pouvoir sans difficulté se lancer dans les cyclos montagnardes. L’autre facteur limitant est la circulation automobile, tant en raison de sa densité que de la grande liberté prise avec le code de la route. Mieux vaut être casqué et avoir de bons réflexes.

Mais tout ceci est loin en ce dimanche matin et je roule tranquillement avec en tête une mélodie dont je réalise qu’il s’agit d’un chanson de Nougaro, « La pluie fait des claquettes ». L’inconscient existe, je l’ai rencontré.

Malgré le temps, les clubs sont au rendez-vous. J’opte pour le 105 km qui est en fait, selon les informations données au premier ravitaillement, un 120 km raccourci en raison de la météo humide. Nous aurions ainsi échappé aux côtes pavées du Kwaremon et du Patteberg. Celles du Mont de l’Enclus et de Ruissegnies, me suffiront pour cette reprise.

Pas de problème jusque Celles. Je manque sans doute une bifurcation et alors que je pense à faire demi-tour, faute de croiser de nouvelles flèches, je sens comme une mollesse du pneu arrière qui se confirme rapidement, j’ai crevé. Comme un bonheur n’arrive jamais seul, il se met à pleuvoir.

Seul élément positif, je teste ma nouvelle pompe Zefal Air Profil XL qui me permet d’atteindre sans effort une pression satisfaisante.

Alors que je cherche ma route, je suis rejoint par un compagnon d’infortune. Je tente de retrouver le parcours à l’aide de la photo du circuit prise au départ mais je renonce alors que la pluie s’intensifie. Nous repartons de concert par un itinéraire bis, échangeant sur les prochains brevets.

Je renonce à rejoindre Roncq et rentre par une route plus directe.

Voici la carte des différents parcours (en attendant mieux, je suis en panne de micro).

 

 

 

Randonnée Souvenir Jean-Claude VANDEWALLE 2011

 

Au départ d'Halluin, brume et lever de soleil

Oubliés les brevets pluvieux de juillet – août ? Pas sûr.  En tout cas ce dimanche offrait aux participants de la Randonnée Souvenir Jean-Claude VANDEWALLE organisée par le Cyclo Club d’Halluin des conditions estivales. Ceux-ci étaient au rendez-vous, au delà semble-t-il des prévisions des organisateurs.

Parcours original, pour moi tout au moins peu habitué à ce territoire, qui nous fait voyager entre Courtrai et le Mont de l’Enclus au gré de routes vallonnées. Moulins, chapelles ponctuent l’itinéraire, offrant au cycliste photographe de nombreuses tentations que la brume, qui ce dimanche matin, s’étirait sur les pâtures et autres zones humides multipliait.

Cyclos studieux s'inscrivant sans sourciller

Nimbé de brume broute le bœuf

Si les parties encaissées se révélaient humides et fraiches en ce début de matinée, un air tiède vous enveloppait au sortir des creux. Contraste tout aussi marqué que celui l’ombre et de la lumière.

Une des nombreuses chapelles rencontrées tout au long de ce brevet.

Légende pour cruciverbiste : A des ailes mais ne vole pas - Est gonflé de voler sans aile

Le premier ravitaillement du circuit de 90 km aura été un peu négligé. Pour ma part ayant 18 km de plus au compteur, ayant rejoint Halluin à vélo, j’y fais une halte.

Malgré la relative désaffection des cyclos, les bénévoles gardent le sourire

Le Mont de l'Enclus

Après Escanaffles on suit l'Escaut jusqu'à Bossuit

Une autre chapelle et son arbre

Le deuxième ravitaillement est lui plus fréquenté

Revers de la médaille, il ne reste plsu grand chose à se mettre sous la dent. Heureusement, je ne pars pas sans biscuit, en l'occurence des barres de céréales

Malgré les problèmes d'approvisionnement, les bénévoles gardent le sourire... et moi aussi.

Une chapelle que je pense avoir déjà photographiée... mais quand ?

Dépassé pour cause de crevaison de l'un des siens, le groupe des oranges me double lors d'une pause photo

Yves-Marie Verbecke pour une fois devant l'objectif.

La route des monts 2011

Une assistance toujours nombreuse pour ce brevet.

J’avais espéré profiter de ce dernier brevet aoûtien pour parfaire mon bronzage avant de reprendre le travail, ce fut un échec complet. Ceux qui ce dimanche matin avaient tiré la carte Kway avaient fait bonne pioche.

Le ciel quoique chargé offrait pourtant des espaces dégagés qui laissait envisager un temps nuageux mais sec. Si les ondées apparues dans la première partie du parcours de 110 km ne prêtaient pas à conséquence il en fut tout autrement après le second ravitaillement. Peu après le second passage à Boeschepe, cela se transforma en un véritable déluge, incitant certains à s’arrêter pour profiter de l’abri précaire d’une avancée de toit. Ne prévoyant pas d’accalmie prochaine, je préférai continuer, accélérant la cadence afin d’essayer de me réchauffer, mon coupe vent débardeur ayant depuis longtemps cessé de m’apporter une quelconque protection.

A l’approche du Mont Noir, les montées se révélèrent particulièrement pénibles, mes cuisses étant au bord de la tétanisation (effet direct du froid ou indirect, l’hygrométrie ambiante invitant peu à l’hydratation régulière?). Quant aux descentes, ruisselantes d’eau et souvent boueuses, parcouru de frissons, j’en négociai plus d’une au frein.

Ce n’est qu’à une dizaine de kilomètres de l’arrivée, qu’une accalmie permit de retrouver des conditions plus supportables. C’est néanmoins transi de froid que j’arrivai à la base des Prés du Hem où je restai plus d’une heure pour tenter de me réchauffer avant de rentrer vers Lille.

Votre serviteur et le temps étant devenus secs, j’entamai mon retour. Alors que je quittai la base, survint une éclaircie. Un rayon de soleil me réchauffa le dos, fugace moment de bonheur.

Ces considérations personnelles et météorologiques étant achevées, quelques mots du brevet.

Comme les années précédentes, très bonne organisation, qu’il s’agisse de l’accueil, du balisage ou du ravitaillement. Elément également appréciable, à chaque édition à laquelle j’ai participé le parcours était différent. Celui-ci était très plaisant, offrant ce qu’il faut de côtes avec des pourcentages à deux chiffres, même si le Mont des Cats était évité.

A faire donc.

Seul regret, l’attrait inconditionnel des organisateurs pour l’anglicisation qui les conduit, outre le nom de la manifestation, à distribuer un « Road book » plutôt qu’un carnet de route.

Les trois circuits proposés.

Quelques photos :

Flexion

Extension

Un des deux géants de Boeschepe, toujours fidèle au rendez-vous.

Bien que le limonaire ne jouât pas faux... il plut.

Les bénévoles du deuxième ravitaillement sur le parcours de 110 km.

Près d'Hondschoote.

Une éclaircie sur le pont de Frelinghien offre un éclairage "intéressant" sur la campagne alentour.

 

L'échappée Belle 2010

 

web-sdc12624.1276976763.jpg

La zone de départ est calme. Photo de groupe devant le Beffroi

Retour en arrière par rapport à l’ordonnancement chronologique de ce blog, pour évoquer le traditionnel Lille-Calais, dont je n’ai pu rendre compte en son temps pour cause de déplacement professionnel suivi de Paris Roubaix.

Petite année pour l’Echappée Belle en termes de fréquentation. Le samedi, les organisateurs annonçaient moitié moins de participants que l’an dernier, ce qui s’est vérifié à l’arrivée… où l’on avait droit à deux sandwichs. La faute à la fête des mères? Espérons le, en souhaitant que cette classique des brevets nordistes perdure.

web-sdc12626.1276976883.jpg

Le photographe que l’on voit de dos sur la photo précédente me propose de me prendre. Me voici donc en grande tenue d’apparat, encore immaculée ( mais n’anticipons pas) l’horloge du Beffroi marquant 7h45, heure officielle du départ.

web-sdc12630.1276977184.jpg

Dernière photo et dernier pipi pour le club cyclo de Marquise.

Grande année s’agissant des conditions météo puisque nous avons eu un vent de face pratiquement de Lille à Escalles. Si j’ai pu profiter épisodiquement de l’abri de quelque peloton, c’est en prise directe avec le vent que j’ai parcouru l’essentiel des 160 km. Une fois passé Escalles, nous pûmes alors filer vent dans le dos vers Calais et la descente du Cap Blanc Nez vers Sangatte à 65 km/h fut un régal.

Outre le vent, le début de matinée fut un peu humide. Un freinage intempestif dans un virage boueux et me voilà glissant les deux roues en l’air. Je me relève avec plus de peur que de mal. Ma poignée de frein droit est légèrement de travers mais je pourrai la repositionner sans problème. Les manchettes auront évité une abrasion trop forte du coude néanmoins un peu râpé. C’est à la halte de Merris que je constaterai que mon casque en a pris un coup, démonstration si certains en doutaient de son utilité.

web-sdc12647.1276977842.jpg

 Mon casque après la chute.

web-sdc12634.1276977403.jpg

Le moulin de Watten. Une belle descente s’amorce.

Le parcours légèrement renouvelé proposait outre le Cran d’Escalles quelques montées soutenues.

Dans l’ordre, la traversée de la forêt de Tournehem dont la difficulté est davantage la longueur que la pente. La route monte par paliers et l’on découvre donc au fur et à mesure que ce que l’on croyait être la fin ne l’est pas.

Ensuite vient, le Ventu d’Alembon avec une pente moyenne de 8,2 % et des passages à 9%. La route suit des lacets réguliers, ne pas partir trop vite.

Enfin, après la halte d’Hermelinghen la longue montée du Mât, 500 m à 10% selon les informations données par André Tignon.

47mat.1276807498.jpg

Dans la montée du mât, photographié par André Tignon.

Le Boulonnais à cette période de l’année est toujours aussi plaisant même si le temps maussade ne mettait pas vraiment en valeur les couleurs vives et variées de la végétation.

web-sdc12642.1276978242.jpg

Un brevet connu mais que je refais toujours avec plaisir.

Merci aux organisateurs en espérant que la relative désaffection de cette année n’entamera pas leur enthousiasme.

Voici les grandes lignes de l’itinéraire pour ceux qui auraient un regret de n’avoir pas participé :

Lille, Lomme, Sequedin, Englos, Ennetières, Radeingem, Sailly sur la Lys, Le Doulieu, Merris, Vieux-Berquin, Morbecque, Sercus, Lynde, Ebblinghem, Buysscheure, Watten, Ganspette, Eperlecques, Mentque Norbécourt, Quercamps, Journy, Hocquinghen, Licques, Alembon, Hermelinghen, Fiennes, Landrethun le Nord, Saint Inglevert, Escalles, Sangatte, Blériot Plage, Calais.

web-sdc12645.1276979484.jpg

Pourtant il y a un parking gardé à l’arrivée

web-sdc12646.1276979634.jpg

Les jeunes d’Hellemmes à l’honneur. Dernière photo avant d’aller prendre le train du retour.