Randonnée normande (1/5)

Villers sur merSoleil et belle lumière sur Villers sur Mer pour conclure cette première étape.

Ce dimanche d’astreinte et d’abstinence cycliste m’offre l’opportunité, après une rentrée riche en brevets, d’entamer la mise en ligne d’une série d’articles rendant compte d’une randonnée estivale en Normandie.

Le temps pluvieux en ce dimanche matin m’ôtait tout regret d’avoir différé mon départ prévu la veille. Pas de regret non plus d’avoir prolongé mon voyage de Rouen vers Breauté. C’est un peu plus qu’un crachin qui m’attend à mon arrivée et le coupe pluie s’impose. Un vent chaud vient cependant atténuer le désagrément de l’humidité. Je serpente de part et d’autre de la D 910 pour rejoindre le pont de Tancarville. Peu après La Cerlangue, il apparaît, toujours aussi majestueux. J’opte pour le trottoir pour le traverser ce qui me permet de rouler à l’écart des voitures et surtout autorise ou deux haltes. La pluie s’arrête alors que je m’y engage et quelques trouées intermittentes éclairent l’estuaire. Je profite du large panorama en direction du Havre.

Je continue sur la départementale jusque Foulbec. C’est l’heure du repas et la circulation reste peu intense. A Foulbec, je bifurque vers Contenville pour rejoindre la rive gauche qui, sur la carte, paraît praticable à vélo. Un joggeur me confirmera la chose. Je fais une halte pique nique en bordure de Seine. Les éclaircies s’affirment mais le vent également. Il sera franchement contraire jusque Honfleur sans vraiment me ralentir car la chaussée bien que carrossable n’est pas en très bon état.

Je ne m’arrêterai que peu de temps à Honfleur, qui grouille de touristes. Je poursuivrai en suivant la côte de Grâce ponctuée de points de vue sur Le Havre et sa zone portuaire.

Petit détour par Villerville Centre pour y boire un café sur le front de mer. Une peinture murale de Gabin et Belmondo suggère que c’est à cet endroit qu’a été tourné « le Singe en Hiver ». Une rapide consultation de Wikipedia me le confirmera par après.

Je repars vers Trouville puis Deauville, Blonville et enfin Villers sur mer. Cette partie de l’itinéraire bien que suivant la côte au plus près est très urbaine. Mais les villas cossues qui se succèdent de façon quasi ininterrompue ne manquent pas d’intérêt pour certaines.

Une avant dernière montée me mène au camping. Avant derrière car je redescendrai sur la plage pour profiter de la lumière vespérale et faire quelques photos.

Je n’aurai pas le courage d’attendre 23h00 pour assister au feu d’artifice, même en suivant la finale de la coupe du monde retransmise dans tous les bars, et remonterai me coucher.

Paysage sous la pluieLa pluie est intense à ma descente de train.Pont de Tancarville Pont de TancarvilleLe Pont de Tancarville, vu cette fois du haut (la précédente me voyait passer dessous en suivant la Seine, cf. Entre Somme et Normandie 3/5 – juin 2014).La seine vu du Pont de TancarvilleDébut d’éclaircie et panorama sur l’estuaire de la SeineLa seine vu du Pont de Tancarville Pont de Tancarville Prés de TancarvilleL’éclaircie s’affirme, pas trop de monde sur la route ce dimanche midi.Eglise de FoulbecL’église de FoulbecChemin de halage en bord de seineLe chemin de halage qui conduit à Honfleur.Pont de NormandieLe Pont de NormandiePont de Normandie Pont de Normandie Pont de Normandie HonfleurHonfleurLe Havre vu de la côte de NacreLe Havre vu de la côte de GrâceCafé à VillervilleVillervillePlage Villerville Maisons de TrouvilleMaisons de TrouvilleMaisons de Trouville Plage et cerfs volants Façades Villers sur merVillers sur mer, la lumière du couchant accentue les teintes orangées des façadesFaçades Villers sur mer Façades Villers sur merFaçades Villers sur mer

Façades Villers sur mer Villers sur Mer Mouettes Vol d'oiseaux Vol d'oiseaux Vol d'oiseaux  Chateau de sableBreaute Villiers sur merCapture d’ecran 2014-08-05 à 21.26.11

A suivre…

200 km Lerzy – Orchies 2014

BRM LERZY Orchies Départ15h16 à l’horloge de l’appareil photo. Quelque part entre Berlaimont et Fresnes sur Escaut. L’éclaircie attendue est enfin là.

J’avais fait de conditions météorologiques clémentes la condition de ma participation au brevet de 200 km organisé par le CC Orchies. Des prévisions annonçant des pluies éparses le matin et des éclaircies l’après midi constituaient un compromis acceptable.

Poussé par un vent du nord généreux, je ne mis qu’une heure pour effectuer le trajet Lille – Orchies. La chaussée humide, la nuit et la perspective des 200 km tempéreront mon ardeur. Je n’enregistrerai pas moins des pointes sur le plat à 40 km/h, ce qui pour moi frôle l’excès de vitesse avec retrait de permis.  La générosité du vent n’aura d’égale que celle la pluie qui m’accompagnera sans trêve, arrivant au local du CC Orchies trempé comme une soupe. La grosse demi heure me séparant de l’heure du départ permettra un séchage partiel.

À huit heures le groupe s’élance, la pluie ayant pratiquement cessé. M’étant fait une petite frayeur à l’aller sur un rond point, je reste prudemment à l’arrière du peloton, respectueux d’une distance de freinage acceptable.

Le vent du nord, toujours bien présent nous facilite la progression et les faibles dénivelés rencontrés jusque Le Cateau, premier point de contrôle, s’avalent sans peine. J’y arrive au sein d’un second peloton, une scission s’étant formée, après une vingtaine de kilomètres.

Je repars sans coupe pluie, mais le temps est toujours maussade et je profite peu du paysage. Le dénivelé s’accentue et d’autres séparations s’opèrent. Sans arrêts photos, je pourrai pour ma part continuer à suivre le second peloton jusque La Capelle, deuxième point de contrôle. Le premier groupe est déjà sur le départ et nous prenons le relais au Longchamp pour y manger notre casse-croûte. Une majorité repart assez vite tandis que quelques uns dont je suis s’accordent plus de temps pour déjeuner.

Je reprendrai seul la seconde partie du périple avec un vent cette fois contraire, mais un profil descendant, ce qui l’un dans l’autre ne rend pas le cheminement trop difficile. Les éclaircies, plus présentes à partir du milieu de l’après-midi, agrémenteront le retour vers Orchies.

Retour au local du CC où s’échangent impressions sur la journée et autres considérations cyclotouristiques, parfois taquines.

J’avais prévu de revenir en train mais finalement, compte tenu des horaires et gardant en mémoire la difficulté rencontrée un soir au départ d’Orchies pour trouver une place avec mon vélo dans un train bondé d’étudiants, je décidai de revenir en vélo.

Le souci de ne pas trop m’alourdir compte tenu de la distance, m’avait fait laisser mon reflex à la maison. La grisaille dominante ne m’aura donné aucun regret. Peu de photos donc et la perspective d’un brevet à refaire par un meilleur temps. Le 08 mars comme annoncé par Christian ?

BRM LERZY Orchies Départ7h30, café-gâteau, discussions et séchage en attendant le départ groupé prévu à 8h00.

BRM LERZY Orchies DépartVu le temps, on pourrait être tenté de passer la matinée à feuilleter des revues confortablement installés dans les canapés du CC Orchies.BRM LERZY Orchies DépartMais la table d’inscription est là pour nous rappeler l’objectif du jour.

BRM LERZY Orchies DépartLa pluie a pratiquement cessé, les uns et les autres commencent à s’équiper.BRM LERZY Orchies DépartUn couple Anglo-Australien outre l’exotisme de son origine fera sensation avec ses vélos équipés de roues de 21″ (enfin à ce qu’il me semble).BRM LERZY Orchies DépartChristian Théron le dos au mur? BRM LERZY Orchies DépartSAMSUNG DIGITAL CAMERAC’est pour parvenir à photographier les cinquante participants de ce brevet.BRM LERZY Orchies DépartPhoto prise, chacun se dirige vers sa machine.BRM LERZY Orchies Premiers kilomètresLe temps maussade de ce début de matinée.BRM LERZY Orchies RavitaillementLa Capelle, à mi-parcours c’est l’heure de sortir ses tartines.BRM LERZY Orchies RavitaillementAlors que d’autres avalent une dernière bouchée avant de repartir.BRM LERZY Orchies Mairie de Fresnes sur EscautSaut dans le temps, 16h00, la mairie de Fresnes sur Escaut. Faute de pouvoir trouver un café ou une boutique ouverts pour valider le dernier contrôle, je prends cette photo. Finalement, en me fourvoyant vers Condé sur Escaut, je trouverai un café. Un autre participant arrivé à Fresnes en même temps reviendra avec une affiche annonçant un loto, donné par les organisateurs de la manifestation. Le spectacle d’un cycliste sur la scène était sans doute assez cocasse et incompréhensible pour les participants.BRM LERZY Orchies Retour vers LilleRetour sur Lille, belle lumière, mais la crainte de l’ondée limite les prises de vues.BRM LERZY Orchies Retour vers Lille BRM LERZY Orchies Retour vers Lille Parcours BRM 200 Orchies 2014Le parcours, disponible sur Openrunner.

La Roncquoise 2014

W Roncquoise 2014 16Forte affluence au départ de la Roncquoise 2014

Alors que je m’interrogeais sur ce qui pourrait constituer les propos liminaires habituels à cette chronique, la réponse me fut apportée par un des participants. Comme je photographiais posté sur le bord de la route, fusa une interpellation, « C’est Gérard? ».

On pourrait ainsi résumer le cheminement de la pensée de ce cycliste. Gérard est cycliste. Gérard prend des photos lors de brevets. Donc un cycliste qui prend des photos durant un brevet est Gérard.

Ont peut en déduire également de cette assimilation que Gérard est une star.

Ce que l’autre sophisme bien connu Gérard est mortel (c’est dur j’en conviens de l’apprendre au détour d’un blog), les étoiles sont mortelles donc Gérard est une étoile nous permettait également de conclure.

Voilà qui m’amène tout naturellement au sujet de la chronique philo du dimanche matin de France Inter qui s’interrogeait sur « Qu’est-ce qu’une star? »

Se référant à un ouvrage d’Edgard Morin traitant de ce phénomène, le chroniqueur expliquait que les stars nous fascinent parce qu’elles sont la preuve vivante que l’on peut s’élever au delà de sa condition de simple mortel pour devenir une semi-divinité et accéder à la postérité comme les divinités de l’Olympe. Les fans leur pardonnent leurs excès et leurs caprices. Gérard peut donc demander du sirop de pêche aux ravitaillements au lieu du traditionnel sirop à la menthe.

Mais attention, toute médaille a son revers et les stars finissent par ne plus s’appartenir. Pour en savoir plus, je vous renvoie au Podcast de l’émission.

Pour ce qui est du brevet, je ne fis que le 60 km, contraint par les préparatifs d’un repas de quartier. Malgré cette courte distance, qui évitait le Mont de l’Enclus au programme du 90 km, le parcours n’en offrait pas moins des dénivelés. Pas de quoi passer le troisième plateau, mais un enchaînement de bosses qui créait de l’animation en procurant des changements de rythme. Un parcours plaisant donc que la photographie de l’itinéraire vous permettra peut être de reconstituer car il ne faut pas compter sur le balisage qui était vertical et donc éphémère. Je n’en ai pas trouvé de trace sur Openrunner.

Comme la semaine dernière, le temps n’était pas propice à la photo de paysage, quelques photos de cyclos, qui ne sont pas d’une netteté fantastique, le 1/200 ème n’était manifestement pas suffisant pour des sujets pris de face.

W Roncquoise 2014 17 W Roncquoise 2014 18 W Roncquoise 2014 19 W Roncquoise 2014 1 SAMSUNG DIGITAL CAMERADes cyclistes respectueux du code de la route.W Roncquoise 2014 2 W Roncquoise 2014 3 W Roncquoise 2014 4 W Roncquoise 2014 5 W Roncquoise 2014 6 W Roncquoise 2014 7 W Roncquoise 2014 8 W Roncquoise 2014 9 W Roncquoise 2014 10 W Roncquoise 2014 11 W Roncquoise 2014 12 W Roncquoise 2014 13 W Roncquoise 2014 14 W Roncquoise 2014 20Un ravitaillement abondant, avec au lieu de l’habituel sirop de menthe, au choix eau nature ou boisson reconstituante à l’orange. Gérard l’avait-il demandé ?W Roncquoise 2014 15D’autres photos annoncées sur le site du club.SAMSUNG DIGITAL CAMERALes circuits.

Randonnée Jean-Luc Vancauwenberghe – Wasquehal 2014

Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe2Petit matin plutôt gris sur le Mont Saint Aubert.

 L’abondance d’informations propres à alimenter une chronique cyclotouriste ce matin sur France Inter n’avait d ‘égale que celle des brevets proposés ce dimanche.

Côté information, il était question de l’action de l’association Rétina, associant voyant et non voyant en tandem. Il y avait également Eric Fottorino, écrivain cycliste, et enfin la rubrique philosophique du dimanche qui traitait de la vie publique et de l’intime, en référence bien sûr à la publication récente du livre dont tant de monde parle qu’il n’est pas besoin de le nommer.

En fait, cette dernière réflexion était plus en rapport avec l’activité de blogueur que de cycliste. La question se pose en effet de savoir jusqu’où aller dans les commentaires. Si la description très factuelle des brevets est peu engageante, faire partager ses émotions, ses réflexions ou mentionner des évènements de sa vie quotidienne l’est davantage.

Ainsi, tout comme Eric Fottorino qui décrivait ce qu’il ressent parfois lorsqu’il roule à vélo, ayant le sentiment que l’ombre portée de lui-même qu’il voit en roulant est celle de lui enfant, j’ai aussi souvent cette impression de n’avoir pas d’âge ou en tout cas pas le mien dès que j’enfourche une bicyclette. « J’ai dix ans, je sais que c’est pas vrai mais j’ai dix ans ».

Côté brevets, entre Ploegsteert, Roubaix et Wasquehal, je choisis ce dernier avec la perspective d’un petit tour dans les Frasnes qui ne fut pas déçu. Pas de grosse difficulté pour le circuit de 105 kilomètres. La première était constituée par l’ascension du Mont Saint Aubert par la rue de la Folie, la seconde par le Trou Robin. Il semble que la montée au Mont Saint Aubert par cette voie soit très en vogue cette année car, alors que je n’ai pas le souvenir de l’avoir empruntée lors d’un brevet ces dernières années, c’est déjà la troisième fois depuis le début de la saison.

Le balisage est constitué d’un W blanc que l’on peut suivre à partir de Salle Turgot située dans la rue éponyme ou que l’on peut également rattraper rue d’Hem à Croix.

Le temps grisâtre se prêtait peu à la photographie des paysages. Ce sera donc un article avec photos de cyclos. C’est bon pour les statistiques de fréquentation.

Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe4Thimougies, premier ravitaillement.Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe5 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe6 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe7 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe8 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe9 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe10 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe13 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe14 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe15 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe16 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe17 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe18 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe19 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe20 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe21 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe22 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe23 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe24 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe25 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe26 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe27 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe28 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe29 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe30 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe31 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe32 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe33 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe34 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe35 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe36 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe37 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe38 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe39 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe40 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe41 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe42 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe43 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe44 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe45A défaut d’avoir pu photographier Gérard Collin à vélo, le fourbe a opté pour le 80 km alors que je l’attendais au Trou Robin, le voici avec son épouse.Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe11Montreuil au Bois vu du haut du Trou.Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe46Le Trou Robin passé, plus de difficulté sur la route du retour.Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe47 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe48 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe49 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe50 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe51 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe52 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe53 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe54 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe55 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe56 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe57 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe58 Wasquehal Randonnee Jean-Luc Vancauwenberghe59DCIM104GOPRORetour en groupe après le second ravitaillement.