Le petit chat est mort (1)

qui-a-tue-mon-chat.1241033343.jpg

Rencontré sur une route près de Buissenal dans les Frasnes

A ce jour toutes les hypothèses sont envisagées et aucune piste n’est écartée, y compris celle d’un cycliste. C’est en effet une belle et longue descente où l’on peut sans effort dépasser le 30 km/h. Un cycliste grisé par la vitesse aurait-il par mégarde dégommé le mignon minet?

(1) J’avoue que le choix du titre est certes dicté par le souci d’à propos, mais aussi par celui d’attirer, grâce à une citation connue, des lecteurs potentiels. J’ai pu en effet observer que plusieurs lecteurs accédaient à ce blog par la recherche « Si par hasard sur l’pont des arts », titre d’un de mes articles mais surtout première phrase d’une chanson de Georges Brassens. Nul doute donc que quelques collégiens en recherche de commentaires leur permettant de traiter leur devoir de français contribueront à alimenter mes statistiques de fréquentation.

La Patricia

Ah, les demi-saisons ! Il n’y a pas que les dames à tergiverser le matin : le temps est-il assez doux pour ce petit haut sans manche, ne vais-je pas avoir trop chaud dans la journée avec ce pull, je ne me suis pas épilée impossible de sortir sans bas…

Le cycliste, lui aussi, à l’heure où l’aube point, scrute le ciel, risque une main à la fenêtre afin d’apprécier la température extérieure et la force du vent et se pose la question qui pour n’être pas existentielle n’en est est pas moins cruciale : que vais-je mettre aujourd’hui ? S’il est manifestement trop tôt en saison, en tout cas ce dimanche, pour enfiler les tenues d’été, faut-il encore garder la tenue d’hiver ? Des pluies éparses étant annoncées, je décide de garder cette dernière en réduisant le nombre de couches. Bien m’en a pris car il a plu au moins deux heures durant, la température baissant sensiblement.

Temps maussade donc pour la « Patricia », dont je tiens à préciser qu’elle est étrangère aux considérations introductives de cet article et à propos de laquelle je n’ai pas eu la présence d’esprit d’interroger les responsables du Club Lys Cyclo, qui organisait ce brevet, afin d’en connaître l’identité.

Heureusement d’ailleurs qu’il ne faisait pas très beau, car les sillons fraîchement tracés créent des jeux de lumière dont je ne me lasse pas et les arrêts photos auraient été trop nombreux.

Le parcours qui nous emmène dans les Frasnes est le même que celui du brevet Arnaud Tournant, organisé par le même club, et dont je me suis fait l’écho dans la chronique du 5 septembre dernier. Parcours assez vallonné sur 50 km, à partir du Mont de l’Enclus.

Bon prince, je ne pousse pas à la consommation de pages et d’un rapide copier-coller vous rappelle l’itinéraire du 120 km :

Lys lez Lannoy, Leers (Gibraltar), Néchin (Place), Templeuve (Place), Blanbain (Place), Ramegnies-Chin, Kain (Avenue des Alliers), Mont Saint Aubert (Jubaru), Molenbaix, Celles, Mont de l’Enclus (Horlitin), Russignies (Place), Wattrippont (Place), Dergneau, Saint Sauveur (Sommet), Croix au pile, Arbre Saint Pierre, Frasnes les Buissenal, Trou Robin (Sommet), Thimougies (Place), La Goudinière, Pecq (Carrefour RN 50), Saint Léger, Leers Nord (Place), Lys lez Lannoy.

Pour le même prix, je vous indique celui du 90 km :

1er tronçon commun avec le 120 km jusque Celles, puis Coq Agache, Cordes (Eglise), Anvaing Château, Montroeuil au bois, Trou Robin (sommet), Thimougies (Eglise), Melles Panneau, Mourcourt (place), puis de nouveau itinéraire commun avec le 120 km.

A noter que la côte Saint Sauveur, déjà rude en temps ordinaire, était rendue encore plus difficile par la pluie. Les pavés glissaient, les roues patinaient et il était hors de question de se mettre en danseuse.

Le départ est situé devant le Centre Agora, Avenue Paul Bert à Lys lez Lannoy, mais vous pouvez bien sûr, récupérer l’itinéraire à partir de la rue du Fresnoy (Garage Ford).

Le balisage, matérialisé par les lettres LY,peintes en jaune, a été refait et ne pose aucune difficulté.

PS : Je découvre l’itinéraire GPS établi par YM Verbeke sur son site  http://cyclos59.com/articles.php?lng=fr&pg=1094

Randonnée des deux forêts

panorama-5049-5050-allege.1240342262.jpg

Vers Genech

Géant Lambert ou Randonnée des deux forêts. Entre les deux mon cœur balance.
J’ai déjà fait le 90 km du Géant Lambert l’an dernier et m’étais promis de faire le 120 km cette année. Mais j’ai déjà pas mal roulé dans les Monts de Flandre ces derniers temps. Pourquoi pas découvrir de nouveaux itinéraires à partir d’Orchies ? J’aimerais bien aussi augmenter mon kilométrage dominical en prévision des longues sorties du printemps et de l’été. Le cyclo club d’Orchies proposant un circuit de 100 km, en ajoutant le trajet aller retour Mons en Baroeul – Orchies on arrive à 160 km. Ca commence à devenir intéressant.

C’est donc la Randonnée des deux forêts qui a eu ma préférence.

En fait de nouveau circuit, je me suis retrouvé sur des terres connues de la Pévèle et du Mélantois. L’itinéraire gagnerait par ailleurs à être raccourci car il oblige en deux endroits à des traversées de bourgs un peu longues. C’est le cas de la boucle qui fait traverser Templeuve en venant de Louvil pour revenir à Genech et de la traversée de Raimbeaucourt puis de Leforest.

Je pense qu’un circuit de 80 km, épuré de ces passages plutôt urbains gagnerait en caractère.

La sortie était néanmoins agréable. Commencée sous un ciel plutôt nuageux, elle s’est terminée avec de larges éclaircies. De belles lumières mettaient en valeur la profusion de nuances de vert que nous offre en ce moment la végétation.

panorama-5000-5005-2-allege.1240262153.jpg

Paysage du Mélantois

L’itinéraire est le suivant :

Orchies, Nomain, Nomain (rue de la commune), Direction Bachy, Genech, Cobrieux, Bourgelles, Cysoing (Magasin Match, Pyramide de Fontenoy), Louvil, Templeuve, Genech, Nomain, Cappelle, Tourmignies, Attiches, Bois de Phalempin, La Neuville, Thumeries, Mons-en-Pévèle, Faumont, Le Boujon, Raimbeaucourt, Leforest, Moncheaux, Bois de Bersée, Bouvignies, Orchies.

Le parcours de 50 km évite la première boucle à partir de Nomain et revient plus directement à partir de Mons-en-Pévèle :

Orchies, Nomain, Huquinville, Capelle, Tourmignies, Attiches, Bois de Phalempin, La Neuville, Thumeries, Mons-en-Pévèle, Bersée, Wattines, La Visterie, Le Ponceau, Nomain, Dieu de Pierre, Orchies.

Deux parcours de 40 km et de 20 km sont également balisés.

ravitaillement.1240341559.jpg

Ravitaillement à Mons-en-Pévèle

Le départ se situe rue Jules Valles et le parcours est fléché par le signe 2F peint en jaune.

Pour les cyclos lillois, on peut récupérer le circuit à Cysoing en passant devant le magasin Match.

Personnellement, vous l’aurez compris, je déconseille le détour par Templeuve et suggère de rejoindre directement Genech depuis Louvil. Dans Genech prendre la rue du Plumont (rond point sur la D 145), puis rejoindre la rue Blonde à partir de laquelle vous atteindrez Ouvignies et la suite du circuit.

Paris – Roubaix : 10 km avant l’arrivée

panorama-4981-84-allege.1239656389.jpg

 Des pavés entre Tressin et Forest sur Marque en attendant des vrais pavés de Paris-Roubaix

Ce n’est pas le lieu le plus spectaculaire, ni celui où l’ambiance est la plus folle, ce n’est pas là non plus que se joue la course, quoique le passage à niveau ait déjà fait des siennes.

En fait, c’est l’endroit le plus près de chez moi, que l’on peut en outre atteindre par des chemins et qui donc demeure accessible sans problème à tout moment. D’astreinte  ce dimanche, ce 249ème km présentait donc toutes les qualités pour assister à la course.

J’y arrive alors que se font entendre les klaxons des premières voitures de la caravane publicitaire. Rien à voir avec le tour de France, sa modestie m’évoque les parades des cirques de village. Mais le public joue le jeu et fait des coucous dans l’espoir de recevoir porte-clés, bobs et autres gadgets.

Commentaire d’un voisin : « c’est mieux que l’année dernière ».

Je me positionne dans la ligne droite qui suit le passage à niveau. On voit les coureurs arriver de loin : « on en profite un peu plus ».

La voiture d’information de la course, passe annonçant que Tom Boonen est en tête après le carrefour de l’arbre. Je suis déjà au courant, bénéficiant des commentaires radiophoniques diffusés par le transistor de mon voisin.

A l’heure des téléphones multimédia et autres GPS capables de vous donner la position exacte de n’importe quel objet ou humain avec ou sans son consentement, j’ai l’impression de faire un voyage dans le temps. Je me souviens de mon premier transistor muni d’un écouteur personnel, comme il était écrit dans la notice, avec lequel, caché sous mes draps, j’écoutais les émissions musicales après l’heure du couvre feu familial.

Le vrombissement du moteur de l’hélicoptère qui suit la course s’amplifie, accompagné maintenant du chuintement des pales. Le voilà qui surgit par dessus les maisons, en vol à basse altitude, insecte heureusement pacifique en nos contrées. Pas de doute ils approchent.

Les sifflets des motards, les cris des spectateurs placés dans le virage confirment l’arrivée imminente. Passent les motos de presse et, devant la voiture suiveuse tous phares allumés, on le devine enfin.

A 40 km/h, les 50 mètres qui me séparent du passage à niveau sont franchis en une petite dizaine de secondes. Le voilà qui passe, trop rapide pour l’autofocus de mon appareil.

Après, tout s’enchaîne, les premiers poursuivants, les poursuivants lâchés, le peloton et puis, de plus en plus distants, le reste des coureurs, seuls ou en groupe.

Le public se fait plus clairsemé mais certains restent pour encourager les retardataires.

17h45, cela doit faire une heure qu’est passé le premier. Hormis la voiture balai, il ne passera plus personne.

J’enfourche mon vélo et rentre doucement en profitant de la douceur de l’air.

caravane-1.1239657049.jpg

La caravane passe

caravane-2.1239657209.jpg

spectateurs-1-allege.1239657579.jpg

Entre deux passages le spectateur parfois se lasse …

caravane-3.1239657796.jpg

caravane-5.1239658219.jpg

… mais retrouve vite de la vigueur dès qu’un véhicule se profile.

perspective-vers-willems.1239658507.jpg

motards-1.1239658642.jpg

Les choses sérieuses commencent

t-boonen-1.1239826869.jpg

Tom Boonen, seul  en tête, relance après le passage à niveau

t-boonen-2.1239659263.jpg

t-boonen-3.1239659388.jpg

poursuivants-1.1239739303.jpg

Ca discute dans le premier groupe de poursuivants

poursuivant-2.1239739577.jpg

poursuivant-4.1239740607.jpg

poursuivant-3.1239740541.jpg

poursuivant-5.1239740924.jpg

poursuivant-6.1239740983.jpg

poursuivant-7.1239741043.jpg

poursuivant-8.1239827001.jpg

poursuivant-9.1239827092.jpg

poursuivant-11.1239827198.jpg

poursuivant-12.1239827299.jpg

poursuivant-13.1239827539.jpg

poursuivant-14.1239827625.jpg

poursuivant-15.1239827722.jpg

les spectateurs sont un peu plus clairsemés

poursuivant-16.1239827820.jpg

poursuivant-18.1239914136.jpg

spectateurs-2-allege.1239914217.jpg

 Les petites familles sont venues à vélo

poursuivant-19.1239914308.jpg

Quelques spectateurs compatissants pour encourager les derniers arrivants

poursuivant-20.1239914399.jpg

poursuivant-21.1239914458.jpg

poursuivant-22.1239914517.jpg

train.1239914574.jpg

Pas de coureur à l’horizon, le train peut passer

Wavrin

Vers le Mont de Lille

Une vue de la randonnée de Wavrin… en 2008

Il y a des dimanches avec et des dimanches sans. Celui-ci étant un dimanche sans… visibilité. Du brouillard, du brouillard, du brouiillard, du 1er au 93 ème kilomètre.

J’avais été prudent en équipant mes lunettes de verres jaunes et en prenant gilet fluo et lumières. J’avais été optimiste en emportant les verres de soleil dans la perspective d’éclaircies qui n’ont daigné apparaître qu’en début d’après-midi (1). Seule la connaissance des lieux permet d’affimer que c’est un très beau parcours champêtre qui est proposé par le club cyclo de Wavrin.

Après une première partie dans les Weppes, l’itinéraire nous emmène dans les Monts de Flandre.

Comme l’an passé, mais avec un itinéraire différent, les organisateurs ont privilégié les petites routes. Le parcours est varié avec des faux plats, des changements de direction qui invitent à la relance et quelques montées soutenues.

L’itinéraire du 93 km est le suivant :

Wavrin, Beaucamps-Ligny, Escobecques, Mont Pinto,  Ennetières-en-Weppes, Wez-Macquart, Frontière pont/Lys, Houplines, Le Bizet, Ploogsteert, Mont Rose, Nieuwekerque, Kemmel pied des pavés, Montebertg, Direction Westouter, Pied du Rodeberg, Mont Noir, Boeschepe, Mont de Boeschepe, Berthen, St Jans Cappel, Croix Poperinghe, Breemersen, Drie Koningen, Romarin, Nieppe, Erquinghem sur Lys, Carrefour dir Fleurbaix/Bois-Grenier, Radinghem, Beaucamps-Ligny, Wavrin.

Une boucle de 73 km suit à peu près le même itinéraire : à Kemmel, le parcours bifurque directement sur Breemersen.

Une autre boucle de 55 km se déroule en terrain plat, puisqu’à Ploegsteert on file directement vers Romarin.

Deux circuits courts de 20 km et 32 km sont également proposés.

Le balisage consiste en un W jaune (souvent 3), dont la pointe du milieu est prolongée par une flêche qui indique la direction. Départ salle polyvalente, rue Roger Salengro.

Vous pouvez retrouver les différents itinéraires sur la photo.

itineraire-wavrin-2009.1238948151.jpg

(1) En fait d’éclaircies, c’est un franc beau temps qui s’est installé tout l’après-midi et il fallait vraiment être en manque de soleil pour ne pas ranger sa cave en signe de réprobation.