Uffholz – Mons en Baroeul (6ème étape : Hestrud – Mons-en-Baroeul)

web-sdc13992.1291545910.jpg

Sorle le chateau sous un jour plus riant que la veille (voir 5ème étape)

Ciel bleu et air vif, pour le début de cette dernière étape.

Je modifie l’itinéraire prévu passant par Coussorles et reviens sur mes pas pour emprunter, à Sorle le château, la voie verte de l’Avesnois qui relie Glageon à Ferrière la Grande et dont j’ai découvert l’existence dans la documentation de la chambre d’hôtes.

Cette voie verte, en sable stabilisé, a été aménagée en 2007 sur l’emprise d’une ancienne voie ferrée. Elle est accessible au piétons, vélos et cavaliers. Une partie de la piste est prévue spécialement pour ces derniers.

Sur le tronçon que j’ai emprunté, j’ai trouvé que la voie offrait peu de points de vue. Bordée de haies, parfois encaissée entre deux talus on devine souvent plus qu’on ne les voit les paysages alentours. L’avantage est bien sûr l’absence totale de circulation qui la rend propice aux balades avec de jeunes enfants. Ce parcours s’intègre dans un projet de Véloroute Paris-Moscou.

Une fois parvenu à Maubeuge, commence les zigs zags pour éviter les agglomérations. La densité urbaine s’accentue et j’alterne points sur la carte et navigation à l’estime. Cela donne un parcours chaotique que je renonce à transcrire. L’histoire ne retiendra donc que le parcours prévu.

Je finis par me retrouver en terrain connu et achève mon périple sur les chemins des brevets du dimanche.

Trois mois après ce retour, je n’ai pas démonté mon porte bagage comme je l’avais envisagé, prêt à remettre les sacoches dès que l’occasion se présentera.

web-sdc13999.1291546042.jpg

Le temps s’est arrêté à Sorle le chateau, à moins qu’il ne soit resté à l’heure d’hiver. Il est vrai que je ne suis pas parti très tôt.

web-sdc14002.1291546263.jpg

Le kiosque à musique.

web-sdc14004.1291546385.jpg

La voie verte de l’Asvenois. Pour Moscou, suivre la direction Ferrière-la-Grande.

web-sdc14005.1291546526.jpg

web-sdc14006.1291546601.jpg

web-sdc14007.1291557117.jpg

Le long de la voie verte.

web-sdc14009.1291557202.jpg

Café de la place, mais de laquelle? Ma mémoire est défaillante.

web-sdc14013.1291557338.jpg

Des nuages pour conclure.

Uffholz – Mons en Baroeul (5ème étape : Fumay – Hestrud)

web-sdc13977.1290113788.jpg

Hestrud terme d’une humide rude route

Il fait ce 27 août matin, à la température prés, le même temps que ce 13 novembre. Il a plu toute la nuit et je pars sous un ciel lourd de nuages anthracites. L’hygrométrie reste acceptable jusque Ham. Alors que je quitte la voie verte, vu le temps le détour par Givet me paraît superflu, des trombes d’eau s’abattent. Je gagne les coteaux en direction de Foisches. On aperçoit les cheminées fumantes de la centrale de Chooz qui, sous ce déluge, évoquent le «jour d’après».

A Foisches, contre toute attente, se dessine une éclaircie. L’occasion de belles lumières et de quelques photos. Puis sans prévenir, de nouveau un rideau de pluie. Un peu comme celui qui s’abat lorsque l’un des personnages de Bienvenue chez les Chtis franchit la plaque Région Nord Pas de Calais.

Je me rends compte au bout d’un moment que je suis à la frontière pluie-éclaircie. A gauche, un ciel bleu et nuageux. Devant et à droite, un plafond bas et une pluie dense.

En fait de frontière, il n’y pas que la météo qui change. Une habitante de Foisches à qui j’avais demandé la route de Doisches, m’avait prévenu la route est moins bonne côté belge. De fait la différence est nette et il me faut rouler entre les trous.

C’est peu dire que je suis mouillé. Les routes ruissellent et à deux ou trois reprises je me vois contraint de freiner avec les pieds dans des descentes un peu trop pentues. Je finis par m’abriter sous un abribus me demandant si je ne vais pas finir mon périple en train.

Finalement je repars sous ce qui n’est plus qu’une bruine et vers midi la météo évolue favorablement au point que je pique-niquerai au soleil devant le kiosque à musique de Cerfontaine. J’aurai même le loisir d’un café en terrasse.

Je reprends la route avec un meilleur moral. Las, je n’aurai pas parcouru cinq kilomètres que la pluie reprend sans trêve jusque Hestrud, étape du jour.

Arrivé à la chambre d’hôte, accueil chaleureux dans ce qui fut la maison de la mère l’actuelle propriétaire. J’occupe la chambre bleue, l’une des deux chambres de la maison. Bouilloire, sachets de café, thé et autres infusions me permettent de me requinquer. La propriétaire m’indique qu’elle a remis le chauffage en route.

Côté restauration, le café du Musée de la douane situé juste à côté offre une carte simple mais de qualité et à prix très raisonnable.

Pour réserver: odile.daux@yahoo.fr

web-sdc13937.1290114293.jpg

web-sdc13938.1290285660.jpg

Si la Meuse reste douce elle n’est pas trop riante, n’en déplaise à Peguy.

web-sdc13941.1290285905.jpg

D’où je viens…

web-sdc13942.1290286027.jpg

Où je vais !!!

web-sdc13944.1290286121.jpg

web-sdc13945.1290286188.jpg

Foisches le temps d’une éclaircie.

web-sdc13947.1290286285.jpg

web-sdc13948.1290286433.jpg

Ce qu’on appelle un ciel plombé.

web-sdc13956.1290286578.jpg

Mon vélo contre l’abribus.

web-sdc13966.1290286674.jpg

Mon vélo devant le kiosque à musique de Cerfontaine, lieu d’une passagère mais salutaire éclaircie.

web-sdc13968.1290286836.jpg

Un peu avant la pluie.

web-sdc13975.1290286973.jpg

Le clocher à bulbe de Sorle le chateau dans la grisaille.

Les rives de l'Yser

web-sdc12269.1271534333.jpg

L’Yser un peu avant Esquelbecq

Sous ce nom, le Comité départemental du tourisme du Nord propose quatre itinéraires cyclotouristes qui, comme leur nom l’indique, offent de suivre le cours de l’Yser de Saint-Omer à Oost-Cappel sur la frontière franco-belge.

Ces quatre circuits sont conçus de façon autonome mais l’on peut sans peine trouver des itinéraires de jonction qui permettent de les réunir en seul circuit. C’est particulièrement le cas des circuits 1 et 2 dont l’intersection se trouve à Herzeelle.

Ce jeudi, j’avais pour projet de suivre ces deux boucles à partir d’Herzeelle. Un départ tardif et un vent soutenu ne m’ont permis de suivre que le numéro 2.

Atteindre Herzeelle au départ de Lille n’est pas trop compliqué. On se dirige vers Nieuwkerke par un itinéraire déjà décrit (cf. « Flâneries » du 9 décembre 2008) qui permet de rejoindre la « West-Vlaamse Bergenroute » . De Nieuwkerke, on parvient en suivant cette route entre le Mont-Rouge et le Mont-Noir. On abandonne alors le circuit pour partir à gauche, direction le Mont-Noir que l’on traverse puis on dévale jusqu’à l’intersection avec la D 10. Là, à droite toute, direction Berthen, puis à gauche (900 m) pour emprunter le Chemin du Rossignol qui amène au Mont des Cats. On peut choisir de gravir le mont ou de le contourner pour parvenir ensuite Godwaersvelde où l’on rejoint un autre circuit balisé, celui des Moulins de Flandres n°2. Il suffit ensuite de suivre le balisage pour arriver à Steenvoorde. De là, le plus simple est d’emprunter la route de Winezeele (RD 37) qui vous mène directement à Herzeele.

De la place d’Herzeelle deux circuits sont possibles, l’un de 36 km qui part à l’ouest vers la source de l’Yser (n°2) l’autre de 30 km (n°1) qui file à l’est direction la Belgique.

Le topo du circuit n°2 indique que l’itinéraire traverse les vallons et vallées de l’Yser. C’est sans doute un peu exagéré car j’aurais plutôt décrit le circuit comme franchement plat, le Mont Cassel faisant figure de géant à l’horizon. Ceci étant, ce n’est pas nécessairement plus facile les jours de grand vent car on est tout le temps à découvert.

Comme je l’indiquais plus haut, je n’ai pas suivi la boucle n°1 et suis rentré plus directement qu’à l’aller mais par des routes plus fréquentées. De retour chez moi, le compteur indiquait 170 km. On peut se rendre plus directement au coeur des circuits par la gare TER d’Esquelbecq (liaison Arras Dunkerque).

Il faisait un temps superbe et j’avais bien sûr emmené mon appareil photo.

web-sdc12231.1271526199.jpg

La poste de Godeswaersvelde qui garde les vestiges du temps des PTT.

web-sdc12232.1271526326.jpg

web-sdc12239.1271526485.jpg

 Elancé, le clocher de brique jaune de Steenvoorde se voit de loin

web-sdc12240.1271526769.jpg

En suivant le départ du circuit des Moulins de Flandres n°1 on passe à proximité du Noordmeulen, il ne faudra pas oublier de tourner à gauche à l’intersection avec la route de Winezeele

web-sdc12244.1271527323.jpg

Pique-nique sur la place d’Herzeele qui dispose de bancs tout à fait pratiques pour les cyclotouristes égarés.

web-panorama-12280-81.1271527520.jpg

Le clocher de l’église d’Herzeele vu de la place

web-sdc12247.1271527667.jpg

Et sa paimpante horloge

web-sdc12251.1271527771.jpg

Une vue du cimetière

web-sdc12242.1271527145.jpg

Un autre moulin aux environs d’Herzeelle mais lequel ???

web-sdc12264.1271528341.jpg

L’Yser alors qu’il n’est qu’un fluet ruisseau à l’eau limpide. Mais pour le voir, il faut délaisser provisoirement le circuit et continuer tout droit à l’embranchement avec le chemin de la cloche

web-sdc12267.1271528404.jpg

Chapelle le long de la voie romaine, un peu avant Esquelbecq

web-sdc12272.1271534494.jpg

L’église Saint-Folquin d’Esquelbecq. C’est une Hallekerke (église halle composée de 3 nefs de même taille), ce qui est classique en Flandre intérieure et maritime.

web-sdc12271-recadre.1271535438.jpg

Son clocher carillon de 23 cloches qui égrènent tous les quarts d’heures des airs typiques de la région. On peut le visiter

web-sdc12273.1271535696.jpg

Un banc au milieu de nulle part

web-sdc12277.1271535808.jpg

Le kiosque de Wormhout