Le dormeur du val (2/4)

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCTUn temps maussade accompagne la matinée de cette deuxième étape.

Poursuite de cette randonnée avec la deuxième étape Blangy sur Ternoise – Montreuil. Cette étape ne suit pas complètement l’itinéraire, ajoutant une variante dans la variante à partir de Montcavrel.

Quelques gouttes de pluie ont baptisé ma tente durant la nuit mais rien de bien méchant. L’humidité ambiante au réveil est davantage due à l’abondante rosée qu’à ces précipitations éparses. La nuit a été fraîche et j’ai du en cours de nuit remettre des chaussettes et un maillot à manches longues. Sans doute le duvet emprunté à un de mes fils a-t-il beaucoup vécu, mais peut-être aurais-je du prendre le mien qui, moins compact, est prévu pour des températures plus basses.

Le plafond est franchement bas, le démarrage un peu abrupt. A peine un kilomètre est-il parcouru que l’on entame une montée d’une distance équivalente avec une pente moyenne de 5% et un passage à 7%. Cette mise en jambe passée le dénivelé devient moins marqué et j’atteins Fauquembergues sans difficultés mais toujours dans la grisaille.

J’admire au passage le clocher avec flèche de charpente tordue de l’église de Verchin. Je ne retiendrai pas la légende d’inspiration franchement machiste qui explique cette torsion ni l’hypothèse d’un bois insuffisamment sec. Le nombre de ces clochers en France et en Europe et leurs caractéristiques communes démontrent une intention et une grande maîtrise technique.

A Fauquembergues, je fais une courte halte destinée, entre autres, à satisfaire ce que la rusticité des toilettes du camping m’avait incité à différer et en profite pour prélever sur le stock local de papier toilette de quoi faire face à d’éventuels imprévus. J’en profite également pour faire mes courses du jour, aiguillé à deux reprises vers un supermarché alors que je cherchais à recourir à des commerces plus traditionnels.

J’entame alors la variante proposée en direction de Nielles les Bléquin. Le temps est toujours gris et la fraicheur marquée sur les bords du modeste cours d’eau qui traverse le village et auprès duquel je me suis arrêté pour pique niquer.

Une courte côte à plus de 5% est là pour me réchauffer en quittant la vallée en direction de Coulomby. Le soleil prendra ensuite le relais et le ciel sera plus dégagé pour bénéficier à Harlettes du panorama de la Pyramide, lieu indiqué sur le topo comme point culminant de la région. Une belle descente ramène ensuite à Coulomby.

Lottinghem nous offre également une partie de montagnes russes. La remontée après une première partie entre 5% et 7% se fait moins raide passé un grand virage. Pour autant je me contenterai d’oeillades latérales pour me souvenir du paysage, étant peu enclin à mettre pied à terre.

A Montcavrel, je quitterai l’itinéraire pour le prolonger par une variante personnelle et rejoindrai Montreuil en suivant la plaisante vallée de la Course.

Il fait alors grand beau et installé sur un emplacement un peu en hauteur du camping implanté dans la basse ville, je profiterai d’une vue sympathique sur les toits tout en faisant sécher le mien.

Une visite dans la haute ville s’impose que je ferai à pied, suivant en partie les remparts.

EolienneFantomatiques éoliennes.

Clocher tors de VerchinCaché derrière les arbres le clocher tors de l’église de Verchin a des airs de lutin facétieux.Eglise de Verchin Paysage dans la brume Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Moulin à eau de RentyLe moulin à eau de Renty.Monument aux morts de Saint Martin d'HardinghemMonument aux morts de Saint Martin d’Hardinghem.Café des sports à Nielles-les-BerquinSiège de l’Union Sportive de Nielles lès Blequin.Nielles-les-BerquinLe Bléquin, affluent de l’Aa. Aaaah !Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCTEn allant vers Coulomby.Chapelle ChapelleChapelle Saint Liévin à Harlettes.Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Café près de LottinghemDans la montée après Lottinghem, un replat avant la partie terminale autorise un arrêt photo de cet ancien café au milieu de nulle part.Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Pigeonnier Mairie de PreuresLa Mairie Ecole de Preures, côté mairie…

Ecole de Preures… côté école

Preures_mairie-école vieille carte postale

…le tout n’ayant pas changé, si ce n’est justement les faïences qui n’apparaissent pas sur cette carte postale ancienne.

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Magasin de cycles Montreuil sur merUn des nombreux magasins de cycles désormais fermés.Enseigne ancien relais - Montreuil sur merLa capacité de l’écurie donne une idée de l’importance de ce relais. Enseigne ancien relais - Montreuil sur mer Enseigne ancien relais - Montreuil sur mer Enseigne ancien relais - Montreuil sur mer Portes de kayak - Montreui sur merIl ne s’agit pas d’une erreur de classement dans mes photos, nous sommes toujours à Montreuil et non dans les Alpes.Enseigne Magasin Montreuil sur mer Eglise abbatiale Saint Saulve - Montreuil sur merEglise abbatiale Saint Saulve.Eglise abbatiale Saint Saulve - Montreuil sur mer Eglise abbatiale Saint Saulve - Montreuil sur mer Eglise abbatiale Saint Saulve - Montreuil sur mer Montreuil sur merVue des remparts. Montreuil sur mer - Vue des rempartsCamping Montreuil sur MerVue sur les toits de la basse ville.

Le dormeur du val (1/4)

Arras Grand Place - Le dormeur du valJe redécouvre la Grand Place d’Arras et ses façades baroques qu’un temps maussade ne met pas en valeur.

Le chroniqueur cycliste est un peu comme les marmottes. En hiver il vit sur ses réserves.

Voici donc quatre articles rendant compte d’une randonnée effectuée fin mai. Je ne sais si la suite sera aussi détaillée que ce premier article car j’ai réalisé avec consternation que les trois brouillons des articles suivants ont disparu de mon disque dur. Nous verrons bien.

J’avais imaginé des destinations lointaines mais cela supposait de consacrer une part significative des ces quatre jours de l’Ascension au transport. J’en suis donc revenu à des contrées plus proches mais finalement dépaysantes.

Mon dévolu s’est porté sur une randonnée permanente FFCT, nouvellement labellisée, dénommée le Dormeur du Val. C’est un peu le hasard qui me l’a fait choisir, ayant trouvé un dépliant la présentant sur le comptoir de mon vélociste.

Pour ceux qui ne connaissent pas le principe des randonnées permanentes, il s’agit de circuits que l’on peut faire à tout moment et à son rythme. Moyennant une contribution modique, vous recevrez une feuille de route décrivant précisément l’itinéraire, les curiosités ainsi que les ressources en matière d’approvisionnement et d’hébergement  le long du parcours. Une carte au 1/100.000 ème est néanmoins nécessaire, le descriptif ne dispensant pas d’un recours fréquent aux indications cartographiques, même si certains passages sont expliqués de façon plus détaillée.

Je ne communiquerai donc qu’un itinéraire schématique avec cet article (sauf pour ma variante personnelle, cf. ci-dessous), à vous de vous procurer le topo complet (1).

Le parcours propose une boucle de 290 kilomètres au départ de Carvin avec une variante de 85 kilomètres à partir de Fauquembergues. Petite précision utile, le dénivelé est de 2700 m pour l’itinéraire de base et de 3650 m, variante comprise. C’est dire que le circuit vous entraine par monts et par vaux, raidillons et descentes s’enchaînant à un bon rythme par endroits.

Bénéficiant de quatre jours pleins et ayant bien avancé le premier jour, je complèterai ce circuit par une variante dans la variante, quittant la boucle un peu avant Hucqueliers vers Montreuil puis la vallée de l’Authie, pour y revenir et achever mon périple.

Voici donc, en quatre épisodes correspondant à ces quatre jours de randonnée, quelques impressions de voyage dont j’ai conscience qu’elles sont très parcellaires. J’ai eu beau m’astreindre chaque soir à en consigner quelques unes, tablette aidant, le souvenir précis s’estompe vite, que les photos et la carte permettent parfois de raviver.

Départ à 7h00 de Lille par un temps plutôt doux mais franchement gris. Les sacoches sont bien pleines car j’ai décidé de revenir au cyclo- camping après avoir fréquenté chambres d’hôtes et hôtels lors de mes  récentes randonnées au long cours. Cela procure sans doute moins de confort mais plus de liberté dans le découpage des étapes que l’on peut faire varier selon les circonstances.

La route de Lille à Carvin est sans grand intérêt mais, en ce jour férié et à cette heure de la journée, elle est encore peu fréquentée.

La portion entre Carvin et Hénin Beaumont demeure plutôt urbaine. L’environnement se transforme assez radicalement une fois passé Beaumont. Tortequesne nous fait entrer dans la vallée de la Sensée et Oisy le verger et ses environs offrent de belles perspectives sur les marais et zones humides. La contrée est riche en menhirs et dolmens.

On rejoint ensuite la Scarpe qui nous mène à Arras.

J’y arrive pour déjeuner et redécouvre avec plaisir la Grand place dont je n’avais qu’un très lointain souvenir remontant à deux, voire peut-être trois décennies. Le temps est franchement maussade et ne la met pas vraiment en valeur. Quelques trouées éclaireront néanmoins fugacement les façades baroques, pour certaines colorées.

Je repars vers le mont Saint Eloi alors que le plafond nuageux devient moins dense, sans pour autant parler d’éclaircie. Mais le relèvement de la température est sensible d’autant que le relief devient plus marqué.

La vallée qui conduit à Mareuil puis Bray procure une pause avant de gravir le mont Saint Eloi. Son ascension sera moins dure que ne l’imaginais pour l’avoir déjà pratiquée en vélo de route. Tout est dans le développement.

Là encore, je suis un peu frustré par le temps médiocre qui ne permet pas de jouir pleinement du paysage et rend les ruines de l’Abbaye un peu ternes.

J’avais prévu de faire un détour par Ohlain pour y passer la nuit mais il est encore tôt et les cinquante kilomètres qui me séparent de Blangy sur Ternoise me paraissent faisables sans risquer une arrivée trop tardive. De toute façon, je trouverai toujours un endroit ou planter la tente.

Je poursuis donc mon chemin vers la vallée de la Canche. Les courbes de niveau se resserrent en creux et bosses successifs qui mettent jambes et cœur à contribution.

Une dernière montée de Humières à Eclimeux et c’est la descente finale vers Blangy terme de cette étape.

Après quelques détours pour le trouver, j’arriverai au camping à 19h00  à la fermeture de l’accueil. Ces cinquante derniers kilomètres m’auront pris plus de temps que prévu et il faudra que je réévalue mes temps de parcours en tenant compte du dénivelé et sans doute de mon chargement.

Je bénéficie d’un vaste emplacement à côté d’un pré ou paît un troupeau de vaches. Si le cadre est agréable, le confort est sommaire. Il faudra que je maintienne d’une main le tuyau qui soutient le pommeau de douche pour obtenir un débit convenable, sinon c’est du goutte à goutte. Le responsable du camping me prévient à l’arrivée qu’il n’y a pas de papier toilette dans les WC car les rouleaux disparaissent régulièrement. Je réalise alors que j’ai laissé à la maison celui que j’avais prévu d’emporter. Mais bon, j’ai gardé un sachet de pain en papier.

J’ai vite fait de monter la tente et de me préparer une purée minute. Une pluie légère baptisera ma tente et je m’endors, des chants d’oiseaux dans les oreilles.

  1. Contact : Patrick LENE, 12 rue du Coquelet, 59310 Nomain ou patrick.lene@orange.fr

Voici quelques images de cette première étape.

Parcours - Le dormeur du ValLe parcours et la variante en pointillé

Canal - Le dormeur du Val

Côté gris

Pont - Le dormeur du val Côté bleu SMonument aux morts - Le dormeur du ValDifficile de suivre le parcours du Dormeur du Val sans faire référence aux soldats. Je photographierai plusieurs monuments aux morts plutôt d’inspiration réaliste, ici celui de Beaumont.

Fête foraine - Le dormeur du valLa fête s’installe.Paysage - Le dormeur du Val Marais - Le dormeur du ValPanorama sur les marais.Cyclistes - Le dormeur du ValJ’ai droit à de grands bonjours d’un peloton de cyclistes. A la façon dont ils m’interpellent, je pense qu’il m’ont pris pour un étranger. Comment imaginer qu’un Lillois photographie les marais.Calvaire - Le dormeur du ValCalvaire de Tortequesne ? J’ai un doute.

Menhir - Le dormeur du ValUne des nombreuses pierres qui jalonnent ce parcoursCanal - Le dormeur du val Pont - Le dormeur du val Paysage - Le dormeur du Val Monument aux morts - Le dormeur du Val Paysage - Le dormeur du val Paysage - Le dormeur du Val Monument aux morts - Le dormeur du ValMonument aux morts d’Hamblain les présSAMSUNG DIGITAL CAMERALa mairie de Pelves.Monument aux morts - Le dormeur du ValMonument aux morts de RoeuxMonument aux morts - Le dormeur du Val Monument aux morts - Le dormeur du ValCelui de Fampoux.

Arras Grand Place - Le dormeur du valL’hôtel de ville d’ArrasArras Grand Place - Le dormeur du valFugace éclaircie sur les frontons baroquesArras Grand Place - Le dormeur du val Arras Grand Place - Le dormeur du val Arras Grand Place - Le dormeur du val WIMGP3762 Mur peint - Arras Grand Place - Le dormeur du val Chapelle - Le dormeur du val Abbaye de Mont Saint Eloi - Le dormeur du ValLes tours de l’Abbaye de Mont Saint EloiPaysage - Le dormeur du Val Abbaye de Mont Saint Eloi - Le dormeur du Val Abbaye de Mont Saint Eloi - Le dormeur du Val Enseigne Mont Saint Eloi - Le dormeur du Val Village - Le dormeur du valEcoivres vu du Mont Saint EloiMenhirs - Le dormeur du ValLes pierres jumelles.Paysage - Le dormeur du ValEcoivres.La scarpe - Le dormeur du ValLa Scarpe.Paysage - Le dormeur du Val Eolienne - Le dormeur du ValA suivre…

Ronde de Noël 2014 VTT Roncq

SAMSUNG DIGITAL CAMERALumière matinale au départ de la Ronde de Noël

L’aube rosissante révélait peu à peu des paysages givrés entre Marcq et Bondues et la tenue grand froid s’imposait pour rejoindre Roncq.

Dès 8h30, les participants étaient nombreux au départ des deux distances, 30 et 55 kilomètres.

Très beau parcours que ce circuit long, différent de l’édition 2013 et comptant dix kilomètres de plus. Tournicotant entre Roncq, Halluin et Linselles, le tracé en lisière de ville exploite toutes les opportunités pour délaisser le macadam et prendre de la hauteur. De fait, nous reviendrons crottés des passages en sous-bois et chemins agricoles. Le froid était trop récent pour que le sol fût profondément gelé, ce qui n’empêchait pas ici où là quelques plaques de verglas. Sans être détrempé, le terrain était gras et la boue plutôt collante rendait le pilotage délicat une fois la roue avant saturée.

Le dénivelé procurait quelques beaux points de vue sur le Ferrain blanchi par endroits.

Le parcours très bien balisé et l’accueil chaleureux parachevaient la bonne organisation de ce brevet.

Un rendez vous à retenir dans votre agenda 2015.

SAMSUNG DIGITAL CAMERAA 8h30, les participants sont nombreux à s’inscrire.SAMSUNG DIGITAL CAMERASol, tables, chaises sont recouverts d’un film plastique en prévision du retour.SAMSUNG DIGITAL CAMERACheminement le long d’une voie désaffectée. Pas très long mais pittoresque.SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERALe givre est bien présent.SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERASoupe et vin chaud pour ce ravitaillement qui faisait se rencontrer cyclistes et marcheurs.SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Linselles dans la brume.

SAMSUNG DIGITAL CAMERALa brume se fait plus dense à l’approche du pavé de Linselles.

Randonnée normande (5/5)

Randonnee en Normandie 07-201417Rouen, terme de cette randonnée, vue de Canteleu.

Pas de brevet ce dimanche. Une sortie entre Mont-Noir et Mont Kemmel, m’aura fait croiser peu de cyclistes. Suite et fin de ma randonnée estivale en Normandie. Les épisodes précédents :

Randonnée normande 1/5

Randonnée normande 2/5

Randonnée normande 3/5

Randonnée Normande 4/5

Je me réveille un peu plus tôt pour assurer le coup. J’ai théoriquement le temps suffisant pour arriver avant mon train de retour, mais on est jamais à l’abri d’une défaillance mécanique ou d’un petit accès de faiblesse.

Bien m’en a pris car la journée fut chaude et il valait mieux rouler à la fraîche.

Je  n’aurai que les deux kilomètres environ qui séparent le camping du centre pour m’échauffer avant d’entamer une longue montée pour sortir de la ville en direction de Moyaux. Puis par Asnieres, Bailleul la Vallée et Fresnes Cauverville (à ne prendre que la première partie des noms on pourrait se croire dans la région Nord Pas de Calais) je rejoins Lieurey. J’apprécie les hautes haies et rideaux d’arbres qui bordent la route par endroit, créant ainsi une ombre bienfaitrice.

J’avise sur la place de Lieurey un marchand de fruits et légumes et lui demande un brugnon à manger de suite. Il me l’offre. Le fruit est frais, sucre et juteux, un régal.

Je poursuis ma diagonale quasi parfaite vers Monfort sur Risle avec un relief peu marqué au regard notamment de l’étape précédente. Il faut néanmoins retrouver la vallée par  une belle descente vers Saint Philibert sur Risle.

C’est bien sûr un prêté pour un rendu et il s’agit ensuite de gravir l’autre versant. J’ai repéré un petite route qui évite d’emprunter un bout de départementale. Les courbes de niveau sont un peu resserrées au départ mais cela a l’air faisable. Au pied du mur, j’ai un moment d’hésitation mais décide de persévérer. De fait, la partie raide ne dure pas très longtemps. Parvenu sur un replat, la route de transforme en chemin de terre. Un cantonnier me confirme que c’est la bonne route pour rejoindre Bourg Achard. Il me précise que j’en ai environ pour 500 m de mauvais chemin et m’incite à faire attention aux cailloux. Une fois de plus, je me retrouve à l’insu de mon gré à slalomer, les mains sur les poignées de frein, formant des vœux pour qu’un caillou pointu ne croise pas la bande de roulement d’un de mes pneus.

Après vérification, la carte IGN l’indique bien comme une route forestière, mais comme le nom de la commune se superpose à la route ce n’est pas vraiment visible. Seul l’agrandissement sous Openrunner permet de le deviner. Le passage à la carte au 1/25000 ème le confirme. Des bruits de circulation m’indiquent la fin proche de ce tronçon et je retrouve une belle départementale pas trop fréquentée où l’on roule comme sur du velours. À défaut de gagner du temps, ça crée des souvenirs.

Une fois à Bourg Achard, je suis pratiquement aux portes de Rouen. Je n’ai plus qu’à descendre vers la Seine et la traverser.

Il est midi et demi et j’hésite à ajouter une variante à l’itinéraire que je me suis fixé en faisant un détour par l’Abbaye de Jumieges. mais je suis mentalement arrivé et je n’ai pas envie de regarder la montre le restant du trajet. Je repars donc et profite de la campagne. Je n’ai plus d’inquiétude quant à l’heure d’arrivée et je roule doucement, laissant aller dans les descentes, avec comme environnement sonore les seuls bruit du vent et du cliquetis de la roue libre.

À Caumont, un parc ombragé avec bancs et tables de pique nique fait face à l’église. L’endroit idéal pour mon casse croute. Je m’accorde même une petite sieste dont les deux coups de quatorze heures marqueront la fin. Descente raide dans les bois vers les quais de seine. J’y retrouve une atmosphère plutôt étouffante malgré le vent et je ne regrette pas de m’en être tenu à mon itinéraire initial.

Je prends le temps d’un café à La Bouille avant d’emprunter le bac qui traverse vers Sahurs et la rive droite. Au grand dam de ma femme, pas besoin de me proposer une croisière dans les Cyclades, la traversée de la Seine sur un bac suffit à mon bonheur. Pour un peu je le reprendrais dans l’autre sens car la traversée est brève. Cela aura été la note exotique de l’étape. De Sahurs, je coupe à travers la forêt en direction de Canteleu plutôt que de suivre la rive, ce que j’ai déjà pratiqué dans une précédente randonnée (cf. Entre Somme et Normandie 3/5 ).

C’est une longue montée régulière en forêt suivie d’une descente ayant le même profil. Halte point de vue de Canteleu sur Rouen suivi d’une descente pentue. Belle fin d’étape.

Je retrouve brièvement les quais de Seine puis flâne dans Rouen avant de reprendre mon train.

Faisant le bilan de cette randonnée, je me dis qu’une fois de plus j’ai été trop gourmand et ai voyagé trop vite, négligeant sans doute des visites ou des variantes.

A méditer d’ici les prochaines vacances.

Randonnee en Normandie 07-201423Eglise de Moyaux

Randonnee en Normandie 07-201424Randonnee en Normandie 07-20141Eglise d’Asnières

Randonnee en Normandie 07-201426Randonnee en Normandie 07-20142Bailleul la valléeRandonnee en Normandie 07-20143Mairie de Fresnes CauvervilleRandonnee en Normandie 07-20145 Randonnee en Normandie 07-20146Ancienne Mairie et Eglise de Jouveaux

Randonnee en Normandie 07-20147Randonnee en Normandie 07-201428Eglise de Lieurey

Randonnee en Normandie 07-20148Jour de marché à LieureyRandonnee en Normandie 07-20149Eglise de Saint Philibert sur Risle

Randonnee en Normandie 07-201429Randonnee en Normandie 07-201410Mairie de Saint Philibert sur Risle

Randonnee en Normandie 07-201430Randonnee en Normandie 07-201411Randonnee en Normandie 07-201431Randonnee en Normandie 07-201432Randonnee en Normandie 07-201413Mairie de CaumontRandonnee en Normandie 07-201414En remontant la SeineRandonnee en Normandie 07-201433Randonnee en Normandie 07-201415Bac de La Bouille

bac de la Bouille 1bac de la Bouille 2bac de la Bouille 3 Croisière sur la SeineRandonnee en Normandie 07-201434Vieille Maison de Rouen – fin du voyage

Randonnee en Normandie 07-201435 Randonnee en Normandie 07-201436