La Louis Poppe (route) – Douvrin 2019 (2/2)

Le panorama en haut de la côte de Fresnicourt le dolmen se mérite.

Une belle ligne doit clôt la montée.

Seconde et dernière partie de ce reportage avec une série de photos dans la côte de Fresnicourt le Dolmen. (la première partie).

Encore une centaine de mètres avant d’en finir. Rapide mais imprudent. Le second ravitaillement. Autant de postures que de cyclistes. Une machine flambant neuve… et assortie aux couleurs du club. Délicieuse soupe à l’endive en option. Les cuisiniers du Chicon bike tour n’ont qu’à bien se tenir. Belle fréquentation. Rouvroy en tête… … on le constate de visu. Comment ne pas photographier ce tracteur sur la route du retour. Vous pouvez y aller le 13. Le 12 c’est la Nuit des pavés organisée par le VC Roubaix et le 14, c’est Paris Roubaix.

La Louis Poppe (route) – Douvrin 2019 (1/2)

Le soleil saura vaincre rapidement les brumes matinales et illuminer ce brevet Louis Poppe organisé par le CC Douvrin.

Riche programme que celui de ce brevet Louis Poppe qui proposait plusieurs circuits en route, VTT et marche.

Les circuits route nous emmenaient vers les Weppes et pour les plus longs, vers les collines de l’Artois. Salutaire dépaysement pour le cyclise habitué des brevets Lille et environs.

Venant de Lille à Douvrin en vélo, je limiterai mes ambitions au 60 kilomètres, même si le 90 passant par Mont Saint Eloi était tentant.

Le parcours qui composait au mieux avec l’environnement urbain, dense par endroits, offrait néanmoins de belles portions champêtres et des côtes intéressantes dans la boucle artésienne.

Bon balisage que vous pourrez encore retrouver au départ du complexe sportif pasteur ou pour ce qui est du 60 km sur Openrunner.

Belle lumière encore ce dimanche. Deux postes de prise de vue. L’un avant le ravitaillement, le second dans la côte de Fénicourt le Dolmen.

Vous pouvez retrouvez la trace du 60 km sur Openrunner.

VTT ou route ? Route pour ce cyclo de Phalempin. VTT pour Pascal de VTT hauts de France Copieux café d’accueil. La marche était aussi au programme. Philippe, Gérard et Olivier du VC Roubaix… venus pour le VTT. Ravitaillement, placé en haut d’une côte bien exposée. Que vous que je fisse? Un peloton fourni se profile. La prise de vue en rafle s’impose avec ce que cela impose de tri avant la mise en ligne.

La suite demain soir sans doute.

La suite

Paysages des Weppes-Artois-Carembault

  Entre les Weppes et les collines de l’Artois.

Des Weppes à l’Artois était un beau brevet proposé par le Club de Radinghem que j’avais plaisir à pratiquer.

Le parcours le plus long de 120 kilomètres était source de dépaysement pour celui ayant beaucoup fréquenté en début de saison la Pévèle où les Monts de Flandres.

L’Artois avec ses collines satisfait les envies de dénivelé tout en faisant traverser des lieux chargés d’histoire. Mont Saint Eloi et son abbaye, les mémoriaux de Notre Dame de Lorette, Vimy et leurs trop longues listes de défunts offrent au cycliste en temps de paix de rudes montées et de larges panoramas.

Les terrils rencontrés sur le chemin secondent les nuages pour procurer profondeur aux paysages.

De Lille, le Carembault constitue une autre voie sur la route de l’Artois.

Voici pêle-mêle des vues de ces trois territoires.

 

Randonnée Saloméenne 2017

Les ruines de l’Abbaye du Mont Saint Eloi, point de passage de ce brevet en Artois proposé par le Cyclo Club Salome.

Un dimanche en célibataire et des prévisions météo très favorables incitaient à rouler dans des contrées plus exotiques pour le Lillois. Le brevet au départ de Salome avec la perspective d’un petit tour en artois semblait tout indiqué à cet effet.

Il tint ses promesses nous emmenant pour le 90 et 120 km vers Mont Saint Eloi, puis Vimy. Préalablement Hersin Coupigny nous avait offert une première grimpette, faite fort heureusement en ce qui me concerne à la fraiche.

Il valait mieux en effet partir tôt car la matinée se termina chaudement, un vent léger venant fort opportunément en atténuer la rigueur.

Le 120 km ajoutait au 90 une boucle dans les Weppes au départ de Marquillies. Parvenu à l’intersection à 11h30 j’hésitai à me lancer sur la plus longue distance craignant de trouver porte close à l’arrivée mais finalement me décidai à m’y engager.

Si je n’arrivai pas le dernier, il n’en fut que deux après moi et fort heureusement le dernier ravitaillement n’était pas fermé à mon passage me permettant de vider les stocks de gobelets préparés à l’avance.

Un brevet bien tracé et bien signalé. Si la dernière partie du circuit de 90 kilomètres était sans doute un peu trop urbaine avec notamment la traversée de Lievin, il semble qu’une alternative ait été trouvée qui sera mise en oeuvre l’an prochain.

Accueil chaleureux des organisateurs. A noter sur vos tablettes en prévenant votre famille que vous rentrerez un peu plus tard si vous partez de Lille.

Le tronçon Lille – Salome, via Emmerin, Houplin-Ancoisne, Wavrin, Sainghin en Weppes et Marquillies est en soi également très plaisant et champêtre.

Quelques photos de cette randonnée.

Pour ce qui est du parcours, je n’ai pas encore tout compris du fonctionnement de mon GPS et ma randonnée en Belgique d’il y a une semaine est venue s’ajouter au tracé du jour. Inexploitable donc.

Quelle distance choisir ? Un cyclo de Sallaumines est venu avec l’affiche annonçant la randonnée de septembre.Affichage immédiat. C’est le 10 septembre et quatre parcours sont au programme. Une présidente chouchoutée. Le café a mis du temps à passer, mais il est prêt.Premier arrêt après deux ou trois kilomètres. Difficile de résister. Premiers terrils à l’horizon. La Tour Eiffel de Sains en Gohelle. Premier ravitaillement fleuri. Le Mont Saint Eloi approche, nous ferons quelques détours avant de le franchir. L’église d’Ecoivres. Il nous faudra descendre, pour remonter bien sûr. La Mairie de Vimy. De nombreuses maisons sont pavoisées aux couleurs du Canada. Le mémorial canadien de Vimy.Non, non, ce jeune garçon ne fait pas ses devoirs mais tient le compte des participants. Car nous sommes au deuxième ravitaillement et seulement sept cyclistes passés. Mais le ravitaillement précédent annonce l’arrivée imminente de gros pelotons. Un tronçon, soleil de face, l’endroit idéal pour une séance de prise de vues. Des jeunes qui roulent déjà bien, engagés sur le 90 kilomètres. Ca ne rigole pas, j’ai été pris de vitesse pour mettre mon appareil en service. Un sujet plus facile à saisir. A la poursuite du peloton de tête. Il aura fallu faire le 30 ou le 120 kilomètres pour passer au pied de cet ancien café. Prêts à remballer, mon  arrivée aura différé leur départ, mais j’aurai été leur denier client. Parcours champêtre dans les Weppes. Le dernier arrivant assoiffé… Aussitôt pris en charge par la présidente en personne. Réconfort bien mérité pour l’équipe des organisateurs.

Des Weppes à l’Artois – Radinghem 2015

Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 RavitaillementLes parasols auront fait cette année office de parapluie.

Joli Mai n’était pas au rendez-vous de cette édition 2015 des Weppes à l’Artois. Un temps maussade alliant pluie et vent accompagnait les 700 participants dont un peu plus de 400 sur le parcours route. Une fréquentation qui a de quoi faire des envieux mais s’avérait inférieure aux prévisions des organisateurs. Les conditions météo et les vacances de Pâques, expliquent sans doute cette relative désaffection.

Comme pour les éditions précédentes, l’association sportive de Radinghem n’avait pas ménagé sa peine avec cinq circuits de 15 à 120 kilomètres pour la route plus quatre parcours VTT et un pédestre.

Pour ma part, j’avais renoncé cette année en raison de contraintes horaires à la distance la plus longue et opté pour le 80 km. C’était finalement un bon choix au regard de l’hygrométrie de ce dimanche.

La seule difficulté était la côte d’Hersin Coupigny, avec une montée d’un kilomètre environ dont un court passage à plus de 10%. Le ravitaillement positionné à son sommet en satisfera plus d’un.

Bien organisé et bien signalé, ce brevet mérite de figurer dans votre calendrier d’autant que, révélation exclusive du président aux Courons du Nord, un nouveau tracé est en préparation pour 2016 qui prendrait une connotation historique en associant des lieux de mémoire de la première guerre mondiale dont Vimy.

L’itinéraire du 80 km est le suivant :

Radinghem en Weppes, Le Maisnil, Fromelles, Aubers, Herlies, Illies, Violaine, Givenchy, Cuinchy, Cambrin, Vermelles, Mazingarbe, Sains en Gohelle, Hersin Coupigny, Fresnicourt le Dolmen, Barlin, Houchin, Drouvin-le-Marais, Verquin, Verquigneul, Beuvry, Festubert, La Couture, Vieille Chapelle, Richebourg, Neuve Chapelle, Aubers, Fromelles, Fleurbaix, Bois-Grenier, Radinghem en Weppes.

Si vous avez un mot d’excuses, vous pourrez profiter des beaux jours annoncés la semaine prochaine pour suivre les Rw verts qui balisent l’itinéraire au départ de la salle Octave Bajeux à Radinghem.

Les verts et jaunes composant le paysage et dont je soulignais la profusion dans ma chronique de l’année dernière étaient tout aussi présents. Le ciel azuréen n’était lui pas au rendez-vous. Les photos seront moins nombreuses qu’à l’accoutumée.

Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 DépartLes bénévoles s’activent que ce soit pour le café d’accueil…Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Départ Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Départ… la préparation des 705 sandwichs.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Départ

Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 DépartCollecte des bulletins remplis.

Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 DépartInscriptions route.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 DépartEt VTT, c’est marqué en grand.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 CyclistesSi le 120 km promet quelques bosses, ce n’est quand même pas l’Ardéchoise.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 CyclistesUn optimiste avec lunettes de soleil.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 CyclistesDans la montée d’Hersin Coupigny.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes  Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 RavitaillementLe ravitaillement se trouve en haut de la côte.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 RavitaillementOn y parle des brevets du 14 juin avec des représentants des clubs de Santes et de Salomé qui organisent leur brevet le même jour.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Ravitaillement Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Cyclistes Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 ArrivéeWambrechies, quatrième club le mieux représenté derrière Wavrin, Houplines et Comines.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 ArrivéeA droite, sous la calicot Cycles Jean Lebas, le VTT, gros lot de la tombola.WDSC00548Le président à l’heure de la remise des coupes.Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015 Arrivée Des Weppes à l'Artois - Rafindhem 2015Une photo qui n’est pas sans rapport avec les perspectives 2016.

Le dormeur du val (4/4)

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT - vue du mémorial de VimyLe mémorial de Vimy, proche du terme de cette randonnée, domine la plaine

Une semaine d’astreinte qui me prive du Chti Bike Tour ce dimanche me permet de conclure le compte rendu de cette randonnée.

Le ciel est de nouveau gris en ce matin de quatrième et dernière étape. Cela s’apparente davantage à une brume matinale laissant espérer une belle éclaircie qu’à un ciel menaçant de pluie.

Je reprends ma route vers Fauquembergues et trouve cette fois un charcutier et un boulanger pour compléter mes provisions de la journée.

Pour passer de la Vallée de l’Aa à celle de la Lys, il faut franchir un bombement qui se traduit par une pente à 5% d’environ un kilomètre. Rien de trop méchant. Une seconde côte un peu plus rude (7%) nous attend six kilomètres plus loin, à la sortie de Reclinghem. On laisse glisser ensuite vers Bomy.

De Bomy à Vimy, le cheminement est plutôt vallonné avec quatre côtes un peu plus pentues que la moyenne à Houvelin, Fresnicourt le Dolmen, Notre dame de Lorette et pour finir Vimy.

Parvenu à Albain Saint Nazaire, de jeunes cyclistes locaux m’accompagnent jusqu’à la rue de la Blanche Voie d’où démarre l’ascension vers Notre Dame de Lorette. Il me faut pousser sur les pédales avec des passages à plus de 10%, tout en pensant qu’en d’autres temps le grondement des canons et le sifflement des balles avaient chassé le chant des alouettes.

Je croise une voiture qui descend et dont la conductrice m’adresse des signes d’encouragement.

Parvenu au mémorial, je prends le temps de profiter de la vaste vue sur les alentours. Je retrouve les ruines de l’abbaye du Mont Saint Eloi qui se dressent au sud et découvre, plus proche, le cimetière britannique du « Cabaret Rouge » à Souchez qui est un des plus importants de la région. Il rassemble plus de 7000 tombes de soldats du Commonwealth, morts lors de la première guerre mondiale.

Retour dans la plaine pour rejoindre une autre lieu de mémoire, le mémorial canadien de Vimy. Une dernière ascension y conduit. Le panorama s’étend vers Lens, Liévin et les terrils de Loos en Gohelle. La traversée du bois où subsistent d’énormes cratères de bombes laisse à imaginer l’intensité des combats dans cette zone.

Après ces quatre jours champêtres, le retour vers Carvin paraît plus terne et la perspective du trajet Seclin Lille ne m’enthousiasmant pas vraiment, je rejoindrai la Gare de Seclin à marche forcée pour attraper de justesse un TER qui me permettra d’arriver à temps pour le repas d’anniversaire d’un de mes fils.

En conclusion, belle randonnée, riche de paysages et d’ambiances variées que je vous encourage à entreprendre, sans doute à un rythme moins soutenu pour profiter davantage des curiosités qui émaillent ce parcours.

Pour vous éviter de revenir à mon premier article, je vous redonne les coordonnées des organisateurs.

Contact : Patrick LENE, 12 rue du Coquelet, 59310 Nomain ou patrick.lene@orange.fr

Un lien vers le site Chemins de mémoire Nord Pas de Calais qui détaille l’histoire des différents lieux de combats et propose également des randonnées cyclistes et pédestres permettant de découvrir ces sites.

BomyBomyAncienne poste de FléchinL’ancienne poste de FléchinCafé le Gallodrome - FléchinLe Gallodrome à FléchinLe dormeur du val - Randonnée permanente FFCT - Ferme à BoursFerme à BoursCour de ferme Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCTMairie de FrevillersMairie de Frevillers

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT

Vaches

Monument aux morts de Servin

Monument aux morts de GaucourtChapelle Servin

Chapelle à Gaucourt

Monument aux morts de GaucourtMonument aux morts de ServinCimetière militaire de Souchez vu de Notre Dame de LoretteCimetière britannique du « Cabaret Rouge » à Souchez vu de Notre Dame de Lorette.

Mont Saint Eloi vu de Notre Dame de LoretteLes vestiges de l’Abbaye du Mont Saint-Eloi vus de Notre Dame de LoretteNotre Dame de LoretteLa Nécropole de Notre Dame de LoretteNotre Dame de Lorette Vu de Notre Dame de Lorette Vu de Notre Dame de LoretteVue sur Liévin et les terrils de Loos en Gohelle.

Vu de Notre Dame de Lorette

Mémorial de VimyMémorial canadien de VimyMémorial de Vimy Vu du Mémorial de VimyDernier point de vue avant le retour dans la plaine.

 

 

Le dormeur du val (1/4)

Arras Grand Place - Le dormeur du valJe redécouvre la Grand Place d’Arras et ses façades baroques qu’un temps maussade ne met pas en valeur.

Le chroniqueur cycliste est un peu comme les marmottes. En hiver il vit sur ses réserves.

Voici donc quatre articles rendant compte d’une randonnée effectuée fin mai. Je ne sais si la suite sera aussi détaillée que ce premier article car j’ai réalisé avec consternation que les trois brouillons des articles suivants ont disparu de mon disque dur. Nous verrons bien.

J’avais imaginé des destinations lointaines mais cela supposait de consacrer une part significative des ces quatre jours de l’Ascension au transport. J’en suis donc revenu à des contrées plus proches mais finalement dépaysantes.

Mon dévolu s’est porté sur une randonnée permanente FFCT, nouvellement labellisée, dénommée le Dormeur du Val. C’est un peu le hasard qui me l’a fait choisir, ayant trouvé un dépliant la présentant sur le comptoir de mon vélociste.

Pour ceux qui ne connaissent pas le principe des randonnées permanentes, il s’agit de circuits que l’on peut faire à tout moment et à son rythme. Moyennant une contribution modique, vous recevrez une feuille de route décrivant précisément l’itinéraire, les curiosités ainsi que les ressources en matière d’approvisionnement et d’hébergement  le long du parcours. Une carte au 1/100.000 ème est néanmoins nécessaire, le descriptif ne dispensant pas d’un recours fréquent aux indications cartographiques, même si certains passages sont expliqués de façon plus détaillée.

Je ne communiquerai donc qu’un itinéraire schématique avec cet article (sauf pour ma variante personnelle, cf. ci-dessous), à vous de vous procurer le topo complet (1).

Le parcours propose une boucle de 290 kilomètres au départ de Carvin avec une variante de 85 kilomètres à partir de Fauquembergues. Petite précision utile, le dénivelé est de 2700 m pour l’itinéraire de base et de 3650 m, variante comprise. C’est dire que le circuit vous entraine par monts et par vaux, raidillons et descentes s’enchaînant à un bon rythme par endroits.

Bénéficiant de quatre jours pleins et ayant bien avancé le premier jour, je complèterai ce circuit par une variante dans la variante, quittant la boucle un peu avant Hucqueliers vers Montreuil puis la vallée de l’Authie, pour y revenir et achever mon périple.

Voici donc, en quatre épisodes correspondant à ces quatre jours de randonnée, quelques impressions de voyage dont j’ai conscience qu’elles sont très parcellaires. J’ai eu beau m’astreindre chaque soir à en consigner quelques unes, tablette aidant, le souvenir précis s’estompe vite, que les photos et la carte permettent parfois de raviver.

Départ à 7h00 de Lille par un temps plutôt doux mais franchement gris. Les sacoches sont bien pleines car j’ai décidé de revenir au cyclo- camping après avoir fréquenté chambres d’hôtes et hôtels lors de mes  récentes randonnées au long cours. Cela procure sans doute moins de confort mais plus de liberté dans le découpage des étapes que l’on peut faire varier selon les circonstances.

La route de Lille à Carvin est sans grand intérêt mais, en ce jour férié et à cette heure de la journée, elle est encore peu fréquentée.

La portion entre Carvin et Hénin Beaumont demeure plutôt urbaine. L’environnement se transforme assez radicalement une fois passé Beaumont. Tortequesne nous fait entrer dans la vallée de la Sensée et Oisy le verger et ses environs offrent de belles perspectives sur les marais et zones humides. La contrée est riche en menhirs et dolmens.

On rejoint ensuite la Scarpe qui nous mène à Arras.

J’y arrive pour déjeuner et redécouvre avec plaisir la Grand place dont je n’avais qu’un très lointain souvenir remontant à deux, voire peut-être trois décennies. Le temps est franchement maussade et ne la met pas vraiment en valeur. Quelques trouées éclaireront néanmoins fugacement les façades baroques, pour certaines colorées.

Je repars vers le mont Saint Eloi alors que le plafond nuageux devient moins dense, sans pour autant parler d’éclaircie. Mais le relèvement de la température est sensible d’autant que le relief devient plus marqué.

La vallée qui conduit à Mareuil puis Bray procure une pause avant de gravir le mont Saint Eloi. Son ascension sera moins dure que ne l’imaginais pour l’avoir déjà pratiquée en vélo de route. Tout est dans le développement.

Là encore, je suis un peu frustré par le temps médiocre qui ne permet pas de jouir pleinement du paysage et rend les ruines de l’Abbaye un peu ternes.

J’avais prévu de faire un détour par Ohlain pour y passer la nuit mais il est encore tôt et les cinquante kilomètres qui me séparent de Blangy sur Ternoise me paraissent faisables sans risquer une arrivée trop tardive. De toute façon, je trouverai toujours un endroit ou planter la tente.

Je poursuis donc mon chemin vers la vallée de la Canche. Les courbes de niveau se resserrent en creux et bosses successifs qui mettent jambes et cœur à contribution.

Une dernière montée de Humières à Eclimeux et c’est la descente finale vers Blangy terme de cette étape.

Après quelques détours pour le trouver, j’arriverai au camping à 19h00  à la fermeture de l’accueil. Ces cinquante derniers kilomètres m’auront pris plus de temps que prévu et il faudra que je réévalue mes temps de parcours en tenant compte du dénivelé et sans doute de mon chargement.

Je bénéficie d’un vaste emplacement à côté d’un pré ou paît un troupeau de vaches. Si le cadre est agréable, le confort est sommaire. Il faudra que je maintienne d’une main le tuyau qui soutient le pommeau de douche pour obtenir un débit convenable, sinon c’est du goutte à goutte. Le responsable du camping me prévient à l’arrivée qu’il n’y a pas de papier toilette dans les WC car les rouleaux disparaissent régulièrement. Je réalise alors que j’ai laissé à la maison celui que j’avais prévu d’emporter. Mais bon, j’ai gardé un sachet de pain en papier.

J’ai vite fait de monter la tente et de me préparer une purée minute. Une pluie légère baptisera ma tente et je m’endors, des chants d’oiseaux dans les oreilles.

  1. Contact : Patrick LENE, 12 rue du Coquelet, 59310 Nomain ou patrick.lene@orange.fr

Voici quelques images de cette première étape.

Parcours - Le dormeur du ValLe parcours et la variante en pointillé

Canal - Le dormeur du Val

Côté gris

Pont - Le dormeur du val Côté bleu SMonument aux morts - Le dormeur du ValDifficile de suivre le parcours du Dormeur du Val sans faire référence aux soldats. Je photographierai plusieurs monuments aux morts plutôt d’inspiration réaliste, ici celui de Beaumont.

Fête foraine - Le dormeur du valLa fête s’installe.Paysage - Le dormeur du Val Marais - Le dormeur du ValPanorama sur les marais.Cyclistes - Le dormeur du ValJ’ai droit à de grands bonjours d’un peloton de cyclistes. A la façon dont ils m’interpellent, je pense qu’il m’ont pris pour un étranger. Comment imaginer qu’un Lillois photographie les marais.Calvaire - Le dormeur du ValCalvaire de Tortequesne ? J’ai un doute.

Menhir - Le dormeur du ValUne des nombreuses pierres qui jalonnent ce parcoursCanal - Le dormeur du val Pont - Le dormeur du val Paysage - Le dormeur du Val Monument aux morts - Le dormeur du Val Paysage - Le dormeur du val Paysage - Le dormeur du Val Monument aux morts - Le dormeur du ValMonument aux morts d’Hamblain les présSAMSUNG DIGITAL CAMERALa mairie de Pelves.Monument aux morts - Le dormeur du ValMonument aux morts de RoeuxMonument aux morts - Le dormeur du Val Monument aux morts - Le dormeur du ValCelui de Fampoux.

Arras Grand Place - Le dormeur du valL’hôtel de ville d’ArrasArras Grand Place - Le dormeur du valFugace éclaircie sur les frontons baroquesArras Grand Place - Le dormeur du val Arras Grand Place - Le dormeur du val Arras Grand Place - Le dormeur du val WIMGP3762 Mur peint - Arras Grand Place - Le dormeur du val Chapelle - Le dormeur du val Abbaye de Mont Saint Eloi - Le dormeur du ValLes tours de l’Abbaye de Mont Saint EloiPaysage - Le dormeur du Val Abbaye de Mont Saint Eloi - Le dormeur du Val Abbaye de Mont Saint Eloi - Le dormeur du Val Enseigne Mont Saint Eloi - Le dormeur du Val Village - Le dormeur du valEcoivres vu du Mont Saint EloiMenhirs - Le dormeur du ValLes pierres jumelles.Paysage - Le dormeur du ValEcoivres.La scarpe - Le dormeur du ValLa Scarpe.Paysage - Le dormeur du Val Eolienne - Le dormeur du ValA suivre…