Catégories
Cyclotourisme VTT

Forêt de Saint Amand les Eaux

Forêt, terril et eau, un résumé des paysages rencontrés

Si je doutais de l’existence de l’inconscient les préparatifs de ma randonnée de ce dernier dimanche étaient là pour me convaincre du contraire. Je ne préciserai pas les raisons qui auraient pu me conduire à rater mon train, toujours est-il qu’une succession d’évènements ont failli faire en sorte que cela se produisît.

Hésitant entre un parcours route ou VTT, je recherchai en vain les topos du Conseil général. Ayant trouvé au hasard de mes recherches une carte détaillée de parcours dans la forêt de Saint Amand, j’optai finalement pour cette destination, déjà envisagée la veille.

Commença alors la quête de mon appareil photo qui m’occupa également un certain temps. Puis poursuivant la confection de mon sac, impossible de trouver la carte examinée quelques minutes auparavant. Examen attentif des environs, du rayonnage de la bibliothèque où je l’avais trouvée. Chou blanc. Finalement je m’apercevrai qu’elle était déjà rangée dans mon sac où je l’avais placée dans une pochette avec une carte IGN.

Me voilà presque prêt, il ne me reste plus qu’ à enfiler mes chaussures… qui ne sont bien sûr pas là où je les croyais. Nouvelles errances dans la cave pour les repérer, sans succès. Heureusement, mon ancienne pratique de la course sur route conjuguée à une manie de tout garder « au cas où » font que la cave regorge de vieilles paires de chaussures de sport. En désespoir de cause, je saisis la première qui se présenta et filai vers la gare. Il n’y avait pas foule au guichet et je pus aisément renouveler ma carte Grand TER et prendre mon billet.

Le soleil bien que timide était présent et, sitôt quitté la ville, faisait chatoyer les premiers chatons, prémices de printemps.

Parvenu à Saint Amand c’est sans difficulté que je rejoignis un des itinéraires qui traversent la forêt, à hauteur du complexe sportif Notre-Dame d’Amour.

De là, de multiples possibilités de parcours sont offertes suivant des itinéraires balisés (1) ou, au contraire, laissant libre cours à l’improvisation.

Longues lignes droites terreuses ou pavées, chemins plus tortueux et accidentés, il est facile de passer de l’un à l’autre et de composer des boucles. Le balisage est inégal et si l’on veut suivre un itinéraire précis, une carte détaillée est utile.

Les terrils qui bordent la forêt et pour certains accessibles à vélo, offrent d’autres sensations et d’autres ambiances. Vue à 360° assurée au sommet.

Au départ de la Maison de la Forêt à Raismes, un circuit pédestre permet de découvrir le terril Sabatier et son environnement.

Une destination familiale, la distance n’est que de trois kilomètres entre la gare et la forêt (prendre la D 169B en direction de Valenciennes). Il existe un itinéraire spécial vélo que j’ai emprunté au retour mais que je n’avais pas identifié à l’aller et qui conduit de la forêt à la gare. Je n’ai pas réussi pour l’instant à en retrouver un tracé précis.

(1) Vous pouvez trouver un des itinéraires dans les fiches A VTT dans le Nord (Fiche n°12 : Circuit de l’étoile de Cernay et des bruyères)

L’œil toujours attiré par les vestiges d’enseignes peintes

Plusieurs circuits sont proposés dont la qualité du balisage est inégale.

La nature des terrains rencontrés est variée, chemin forestier…

Drève pavée

Remblai.

Les paysages et les ambiances le sont également.

La carte utilisée

Les numéros de parcelles qui y figurent permettent de se repérer

Catégories
Brevet Cyclotourisme VTT

Rando des Renards des sables 2012

Le dernier terril vu du ciel. Merci Google.

C’est en version « off » que j’ai effectué la randonnée des Renards des sables. Retenu le matin par des activités associatives, je n’avais pu participer au brevet. Espérant que le balisage serait toujours en place je risquai le déplacement à Flines lez Raches. Ce départ en début d’après-midi me permis également de recourir à la formule train plus vélo et d’amortir ma carte Grand TER (Cf. l’article sur le Circuit des Reuzen).

Arrivée vers 14h00 devant la salle des fêtes où, fort opportunément, une partie des organisateurs était sur le départ. Après avoir expliqué la cause de ma défection et m’être enquis civilement du succès de la manifestation, je demandai quelques informations sur le parcours qu’ils me donnèrent très aimablement, déclinant toutefois toute responsabilité s’agissant de la permanence du balisage, compte tenu du nombre de cyclos passés le matin.

Il se trouve que celui-ci était fort bien fait et abondant car c’est sans problème que j’ai pu effectuer la totalité du parcours de 50 km.

Parcours agréable par la variété des terrains et des ambiances. Pâtures, routes pavées, chemins de halage et bien sûrs terrils offraient des sensations et des paysages diversifiés et parfois inattendus.

Du sable par contre, point n’en vis et si le nom de la randonnée était plutôt évocateur de dunes désertiques la réalité était plus humide voire franchement glaiseuse par endroits. Il faut dire que le passage de plusieurs centaines de cyclos avait rendu certains passages difficilement praticables, même avec des pneus « boue ».

Je ne regrettai pas, dans les terrils, de n’être pas pris dans le flot participants. Le premier démarre par un sentier tout en creux et bosses qui tournicote entre les bouleaux. J’imaginais sans peine des vettetistes plus jeunes et surtout plus aguerris virant sec et bondissant de bosse en bosse tout en lâchant le guidon d’une main pour faire un coucou au photographe alors que je négociais ces mêmes virages et mamelons avec une relative prudence et lenteur.

La pratique solitaire m’aura également épargné la honte d’être vu mettant pied à terre dans la descente finale du deuxième terril et dans certains passages particulièrement pentus du dernier.

A l’embranchement entre le 45 et le 50 km, j’hésitai et décidai de ne pas la jouer renardeau en optant pour la plus longue distance, même si je dus parfois la jouer renard prudent ou renard fatigué dans le dernier terril.

La lumière était belle et le temps clément, ce fut un agréable après-midi. Merci à ceux qui ont tracé cet itinéraire.

Quelques photos d’ambiance.

L'église de Flines-Lez-Raches, classée monument historique.
Premier passage vraiment boueux... qui continue encore une bonne centaine de mètre après le virage.
Après la boue la route pavé donne l'impression d'être très roulante.
Le premier terril se profile à l'horizon.

Tours et détours sur les terrils donnent l'impression d'un territoire immense que la vue aérienne détrompe.
Le long du chemin de halage

Un lac, un torrent, vous ne rêvez pas, vous êtes sur un terril
Si la nature a reconquis de l'espace, l'industrie n'est pas loin

Pas de risque que je tente le saut

 

Catégories
Brevet Cyclotourisme

Randonnée de l'ascension 2011

Terrils près de Ruitz

A relire l’article écrit il y a un an, rien de commun entre le brevet de l’ascension organisé par le club de la Chapelle d’Armentières l’an dernier et cette édition 2011.

Le temps, plutôt maussade en 2010, était en ce jeudi superbe. Le parcours, renouvelé, nous emmenait cette fois en pays minier avec à mi-route la traversée du parc d’Olhain.

Le circuit proposé est très agréable et très roulant. Les seules difficultés sont situées à peu prés à la moitié, aux abords d’Ohlain. Plutôt champêtre, il n’évite pas quelques passages plus urbains aux alentours de Béthune.

L’itinéraire est le suivant La Chapelle d’Armentières, Bois-Grenier, Fleurbaix, Laventie, Richebourg, Festubert, Beuvry, Verquigneul, Verquin, Houchin, Ruitz, Maisnil-les-Ruitz, Ohlain (Par naturel), Fresnicourt, Servins, Bouvigny, Boyeffles, Sains-en-Gohelle, Mazingarbe, Vermelles, Cuinchy, Givenchy, Violaines, Lorgies, Aubers, Bois-Grenier, La Chapelle d’Armentières.

Le balisage, que l’on récupère facilement au rond point qui se trouve juste avant le pont qui franchit la voie ferrée sur la D 933 avant l’entrée dans Armentières, est matérialisé par un C prolongé par une flèche verte.

 

Chapelle près de Fromelle
Chapelle près de Fromelle

Ravitaillement Olhain
Le groupe de Ploegsteert sur le départ
Ravitaillement Olhain
Entre deux groupes on remplit les verres