Nuit des pavés 2019 (3/3)

La nuit et les pavés sont là, à l’approche de Bouvines.

Voici donc la dernière partie de cette trilogie. Comme indiqué au début, les prises de vues  nocturnes ne permettent pas toujours de reconnaître les sujets, mais traduisent davantage l’ambiance de cette randonnée.

Quelques photos sur le tronçon entre Bouvines et Gruson, que j’emprunte à contre-sens pour rejoindre le carrefour de l’Arbre. Un des premiers partants… … manifestement heureux d’être là… … et le papa également. Plusieurs s’arrêteront pour admirer ce coucher de soleil flamboyant. Au carrefour de l’Arbre, deux signaleurs sont postés pour aider à traverser la départementale. Ils n’ont pas eu très chaud. Signalétique de Paris Roubaix et de la Nuit des pavés cohabitent. Une crevaison, mais le groupe là pour aider à la manœuvre. Tentative de prise de vue à la lumière d’un projecteur. La technique est prometteuse mais demande pour de meilleurs résultats au moins une seconde source lumineuse et un objectif disposant d’une plus grande ouverture. A étudier d’ici l’an prochain. Jean-Michel prend des allures d’extra-terrestre. Jean-Louis du VC Faumont, reconnaissable malgré le flou. Fin des photos sur le parcours et retour à l’accueil. Ils sont trois, mais tels les mousquetaires… … un quatrième règle le retardeur… … et les rejoint pour la photo.

NB : la référence aux Trois Mousquetaires porte, bien sûr, sur le nombre et non sur le réglage du retardateur. Si A Dumas commit un anachronisme en faisant traverser à ses héros un champ de pommes de terre, il n’alla pas jusqu’à les faire se photographier.

Une belle balafre qui démontre que casque et lunettes ne sont pas complètement inutiles dans la pratique du VTT. Content que l’on ait retrouvé ses lunettes. Catherine en termine. Manifestement contente de sa randonnée. Patrick, qui a conçu le parcours, en flagrant délit de gourmandise. Jean-Louis, au centre, plus net une fois à l’arrêt. Le rangement est déjà bien engagé, mais il reste une table et des victuailles pour les arrivées tardives. Le dernier arrivant, le voici.

Paris Roubaix 2019 – Secteur Pavé de Gruson

Fin du secteur pavé de Gruson. Un dernier secteur attend les coureurs, si l’on excepte le minuscule tronçon précédent le vélodrome.

Le secteur de Gruson qui suit le Carrefour de l’Arbre est propice aux photos car moins fréquenté que le précédent et présentant l’avantage d’une bonne exposition. Il est par contre un peu moins spectaculaire, les coureurs empruntant plus volontiers les larges bandes terreuses qui le bordent.

Quelques photos d’ambiance et des coureurs. Tous, ou presque, auront leur place, des premiers aux derniers. On ne peut que regretter que le public n’attende pas la fin de la course et surtout occupe la chaussée sans trop se préoccuper, pour certains, des retardataires.

Une fois de plus, j’ai commis un acte manqué en ne vérifiant pas que je m’étais bien positionné sur la prise de vue en rafale. J’ai été ainsi pris au dépourvu lors du passage des premiers. J’avais cette année, en utilisant une patte de fixation de micro, fixé un second appareil destiné à la vidéo. J’ai pu extraire quelques vues pour compenser ce manque.

Un drapeau belge prémonitoire flotte sur la plaine. Mais d’autres pavillons battent au vent. Culture citadine ou abolition temporaire du raisonnement liée à une absorption excessive de bière? Tout ce qui est vert n’est pas du gazon. Les bords du secteur pavé qui conduit au carrefour de l’Arbre commencent à se remplir. La caravane passe mais la sono fait que l’on entend pas les chiens aboyer. Les coureurs sont à Pont à Marcq. Ce qui est bu n’est plus à boire.Le début du secteur de Gruson. Vendredi il était emprunté par la Nuits des pavés, organisée par le VC Roubaix. L’église de Bouvines se détache sur l’horizon. Hélicoptère en vue. Les choses se précisent.Elles se précisent de plus en plus.Nils Politt vient d’attaquer, il se retourne pour évaluer l’écart. Philippe Gilbert et Peter Sagan au premier plan. Yves Lampaert.… et tous les autres qui suivront. Deux cadrages pour cette photo… Vae victis… la course n’est pas terminée mais le public reflue sans attendre les derniers et occupe tout la chaussée… … obligeant les coureurs attardés à slalomer parfois dangereusement. Assurément, ce n’est pas la même machine. Ce n’est pas la voiture balai, comme pourrait le laisser penser la remorque porteuse de vélos. Voici le dernier arrivant, la voiture de fin de course passant peu après.

Brevet des Claquots – Harnes 2019 (1/2)

Soleil, fraicheur et vent auront marqué cette randonnée autour d’Arras proposée par l’HCC Harnes Cyclo Club.

Est-ce en raison de Paris-Roubaix, toujours est-il qu’il fallait s’éloigner de Lille pour trouver un brevet. Gardant un bon souvenir de l’édition 2017, c’est sans hésitation que j’optai pour le brevet au départ de Harnes.

La fraicheur annoncée était là et l’équipement hivernal s’imposait pour affronter petit matin et vent de nord-est. Ce dernier ne faiblit pas et il fallut lutter contre ou faire avec, selon les moments, durant les 20 derniers kilomètres et le retour vers Lille.

Paris Roubaix oblige, je me suis cantonné cette année encore au 60 km, le 95 proposant une large boucle autour d’Arras. Passé Mericourt on est dans la campagne et le circuit exploite habilement l’environnement champêtre des abords arrageois, la traversée de Saint Laurent Blangy constituant une exception.

De beaux points de vue sur Mont Saint Eloi et Notre Dame de Lorette et un peu de dénivelé dont l’ascension de Vimy.

Le circuit était bien balisé, un H blanc pouvant encore vous guider dans les prochains jours.

A faire donc.

Belle lumière pour les photos, en voici une première série.

Les inscriptions vont bon train. Arrivée en masse des clubs de Douvrin et Sallaumines. Plus facile de régler les problèmes mécaniques au chaud. Provin arrive à son tour. Une belle ligne droite bien exposée à l’entrée de Bailleul Sir Berthoult, ne peut pas manquer de retenir l’intérêt du photographe.

La suite dans la semaine. Avec la Nuit des Pavés et Paris Roubaix, je ne m’en sors pas.

Nuit des pavés 2019 (1/3)

Pour sa deuxième édition, La nuit des pavés, organisée par le VC Roubaix partait de Bouvines.

Licencié depuis cette année au VC Roubaix, j’ai participé pour la première fois à l’organisation d’un brevet. Le reportage seront donc étoffé de quelques images relatifs aux préparatifs. La reconnaissance (pour ceux qui n’ont pas participé) est en vidéo.

Le parcours très champêtre et roulant était constitué de deux boucles passant par Bouvines. La première de 20 km qui suivait la Marque pour revenir vers le carrefour de l’Arbre, puis Gruson. La seconde, de 20 km, partait vers Fretin et son marais puis allait vers Templeuve, emprunter le secteur pavé du Moulain de Vertain.

Le cheminement est varié traversant zones humides, champs, bois et bien sûr secteurs pavés.

Le fléchage aura tenu bon malgré de nombreuses malversations. Le balisage de la seconde boucle n’était pas terminé que déjà des panneaux avait disparu. Un nouveau fléchage l’après-midi même et une dernière vérification avant le début du brevet auront été nécessaires pour assurer la fiabilité du balisage.

250 participants, s’étaient donné rendez-vous pour cette seconde édition.

Des photos bien sûr, celle prises de nuit et sans flash ayant plutôt valeur de photos d’ambiance, mais certains se reconnaîtront malgré le flou. D’autres ne se verront pas car mon autofocus a eu des faiblesses en basse lumière.

Prochain rendez-vous du VC Roubaix en VTT, Wallers Roubaix, le 5 mai. Si vous voulez disposer d’un aperçu, vous pouvez visionner la vidéo de la reconnaissance.

Flécher, faire ce que d’autres s’emploieront à défaire. Pieu solidement enfoncé. La signalétique du Paris Roubaix est déjà en place. Le moulin de Vertain. Les pros s’entraînent et nombreux sont ceux qui sont venus les voir passer. Manque de flèches, on en fabrique sur place. Le jour J, l’essentiel est là. Ravitaillement à l’extérieur, il faudra bien se couvrir. Affichage de l’itinéraire et des consignes. Robinets pour remplir les bidons. Les postes de lavage installés à l’extérieur ne serviront pratiquement pas, c’est vous dire si le terrain était sec.Premiers arrivants.Pas peu fier le gaillard de participer à la Nuit des Pavés, il terminera la boucle de 20 km. Rouge et blanc, LOSC et VCR, mêmes couleurs. Inscription en famille. Parcours, balisage et consignes sont affichés. La table d’inscription est opérationnelle. Le photographe l’est aussi. Explications orales pour les premiers partants. Le premier signaleur n’est pas encore en poste. C’est parti, suivez les flèches. Ca y est, Régis est là pour aiguiller. Le 45 km emprunte également la boucle du 20 km. Premier secteur pavé, pour l’instant vierge de cycliste. Le temps d’une photo de paysage. Mais voici les premiers partants. Un petit coup d’oeil en arrière et le voilà sur la photo. Les vaches demeurent indifférentes au défilé des cyclistes et suivent leur rituel vespéral.

La suite dans la semaine. Avec le Brevet de Harnes et Paris Roubaix, j’ai fort à faire.

La suite est en ligne.

Brevet Jean-Luc Vancauwenberghe – Wasquehal 2019

Ambiance franchement automnale pour ce brevet Jean-Luc Vancauwenberghe organisé par le CC Wasquehal.

Ceux qui auront visité ce blog pour se voir en photo seront déçus. Moisson de disette en termes d’images. La faute au temps et à un problème technique.

J’ai hésité à publier un reportage dans ces conditions, mais il fallait quand même garder trace de l’engagement du club dans l’organisation de ce brevet et donner envie de participer à une prochaine édition, même si la météo et la technique m’empêchent d’en rendre pleinement compte.

Le parcours du 110 kilomètres était prometteur avec un enchaînement Mont Kemmel, Mont Rouge, Mont Noir, Mont des cats et les multiples bosses du Heuveland. Et de fait, 400 m de dénivelé sur les 40 kilomètres que j’ai empruntés donnent envie d’achever ce parcours. Une âme charitable me communiquera peut-être la trace GPS du circuit.

Une pluie continue à ne pas mettre un objectif dehors me fit un temps douter du choix de la distance, mais une accalmie à l’embranchement du 75 kilomètres confirmait mon option initiale.

Las, dans l’ascension du Mont Noir de sinistres craquements se firent entendre que j’imputai à la transmission dans un premier temps. Passé le sommet et en roue libre, il fallut se rendre à l’évidence la cause était autre et semblait provenir de la roue avant. Un arrêt au stand ne permettait pas de diagnostic et je supposai un problème de roulement. A l’heure où je mets en ligne, je ne l’ai pas encore démonté et suis toujours dans l’incertitude (ce qui peut légitimement vous laisser indifférents).

Jouant la prudence et plutôt que de prendre le risque de devoir faire appel à ma femme, en panne au milieu de nulle part, je rejoignis Bailleul au plus court, où je pris le train.

Souhaitons que la la participation ait été à la hauteur des attentes des organisateurs.

Quelques photos quand même.

Ils ont bravé la fraîcheur et la grisaille matinales. Mais un café chaud est là pour apporter quelques calories supplémentaires avant le départ. Pas trop de pression à la table d’enregistrement des inscriptions… … mais ça s’inscrit à droite… … et à gauche. Et quand on est du club on a droit à la bise. Un circuit très bien balisé. Bien est tombé que le jaune fût la couleur du club, une couleur vive s’imposait vu les bancs de brume par endroit. Je ne fus pas mécontent d’ailleurs, sur le secteur du Mont-Rouge, d’avoir placé un feu arrière à demeure. Christine sera la seule cycliste photographiée en action. Au ravitaillement, on garde le sourire à l’abri d’une indispensable tonnelle. C’est beau la jeunesse. Un maillot et des manchettes suffisent alors que je supporte bien mon blouson d’hiver et un coupe vent. Un groupe du VC Roubaix. Une bonne hydratation reste de règle même quand le temps est humide. Une dernière photo optimiste. Souhaitons que bien d’autres participants soient passés par là.

La Louis Poppe (route) – Douvrin 2019 (2/2)

Le panorama en haut de la côte de Fresnicourt le dolmen se mérite.

Une belle ligne doit clôt la montée.

Seconde et dernière partie de ce reportage avec une série de photos dans la côte de Fresnicourt le Dolmen. (la première partie).

Encore une centaine de mètres avant d’en finir. Rapide mais imprudent. Le second ravitaillement. Autant de postures que de cyclistes. Une machine flambant neuve… et assortie aux couleurs du club. Délicieuse soupe à l’endive en option. Les cuisiniers du Chicon bike tour n’ont qu’à bien se tenir. Belle fréquentation. Rouvroy en tête… … on le constate de visu. Comment ne pas photographier ce tracteur sur la route du retour. Vous pouvez y aller le 13. Le 12 c’est la Nuit des pavés organisée par le VC Roubaix et le 14, c’est Paris Roubaix.

La Louis Poppe (route) – Douvrin 2019 (1/2)

Le soleil saura vaincre rapidement les brumes matinales et illuminer ce brevet Louis Poppe organisé par le CC Douvrin.

Riche programme que celui de ce brevet Louis Poppe qui proposait plusieurs circuits en route, VTT et marche.

Les circuits route nous emmenaient vers les Weppes et pour les plus longs, vers les collines de l’Artois. Salutaire dépaysement pour le cyclise habitué des brevets Lille et environs.

Venant de Lille à Douvrin en vélo, je limiterai mes ambitions au 60 kilomètres, même si le 90 passant par Mont Saint Eloi était tentant.

Le parcours qui composait au mieux avec l’environnement urbain, dense par endroits, offrait néanmoins de belles portions champêtres et des côtes intéressantes dans la boucle artésienne.

Bon balisage que vous pourrez encore retrouver au départ du complexe sportif pasteur ou pour ce qui est du 60 km sur Openrunner.

Belle lumière encore ce dimanche. Deux postes de prise de vue. L’un avant le ravitaillement, le second dans la côte de Fénicourt le Dolmen.

Vous pouvez retrouvez la trace du 60 km sur Openrunner.

VTT ou route ? Route pour ce cyclo de Phalempin. VTT pour Pascal de VTT hauts de France Copieux café d’accueil. La marche était aussi au programme. Philippe, Gérard et Olivier du VC Roubaix… venus pour le VTT. Ravitaillement, placé en haut d’une côte bien exposée. Que vous que je fisse? Un peloton fourni se profile. La prise de vue en rafle s’impose avec ce que cela impose de tri avant la mise en ligne.

La suite demain soir sans doute.

La suite