Randonnée Santoise 2011

Après une très courte nuit et un temps incontestablement humide, il m’a fallu un peu lutter pour ne pas céder à la tentation de me recoucher. Mais après deux dimanches sans vélo et la perspective de Lille Valjoly dans deux semaines, il s’agissait de ne pas mollir.

C’est sous un crachin assez dense que j’enfourchai mon vélo. Seules des considérations d’ordre hydrologique m’empêchaient d’adresser au ciel mes imprécations pour ce foutu temps, tout en me réservant le droit de revenir sur ma retenue si ce rafraîchissement venait à se prolonger.

Traversant le centre ville, je renoue avec la rencontre des derniers noctambules attardés devant la friterie en face de la gare, ceux descendant la rue Gambetta la démarche hésitante. La faible circulation laissant croire aux piétons qu’ils peuvent disposer librement de la chaussée, il faut redoubler de vigilance, ce d’autant que certains souffrent d’une altération temporaire de leurs perceptions sensorielles.

Je longe le marché de Wazemmes où flottent déjà des odeurs de poulet rôti qui viennent heurter le souvenir de mon petit déjeuner encore proche. Les fleuristes se sont levés tôt en ce dimanche de fête des mères et les devantures sont déjà bien garnies.

A Loos, la pluie a pratiquement cessé, seul le vent demeure soutenu. C’est sans difficulté, même si comme d’habitude je n’ai pas réussi à suivre l’itinéraire programmé, que j’arrive à Santes, point de départ du brevet organisé par l’association cyclo santoise.

Le parcours le plus long, 100 km annoncés mais en fait un peu plus court, est composé de plusieurs boucles qui traversent Carembaut et Pévèle. Les lieux sont connus mais, partant plus à l’ouest de la métropole, le sens de circulation est parfois différent des brevets de la banlieue Est, ce qui, l’air de rien, renouvelle le paysage.

Côté météo le temps fut finalement sec mais de fortes rafales de vent subsistèrent toute la matinée. Heureusement il nous était plus favorable dans les trente (et un peu plus) kilomètres terminaux.

Faute d’avoir préparé mon appareil photo la veille et ne voulant pas réveiller tout le monde en le cherchant, je suis parti sans. Donc, pas de photo de la carte des circuits affichée par les organisateurs. A défaut, voici les grandes lignes du parcours de 100 km.

Santes, Ancolie, Houplin, Gondecourt, Carnin, Camphin, Ennecourt, Wahagnies, Thumerie, Mons-en-Pévèle, (Vincourt), Bersée, (La Broderie), (Ricarderie), Wattines, (Coqueries), Templeuve, Genech, (La croix), (Ouvignies), (Coquerie),Auch-lez-orchies, (Le Hem), (Bourgade), Faumont, Moncheaux, Mons-en-Pévèle, drève du Plouich, Phalempin, Chemy, Gondecourt, Allennes-les-marais, Wavrin, Santes.

Le parcours est marqué d’un S Orange surmonté d’une flèche (à ne pas confondre avec le S vert qui lui trace le brevet de Phalempin si ma mémoire est bonne) à partir de l’intersection de la rue Koenig et de la rue du Général de Gaulle.

A défaut de photos, voici un petit refrain composé en pédalant. Vous découvrirez l’air sans peine (attention ce n’est pas le refrain mais le couplet)

Si la pluie ce-ssa c’est normal e

C’est qu’le vent soufflait en rafal e

Mais à part ça, malgré la forte bise

Tout allait bien, tout allait bien.

Les Belles Censes 2011

 

web-sdc15732.1305059777.jpg

Une belle cense, à Obigies, peu après le Mont Saint-Aubert.

J’avais initialement pour projet de participer à la Grinta ce samedi 7 mai, histoire de tester si mes deux journées de cyclotourisme provençal me faisaient gravir avec plus d’aisance nos côtes septentrionales. Mais la semaine ayant été fatigante, je n’avais nulle envie de me lever tôt samedi. J’optai donc pour les Belles Censes, Brevet organisé par l’AL Anstaing ce dimanche.

Une consultation des archives du blog m’aurait permis de réaliser qu’en fait nous allions croiser le parcours de la Grinta. C’est en effet vers les Frasnes et le Pays des collines que nous emmène le circuit de 110 km (distance officielle car 117 km au compteur).

Nous rencontrerons d’ailleurs, outre le balisage au sol, de nombreux panneaux de la Grinta que les organisateurs étaient en train de retirer.

Les premiers quarante kilomètres sont sans grande difficulté. Cela se corse après, avec le trou Robin à Montreuil aux bois, puis la côté pavée du Saule pendu que l’on quitte avant le sommet (itinéraire de la Grinta) et la côte du Hameau des Papins pour ne citer que les plus significatives, car d’autres passages offrent également du dénivelé.

Bref un parcours sportif et champêtre à recommander.

L’itinéraire du 110 km est le suivant :

Anstaing, Petit Paris, Carrefour Market Baisieux, Blandin, Route de Courtrai feux tricolores, Route de Renaix, Thimougies, Le Trou Robin, Route de Granmetz, Saulte Pendu, Mont Camu, Hameau de papins, La Croisette, Anvaing, Forest, Popuelle, Velaines, Route de Renaix, Col du Jubaru, Ferme du reposoir, Feux route nationale, Templeuve, Willems Place, Baisieux Passage à niveau, Maréquaix, Chereng Eglise, Gruson, Anstaing.

Départ, salle polyvalente, rue Marie Curie.

Le parcours est balisé au sol par un “A” bleu-vert surmonté d’une flèche qui ressemble à une fusée.

web-sdc15712.1305060382.jpg

Un peu avant huit heures le ciel est pour le moins maussade. J’ai pris un vêtement de pluie. La météo annonce des orages vers la mi-journée, qui heureusement ne viendront pas.

web-sdc15715.1305060638.jpg

web-sdc15717.1305060845.jpg

Se lèvera-t-il, le temps ?

web-sdc15718.1305061006.jpg

Au premier ravitaillement, les choses sont en bonne voie.

web-sdc15722.1305061209.jpg

web-sdc15724.1305061443.jpg

Fermes cossues

web-sdc15726.1305061595.jpg

web-sdc15727.1305148694.jpg

web-sdc15728.1305148846.jpg

On quitte les Frasnes pour retourner dans la plaine avant de franchir la dernière difficulté, le col de Jubaru, 99 m !!!

web-sdc15731.1305231842.jpg

Muchée dans les replis du Mont Saint Aubert, une cense ?

Les courons du nord en Provence

 

web-panorama-15622-23.1304627689.jpg

Malaucène, la ville haute

Direction la Provence pour ces vacances de printemps et plus précisèment Malaucène, petit village entre les Dentelles de Montmirail et le Mont Ventoux. La seule évocation de ce sommet laisse imaginer qu’il s’agit là d’une terre propice au vélo. De fait elle l’est et offre une variété de reliefs qui la rend accessible à tous. Car si le Ventoux se voit de loin, c’est bien parce qu’autour c’est moins haut, voire parfois franchement plat.Cette semaine n’étant pas spécifiquement à vocation cyclotouriste, mon expérience aura été limitée mais suffisante pour me donner l’envie d’y revenir traîner mes roues.

En guise de bande annonce, quelques photos commentées d’une boucle en huit à partir de Malaucène. La première partie fait le tour des Dentelles de Montmirail et la seconde descend dans la plaine pour terminer par un parcours plus vallonné entre Bédoin et Malaucène. La boucle fait 90 km.

Vous pouvez en retrouver la trace sur openrunner.com

http://www.openrunner.com/index.php?id=946373

Vous trouverez d’autres itinéraires sur le site :

 http://www.provence-a-velo.fr/

Ou sur le site du Conseil Général du Vaucluse :

 http://www.vaucluse.fr/133-randonnee-a-velo-et-a-vtt.htm

web-sdc15629.1304627841.jpg

Les Dentelles de Montmirail, vues de la route menant de Malaucène à Suzette, que l’on aperçoit à gauche.

web-sdc15632.1304628108.jpg

web-sdc15633.1304628183.jpg

 L’église de Suzette

web-sdc15635.1304628265.jpg

Les Dentelles vues de Suzette

web-sdc15640.1304781070.jpg

Fontaine de Gigondas. Oui je sais, ce n’est pas pour son eau que ce village est le plus connu.

web-sdc15643.1304781232.jpg

web-sdc15649.1304781569.jpg

Sablet, village rond construit autour de son église du XIIème siècle. 

web-sdc15645.1304781655.jpg

Au loin, accroché à flanc de colline,  le village de Séguret. Ce village médiéval a conservé de nombreux vestiges qui valent un détour. Il offre également une large vue sur la plaine.

De Séguret on peut rejoindre Vaison la Romaine par une route forestière très agréable.

web-sdc15661.1304798281.jpg

web-sdc15659.1304798529.jpg

Sur la deuxième boucle du huit, Caromb village fortifié et son beffroi couronné d’un campanile en fer forgé.

web-sdc15657.1304798661.jpg

D’étroites ruelles laissent entrevoir la ville basse.

web-sdc15702.1304798814.jpg

Un panneau connu des cyclistes du Nord, l’arrière plan est lui moins familier.

L’itinéraire :

web-image-2.1304799635.jpg