Catégories
Cyclotourisme

Vélo vision

Un dimanche à vélo, un autre regard sur la ville

« L’aventure est au coin de la rue » dit-on. L’aventure, je ne sais pas mais l’exotisme parfois. Un exotisme de proximité, né de l’attention nouvelle portée à des objets, des bâtiments, des lieux, tellement coutumiers qu’on ne les voit plus ou tellement proches, qu’à trop chercher le dépaysement on les a négligés.

C’est à la découverte de cet exotisme du quotidien que je suis parti ce dimanche à vélo.

C’était une journée idéale pour une randonnée au long cours. Temps sec et ensoleillé, température fraîche le matin mais franchissant allègrement la barre des 10 ° à l’ombre vers midi. Las, étant d’astreinte, pas question de s’éloigner trop de Lille.

L’appareil photo dans la poche arrière, j’enfourchai mon vélo et roulai petit braquet, peu soucieux de la distance parcourue.

Après un petit tour vers la Deûle, et quelques photos de péniches et de canards (et non de caniches peinards), direction le Jardin des géants à deux pas de Lille Europe. C’est un très bel endroit que je connaissais pas, alliant végétation, eau, constructions métalliques, statues.

Le choix des végétaux, le découpage des allées, les plans d’eau offrent des perspectives et des ambiances variées. Tantôt cheminant sur des allées bordées de hauts bambous, le regard est enserré entre ces parois végétales. Tantôt plus à découvert, l’horizon s’ouvre sur la ville et les nouveaux immeubles à l’architecture résolument moderne. Une invitation à poursuivre mon périple vers ces quartiers que je ne traverse jamais.

Pour finir, retour vers les Dondaines avec là aussi découverte d’un espace vert que je n’avais pas encore fréquenté.

Pas d’itinéraire, pas de photos de prairie ou de cyclistes cette semaine, seulement quelques vues citadines inhabituelles pour moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas d’effet Photoshop, seuls les reflets des arbres dans l’eau du canal créent ce fond chatoyant.


La ferme pédagogique des Dondaines, ilôt de "rurallité" en centre ville. A gauche on aperçoit les ruches, qui font de cet endroit un lieu de formation à l'apiculture.

Catégories
Cyclotourisme

Vélo en Vénétie

sdc13544-web.1289938928.jpg

Les collines Euganéennes, point de mire du cycliste de plaine et terrain de jeux des grimpeurs

Ces vacances en Vénétie ont été l’occasion de découvrir un terrain tout à fait propice à la pratique du vélo, plus particulièrement la région de Padoue dans laquelle nous résidions.

Petit point de situation tout d’abord pour situer l’endroit. Padoue se trouve à l’est de Milan et à proximité de Venise.

Pour tout dire, cette partie de la Vénétie présente de nombreux points communs avec la Flandre. Tout d’abord une immense plaine, striée de fleuves et de canaux, des terres inondables entourées de digues. Et puis, surgies de nulle part (en fait de phénomènes volcaniques), les Collines Euganéennes que l’on aperçoit à des kilomètres à la ronde, avec des côtes raides et même des pavés.

Certes le pin sylvestre ou le châtaignier sont plus présents que le houblon et nos Monts des Flandres demeurent modestes au regard des quelques 500 mètres d’altitude atteints par les cimes les plus hautes, mais je trouve que tout ceci garde un air de famille.

Une forte activité cycliste est une autre caractéristique partagée avec notre région. Il est vrai que le terrain se prête à la pratique de tout niveau, de la ballade familiale en suivant les chemins de halage, à la pratique sportive avec des pentes qui offrent des pourcentages à deux chiffres. De nombreuses voies vertes existent, longeant les voies d’eau.

Le vélo constitue un bon moyen de visiter les nombreux monuments, villas, églises, jardins et autres curiosités de cette région au riche passé, d’autant que de nombreux trains permettent l’acheminement des vélos.

Pour vous y aider un guide très bien fait, intitulé Padova e provincia in bicicletta propose 14 promenades, excursions, à partir de Padoue ou des villes environnantes. Description des itinéraires et des centres d’intérêt, cartes détaillées, photos, cotation de la difficulté, indication des gares pour un parcours train plus vélo font de cet ouvrage un outil complet pour randonner. Une trace GPS est disponible pour certains parcours.

Vous pouvez vous procurer ce guide en écrivant à promozione@turismopadova.it ou sur place l’obtenir dans les offices du tourisme. Il est disponible en plusieurs langues dont le français. Il est consultable sur le site http://www.amici-della-bicicletta-pd.it/ rubrique Biblioteca.

Quelques photos pour vous donner peut-être l’envie d’aller y pédaler.

panorama-13501-02web.1292016276.jpg

 Non ce n’est pas un terril, malgré le temps brumeux

sdc13503-web.1292016353.jpg

Sono ciclisti italiani

sdc13326-web.1292273923.jpg

Petite pause entre amis

sdc13326-detail-web.1292016465.jpg

Non ce n’est pas de la grenadine, que l’on trouve parfois lors des ravitaillements que boit ce cyliste mais du Spritz, apéritif typique de la Vénétie dont la composition varie selon les lieux. La plus couramment rencontrée est 1/3 de vin blanc, 1/3 d’eau gazeuse et 1/3 de campari.

panorama-13505-06.1292016536.jpg

De nombreux chemins en site propre bordent les cours d’eau. Parfois macadamisés, ils peuvent par endroits être difficilement praticables avec des pneus de 23 C.

sdc13539-web.1292016604.jpg

sdc13537-web.1292016736.jpg

sdc13529-web.1292016820.jpg

L’eau omni présente dans la plaine du Po et dans les Collines, haut lieu de thermalisme.

sdc13512-web.1292016957.jpg

Halte reposante au sanctuaire du Monte Della Madona (quelques jours avant pour le 15 août, la foule était dense). Situé à 526 m d’altitude, le lieu offre un large panorama sur la plaine. La montée est plutôt costaud avec de nombreux passages qui dépassent les 10%.

sdc13515-web.1292062222.jpg

Pour autant que le lieu soit peu fréquenté on ne peut pas dire qu’il n’y ait pas un chat.

panorama-13217-18-web.1292062320.jpg

Dans la descente du Monte della Madonna.

sdc13330-web.1292062428.jpg

Les villas des riches familles vénitiennes ne manquent pas d’allure. La Villa Barbarigo Pizzoni offre derrière cette modeste entrée un remarquable jardin baroque.

sdc13334-web.1292062492.jpg

sdc13459-web.1292062562.jpg

Située sur la Brenta, la villa Pisani, que l’on peut également atteindre de Padoue, vaut le détour. Ceci n’est en fait que les écuries.

sdc13471-web.1292062619.jpg

Voici la villa.

sdc13533-web.1292062698.jpg

 Une autre villa entre Monselice et Este.

sdc13546-web.1292062766.jpg

Près de Battaglia Terme.

sdc13561-web.1292062866.jpg

Non ce n’est pas Venise mais Chioggia, petit port au sud de la Lagune, que l’on peut rejoindre à vélo de Padoue en suivant l’ancienne voie du Sel et du Sucre.

sdc13565-web.1292062960.jpg

sdc13571-web.1292063008.jpg

sdc13553-web.1292063082.jpg

Bricoleurs de tous les pays…

Catégories
Cyclotourisme

Lille – Mosaic

Le jardin Africain

Voila une balade dominicale que l’on peut faire en famille.

Le jardin Mosaic propose sur 33 hectares, un étang, des bois et des jardins contemporains thèmatiques. Outre l’intérêt botanique et paysager, les jardins présentent tous une dimension ludique qui les rend accessibles aux enfants.

Et bien sûr, on peut y aller en vélo. C’est même conseillé, vous bénéficierez d’une réduction sur le tarif d’entrée.

Je vous propose un itinéraire par les petites routes (ou rues) à partir de Lille qui mesure environ 11 km.

Départ : Bois de boulogne, Pont de la Citadelle (côté boulevard de la Liberté/ Boulevard Vauban).

Suivre à gauche la berge de la Deûle, avenue Mathias Delobel. Continuez tout droit puis bifurquez à gauche pour emprunter la passerelle qui enjambe la Deûle. Après son franchissement continuez tout droit en suivant le canal de dérivation et l’avenue de Soubise (ne pas emprunter la passerelle à gauche – c’est une variante possible mais que je trouve moins pratique). Vous pouvez, soit emprunter la chaussée, soit s’il n’y a pas trop de promeneurs, un chemin qui longe directement le canal.

Passer sous le pont de l’avenue de l’Hippodrome.

Le chemin s’arrête au pont suivant. Prendre l’avenue Hyppolite Pesin puis à gauche pour traverser l’avenue de Dunkerque et suivre de nouveau la Deûle le long de l’avenue Hegel.

Continuer toujours tout droit, franchir la Deûle avec une vue imprenable sur les installations du port fluvial.

Passer sous l’A25 et entrer dans Loos. A partir de là, il suffit de suivre la direction Emmerin, bien indiquée.

Vous rejoignez la D 48 a, toujours direction Emmerin. A la jonction avec la D 341, prendre à gauche la direction Emmerin centre.

A l’intersection de la rue Gustave Delory et de la rue Auguste Porte (feu + sens interdit en face), prendre à gauche puis suivre la direction Houplin Ancoisne.

A la sortie d’Emmerin, près du centre équestre vous voyez appaître les panneaux Mosaic – Parc de la Deûle.

A l’intersection avec la D 63, prendre à droite direction Santes. L’entrée de Mosaic se trouve juste avant le pont. En vélo, vous pouvez directement prendre sur le côté gauche de la route pour éviter le détour par le parking voiture.

Je trouve que c’est un itinéraire plaisant, qui fait découvrir des quartiers moins connus de Lille et se situe, dans la deuxième moitié, à la campagne.

Vous pouvez amener votre pique-nique. Des chaises longues sont mises à disposition gracieusement (+ des hamacs pour la sieste). Des animations sont également organisées pour les enfants.

De là, on peut également suivre le canal de Seclin, pour suive un itinéraire de retour différent en empruntant par exemple la D 147 que l’on croise ou continuer jusqu’à Seclin et prendre train.

Le canal de Seclin