Catégories
Brevet Non classé VTT

L’Orchésienne 2021 (1/2)- Orchies

Plaisant tronçon sur le terril de Rieulay, pour cette Orchésienne 2021 organisée par le CC Orchies.

La réputation du CC Orchies pour la qualité de ses randonnées n’est plus à faire. Il n’aura pas failli cette année, pour une nouvelle édition de l’Orchésienne au parcours en très grande partie remanié.

Est-ce un effet de l’interruption pour cause de COVID, qui aura donné aux clubs le temps de repenser leurs circuits ? Toujours est-il que comme le CT Antoing, ce jeudi, pour la Randonnée des carrières, le CC Orchies proposait de nouveaux circuits. Ceux-ci permettaient notamment aux participants du 35 km de s’amuser également sur le terril de Rieulay, précédemment accessible uniquement sur le 50 km et dont les ressources avaient été judicieusement exploitées.

Monotraces, secteurs à bosses, montées un peu raides, l’animation était au rendez-vous.

Pour le reste, ambiances variées avec chemins agricoles, secteurs pavés, traversée de la forêt de Marchiennes, chemin de halage…

A noter, le strict respect des consignes sanitaires, comme l’illustrent les photos qui suivent. Pas de ravitaillement mais barres de céréales et eau distribuées au départ.

Le balisage au sol et vertical était abondant et bien positionné. Des signaleurs étaient postés à certains endroits critiques.

Bravo et merci aux bénévoles qui se sont mobilisés nombreux pour la réussite de ce brevet.

Temps gris mais pas de pluie, des photos donc, moins nombreuses toutefois qu’en 2019

La trace du 50 km, disponible sur Openrunner en cliquant sur l’image
Contrôle du Passe Sanitaire à l’entrée. Ceux qui n’en disposaient pas pouvaient participer mais sans entrer dans la salle.
Coucou c’est moi.
Inscriptions à l’extérieur pour les pré-inscrits par Internet et ceux n’ayant pas de Passe Sanitaire.
Les plaques de cadre sont encore propres.
Première photo d’ambiance. Germinal, morne plaine.
En couleur c’est un peu moins dramatique.
Des pavés, une courbe, de la végétation qui limite les effets de contre-jour, il n’en faut pas plus pour un nouvel arrêt photos.
Et voici un orchésien
Des roubaisiens menés à un train d’enfer par Philippe…
… suivi de près par Jacques…
…Freddy est franchement à la traîne mais garde le sourire.
Tronçon bosselé en monotrace sur le terril de Rieulay

La suite est ICI.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet VTT

Randonnée des carrières – Antoing 2021

Le site des carrières est toujours aussi surprenant et fait l’originalité de cette randonnée organisée par le CT Antoing

Grosse fréquentation et grosse organisation pour le CT Antoing avec cette 30ème Randonnée des carrières.

Comme les années précédentes, le club aura été à la hauteur et l’accueil, malgré les conditions sanitaires, le balisage et les ravitaillements furent de qualité.

Côté parcours, les circuits proposés avaient été complètement revus avec une dominante monotrace. Sinueux en diable, parfois rendus piégeux par le terrain très humide et parfois boueux ainsi que les racines affleurantes, ces tronçons augmentèrent nettement la technicité et la difficulté du parcours.

Cela en surpris plus d’un, à entendre les conversations dans le peloton et certains n’étaient pas mécontents d’en finir. Mais si les jambes étaient un peu lourdes dans les derniers kilomètres, ce type de terrain est quand même nettement plus amusant que les chemins agricoles.

Merci aux organisateurs pour ces tracés (quatre étaient proposés) qui ont demandé un important travail de débroussaillage (Cf. le site du club) et j’imagine de balisage car la rubalise était abondante pour marquer le cheminement en sous bois.

Avec plus de 1600 participants il y avait de quoi photographier, même un peu trop quand il faut également parcourir 45 kilomètres. J’ai donc du freiner mon ardeur imagière pour ne pas rentrer trop tard.

Un brevet à conseiller.

Contrôle du Passe sanitaire pour accéder à la salle. Ceux qui n’en disposaient pas pouvaient participer mais ne pouvaient entrer. Une banque d’accueil distincte leur était réservée.
Les quatre distances permirent de répartir les participants sans créer de forte concentration.
Et ce ne sont pas les derniers…
Accueil café.
Préparatifs pour le retour, il ya du linéaire et la Diole rafraichit.
C’est parti, très vite le ton est donné avec une monotrace sur la crête d’une butte bordant la route.
Les signaleurs étaient là pour veiller à la traversée de la route en bas de la descente.
L’un des rares tronçons sur chemin.
Ruralité et industrie ce côtoient.
Tronçon plus représentatif de l’ambiance générale de cette randonnée.
Une descente bien raide…
… suivie d’une montée qui l’est tout autant.
Que certains franchissent…
… même parfois trop vite mon autofocus.
Mais parfois ça cale.
Une autre descente bien raide qui occasionnera quelques chutes spectaculaires mais sans gravité.
Prudence est mère de sûreté.
Premier ravitaillement bienvenu.
Le flux de cyclistes ne s’interrompt pas.
Ca y est, nous sommes sur le site des carrières avec une première grimpette.
Au bout de la montée…
… le paysage
Nous profiterons de beaux effets de lumière.
Plus loin d’autres ambiances.
On remonte en face, après bien sûr être descendu.
Halte quasi obligatoire devant ces monstrueux engins.
Un nouveau tronçon avec dénivelé accentué nous attend au bout de cette montée empruntant une large piste utilisée par les engins de chantier.
Belle vue sur Tournai dont on entraperçoit les Cinq clochers au loin.
On ne vient pas souvent, autant profiter du paysage.
Après un long passage en monotrace à la sortie des carrières, un second ravitaillement, tout autant bienvenu que le premier.
Un verre de Diôle était possible.
Mais il y avait aussi du sirop.
Quand je vous disais que ce ravitaillement était bienvenu.

Un dernier tronçon nous emmenant au sommet d’une colline achèvera le circuit et une partie d’entre nous.

Pour revoir l’édition 2019, CLIQUEZ ICI.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet VTT

L’automnale – Steenwerck 2021

L’automnale, organisée par la Roue Libre de Steenwerck, nous emmenait autour de Bailleul dans un parcours champêtre et en ce dimanche, ensoleillé.

C’est pratiquement avant de me coucher que je décidai samedi soir de participer à cette Automnale. Privé de voiture, je m’étais résolu à randonner à partir de mon domicile et donc sur des itinéraires archi connus.

Mais c’était négliger le train. Un TER m’amenait à Steenwerck à 8h36. Le brevet ne démarrant qu’à 8 heures, mon heure d’arrivée ne serait pas trop tardive et de fait je ne fus pas le dernier à m’inscrire. Quant au retour, j’avais un itinéraire dans mon GPS.

Un lever plus matinal, pour avoir le temps de me préparer, me permit d’être dans les délais.

Je n’ai qu’à me féliciter de cette décision car cette randonnée champêtre offrait de beaux points de vue sur les Monts des Flandres.

Le parcours ne présentait pas de difficultés si ce n’est celles générées par la boue, nettement plus présente que la semaine dernière. Il fallut plus d’une fois mettre pied à terre et procéder à un nettoyage grossier pour ôter des mottes ralentisseuses.

Encore un brevet réussi malgré les contraintes sanitaires. Merci aux organisateurs. La fréquentation était au rendez-vous. Selon l’un des bénévoles préposés au service de la soupe à l’oignon (avec fromage et biscotte), le nombre de participants fut de l’ordre de cinq cents.

Pour ce qui est des photos, arrivé tardivement, je ne saisirai pas les lève-tôt.

La trace du 42 km que vous pouvez trouver sur Openrunner en cliquant sur l’image.
Contrôle du Passe sanitaire à l’entrée.
Le précieux sésame fourni…
Pose d’un bracelet, avant d’aller s’inscrire.
Pour le 25 km, c’est ici. Pas de ravito prévu mais des pâtes de fruits au départ (ce n’est pas le parfum).
Pour le 42 km c’est là, avec un ravito. On pouvait même s’offrir en variante un 48 km en empruntant la fin du parcours de 25 km. Compte tenu de mes perspectives de retour à vélo, je m’en tiendrai au 42.
Accueil café.
Parcours avec fléchage au sol et balisage vertical, certaines communes des Monts de Flandres exigeant cette modalité.
Dernière formalité avant le départ.
Je choisirai ce chemin ombragé pour éviter les contre-jours et aussi … pour son terrain boueux.
Le pire en fait était avant et il était difficile de ne pas mettre pied à terre. La perspective de la photo a été un puissant stimulant pour certains, les incitant à enfourcher de nouveau leur monture.
Descente en pente douce.
Cette fois, ça monte.
Contournement de Bailleul…
… et large vue sur la Flandre.
L’église de Saint Jans Capelle dans l’axe de l’antenne du Mont des Cats.
L’église de Saint Jans Capelle, vue du ravitaillement.
Retrouvailles avec la menthe à l’eau et la grenadine.
Tri sélectif.
Soupe à l’oignon, boisson et sandwich, je peux envisager le retour vers Lille à vélo sans crainte.
Une ambiance qui, espérons le, redeviendra habituelle dans nos brevets.
Pour le retour, j’emprunterai le tracé d’un précédent itinéraire me menant d’Herzelle à Lille, jusque la Lys, que je suivrai pour enchainer avec les berges de la Deûle, puis de la Marque.
Sur le chemin du retour, ce ne sont pas des cailloux mais des pommes de terre. J’ose espérer qu’elles sont tombées durant le transport et qu’elles ne sont pas, à dessein, utilisées comme remblai.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Gravel VTT

Raid des trois vallées – Saint Saulve 2021 (2/2)

Nouveau parcours mais ambiance champêtre conservée pour ce Raid des trois vallées 2021.

Si vous avez raté le début, cliquez là Première partie.

Suite en photos de cette randonnée, nous retrouvons le secteur pavé situé juste avant la bifurcation entre les circuits de 35 et 50 kilomètres.

Un pédalier qui se dévisse. C’est pour le moins fâcheux. J’espère que ce cyclo a pu rentrer à bon port sans trop de difficultés.
A droite, c’est le 35…
… tout droit le 50. Il n’est pas encore 10h00, j’opte pour le 50.
Peu après la bifurcation, nouveau tronçon bien exposé après un virage à 90 degrés.
La sortie du tunnel.

Sympathique facétie de saison, un tunnel fantôme était organisé au franchissement d’un échangeur entre Curgies et Saultain. Signalé par des têtes de morts et de funestes croix porteuses de casques noirs, ce tunnel boueux, que les deux issues ne permettaient pas d’éclairer, était plongé dans un noir profond et habité par un peu visible fantôme à la voix caverneuse accompagné à chaque extrémité de personnages inquiétants.

Une avenante doctoresse attendait les survivants.
Dernière séquence de prise de vues.
Les participants se font rares et l’heure tourne, il est temps également pour moi de rejoindre l’arrivée.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.