Catégories
Cyclotourisme Randonnées

Autour de Tarascon sur Ariège

Au sommet du col d’Agnès, un des beaux points de vue de cette randonnée autour de Tarascon sur Ariège.

Après presque six mois d’interruption, reprise des publications de ce blog. Point de brevet dont on puisse rendre compte, pas de nouvel itinéraire, j’avais pour projet de mettre en ligne le récit d’anciennes randonnées demeurées inédites. Mais l’érosion de la mémoire réduit à peau de chagrin les commentaires et l’entreprise fit long feu.

Vinrent heureusement les vacances qui apportèrent un salutaire dépaysement s’agissant de mon actualité cyclotouriste.

Pour commencer, un petit tour en Ariège avec une randonnée de mise en forme avant un parcours de plus grande ampleur devant me conduire de Valence à Lille mais qui s’interrompit avant terme pour raisons mécaniques.

Conçu sur carte, ce tour de 120 kilomètres au départ de Tarascon sur Ariège (Quié plus précisément) tint ses promesses avec ce qu’il faut de dénivelé (2900 m) et de beaux paysages à la clé.

Démarrant dans la vallée du Vicdessos, le circuit emprunte le Port de Lers puis le Col d’Agnès pour atteindre celle du Garbet.

Quinze kilomètres en faux plat montant permettent de s’échauffer jusque Vicdessos. Là démarre la montée vers le Port de Lers, onze kilomètres à 7% avec deux passages à 10%. L’ascension est assez régulière, sur une route peu fréquentée et plutôt ombragée le matin. Vaste point de vue parvenu au col.

Rejoindre le Col d’Agnès ne présente pas de difficulté. Dix kilomètres de descente ininterrompue conduisent ensuite à Aulus les bains. De là, le col de Latrape (5 km à 7% en moyenne) nous fait basculer vers Oust avec une pente bien marquée jusque Sérac.

A Oust, nous attend une quatrième grimpette pour atteindre Massat par le col de Saraillé (9 km à 5% en moyenne). Les deux derniers kilomètres, pratiquement plats et boisées sont particulièrement agréables. Une version courte de cette randonnée consiste à rejoindre Massat directement du Port de Lers.

Dernière difficulté du parcours, le col de Port (12 km à 5% en moyenne). La difficulté provient surtout des kilomètres et du dénivelé déjà accumulés car le col en lui même offre une pente modeste et régulière. Les cinq derniers kilomètres me virent mouliner sans vergogne, goûtant par anticipation les vingt derniers de descente.

Belle balade donc dans des ambiances variées et en majorité sur des axes peu fréquentés.

Le Port de Lers.

Un troupeau de moutons bloque provisoirement le passage.

Toujours et encore la sale manie de certains, plutôt motorisés, de laisser une trace de leur passage. Entre uriner sur le poteau et apposer un autocollant, je ne sais ce qui est le mieux.

La montée du col d’Agnès venant du Port de Lers.

La vallée du Garbet.

Entre Sérac et Oust.

Un col ombragé.

De là, il n’y a plus qu’à se laisser glisser vers Tarascon sur Ariège.

La trace GPS que vous pouvez télécharger sur Openrunner.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Cyclotourisme Randonnées

D’Arras à Laon (2/4)

Vaste panorama du haut des remparts de Coucy le Château.

Je reprends, pratiquement quatre ans après, la narration de cette randonnée (première partie). Ayant égaré mes notes, celle-ci sera des plus succinctes. Fort heureusement, j’avais reconstitué mon itinéraire sur Openrunner et garde ainsi la seule trace précise de mon cheminement (Cf. infra).

La première partie qui suit le cours de la Somme jusque Ham, n’est pas pour autant complètement plate. La route qui méandre de part et d’autre du cours d’eau prend et perd régulièrement un peu de hauteur. La suite est plus animée avec trois « pics » dont le belvédère constitué par Coucy le château.

Seul souvenir précis de cette étape, la perte de mon portefeuille lors de mon arrêt à Ham. Dépité à sa découverte en rangeant mes affaires à l’issue de mon pique-nique de midi, je fus à deux doigts de rentrer par le premier train. Ayant pu faire opposition rapidement et me munir de liquidités, je décidai finalement de poursuivre et de tirer un trait sur cette mésaventure. La gendarmerie de Ham me contactera mi-août pour m’annoncer que mon porte feuille avait été retrouvé, délesté bien sûr des billets qu’il contenait. Mais j’ai pu récupérer mes tickets du restaurant d’entreprise et tous mes papiers, que j’avais fait refaire dans l’intervalle.

Chapelle de Saint Christ Briost.

L’église Saint Martin d’Enemain et ses murs en rouges-barres.

Eglise de Falvy.

Falvy dont on devine le clocher de l’église, vu de la rive opposée de la Somme et du marais des Paillons.

Mairie Ecole de Pargny.

Mairie de Voyennes.

Offoy.

.Les énormes silos des Sucres Saint-Louis d’ Eppeville. Un de mes fils y travaillait alors que je passais à proximité, d’où la photo.

Hôtel de ville de Ham.

Vestiges du château.

Pigeonnier – Brouchy.

Je voulais vérifier le lieu de cette prise de vue. A défaut d’un repérage GPS, la vue satellite me confirme la localisation. On voit l’ombre du pigeonnier, à proximité du monument aux morts (photo suivante).

Monument aux morts de Brouchy. 

Eglise et Mairie de Trosly Loire.

Eglise Saint Sauveur de Coucy le Chateau.

Les remparts de Coucy le Château.

Mairie de Landricourt.

La trace GPS est sur Openrunner

A suivre Soissons Suzy.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Cyclotourisme Randonnées

Randonnées

La descente de l’Izoard vers Briançon.

En cette période de confinement les média en sont réduits à la rediffusion. Privé de sa matière première, ce blog n’échappe pas à la tendance.

J’avais depuis longtemps le projet de regrouper les reportages réalisées lors de mes randonnées et qui se noient dans la masse de ceux sur les brevets. J’avais même créé un brouillon de page qui était resté embryonnaire.

Le temps étant retrouvé, j’ai complété la liste et mis en ligne la page.

Catégories
Cyclotourisme VTT

La Gérard – VTT

Après une mise en chauffe sur chemin de halage, la Gérard nous entraîne sur des secteurs nettement moins roulants.

Dimanche 15 mars, tous les brevets sont annulés. Que faire, rester au chaud? C’est sans compter sur les ressources de Gérard qui a plus d’un itinéraire dans sa besace.

Malgré un message adressé au vététistes du club, nous ne sommes finalement que deux à enfourcher nos bécanes Je croise devant le parc du Baroeul deux cyclos qui cherchent en vain les traces de Mons à vélo. Mais le club avait annoncé l’annulation en début se semaine et n’avait pas tracé.

Avec Gérard, pas besoin de trace et je me contentai de le suivre, sur des chemins agricoles bien boueux, chemins de halage et sentes forestières l’étant un peu moins.

Parcours agréable et peu fréquenté entre Marque, Deûle et Lys en ce dimanche de pré-confinement.

Je vous communique la trace pour des temps plus fastes, les perspectives de pouvoir rouler sur des routes désertées étant irrémédiablement écartées en cette période de confinement.

Ce sera peut-être pour moi l’occasion de mettre en ligne des articles inachevés d’anciennes randonnées.

La trace téléchargeable sur Openrunner.

On rejoint la Marque au niveau de la Poste.

Un mur de tags bien connu et souvent renouvelé.

Courte variante pour profiter du dénivelé d’un talus.

Wambrechies,et son port de plaisance.

« Voilà un chien obéissant » dit Gérard...

… je vous laisse apprécier la sûreté de son jugement en matière de comportement canin.

On arrive à Quesnoy sur Deûle.

Crochet en campagne …

… où un jeune veau qui avait fait le mur…

… connaît un moment de panique.

Ce n’est qu’un début.

Pas de gros peloton ce matin.

Retour à la Deûle, on devine sur la droite le pont jaune de Deulemont.

On suit maintenant la Lys.

On quitte la berge pour une séquence bois et monotrace.

Rien ne lui résiste.

Ca glisse quand même.

Drôle d’oiseau…

Une petite boucle pour le plaisir de ce court raidillon.

C’est reparti pour du monotrace.

On se croise en respectant la distance de sécurité.

Des vestiges d’anciens brevets sans doute. Mieux vaut apposer une flèche amovible.

Un bon entraînement pour le bunny hop.

Rien de grave, et personne ne pouvait l’aider pour ce qu’il avait à faire.

Un peu d’asphalte, mais pas pour longtemps.

C’est presque l’autoroute.

Ce n’est pas le magnétisme naturel de Gérard qui fait se retourner ces cavalières, mais vététiste échaudé craint la ruade et prudent il annonce notre passage.

Retour au canal…

… et ses variantes bosselées.

Un dernier passage boueux.

L’église Saint Vincent, la Poste est sur l’autre rive.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.