Catégories
Brevet Cyclotourisme

Paris-Roubaix Cyclotourisme – Roubaix 2022

A défaut d’un tour de vélodrome, celui-ci étant fermé pour travaux, une photo sur le podium qui marque l’entrée restera un bon souvenir de ce 36ème Paris-Roubaix Cyclotourisme organisé par la section Cyclotourisme du VC Roubaix.

Je n’avais pas prévu de rédiger un article sur le Paris-Roubaix cyclotourisme, étant mobilisé toute la journée en tant que membre du VC Roubaix, comme la centaine de bénévoles présents au vélodrome ou sur les cinq autres points d’accueil.

Finalement, le stock de photos réalisées de façon sporadique au cours de cette longue journée est suffisant pour vous proposer un Paris-Roubaix vu côté organisation.

Impliqué dans la préparation de cette manifestation, je m’abstiendrai de toute appréciation, même s’il apparaît du témoignage de nombreux participants qu’ils étaient satisfaits, disons même très satisfaits.

Comme à l’accoutumée, un lien vers les traces GPS des trois parcours au départ de Bohain en Vermandois (200 km), Wallers (100 km) et Roubaix (75 km).

Une édition qui aura donné bien du fil à retordre à Francis notre traceur, qui aura du revoir plusieurs fois sa copie pour cause de manifestations prévues le même jour ou de travaux signalés par les communes traversées après la déclaration en Préfecture, puis par des travaux repérés par hasard en lisant la presse locale et enfin ceux découverts une semaine avant au moment du fléchage.

Les photos de ce reportage ont été prises au vélodrome, d’autres seront bientôt disponibles. Les liens seront communiqués sur le site du club ou sa page Facebook.

Pour commencer quelques images de samedi. Pour les étapes précédentes de la préparation, voir sur la page FB.

L’installation commence par une épreuve de pose de barrières en figures libres. Chacun son style.
Voilà le parking à vélos en place. Nous en resterons là pour les installations extérieures.
Le club VTT de Mosan près de Liége, fidèle des versions cyclo et VTT, ne pouvant participer dimanche est venu nous rendre visite samedi.
Opération sandwichs. Transfert d’une partie du stock dans les frigos de l’arrivée, le reste demeurant dans la remorque frigorifique, direction Orchies dimanche matin.
L’équipe de Bohain part en début d’après-midi. Avec une ouverture du point d’accueil à 5h00, il faut installer la veille et passer la nuit sur place, version lit de camp. Jacques qui charge son vélo fera le 200 une fois les départs terminés à 7h00
Fin d’après-midi, chargement d’un des utilitaires à destination d’un ravitaillement.
2h30. Les bus sont ponctuels et le chargement des vélos en direction de Bohain peut commencer.
Gérard au pointage des inscrits.
Baptiste et Freddy au chargement des remorques qui accompagneront les bus et reviendront en vélo.
Prêts à partir.
Les crochets sont tous occupés. Il y a encore un peu de place à plat en protégeant les vélos avec l’aide de Philippe troisième larron de cette équipe.
4h30, l’équipe de Solesmes se prépare à partir.
5h00. C’est au tour du bus de Wallers, bien à l’heure également.
Deux cyclistes danois.
Le jour est maintenant bien levé.
Patrick responsable du ravitaillement d’Orchies prend le départ.
Enfin presque.
Premier inscrit.
Dernière vérification sous l’oeil de Régis, le ministre des finances.
Une éclaircie, enfin presque et nous pouvons déplier et gonfler l’arche marquant l’arrivée.
Et déjà le premier arrivé de la boucle.
Participant malheureux qui a du abandonner sur ennui mécanique et revenir en camionnette.
Père et fils.
Tout un programme.
Parapluie sous le préau : ceinture et bretelles, comme on dit.
La signalétique est perfectible, mais la réactivité est au rendez-vous.
Cette édition avait été labellisée Longue Distance par la FFCT. Outre le seuil de 200 km pour le trajet le plus long, il nous fallait respecter un cahier des charges garantissant une qualité du parcours et de l’accueil.
Réglons nos montres.
On part vraiment maintenant ?
C’est parti malgré la pluie.
Petite fringale pour Gérard. Renaud responsable de l’arrivée avait prévu de quoi réconforter ses troupes.
Christine arrive pour prêter main forte.
A quoi reconnaît-on que c’est un italien ?
Ca se finit par une photo.
Le revoici prêt à partir avec ses équipiers tous vêtus d’un maillot spécial « Pasturana- Roubaix ».
Les participants de la boucle de 70 km commencent à arriver. A défaut de pouvoir faire un tour final de vélodrome, une photo sur le podium devant le pavé de l’entrée constitue un palliatif.
La cloche sonnera à chaque arrivée. Marianne en poste au second plan à gauche.
L’équipe GS Invicta venue d’outre manche, prend la pose sous l’arche d’arrivée.
Et brandit fièrement le trophée récompensant les équipes les mieux représentées.
L’équipe de la Pedale Castelnovese aussi récompensée.
Petit tour à la boutique souvenirs
Arrivée tardive mais méritoire de deux cyclos vintage du club italien Settimello
L’équipe de Brixton rend visite au local du club pour retirer son pavé. Ils auront aussi besoin d’un coup de main pour faire démarrer leur véhicule

En guise d’épilogue. Une séquence rangement et nettoyage du local.

Avant….
Beau ballet de balais, selon Monique.
Bel exemple de parité dans les tâches ménagères.
… Après

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Route

Les Routes de Saint-Louis – Leers 2022

Le Moulin de Vertain, sans les pavés, comme annoncé par Cycleers, organisateur de cette randonnée les Routes de Saint Louis.

Les Routes de Saint Louis changeaient de territoire cette année, délaissant la Belgique pour la Pévèle.

Mais pas de changement dans la bonne organisation et l’accueil chaleureux qui caractérisent cette randonnée.

Le parcours de 90 km nous menait jusque Mons en Pévèle, privilégiant les petites routes et évitant les gros bourgs. Ceci nous vaudra quelques kilomètres, sept exactement, en plus de la distance officielle.

Le Moulin de Vertain accueillait le ravitaillement et constituait le noeud entre le parcours de 60 km et la boucle supplémentaire du 90 km.

Le circuit était bien fléché. Le premier flécheur, on ne sait si c’est par souci d’éviter tout errement, par manque d’expérience ou en raison de problèmes ophtalmologiques avait tracé des flèches d’une taille telle que l’on devrait les voir sans peine sur les images satellite de Google si par hasard celles-ci venaient à être mises à jour prochainement. Ses collègues revinrent heureusement à plus de modération dans leur expression.

Cette taquinerie, pour inviter certains clubs à trouver une juste mesure dans la taille des flèches afin d’éviter que les communes finissent par interdire le fléchage au sol, quand bien même celui-ci est censé être réalisé avec des peintures se dissolvant rapidement.

Plus de photos que la semaine dernière, mais moins que d’habitude, l’espacement des groupes n’incitant pas à des haltes prolongées. Prises de vue en sauts de puce donc avec le risque d’être dépassé par des groupes sans les avoir vu venir. Ce fut le cas, mais la présence d’un photographe du club palliera mes manquements. Vous trouverez ses photos via la page Facebook ou sur le site du club et bien sûr en consultant la rubrique Reportages de l’excellent Cycloshdf.fr.

Pas de reportage prévu dimanche prochain, ni le suivant où je serai sur Paris Roubaix Cyclotourisme, mais côté organisation. Inscriptions sur place possibles.

La trace que vous pouvez retrouver comme d’habitude sur Openrunner
3 circuits au choix.
Les roubaisiens les plus matinaux, prêts à partir.
50 nuances de vert.
Le vent, un peu en avance au regard des prévisions, contrariera la progression sur la première moitié du parcours.
Le photographe officiel.
Quelques minutes de patience supplémentaires m’eussent sans doute permis de saisir ce peloton en action.
Le pavé de Vertain.
Paysage typique de la Pévèle. J’aime bien.
Mons en Pévèle en majesté.
Une petite montée après Mons en Pévèle, j’ai tout juste le temps de sortir mon appareil. Le cadrage s’en ressent.
Second passage au ravitaillement du Moulin de Vertain.
Les tables en extérieur permettaient de profite de l’ensoleillement généreux ce jeudi matin (j’ai failli écrire dimanche).
Les clubs présents.
L’équipe de bénévoles, presque au complet, manquent les ravitaiileurs. Bravo et merci à tous.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme

Randonnée Printanière – Haubourdin 2022

Les ravitailleurs de Steenwerck de cette Randonnée Printanière, organisée par le CR Haubourdin, avaient oublié le panneau indicateur. Un maillot dont la température quasi estivale permettait de se départir fit l’affaire.

Pour ceux, peu enclins à rouler sur un Lille Hardelot, cette année encore sur fréquenté, la Randonnée Printanière du CR Haubourdin offrait une paisible alternative.

Trop paisible sans doute au goût des organisateurs car ce brevet rassembla un peu moins de 200 participants.

Calme plat sur les routes également ce qui me convint parfaitement.

Brevet tranquille aussi pour le photographe car, parti sur le 85 km, l’essentiel des troupes s’était concentré sur les distances 60 km et moins. Pas d’arrêt pour attendre les participants, les seuls clichés se limitant au départ et au ravitaillement.

Mais c’est faire justice aux efforts des organisateurs que de rendre compte de cette randonnée, en dépit de la maigre production iconographique.

La trace entre Flandre et Weppes, disponible sur Openrunner.
A noter que si vous juxtaposez la trace de cette année et celle de 2019. vous obtenez un beau circuit. Je n’ai pas encore opéré la fusion.
Tout le monde est prêt avec le sourire.
4 circuits avaient été balisés.
Moment de convivialité avant le départ pour les ravitaillements.
Tous les roubaisiens n’étaient pas sur Lille Hardelot. Bernard était à Haubourdin.
Steenwerck et ses ravitailleurs distraits.
Lambersart, bien représenté.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Brevet Cyclotourisme Route

Géant Lambert – Lambersart 2022

C’est vers les Monts des Flandres et le Heuvelland que nous conduisait cette édition 2022 de la Randonnée du Géant Lambert organisée par le Cyclo Club Lambersart

Le Géant Lambert fait partie de ces brevets que l’on retrouve avec un plaisir particulier.

Longue distance qui permet de profiter d’ambiances variées, parcours soignés et organisation de qualité, cette 25ème édition reste dans la lignée des précédentes.

Cinq distances étaient proposées mais le 110 km était bien sûr la plus intéressante avec un enchaînement de bosses : Mont Noir, Mont des Cats, Mont Rouge et Monteberg. Passé le Monteberg, il ne fallait pas croire en avoir fini avec le dénivelé car c’était oublier que l’on traversait le Heuvelland, pays des collines et les environs de Mesen nous réservaient encore quelques montées. En tout, 800 mètres de dénivelé, concentrés sur 60 km.

Pour couronner le tout, le vent s’invita en fin de matinée et vint corser la partie plane du retour.

Beau parcours donc, bien fléché et pourvu à plusieurs croisements de signaleurs. Ravitaillement de qualité, même si celui du Mont Rouge fut victime du succès.

Belle fréquentation en effet avec 780 participants. (870 annoncés initialement, mon informateur que je ne dénoncerai pas ayant inversé les deux premiers chiffres. Moralité : Il faut toujours recouper ses sources).

Temps idéal pour les photos, j’ai du prendre sur moi pour ne pas m’arrêter plus souvent afin de photographier des paysages, certes déjà vus, mais toujours plaisants.

Brevet à conseiller donc.

La trace du 110 km disponible sur Openrunner.
Comme d’habitude, le départ ressemblait à la salle de contrôle d’Ariane Espace à Kourou. Je n’ai pas osé demandé à quoi servait la puissance de calcul ainsi assemblée, mais manifestement cela occupe du monde. Peut-être un des organisateurs laissera-t-il un commentaire pour expliquer.
Mais l’enregistrement demeure manuel. Sur la photo Robert du VC Roubaix et Patrick, président du CC Lambersart.
Trois roubaisiens sur le départ. A gauche, Francis, traceur du Paris Roubaix Cyclotourisme qui aura lieu le 05 juin prochain. A droite, sinon ils vont se vexer, Cathy et Philippe.
Compte tenu de l’orientation générale du circuit, difficile de faire des photos de cyclistes dans la première partie car nous partions dos au soleil, contre-jour garanti.
Une curiosité que je pense n’avoir encore jamais vue.
N’étant pas particulièrement véloce, il vaut mieux que je fasse mes haltes photographiques avant que tout le monde m’ait dépassé. Je guettais donc un tronçon bien exposé et je fus servi.
Après Cathy, plus de cyclistes en vue, je repars.
Nouvelle portion bien éclairée et qui plus est en faux plat montant (Cf l’article sur les Belles censes).
Bailleul ,1er ravitaillement.
Mont des Cats franchi par la rue de l’Abbaye.
Dernier regard.
Second ravitaillement au Mont Rouge.
La sécheresse ne touche pas que les nappes phréatiques.
L’église de Locker bien éclairée.
Je m’étais dit au ravitaillement que ne m’arrêterais plus. Ce ne fut pas le cas.
Wulvergem à l’horizon.
Image de fin. Une autre pratique du vélo.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.