Catégories
Cyclotourisme

Vélo vision

Un dimanche à vélo, un autre regard sur la ville

« L’aventure est au coin de la rue » dit-on. L’aventure, je ne sais pas mais l’exotisme parfois. Un exotisme de proximité, né de l’attention nouvelle portée à des objets, des bâtiments, des lieux, tellement coutumiers qu’on ne les voit plus ou tellement proches, qu’à trop chercher le dépaysement on les a négligés.

C’est à la découverte de cet exotisme du quotidien que je suis parti ce dimanche à vélo.

C’était une journée idéale pour une randonnée au long cours. Temps sec et ensoleillé, température fraîche le matin mais franchissant allègrement la barre des 10 ° à l’ombre vers midi. Las, étant d’astreinte, pas question de s’éloigner trop de Lille.

L’appareil photo dans la poche arrière, j’enfourchai mon vélo et roulai petit braquet, peu soucieux de la distance parcourue.

Après un petit tour vers la Deûle, et quelques photos de péniches et de canards (et non de caniches peinards), direction le Jardin des géants à deux pas de Lille Europe. C’est un très bel endroit que je connaissais pas, alliant végétation, eau, constructions métalliques, statues.

Le choix des végétaux, le découpage des allées, les plans d’eau offrent des perspectives et des ambiances variées. Tantôt cheminant sur des allées bordées de hauts bambous, le regard est enserré entre ces parois végétales. Tantôt plus à découvert, l’horizon s’ouvre sur la ville et les nouveaux immeubles à l’architecture résolument moderne. Une invitation à poursuivre mon périple vers ces quartiers que je ne traverse jamais.

Pour finir, retour vers les Dondaines avec là aussi découverte d’un espace vert que je n’avais pas encore fréquenté.

Pas d’itinéraire, pas de photos de prairie ou de cyclistes cette semaine, seulement quelques vues citadines inhabituelles pour moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas d’effet Photoshop, seuls les reflets des arbres dans l’eau du canal créent ce fond chatoyant.


La ferme pédagogique des Dondaines, ilôt de "rurallité" en centre ville. A gauche on aperçoit les ruches, qui font de cet endroit un lieu de formation à l'apiculture.

Catégories
Brevet Cyclotourisme

L'échappée Belle 2010

 

web-sdc12624.1276976763.jpg

La zone de départ est calme. Photo de groupe devant le Beffroi

Retour en arrière par rapport à l’ordonnancement chronologique de ce blog, pour évoquer le traditionnel Lille-Calais, dont je n’ai pu rendre compte en son temps pour cause de déplacement professionnel suivi de Paris Roubaix.

Petite année pour l’Echappée Belle en termes de fréquentation. Le samedi, les organisateurs annonçaient moitié moins de participants que l’an dernier, ce qui s’est vérifié à l’arrivée… où l’on avait droit à deux sandwichs. La faute à la fête des mères? Espérons le, en souhaitant que cette classique des brevets nordistes perdure.

web-sdc12626.1276976883.jpg

Le photographe que l’on voit de dos sur la photo précédente me propose de me prendre. Me voici donc en grande tenue d’apparat, encore immaculée ( mais n’anticipons pas) l’horloge du Beffroi marquant 7h45, heure officielle du départ.

web-sdc12630.1276977184.jpg

Dernière photo et dernier pipi pour le club cyclo de Marquise.

Grande année s’agissant des conditions météo puisque nous avons eu un vent de face pratiquement de Lille à Escalles. Si j’ai pu profiter épisodiquement de l’abri de quelque peloton, c’est en prise directe avec le vent que j’ai parcouru l’essentiel des 160 km. Une fois passé Escalles, nous pûmes alors filer vent dans le dos vers Calais et la descente du Cap Blanc Nez vers Sangatte à 65 km/h fut un régal.

Outre le vent, le début de matinée fut un peu humide. Un freinage intempestif dans un virage boueux et me voilà glissant les deux roues en l’air. Je me relève avec plus de peur que de mal. Ma poignée de frein droit est légèrement de travers mais je pourrai la repositionner sans problème. Les manchettes auront évité une abrasion trop forte du coude néanmoins un peu râpé. C’est à la halte de Merris que je constaterai que mon casque en a pris un coup, démonstration si certains en doutaient de son utilité.

web-sdc12647.1276977842.jpg

 Mon casque après la chute.

web-sdc12634.1276977403.jpg

Le moulin de Watten. Une belle descente s’amorce.

Le parcours légèrement renouvelé proposait outre le Cran d’Escalles quelques montées soutenues.

Dans l’ordre, la traversée de la forêt de Tournehem dont la difficulté est davantage la longueur que la pente. La route monte par paliers et l’on découvre donc au fur et à mesure que ce que l’on croyait être la fin ne l’est pas.

Ensuite vient, le Ventu d’Alembon avec une pente moyenne de 8,2 % et des passages à 9%. La route suit des lacets réguliers, ne pas partir trop vite.

Enfin, après la halte d’Hermelinghen la longue montée du Mât, 500 m à 10% selon les informations données par André Tignon.

47mat.1276807498.jpg

Dans la montée du mât, photographié par André Tignon.

Le Boulonnais à cette période de l’année est toujours aussi plaisant même si le temps maussade ne mettait pas vraiment en valeur les couleurs vives et variées de la végétation.

web-sdc12642.1276978242.jpg

Un brevet connu mais que je refais toujours avec plaisir.

Merci aux organisateurs en espérant que la relative désaffection de cette année n’entamera pas leur enthousiasme.

Voici les grandes lignes de l’itinéraire pour ceux qui auraient un regret de n’avoir pas participé :

Lille, Lomme, Sequedin, Englos, Ennetières, Radeingem, Sailly sur la Lys, Le Doulieu, Merris, Vieux-Berquin, Morbecque, Sercus, Lynde, Ebblinghem, Buysscheure, Watten, Ganspette, Eperlecques, Mentque Norbécourt, Quercamps, Journy, Hocquinghen, Licques, Alembon, Hermelinghen, Fiennes, Landrethun le Nord, Saint Inglevert, Escalles, Sangatte, Blériot Plage, Calais.

web-sdc12645.1276979484.jpg

Pourtant il y a un parking gardé à l’arrivée

web-sdc12646.1276979634.jpg

Les jeunes d’Hellemmes à l’honneur. Dernière photo avant d’aller prendre le train du retour.