Catégories
Cyclotourisme Randonnées

Uffholz – Mons en Baroeul (2ème étape Remiremont – Maxey sur vaise)

Au même moment, sur la côte méditerranéenne des baigneurs cherchent l’ombre du parasol.

24 août

Départ sous la pluie. Ce n’est pas le déluge mais je me félicite néanmoins d’avoir suivi les conseils de mon marchand de vélo et d’avoir acheté des sacoches Ortlieb imperméables. Elles sont par ailleurs très pratiques se clipsant sans effort sur le porte-bagage.

L’objectif du jour est de rejoindre la vallée de la Meuse, un peu au nord de Neufchâteau puis d’en suivre plus ou moins le cours.

De Remiremont il faut d’abord accéder au plateau. Une montée d’une vingtaine de kilomètres mène à Xertigny avec de longs passages en forêt où, en ce matin humide, se mêlent odeurs de fougère, d’herbe mouillée et de sapin. Le temps demeure maussade une grande partie de la matinée.

Je m’arrête à Remoncourt pour y pique-niquer la pluie ayant cessé. Je m’achète une tarte aux myrtilles avec le projet de la manger en buvant un café. Las, il me faudra y renoncer faute de trouver un café sur ma route. Le seul du village est fermé et à vendre et par la suite, les rares troquets croisés sont fermés pour cause de vacances. A emprunter des routes secondaires je réalise le nombre de villages qui ne disposent d’aucune boutique.

Le temps s’améliore progressivement et c’est sous le soleil que je parviens à Domrémy la Pucelle en compagnie de Mallet et Isaac et de Lagarde et Michard (1).

De fait c’est plutôt la deuxième paire qui m’accompagne car si j’ai tout oublié du bon roi que la Pucelle a rejoint pour bouter les anglois hors de France, me reviennent en mémoire les vers de Peguy que je tiens parmi les plus beaux dans mon anthologie personnelle de la poésie française.

« Adieu, Meuse endormeuse et douce à mon enfance,
Qui demeures aux prés, où tu coules tout bas.
Meuse, adieu : j’ai déjà commencé ma partance
En des pays nouveaux où tu ne coules pas »

Et de regarder la Meuse musarder en songeant à l’enfant qui, selon les indications historico-touristiques, emmenait paître les troupeaux pour son père, quand le tour de la famille était venu.

Cette rêverie passagère ne m’a pas fait oublier les nourritures terrestres que je transporte dans ma sacoche et me résous à manger sans café avant de reprendre mon chemin en suivant la rive droite. La route y sinue au gré des méandres de la rivière que l’on entrevoit par moments au centre de la plaine ou que l’on côtoie parfois.

En cette fin d’étape, mon plaisir est un peu gâché par le couinement de ma chaîne qui manifestement souffre d’un manque d’huile. Les averses rencontrées durant le trajet aller à l’arrière de la voiture ont du ôter une bonne partie de celle mise avant le départ et les récentes pluies ont achevé l’ouvrage.

J’arrive à Maxey sur Vaise, étape du jour, non sans éprouver une légère appréhension quand je découvre que le village borde une départementale assez fréquentée. Mes craintes ne seront pas fondées. Les premières maisons formant sans doute un mur antibruit efficace, le centre du village est des plus paisibles. Un ruisseau canalisé court au milieu de la Grand rue, rappelant le charmant village anglais de Burton on Thames.

Je trouve sans peine la chambre d’hôte située dans une énorme maison. La propriétaire me montre où garer mon vélo et je découvre qu’elle abrite également ceux de l’office du tourisme. Je n’hésite plus alors à lui demander un peu d’huile pour ma chaîne. « Je vais demander à mes enfants me dit-elle, je vous laisserai le tout sur cette table ». Promesse fut tenue et je trouvai sur la table un pot et un pinceau. Je mis un peu de temps à réaliser que ce m’était bien destiné car la viscosité de l’huile la faisait davantage ressembler de la mélasse qu’à celle au Teflon que je vaporise habituellement. Je me décidai néanmoins à appliquer la mixture et obtins de la propriétaire qui passait à ce moment là confirmation que je ne m’étais pas trompé. Je me gardai bien de lui faire part de mon premier étonnement et appliquai consciencieusement ce que je savais désormais être de l’huile.

Je vous recommande donc également cette chambre d’hôte tant pour son cachet, chambres qui sentent bon la campagne des années 50, évier en pierre dans la salle commune, mais sanitaires très modernes, que pour la qualité de l’accueil.

noisette.danielle@wanadoo.fr

(1) C’est à rédiger ce genre de note de bas de page que l’on s’aperçoit que l’âge est là. Donc, jeunes lecteurs, Mallet et Isaac étaient deux historiens qui ont fourni aux collégiens et lycéens français de plusieurs générations des manuels scolaires de référence. Lagarde et Michard ont fait de même pour la littérature.

panorama-13760-61.1292173069.jpg

Voila une photo qui ne fera sans doute pas très plaisir au Comité Départemental du Tourisme des Vosges, pour autant qu’il ait un jour connaissance de cette publication.

sdc13771-web.1292173129.jpg
panorama-13772-74.1292173227.jpg

 Changement assez radical de dénivelé après la Route des crêtes. Je ne suis pas vraiment gêné par la circulation. 

sdc13780-web.1292173321.jpg

 Envoyer CV, lettre de motivation et prétentions. Une expérience dans un emploi similaire sera un atout.

sdc13786-web.1292173376.jpg

 En début d’après midi, le temps se dégage rendant les paysages moins austères.

sdc13793-web.1292173422.jpg
sdc13795-web.1292173479.jpg
sdc13798-web.1292173532.jpg

L’église de Domremy.

sdc13797-web.1292173594.jpg

La Meuse à Domremy.

sdc13800-web.1292173672.jpg

« Et pendant ce temps là, Meuse ignorante et douce,
Tu
couleras toujours, passante accoutumée,
Dans la vallée heureuse où l’herbe vive pousse… »

sdc13803-web.1292173741.jpg

La Grand Rue de Maxey sur Vaise.

image-2.1292173827.png

Itinéraire de l’étape 2.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Catégories
Cyclotourisme Randonnées

Uffholz – Mons en Baroeul (1ère étape Uffholz – Remiremont)

Prologue

panorama-13682-84.1292189689.jpg

Hartmannswiller, dans la plaine d’Alsace, en route vers Uffholz.

sdc13691-web.1292189808.jpg
sdc13694-web.1292272307.jpg
sdc13699-web.1292272359.jpg

A défaut du climat (cf. plus bas), les vosgiens partagent avec les italiens le goût des maisons peintes.

23 août

Réveil ce lundi matin sous un ciel gris. Après une journée de dimanche étouffante, il a plu durant la nuit et le temps demeure chaud et humide. D’Uffholz, on est très vite dans le vif du sujet. Les huit premiers kilomètres montent régulièrement avec une pente moyenne d’un peu plus de 6% et des passages à deux chiffres. Difficile dans un premier temps de trouver le rythme. Avec un vélo chargé et du dénivelé, je me retrouve dans une configuration peu habituelle et il me faut lutter contre la tentation d’adopter une cadence trop rapide. J’observe avec inquiétude le compte à rebours des pignons. J’arrive heureusement à stabiliser mon allure après quelques kilomètres. Ce début un peu chaotique me conduit à une certaine humilité quant à d’ambitieux projets de randonnée alpestre.

L’avantage de ce temps maussade est l’absence de circulation. J’échappe notamment au défilé de motos observé la veille. A lire les panneaux du Conseil Général incitant les motards à la prudence, j’en déduis que certains ont tendance à utiliser cette portion de la route des crêtes pour pratiquer la course de côtes.

Ce n’est pas mon cas, et mettrai une heure à parcourir les 10 premiers kilomètres. Dans l’intervalle, la pluie s’est invitée ainsi que le vent. Après quelques kilomètres moins pentus, débute la montée au Ballon d’Alsace. Il faut croire je me suis habitué à ces nouvelles conditions de route car les sept kilomètres qui mènent au sommet me paraîtront moins durs, alors que la pente moyenne est plus forte.

panorama-13703-04-web.1292272439.jpg

Entre deux montées vers le Ballon d’Alsace

sdc13706-web.1292272530.jpg

Je commence une série de photos « Mon vélo à… ». Celle-ci s’intitule Mon vélo au Ballon d’Alsace. Original non ?

Je prends quelques photos, plus pour témoigner de l’ambiance que pour la somptuosité du paysage. Alors que je m’apprête à entamer la descente vers le Markstein, débute une averse qui me conduit à m’abriter dans « le » snack-bar de l’endroit au nom évocateur de « La vue des Alpes ». En fait de vue, ce sera de celle des géraniums de la terrasse derrière une vitre mouillée dont je pourrai profiter, car, au delà, difficile de distinguer quelque chose.

sdc13710-web.1292272609.jpg

Avant la descente et avant l’averse.

sdc13711-web.1292272678.jpg

La vue des Alpes.

J’attendrai trois quart d’heures que la pluie s’atténue, à défaut de cesser, pour poursuivre et entreprendre la descente vers le Markstein. Malgré un maillot, un blouson et un coupe-vent, j’ai des frissons et me prends à penser avec nostalgie à la douceur italienne que je goûtais la veille encore.

Arrivé au Markstein, le brouillard se fait plus intense et j’allume feux avant et arrière. Je commence à douter de la faisabilité de l’étape prévue le vent étant également soutenu. C’est dans ces dispositions peu enthousiastes que je reprends l’ascension. En fait le plus dur est fait et, assez vite, je réalise que je suis sur les crêtes. Le vent faiblit et un début d’éclaircie procure un peu d’horizon.

Ce ne sont pas les perspectives ensoleillées dont j’avais le souvenir et que j’attendais, mais il fait désormais sec et les bancs de nuages qui rampent alentour créent une ambiance intéressante bien qu’automnale. Je croise des randonneurs pédestres aperçus au Ballon d’Alsace avant le déluge et qui ont rejoint le départ de leur balade en voiture. Petit signe de connivence. Côté cyclos je n’apercevrai qu’un couple en tandem.

panorama-13712-13-web.1292272807.jpg

Je confirme, nous sommes bien le 23 AOUT.

panorama-13716-17-web.1292272874.jpg

O Tannenbaum, O Tannenbaum, wie gründ sind deine Blätter.

panorama-13719-21-web.1292272923.jpg

 L’éclaircie s’amorce très doucement.

Parvenu au Honeck, je la joue petits mollets et descends vers Xonrupt-Longemer. La piètre visibilité et quelques nuages menaçants me font renoncer à rejoindre le sommet. De fait, je subirai de nouveau quelques précipitations mais finalement modestes.

sdc13729-web.1292272992.jpg

La route qui conduit à Gérardmeer est bien roulante et j’y parviens alors que l’éclaircie s’affirme me permettant un pique-nique sur le bord du lac.

Au terme de cette halte, départ vers Sapois. Après une montée assez rude en forêt suit une descente régulière où l’odeur de fumure remplace progressivement celle des sapins.

A Vagney, je rejoins la Route verte des Vosges qui suit le tracé d’une ancienne voie de chemin de fer et conduit directement à Remiremont.

sdc13736-web.1292273077.jpg

Une voie verte comme on aimerait en voir prospérer.

Il faudra encore appuyer sur les pédales pour parvenir à la chambre d’hôte que j’ai réservée et qui se trouve en pleine nature à la sortie de la ville.

Je comprends que le Guide du Routard conseille cet hébergement. Accueil chaleureux, chambre confortable, cuisine très bien équipée et petit déjeuner copieux font de la ferme du Grand Bienfaisy une halte idéale.

Vous pouvez consulter le site http://www.legrandbienfaisy.fr

sdc13753-web.1292273163.jpg

Vue de la fenêtre de ma chambre.

Topo

Le tracé du parcours (prévu) est consultable sur Openrunner

parcours-complet.1292273713.jpg

La première étape part d’Uffholz et rejoint Remiremont en passant par la Route des crêtes.

parcours-etape-1.1292273449.jpg

Longueur : 95 km

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.