Quand les intempéries, les cyclistes pleurent.

Certaines routes secondaires étaient encore enneigées.

Vous avez failli échapper à ce titre, digne de l’Almanach Vermot, l’intitulé de cette chronique étant initialement « un dimanche sans brevet ».Plus explicite sans doute, mais moins drôle.

Car en effet, de brevet il n’y avait point pour cause de conditions météorologiques défavorables. Celles-ci d’ailleurs l’étaient davantage pour la préparation des sorties que pour ce dimanche lui même qui, en dépit des prévisions pluvieuses, s’est révélé sec voire même ensoleillé.

Si certaines routes étaient encore bordées de congères ou parfois, pour les moins fréquentées, partiellement enneigées, le réseau routier était dans son ensemble parfaitement roulable.

Toujours est-il que la liste des annulations s’est allongée durant la semaine sur Cyclos59, le coup de grâce étant porté par Jean-Claude Fallet en personne qui m’annonçait, alors que je lui portais que mon vélo pour un réglage, que Mons en Vélo était également remis à l’année prochaine.

Après une hésitation entre VTT ou route, je me décidai pour cette dernière option avec en perspective un circuit balisé à partir d’Auberchicourt.

En définitive il en aura été tout autrement.

J’ai commencé par faire fausse route en voulant expérimenter une sortie de Lille conduisant vers Lesquin, la route indiquée par le navigateur utilisé se révélant en fait être une impasse. Ayant enfin rejoint l’itinéraire prévu, à trop négliger la carte je me suis de nouveau fourvoyé à l’entrée de Templeuve ce qui m’a valu le plaisir d’y revenir une dizaine de kilomètres plus loin.

A hauteur d’Auchy les Orchies, j’en ai assez de la départementale qui devait m’amener directement à Orchies et faisant le deuil de mon projet initial, bifurque vers Nomain. Cela me vaudra un tronçon pavé que je franchirai avec prudence et surtout de découvrir les anciens abattoirs d’Orchies, placés en dehors des routes habituelles.

De quoi transformer une balade, en voie de devenir ennuyeuse, en découverte de points de vue inattendus. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, une éclaircie apportera son lot de bonnes surprises

Filant ensuite vers Beuvry la Forêt, je n’irai pas jusque Saint Amand les Eaux, où j’ai repéré dimanche dernier une enseigne Ripolin, et bifurquerai à hauteur de l’Aléne d’Or pour rentrer vers Lille, vent dans le dos.

 Les canaux d’irrigation ont encore un air de banquise

En allant vers Nomain, la chaussée goudronnée s’interrompt brusquement.

Il est encore un peu tôt en saison pour fréquenter ce banc.

Viande bovine, ovine… et chevaline?

Une éclaircie en traversant Orchies.

Détail du toit de l’Hôtel de Ville

Qui croît encore à cette vision de la guerre ?

No comment.

Beuvry la forêt.

Une ferme près de l’Alène d’Or

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s