Catégories
Cyclotourisme

1er janvier 2010

 

Les illusions printanières sont loin en ce 1er janvier. Le ciel est bas et le froid mordant.

Les Pères Noël se disent qu’ils tiennent le bon bout et qu’ils ont bientôt fini de se cailler les miches et autre chose, accrochés depuis plus d’un mois aux façades ou toitures par leurs échelles de corde. Ce soir ou dimanche au plus tard, ils regagneront leurs boîtes pour enfin roupiller au chaud pendant onze mois. Enfin, c’est la vision optimiste des choses. Peut-être, passée la période de récupération, se morfondent-ils à écouter les boules du sapin de noël ressasser sans fin les histoires du dernier réveillon. Drôle de vie que celle de Père Noël de façade. La précarité au travail épargne peu de monde.

C’est conscient du privilège de pouvoir sans crainte avoir froid en faisant du vélo, que je m’engage sur les berges de la Deûle. Promeneurs, coureurs et cyclistes sont relativement nombreux pour un premier de l’an. Mais leur nombre est sans comparaison avec celui des volatiles aquatiques qui abondent sur les berges et sur l’onde. Cygnes, mouettes, hérons, canards, poules d’eau foisonnent. Je crois même identifier des cormorans.

Assez vite le plafond nuageux se déchire et c’est sous le soleil que je poursuis la balade.

J’ai déjà évoqué ce parcours mais j’engage à nouveau les petites (et grandes) familles, dès les frimas passés, à enfourcher leurs bicyclettes pour emprunter les berges de la Deûle et de la Lys. Accessible partir de nombreuses agglomérations le cheminement le long des berges de ces deux cours d’eau procure de nombreux avantages.

Hormis quelques passages en agglomération, la progression se fait sur des voies vertes.

L’alternance de la ville et de la campagne offre des paysages variés : industriels parfois décadents au sortir de Lille et de Saint-André, champêtres le plus souvent.La faune aquatique est abondante.

Enfin, les deux berges étant pour l’essentiel cyclables, des circuits « à la carte » sont imaginables.

A signaler, l’itinéraire balisé intitulé « La Deûle canalisée » qui mixe routes de campagnes et berges fluviales (sur le tronçon Quesnoy-sur-Deûle / Frelinghien). Le topo est téléchargeable sur le site du Comité Départemental du Tourisme : http://www.cdt-nord.fr/fr/guide/randos.aspx

A Deulemont, lieu de la confluence de la Deûle et de la Lys, une éminence permet d’apercevoir le Mont Kemmel et l’église de Messine à la forme caractéristique.

web-sdc11261.1262366272.jpg

Ciel plombé en début de matinée

websdc11263.1262366624.jpg

Début d’éclaircie à Wambrechies

web-sdc11269.1262366903.jpg

C’est pas Amsterdam mais ça ressemble quand même à un port

web-sdc11270.1262367118.jpg

Bain de soleil sur poutre

web-panorama-11273-75.1262367279.jpg

Les arbres effeuillés permettent de voir le Mont Kemmel

web-panorama-11277-78.1262367425.jpg

web-panorama-11282-84.1262367554.jpg

Selon que le regard se porte à droite ou à gauche, ville ou campagne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s