Catégories
Cyclotourisme Randonnées

Grande traversée des Alpes, du Jura et un peu plus (8)

16ème étape : Lamoura – Mouthe

A 6h00, il ne pleut pas, j’en profite pour démonter la tente et petit déjeuner au sec, si l’on fait abstraction de l’humidité ambiante.

Quelques kilomètres après le départ, la pluie revient jusque Morez. Vers 11h00, elle cède la place à des éclaircies qui se faufilent entre des nuages d’allure menaçante mais se borneront à montrer leurs muscles sans y recourir.

A Mouthe, le beau temps prend le dessus et permet d’apprécier ce village charmant. Le camping un peu à l’écart du bourg côtoie la source du Doubs.

Pour ne pas faire mentir la réputation du lieu, la nuit sera fraiche. J’avais opté pour un équipement « grand froid » mon duvet donné pour une température minimale de 11° risquant, à l’aune des nuits précédentes, de se montrer insuffisant malgré le drap housse censé améliorer ses propriétés calorifiques. C’est donc vêtu d’un maillot chaud à manches longues doublé d’un coupe vent, d’un pantalon léger en coton, de chaussettes et d’un tour de cou en guise de manchon pour pieds que je me couchai. L’équipement se révèlera efficace… jusqu’aux environs de 4 ou 5 heures du matin.

Morbier dans la grisaille.
Abbaye de Grandvaux.
Eglise de Mouthe.
La source du Doubs

17ème étape : Mouthe – Maiche

La pluie intermittente durant la nuit a pratiquement cessé et le démontage peut se faire au sec, ce qui est comme souvent très relatif s’agissant de la tente elle-même trempée de rosée. Le ciel reste couvert et confère aux lacs de Remoray et de Saint -Point que longe la route un caractère nordique.

A Pontarlier, je suis la D 437 en direction de Morteau. Par contraste avec les routes fréquentées dernièrement, le trafic paraît plus intense mais, suivant la vallée du Doubs, les paysages font oublier la circulation. Je n’emprunterai pas le tronçon qui, à en croire les courbes de niveau, est très encaissé, la route étant coupée et obliquerai en direction de Grand’Combe Chateleu par une route plaisante.

De Morteau, je suis la vallée du Doubs par une route surplombante ponctuée de plusieurs belvédères à l’endroit de gorges. Je la quitterai momentanément pour camper à Maiche.

Le long des lacs de Remoray et de Saint-Point
Pontarlier – Porte Saint Pierre
La D 437 suit le cours du Doubs avec densité de circulation acceptable.
Une fruitière, comme on rencontre beaucoup.
Fumoirs aux environs de Morteau.
On devine le Doubs au fond de la gorge.

La suite.

Pour être informé des prochaines publications, abonnez-vous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s