La Ronde des Nieulles 2012

Mon horizon pour les semaines à venir

J’avais, le samedi, complètement révisé mon vélo, étrennant par la même mon nouveau pied d’atelier Parktool et me réjouissais de participer à la Ronde des Nieulles par un dimanche que l’on annonçait beau. La balade s’arrêtera pour moi à hauteur du bois de Boulogne et se terminera aux urgences.

7h00, entre chien et loup, roulant sur la chaussée qui borde la Deûle en face du Bois de Boulogne, je m’apprête à rejoindre la piste cyclable terminale et démarre une diagonale. Un choc brutal me projette d’un coup par dessus mon vélo. Je réalise, après avoir repris mes esprits, que je viens de percuter une bordure de trottoir que je n’avais pas vue. Quelques contusions sur le côté droit mais surtout une douleur dans la jambe me dissuadent de poursuivre. J’examine mon vélo m’attendant à trouver la roue avant complètement voilée. Manifestement il n’en est rien et au prix de mouvements précautionneux et avec l’aide d’une barrière je parviens à me remettre en selle et faire en sens inverse les quatre kilomètres parcourus.

La descente de vélo et l’entrée dans la maison sera pénible et douloureuse. Ne souhaitant affoler ma femme en l’appelant à l’aide, je parviens par reptation à atteindre le salon et j’attends son réveil. Cela me donne le temps de réaliser que mon état n’est pas aussi bénin que je voulais le croire et qu’un passage par la case Urgences s’impose.

Un scanner confirmera le diagnostic de fracture non déplacée du bassin qu’une première radio n’avait pas permis de poser avec certitude.

Conséquence, deux mois de consolidation dont une bonne partie alité, la position assise étant interdite.

Me voilà donc pour quelques semaines, en croisant les doigts pour que la fracture ne se déplace pas, avec pour seul horizon la fenêtre et comme uniques sorties les visites de contrôle à l’hôpital.

Voila de quoi méditer sur la vie et les basculements dans l’existence. Un avant et un après qui survient en un instant. C’est une banalité de le concevoir mais autre chose de le vivre. Et encore je peux fonder l’espoir que l’état de dépendance dans lequel je me trouve est temporaire et que je retrouverai ma mobilité antérieure mais il n’en est pas toujours ainsi.

Rappel aussi de ce que solidarité veut dire car, sans l’aide de mes proches, je suis incapable de faire quoi que ce soit.

Pour en revenir à des considérations cyclotouristes, cet accident me conforte dans la conviction qu’il faut porter un casque en toute circonstance, même si l’on ne dévale pas des pentes à la vitesse de l’éclair. J’ai laissé une partie du mien sur le trottoir. Je vous laisse imaginer ce qu’il en aurait été de mon crâne sans cet accessoire.

Si le rythme des publications de ce blog va se ralentir, il ne s’arrêtera pas pour autant car j’ai quelques articles en stock que je vais savamment distiller jusqu’à la reprise, même si la fin de l’année n’est pas une période faste pour la route et que je m’abstiendrai sans doute cet hiver de renouer avec le VTT.

Bonne route et profitez de l’instant présent, du soleil, de la pluie et du vent.

 

Mon casque après la chute.

 

 

 

 

 

4 réflexions au sujet de « La Ronde des Nieulles 2012 »

  1. Quel mine d’or ce blog! Comme beaucoup de non-littéraires j’ai curieusement plus de facilité (ou moins de difficultés) à lire ces articles, qu’un bouquin qu’il soit roman ou autre style.
    Bon le dernier article sur la ronde des Nieulles me laisse méditer sur de nombreux sujets: profiter de la pluie du vent et du soleil, du présent qui peut changer brutalement, et… porter un casque à vélo.
    Bon rétablissement
    Louis

    J'aime

  2. Libre, enfin libre!
    Ce matin , conditions idéales pour rouler, alors je quitte Templemars direction Flines lez raches pour la ronde de la ducasse, cela faisait quelques mois que des obligations professionnelles m’interdisaient la participation aux brevets dominicaux.
    De retour à la maison , après repas, sieste, et activités seyant à un dimanche après-midi quel plaisir de venir flâner sur ton site, et là , stupeur , la tuile.
    Je ne peux bien évidemment que te souhaiter courage et prompt rétablissement, ce matin sur le circuit de Flines je t’ai cherché du regard comme d’autres têtes connues au fil des sorties, le hasard nous ayant fait nous croiser tant de fois, mais maintenant avoir la certitude de ne pas te voir ne fusse qu’au petit bonheur la chance le temps de ton rétablissement enlève un je ne sais quoi à la saveur des prochaines sorties brevets.
    Merci pour la poésie et la fraîcheur de tes récits.
    Jean.Pierre

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s