Pat Lys – Lys lez Lannoy 2018

Le gris aura dominé ce brevet, fort plaisant par ailleurs.

Si nous n’eûmes pas la chance d’apercevoir le soleil, nous ne vîmes pas non plus la pluie annoncée et la température fut plutôt clémente.

Conditions plaisantes donc, pour parcourir chemins et routes pavées au menu de cette Pat Lys 2018. Si la pluie de la veille avait rendu le terrain un peu plus gras, le sol n’était dans l’ensemble pas détrempé.

Parmi les circuits proposés le 55 kilomètres retint ma préférence. Cheminement champêtre sans trop de route et pas de gros dénivelé, le franchissement de la butte Saint Maclou peu avant l’arrivée constituant la seule difficulté .

Brevet bien signalé et bien ravitaillé. Au retour, lavage des vélos assuré par les organisateurs. Arrivé dans les derniers je ne dus même pas attendre.

Le temps n’était pas idéal pour les photos, en voici quelques unes prises tout au long du parcours.

VTT et marche étaient au programme de cette Pat Lys 2018. Toutes les promesses seront tenues, j’en atteste. L’emploi de « sans alcool » plutôt que l’appellation anglo-saxonne utilisée aurait eu ma préférence. Encore quelques installations. Parcours bien fléché. De nouveau modification intempestive du réglage de la balance des blancs. Passage au noir et blanc indispensable. Je rectifie rapidement cette fois. Secteur pavé près de Sainghin en Mélantois. Changement de terrain. Ce sentier qui semble cheminer en pleine campagne… … suit en fait la ligne de crête d’une butte anti-bruit le long de l’autoroute. Plaisant néanmoins. Soupe chaude. Rassurez-vous, le bidon de WD 40 au premier plan n’était pas utilisé à des fins alimentaires. Au premier plan Catherine de Sequedin. Bon, je fais le malin en faisant croire que je connais tout le monde, mais j’ai su son prénom car ses copains la taquinaient en ce jour de Sainte Catherine. Echanges franco-belges.Autre secteur pavé en quittant Bouvines. Le carrefour de l’arbre à l’horizon. Pour le lavage, il n’y avait qu’à regarder.

 

L’Orchésienne 2018 (3/3)

Dernier tronçon tranquille commun à toutes les distances pour conclure cette Orchésienne.

Dernière partie de ce reportage. Le cheminement sur terrain plat produit des images moins dynamiques, mais quelle lumière à ce moment de la journée!

Ravitaillement au soleil. Comme les grands. Où il question de la découpe des oranges. Avec démonstration à l’appui. Ravitaillements copieux et variés. Il faut boire, il faut boire… mais aussi ramasser les cadavres. Pas de doute à ce sujet. Sortie de la forêt de Marchiennes, bien éclairée mais peu intéressante sur un plan pictural. Comment ne pas s’arrêter avec une aussi belle lumière. D’autres arrivent encore, mais malgré le soleil, le vent pince et je mets fin à mes prises de vues… … pour retrouver après quelques kilomètres la chaleur du local d’accueil.Forte activité au stand restauration de l’arrivée. Un tablier Cyclo Club d’Orchies, la classe.

L’Orchésienne 2018 (2/3)

Moins longue qu’à l’aller, le retour du 50 km proposait également une section suivant un chemin de halage le long de la Scarpe.

Seconde partie de ce reportage consacré à l’Orchésienne 2018. Si vous avez pris la peine de lire le petit texte de la première partie vous êtes informés de mes déboires photographiques. Je n’y reviens donc pas.

Vu du pont, le chemin de halage… … mais sur le pont, il faut y monter. La suite en photos. Les Renards se rient de la raide grimpée. Dans la douleur mais ça passe. Hou là là, semble-t-il penser. Ouiiiii. Le décrochage est proche. Ca passe à droite. Fatal changement d’angle de prise de vues. Beaucoup de déchets dans cette série. Je n’ai pas su choisir entre les deux. Nettement floue mais moins que d’autres. Cela fera un souvenir. Regardez bien les photos qui suivent. Un peloton dense, ça coince à gauche… Le cyclo en rouge est pratiquement à l’arrêt, il s’apprête à faire du sur place. Il est dans sa phase d’élan. Les roues ne touchent plus sol. Réception. Il progressera ainsi de quelques mètres par bonds successifs mais devra finalement mettre pied à terre, le bouchon subsistant. Petite interruption de flux. Je quitte mon poste pour rejoindre le second ravitaillement où nous nous retrouverons

Demain soir. La suite.

L’Orchésienne 2018 (1/3)

Des couleurs automnales flamboyantes pour cette Orchésienne 2018.

J’avais gardé un bon souvenir de ma participation à l’édition 2016, celle de 2018 ne l’aura pas altéré.

Le temps ensoleillé aura particulièrement mis en valeur les paysages variés traversés. Bocages, chemins de halage, forêts, terril, secteurs pavés, voie verte, le terrain était diversifié et plutôt sec.

Suivant les conseils des organisateurs j’optai pour le 50 kilomètres qui empruntait le terril de Rieulay, seul dénivelé de ce circuit plutôt plat et roulant. Cela vaut le détour, pour les bosses jamais très méchantes et plutôt amusantes ainsi que le paysage.

Au risque de me répéter, brevet, comme toujours avec le CC Orchies, très bien organisé. Balisage visible et bien positionné, signaleurs aux endroits délicats en matière d’orientation. Une carte détaillée du circuit était fournie ainsi qu’un papillon rappelant les différents éléments de signalétique. Ravitaillements copieux et variés.

Bravo et merci à l’équipe du CC Orchies.

Le temps lumineux était propice aux photos, même si certains endroits intéressants étaient moins éclairés. Ce fut notamment le cas d’une belle montée pour quitter le chemin de halage. Mon autofocus et moi ne nous sommes toujours bien coordonnés et j’ai du éliminer plusieurs photos trop floues. J’espère que cela ne générera pas trop de frustration. La mienne en tout cas est réelle.

Cliquez pour obtenir la trace du 50 km sur Openrunner Conseils de Christian au photographe pour le choix des bons emplacements. La table des inscriptions absorbée par sa tâche. Le café est prêt. Les lots de la tombola. Les cuiseurs de saucisses ont été comblés (Cf. le lot de pinces à gauche) La semaine dernière ils recevaient, les cyclos d’Antoing. (Si vous ne l’avez pas visionné, cliquez pour voir le reportage sur la Randonnée des carrières) Inscriptions échelonnées à cette heure. Quatre distances sont proposées, mais…  Je confirme le tronçon qui traverse le terril de Rieulay, vaut le détour. Premier tronçon bien exposé et donc première halte. Vue impressionniste. Vue réaliste avec tirage de langue. On est pas récompensé!! J’ai raté le levage de roue avant. Déjà le premier ravitaillement. Trompé par des cyclistes roulant sur la rive opposée, je n’ai pas fait de photos le long du chemin de halage, croyant suivre dans peu de temps le même itiénéraire et bénéficier d’une meilleure exposition. Dommage. Le soleil nous aura souvent contraint à fermer les yeux. VTT et pêche, pas le même rythme. Il valait mieux être bien couverts. Nous voici sur le terril de Rieulay avec un enchaînement de bosses, juste pour le plaisir. Ces deux sociétaires de Beuvry vus quelques photos avant, n’avaient complètement suivi le sinueux circuit. Consciencieux, ils recommencent. Parcours vallonné en forêt. Paysage lacustre. J’ai réussi à gommer en partie le contrejour. Merci Photoshop. Nous avons quitté le terril et traversons le Marais. Un peu plus loin. Souriant mais imprudent. Voici qui ménage la transition avec la suite de ce reportage,

Demain soir, sauf imprévu.

Il n’y a pas eu d’imprévu. CLIC.

 

Randonnée des carrières – Antoing 2018 (2/2)

Dernier regard sur la carrière d’Antoing, teintée de couleurs automnales, avant de poursuivre cette randonnée.

Seconde partie de ce reportage. Quittée la carrière d’Antoing, nous alternerons sous-bois, chemins agricoles et rives fluviales.

« C’est du velours » selon l’expression d’un participant, volée au passage. Suivons la flèche. Un peu plus loin une petite butte porteuse de pierres et racines glissantes, plutôt piégeuses. Un des participants à glissé, obstruant le passage étroit et c’est l’embouteillage. Mais qui ne durera pas très longtemps. Nous voici aux portes de Tournai le long du canal. L’itinéraire se poursuit sur la rive opposée. Il est temps que je songe à mon retour également. Les voutes des fortifications abritent au sec le second ravitaillement. La Diôle arrose les gosiers asséchés.

Randonnée des carrières – Antoing 2018 (1/2)

Pour ma première participation, cette Randonnée des carrières organisée par le CT Antoing a tenu toutes ses promesses.

Pour diverses raisons, je n’avais pu les années précédentes participer à cette randonnée. Le mauvais sort est désormais rompu et j’en suis fort aise car c’est vraiment un circuit hors du commun.

La traversée de la carrière est saisissante, tant par les paysages que l’on ne soupçonne pas avant d’être parvenu en haut de ce qui fut sans doute autrefois un plateau que par les gigantesques engins de terrassement qu’elle abrite.

C’est bien sûr le clou de cette randonnée par ailleurs plaisante, nous faisant cheminer sur des terrains variés et dans des ambiances différentes, chemins agricoles, de halage, forestiers. Si la carrière offre de larges avenues, certains passages en forêt se réduisent à d’étroits sentiers tortillonnant.

Bonne organisation et ravitaillements copieux et variés. Plusieurs parcours proposés, 25, 35, 45 et 55 km.

A conseiller donc si vous ne connaissez pas.

Des photos bien sûr, qui manquent sans doute de piqué, la faible luminosité nécessitant le recours à des sensibilités élevées.

Bonne organisation de l’accueil. Des cyclistes appliqués. Les arrivées se font de façon espacées et de fait pas de sentiment de nombre sur le parcours par la suite. Soleil rasant sur champs fleuris, je m’arrête… … et en profite pour réaliser une première série de cyclistes. Ca y est nous sommes dans la carrière et ce n’est pas moi qu’ils regardent. Pose devant le paysage. Nombreux sont ceux qui s’arrêtent pour photographier le point de vue. Comme à la parade. André Tignon, entre deux « affuts ». La montée fut rude et en partie pédestre mais le paysage valait cet effort. A cet endroit descente et montée se croisent. J’en profite pour saisir quelques « montants ». Le terrain est rude pour les transmissions. Quelques « descendants ». A la fin de la descente les pelleteuses géantes. Le ravitaillement n’est plus loin. Poste de lavage intermédiaire.  C’est reparti, on quitte la carrière. Sans doute le plus jeune participant.

La suite demain soir, tard.

Promesse tenue, Cliquez ICI.

Rando VTT – Willems 2018

Jaune et vert étaient les couleurs dominantes de cette rando VTT ensoleillée proposée par les Amis cyclos de Willems.

Au risque de me répéter, la rando VTT de Willems est des brevets que j’affectionne pour son ambiance chaleureuse. Pas de gros effectif ni de sono tonitruante. La base de loisirs des 6 Bonniers qui abrite départ et arrivée est un endroit paisible au milieu de la campagne.

Deux boucles permettaient des parcours de 20, 35 ou 55 kilomètres. Celle de 35 partait vers la Belgique et Froimond offrant un peu de dénivelé et quelques beaux points de vue. Celle de 20 partait en direction de Bouvines et Gruson par des chemins tranquilles. Pas de difficulté technique donc mais un parcours plaisant et roulant.

Pas de trace du parcours. J’ai cru avoir laissé mon GPS chez moi. Je l’avais bien pris mais, comme je l’ai constaté une fois rentré, il s’était glissé entre mon sac et mon sur-sac. Il s’en est fallu de peu que je ne le perde.

Beau temps pour les photos.

Comme d’habitude j’arrive tôt et on ne se bouscule pas encore pour les inscriptions. Café, sourire compris. Gérard qui renoue avec les brevets fait sensation avec… … son casque lumineux haute technologie qui indique les changements de direction, le freinage. Avec tout ça, le guidon de notre amis ressemble à un tableau de bord de supersonique. Préparatifs du stand famille.