Randonnée de la Saint Michel Route – Quesnoy sur deûle 2017 (3/3)

Fin de ce brevet champêtre et retour à un thème photographique d’il y a deux ou trois ans, les vaches.

Voici donc la dernière partie de cette belle randonnée. Et toujours des cyclistes.

Après une demi heure de halte photographique, j’hésitai à m’engager sur le 90 km. L’absence de dénivelé, de vent et de contrainte horaire, levèrent mes hésitations.

De fait, le parcours bien roulant me permit de profiter pleinement de ce circuit sans rentrer trop tard.

Les sorties étaient nombreuses ce dimanche et nous croisâmes nombre de pelotons de clubs. Je repars. Un parcours bien signalé. Ce n’était pas Monts et Moulins mais celui qui nous fut proposé était de qualité. Du choix au ravitaillement malgré l’heure tardive. Quelques belles lignes droites. L’imposante église de Dadizele, carillonnait à tout va alors que je passais. Quelques attardés. Sandwich et boisson au soleil.

Randonnée de la Saint Michel Route – Quesnoy sur deûle 2017 (2/3)

Une légère montée, le soleil quasiment de face, je sens qu’une nouvelle halte se profile, je n’ai pas du parcourir plus d’un kilomètre depuis mon précédent arrêt.

Mais nous n’en avons pas fini avec les prises de vues du poste d’affût précédent.

Les Costauds de Lomme, arrivent à bonne allure. Nous n’étions pas les seuls à rouler ce dimanche et j’ai cru, voyant ce groupe filer tout droit au lieu de tourner à gauche, avoir pris des canards sauvages pour les enfants du Bon Dieu. Ma halte suivante me démontra qu’en fait de canards il s’agissait plutôt de brebis égarées qui retrouvèrent le droit chemin. Voici l’endroit de la prochaine séquence. Je n’ai pas trop à attendre pour me mettre à l’œuvre. Des cyclistes du club de Nieppe, souvent croisés. Linselles sera le club le plus représenté. Revoilà les brebis égarées qui auront droit pour certaines à une seconde photo. Le flot des cyclistes ne se tarit pas. Plus d’une fois prêt à remonter en selle je renonce voyant arriver un nouveau groupe.

C’est fini pour ce soir. Suite et fin demain.

Voilà donc la fin annoncée.

Randonnée de la Saint Michel Route – Quesnoy sur deûle 2017 (1/3)

Des teintes automnales pour une randonnée qui se déroula sous un soleil à rendre jaloux certains brevets aoûtiens.

Après deux dimanches dans les Frasnes, j’aspirais à changer de pâture, Monts et Moulins au départ de Roubaix nous y entraînant également. La Randonnée de la Saint Michel au départ de Quesnoy sur Deûle ne fut pas pour autant un choix par défaut, gardant un excellent souvenir de l’édition 2016 avec un bel enchaînement dans les Monts des Flandres.

Si dépaysement il y eut, ce ne fut pas celui attendu, le circuit proposé partant cette fois vers Ypres. Ce n’est pas moi qui en ferai grief, qui ai sur ce blog regretté que certains clubs reconduisent d’année en année les mêmes parcours.

Pour n’être pas aussi accidenté que le précédent, le terrain n’en présentait pas moins de nombreuses ondulations (480 m de dénivelé) propres à éviter la monotonie.

Circuit champêtre plaisant, très bien balisé.

Cerise sur le gâteau, l’absence de vent rendit cette randonnée très roulante.

Côté photos, la moisson de cyclistes fut bonne. Posté sur la partie commune au 60 et au 90 kilomètres, je vis défiler de nombreux pelotons parfois si denses que la prise de vue en rafales de mon appareil connut quelques moments de saturation. Mon autofocus ne sut pas non plus toujours où donner du regard et plusieurs qui se seront cru photographiés ne se retrouveront pas. Ma carte mémoire mon autofocus et moi-même les prions de nous en excuser.

Un voile atmosphérique, présent une bonne partie de la matinée n’encourageait pas les photos de paysage.

Merci à la Roue Quesnoysienne pour cet agréable brevet.

Le balisage étant vertical, reste la trace GPS, consultable sur Openrunner.

Vincent et Michel parmi les premiers au départ comme à leur habitude. Trois parcours route et trois VTT étaient au programme. Le club de Lambersart sera deuxième au palmarès de la représentation. Un tien vaut mieux que deux, tu l’auras. Une photo au départ est plus sûre, les itinéraires divergeant parfois assez vite après le départ. Ils gagneront cette fois au grattage et au tirage. Le café est offert, c’est écrit. Il fait encore frais vers 8h00. Petit jeu d’assemblage. Ils tiennent le bon bout. Au pays des Géants. Ambiances variées tout au long du parcours. Revoilà nos deux Loossois. 

C’est tout pour aujourd’hui. La suite demain soir… tard.

Et la voilà.

Circuit des châteaux – Leers 2017 (2/2)

Le pays des Collines où bois et pâtures font la variété des paysages.

Suite de ce reportage avec des photos prises au sommet d’une rude pente dans des conditions d’éclairage malheureusement défavorables. Le mini-flash de mon appareil ne fut pas assez puissant pour gommer les ombres dues au contre-jour et confirma son incompatibilité avec une prise de vues en rafales.

Heureusement Photoshop permettra d’atténuer les imperfections d’une prise de vue sans éclairage artificiel.

La fin de la balade sera l’occasion de photos de paysages qui donneront peut-être à ceux qui ont raté ce brevet l’envie de le faire et à ceux que préoccupe leur moyenne horaire celle de ralentir par endroits pour profiter davantage du paysage.

Partie terminale d’une côte bien raide un peu avant le ravitaillement. A chacun son style… Un peu à l’écart de la route nous attend le ravitaillement, dans le jardin d’un ancien musée du Tour de France. Large point de vue sur la plaine. Ce sont les derniers cyclistes du reportage. Je commettrai peu après une erreur d’aiguillage qui me placera irrémissiblement en queue de peloton. Un des châteaux croisés le long du parcours. Thimougies. J’exprimais le souhait dimanche dernier de voir Thimougies sous le soleil, il fut exaucé. Le Mont Saint Aubert. Les flancs fleuris du Mont Saint Aubert.

Circuit des châteaux – Leers 2017 (1/2)

Un beau parcours sous le soleil, un brevet réussi que cette édition 2017 du Circuit des châteaux proposé par le Leers Omnisport Cyclo.

Le Circuit des Châteaux convenait parfaitement pour un dimanche de journées du patrimoine. Il convenait d’autant mieux que je devais retrouver des amis pour déjeuner à Percq, point de passage à l’aller et au retour.

Le soleil constitua la surprise du jour, car Météo France ne l’annonçait pas vraiment. On ne s’en plaindra pas profitant ainsi pleinement des paysages vallonnés et verdoyants des Frasnes. Le plaisir était double car si le brevet de Wasquehal dimanche dernier nous avait fait croiser dans les mêmes eaux, une brume tenace nous avait plongé dans le gris.

Le 110 kilomètres est relevé en son milieu avec, juste avant le ravitaillement, une montée qui en essouffla plus d’un. Mais qui dit côte, dit souvent point de vue et ceux-ci furent nombreux tout au long de l’itinéraire.

Pas de trace GPS cette semaine car le balisage de qualité ne m’empêcha pas de me fourvoyer, suivant trop aveuglément trois cyclistes que je croyais participer au brevet. La feuille de route et le GPS me remettront dans le droit chemin.

La perspective d’arriver à une heure raisonnable à Leers pour revenir sur mes pas pour le déjeuner s’éloignant à grands tours de roues, je décidai de rejoindre directement le restaurant en prenant mon temps et des photos et m’offrant l’ascension du Mont Saint Aubert en extra.

Bonne adresse d’ailleurs que l’Escanguille, sympathique restaurant situé au bord de l’Escaut. Cuisine raffinée et accueil des plus chaleureux sont au menu. Une halte à conseiller qui me fit rentrer en fin d’après-midi, source d’une mise en ligne tardive et fractionnée.

Pour en revenir à l’itinéraire, vous pouvez retrouver les LC blancs qui le balisent au départ, rue Pasteur à Leers.

Seuls les plus matinaux sont au rendez vous aux alentours de 7h00. Mais ce Roubaisien n’est pas le premier de son club. Un groupe est déjà parti comme en attestent les dépliants annonçant le Brevet Monts et Moulins de ce 24 septembre. Le calme temporaire laisse le temps de poser pour la photo. La brume matinale ne résistera pas cette fois au lever du soleil. Une première côte bien exposée. Difficile de ne pas s’arrêter pour saisir quelques cyclos dans l’effort. Un peu plus loin, même configuration de terrain et même ensoleillement. Je m’arrête de nouveau. Ceux de Wasquehal qui ont choisi le 110 kilomètres ont droit à une seconde photo après que  j’ai dépassé leur groupe à l’arrêt pour cause de crevaison d’un des leurs.  

La suite demain soir (tard, comme d’habitude).

C’est FAIT.

Randonnée Jean-Luc Vancauwenberghe – Wasquehal 2017


Les premières heures de la matinée laissaient espérer une randonnée sous le soleil. Il fallut assez vite déchanter, la brume enveloppant progressivement les paysages.

Ce week-end se présentait pour moi sous forme de triathlon, devant enchaîner une fête d’anniversaire samedi soir, une randonnée vélo dimanche matin et un repas de quartier le midi.

Considérant ma très courte nuit et un retour attendu vers 11h30, le 80 kilomètres de la Randonnée Jean-Luc Vancauwenberghe organisée par le CC Wasquehal convenait très bien, d’autant que je ne découvris que sur place, faute d’avoir bien lu les indications figurant sur Cyclos59, que le 60 kilomètres que je prévoyais de faire n’était pas au programme.

Circuit plaisant vers le Mont Saint Aubert, puis le Mont de l’Enclus, qu’il ne franchit pas, mais sans regret en ce qui me concerne car tous deux dans les nuages ce dimanche. Passée l’inévitable sortie de ville, le circuit est franchement champêtre et agréablement sinueux, sans trop de dénivelé (360 m).

Le balisage, constitué d’un W blanc, est abondant et bien positionné. On peut le suivre à partir de la Salle Turgot située dans la rue éponyme. On peut également le rattraper rue d’Hem à Croix. La trace GPS est aussi reprise ci-dessous.

Si le petit matin laissait espérer le soleil d’Austerlitz, ce fut la brume de Waterloo qui finalement prévalut nous privant de paysages. Posté au sommet de la côte de Thimougies, un peu avant le ravitaillement, je mettrai un terme à ma séance de prises de vues commençant à être transi et soucieux de respecter l’horaire de retour annoncé.

A refaire sous le soleil.

Vous pouvez retrouver la trace sur Openrunner.

NB : la trace enregistrée sur mon GPS est un peu bizarre au début. J’ai par ailleurs interrompu le circuit environ deux kilomètres avant l’arrivée.

La bonne humeur est de mise entre les sociétaires du CC Wasquehal. Restons sérieux pour la photo. Quelques rares vues ensoleillées. On peut croire que le soleil parviendra à redonner du relief à la campagne. Mais la réalité est toute autre. Même si par instants une trouée procure quelque contraste. Ravitaillement de Thimougies. Les ravitailleurs n’ont pas très chaud. Ce n’est pas le cas de ce cycliste qui utilise un technique ancienne mais efficace en plaçant un journal sous le maillot. On peut tenter d’imaginer ces vertes collines sous le soleil. Mais la côte qui mène à Thimougies demeure dans la grisaille. David est là, Robert ne devrait pas être trop loin. Et voici Robert. J’ai laissé mon coupe vent dans la sacoche du vélo resté au poste de ravitaillement. Je commence à frissonner et l’heure avance. J’en reste là et rentre à bonne allure.

Mémorial Freddy Lemaire Cyclo – Ploegsteert 2017 (2/2)

Le soleil bien présent dans le ciel et dans les champs.

Suite et fin de cette belle randonnée proposée par l’Elan Ploegsteert (1ère partie)

Forte fréquentation au ravitaillement commun à trois distances. Les ravitailleurs assurent. Second ravitaillement. Vers le Mont Noir, dernière difficulté.