Echos de vélo en Allemagne

Assortir la couleur de son vélo à celle de sa maison, c’est classe.

Pas de Route des Monts de samedi, à mon grand regret pour cause d’astreinte. L’occasion de mettre en ligne un article né de mes dernières vacances en Allemagne.

Si de vélo il sera question, ce ne sera pas le récit d’une randonnée car bien que le pays se prête parfaitement à la pratique cyclotouriste, ces vacances allemandes furent motorisées.

Mais être au régime n’empêche pas de regarder le menu. La carte fut variée.

Je m’abstiendrai de décrire les différents aménagements urbains et routiers rencontrés qui font dire que nous avons en France encore des marges de progrès pour améliorer la pratique cycliste et donnerai surtout à voir quelques images mettant en scène le vélo dans différents contextes.

Des photos valant mieux qu’un long discours, les voici sans plus tarder.

Dusseldorf

« Le Tour est passé, la joie reste. », peut-on lire sur cette affiche. Les retombées commerciales aussi, sous forme ici d’une campagne d’abonnement pour une société de transport en commun.  Düsseldorf garde encore début Août les traces du départ du Tour. De grandes affiches ornent la place de l’Hôtel de Ville. Le Café Vélo (fermé au moment de mon passage), n’usurpe pas son nom.

Vélo de marque

Un vélo en solde, difficile de ne pas aller voir de plus près…. … Ahh, ce n’est sans doute pas dans mes moyens, d’ailleurs le prix n’est pas visible. Sûr qu’arborer un tel écusson doit attirer l’attention dans les brevets. Plus basique, ce vélo rencontré dans un des couloirs du K 21, un des musées d’art moderne de Düsseldorf. Œuvre ou cycle d’un des gardiens, ce n’est pas indiqué et je n’ai pas cherché à savoir ce qu’il en était. Chacun reste libre d’imaginer la fonction de la machine.Dans la série vélo original,  ce modèle aux lignes fines et épurées. Poignées en bois. Garde boue en bois. Une petite interrogation sur le confort de la selle. La technologie bien que discrète est présente.

A chacun son style

Sympathique vélo arc en ciel. Des couleurs et un matériau original. Guirlande au guidon, sonnette colorée, couvre-selle à pois, on ne risque de le confondre avec un autre. La sonnette un élément de différenciation très prisé Outre-Rhin. On peut même assortir sonnette et couvre-selle. Version foot, il y en a pour tous les clubs.Quelques unes des sonnettes croisées.

Bus + vélo

Je n’avais jamais croisé dans les transports publics ce type de remorque rencontrée dans l’île de Rügen. Un important réseau de pistes cyclables est complété par des bus transportant cyclistes et deux roues.

Chargement ou déchargement uniquement par le personnel de bord.

Mini vélo 

Une des curiosités de Hambourg est le musée de la miniature qui, sur plus de 6.000 m2, propose des trains miniatures mis en scène dans différentes régions de l’allemagne et du monde. Les maquettes sont très détaillées et réalistes. A côté des trains circulent camions, bateaux et mêmes avions qui atterrissent et décollent. Des cycles nocturnes font s’allumer phares, fenêtre et enseignes.

Le film de présentation sur Youtube vous donnera un meilleur aperçu (d’autres films réalisés par des amateurs sont également disponibles).

Vous imaginez bien que dans une reconstitution d’une telle envergure, des vélos se rencontrent ici ou là. En voici quelques-uns que j’ai repérés, sans prétendre loin de là à l’exhaustivité. J’ai tiré de cette visite un enseignement : les petits cyclistes, même immobiles, sont tout aussi difficiles à photographier que les grands.

Course cycliste empruntant un des ponts de Hambourg. L’humour est souvent présent dans les saynètes. Course dans la montagne Suisse également. Chute dans le peloton. La dame en short rouge a manifestement très chaud. Un incongru kangourou. Scène de rue. Des vélos devant le hall de l’aéroport. Des cyclistes Place Saint Pierre à Rome.

Vous pourriez aimer aussi (comme on dit sur le net) ce reportage sur une exposition visitée en Pologne. Rêve de vélo.

Mémorial Marc Vandelanotte – Nieuwkerke 2017

Il n’y avait pas que les cyclistes à prendre l’air tôt ce dimanche matin dans les environs de Nieuwkerke, les aérostiers le faisaient également (on devine une des montgolfières à gauche du clocher).

J’ai tergiversé jusqu’à l’heure du départ, irai-je à Estaimbourg, avec entre autres un 90 kilomètres ou à Nieuwkerke dont la distance la plus longue n’était que de 65 kilomètres, mais plus éloigné de 8 kilomètres de mon domicile.

Une contrainte horaire quant à mon retour et un mois sans rouler finirent par orienter mon choix vers la seconde destination.

Je ne le regrettai pas, le circuit proposé, original dans son tracé et bien balisé, serpentant entre Flandres et Ferrain par de petites routes champêtres. Pas de Mont au programme malgré la proximité mais un parcours vallonné (250 m de dénivelé positif). Le vent viendra corser la difficulté dans le dernier tiers du parcours.

Après une semaine plutôt maussade, le soleil était de retour qui dissipa progressivement la fraicheur matinale plutôt automnale et permit quelques photos bien éclairées.

Une agréable balade. Merci au VSV Nieuwkerke pour l’organisation.

La distance la plus longue étant de 65 kilomètres, nombreux étaient ceux qui avaient choisi de partir tard. Faute de cyclistes, quelques photos de saison pour démarrer ce reportage. Les potirons sont prêts à être cueillis. Autre légume de saison, le chou. Les cyclos de Bas Warneton sont venus en voisins. Ceux d’Houplines n’ont pas eu non plus trop loin à aller. Idem pour les cominois. A écouter ses copains, cela impressionnera sa femme de le voir en tête. « La roue libre de Steenwerck » était bien représentée. Le ravitaillement n’était pas très éloigné de mon poste de prise de vue, j’y retrouve les derniers passés devant mon objectif. Des cyclos de Warneton, je ne verrai que le dos après qu’ils m’ont dépassé. Je roulerai un moment à l’abri de leur peloton, un fort vent contraire prévalant dans la dernière partie du circuit. Pause finale au soleil. Composition en rouge et blanc.

La trace du 65 km que vous pouvez retrouver sur Openrunner