Route du Houblon Cyclo – Comines 2017

Débutée dans la grisaille, cette édition 2017 de la Route du Houblon connaîtra de belles éclaircies.

De la pluie et du vent qui étaient annoncés, seul le vent fut au rendez-vous. Difficile d’ailleurs de faire semblant de l’ignorer. Mais, comme il se doit, bousculant sans vergogne les encombrants nuages qui tapissaient le ciel il sut ménager quelques éclaircies, de plus en plus présentes au fil de la matinée.

Là où dimanche dernier nous ne vîmes que grisaille, apparaissaient de place en place des paysages colorés.

Si dans les grandes lignes le brevet de Bas Warneton et Comines fréquentent les mêmes territoires ils sont finalement assez différents et pour ma part je n’avais pas le sentiment de refaire le même circuit.

A faire donc l’an prochain si vous l’avez raté.

En attendant la prochaine édition, le fléchage étant vertical la seule ressource pour retrouver l’itinéraire demeure la trace GPS.

La trace GPS. Deux excroissances aux kilomètres 10 et 50 trahissent deux erreurs d’aiguillage fruits de mon inattention pour la première et de la trop grande confiance dans le cycliste qui me précédait pour la seconde. Au total une majoration de 4 km.

Vous pouvez la retrouver sur Openrunner.

587 mètres de dénivelé.

La randonnée en photos.

Célébrant la mémoire de deux de leurs membres décédés en 2017, le Randonneur Club Cominois se livrait à une rétrospective en photos. Un circuit bien balisé.  Premières éclaircies. Mais le ciel reste chargé. Presmesquois et Deulémontois, de rouge et blanc vêtus roulent de concert. Comme à la parade. Où l’on retrouve la petite maison dans la forêt fréquentée la semaine dernière. Le Houblon, thème de la randonnée, était bien présent. Dernière photo de houblon avant de repartir. Selon que l’on regarde vers nord … … ou vers le sud, les perspectives divergent. Mais nous rentrerons sans avoir rencontré une goutte de pluie.

Revoir l’édition 2016

Brevet Commandant Samyn – Bas Warneton 2017

Ces soleils seront les seuls de ce brevet qui s’est déroulé sous une grisaille tenace, nous privant cette année encore de beaux paysages.

J’ai failli ne pas participer à ce brevet qui ne figurait pas au calendrier de Cyclos59. Les statistiques de fréquentation de mon blog qui ce samedi faisaient apparaître plusieurs consultations de l’article rendant compte de l’édition 2016 m’incitèrent à y regarder de plus près.

Je retrouvai sur Internet la mention de l’édition 2017 et dans les archives de Cyclos59, une adresse courriel propre à obtenir confirmation de l’évènement. La trace GPS produite par Gérard Colin l’an dernier donnait la touche finale à cette préparation en me permettant de retrouver précisément le lieu de départ.

J’étais donc à pied d’oeuvre dès 7h30 pour démarrer le circuit de 95 km.
Mais avant de partir, je pris néanmoins le temps de poser une question omise l’an dernier : qui était le Commandant Samyn?

La réponse me fut obligeamment apportée par un des membres du club, dont le Commandant Samyn, militaire spécialiste du déminage, fut le premier président.
Ma soif de connaissance étant ainsi étanchée, je m’élançai sous un ciel que j’aurais préféré plus bleu.

Malheureusement, cette année encore, le beau temps ne sera pas au rendez-vous, ce qui est d’autant plus regrettable que ce circuit très champêtre offre de larges points de vue sur les Monts des Flandres. Ils étaient ce matin encapuchonnés d’une épaisse brume.
Si le parcours ne fait que nous montrer les Monts sans nous les faire franchir, il n’en est pas moins accidenté et ses 630 mètres de dénivelé font jeu égal avec d’autres brevets proposant l’ascension de deux, voire trois monts.

Je reviendrai donc sans doute l’an prochain sous le soleil.

Voici la trace que vous pouvez retrouver sur Openrunner

Le message signalant des portions de voiries détériorées suite à un récent rallye automobile était justifié. Quelques passages terreux incitaient également à la prudence. 7h30, tout est prêt pour accueillir les premiers participants. Le menu du jour. A droite les circuits les plus longs. A gauche les plus courts. L’église de Messines dans la brume. Petite côte un peu avant Westouter. Pimpante chapelle qui tranche dans la grisaille. Ravitaillement forestier, que l’on retrouvera semble-t-il la semaine prochaine avec la Route du Houblon au départ de Comines.

Fin du reportage. Il ne me faut ne plus traîner si je veux rentrer dans les délais impartis par les conventions familiales.

Randonnée de la Ducasse – Bois Grenier 2017 (2/2)

De retour dans la plaine.

Suite de cette randonnée avec la côte du Vert Mont.

Passé le Mont Noir, le retour se fera sur le plat mais vent de face.

Facile. « Le casque même en été ». Paul du CC Seclin avait noté  quelques crânes nus sur les photos de la Randonnée Santoise et m’invitait à diffuser un message de prudence. Ce reportage m’en donne l’occasion. Messieurs « Sortez couverts ». Deux chutes où j’ai laissé un bout de casque sur la chaussée m’ont démontré l’utilité de l’accessoire. Bientôt le Mont Noir. Paysage pris « au vol ». Steenwerck est passé. J’y reviendrai pour y déjeuner (Excellent poulet aux épices au Café de la Mairie). Le retour en vélo m’aidera à éliminer les frites, entorse à mon régime alimentaire, et les 85 km de la randonnée se transformeront en 160, trajets de liaison aidant. Le palmarès du jour. Bravo surtout aux organisateurs.

Randonnée de la Ducasse – Bois Grenier 2017 (1/2)

Le jaune dominait pour cette Randonnée de la Ducasse proposée par le Vélo Club de Bois Grenier

La randonnée de la Ducasse est un des brevets que j’aime à retrouver. Son choix était d’autant plus opportun cette année que je devais rejoindre des amis pour déjeuner à Steenwerck.

Le 85 kilomètres annoncé par ailleurs comme plus vallonné convenait tout à fait.
C’est un parcours plaisant, totalement champêtre, qui nous amène vers Strazeele pour ensuite jouer au toboggan autour du Mont Noir. L’essentiel des 440 mètres de dénivelé est concentré entre le trentième et le soixantième kilomètre. Si le terrain est connu, quelques tronçons se démarquaient de ceux habituellement pratiqués.

Les marques BG blanches bien positionnées ne laissaient pas de place au doute.

Le succès fut au rendez-vous, avec 800 participants soit 200 de plus que l’an dernier.

Premières inscriptions. Des organisateurs souriants. La très bonne participation leur donnera une raison supplémentaire de l’être. Une construction aux allures de Tour de Pise, en cet été de moissons précoces. Strazeele, ravitaillement commun à trois circuits se profile. Il est encore tôt. Une montée bien exposée invite à sortir l’appareil photo. C’est parti vers le Mont Noir. Karine, présidente du Club de Salomé que nous retrouverons plus tard. On devine l’antenne du Mont des Cats, que nous éviterons. Nos trois compères en redemandent.    Boeschepe.Revoilà nos trois compères que j’ai dépassés à l’occasion d’une halte. La trace GPS sur Openrunner

La suite demain soir, tard sans doute, avec la montée du Vert Mont.

27ème Randonnée – Premesques 2017

Bailleul se devine au loin dans l’ascension du Mont Kokereel. C’est du moins ainsi que lieu est dénommé sur les cartes IGN.

C’était une matinée à chausser des lunettes à verres jaunes, ce que je fis, histoire de donner un peu de luminosité aux paysages ternis par un plafond nuageux bas et opaque.
Dommage, car le parcours classique mais sympathique du 90 kilomètres nous faisait passer par le Mont Noir et le Mont des Cats.
Les pluies seront effectivement éparses comme annoncé par Météo France et surtout présentes durant la fin de matinée.
Grisaille et bruine n’auront pas favorisé les haltes photographiques. Quelques clichés néanmoins.

Distribution de porte-clés au départ. Un cyclo de la Roue Quesnoysienne arrivé en avance, je croiserai certains de ses coéquipiers peu après le départ. Le menu du jour. Serge, 83 ans, mais qui finalement n’est pas le doyen du jour. Pierre du CC Lesquin qui fêtera ses 85 printemps en août était aussi de la partie. Si pierre qui roule n’amasse pas mousse, celui-ci a du accumuler pas mal de kilomètres. Le ravitaillement de Steenwerck. Première ascension avec le Mont de Lille. On tourne à gauche et on monte.   Deuxième ravitaillement. Il fut question du prochain brevet de Bois-Grenier. Amateurs de bosses, optez plutôt pour le 85 km, plus intense que le 100 km (pour revoir l’édition 2016).  Premesques n’est plus qu’à quelques coups de pédales, le vent est favorable et il ne pleut pas encore, que du bonheur. Si vous voulez refaire ce circuit. Suivez le « P » rose, ou…

… la trace GPS sur Openrunner.

Pour revoir l’édition 2016