Ronde des Rois VTT 2015

La ronde des rois VTT 2015 - balisageUn baliseur facétieux avait par endroits tracé de ce visage réjoui. Encouragement ou taquinerie ?

« Les Courons du Nord » l’avait annoncé dès novembre, bien avant BFM-TV, cette édition 2015 s’accompagnerait d’un nouveau tracé. Seul bémol à la fiabilité de cette information, le Mont Saint Aubert ne figurait pas en définitive au programme, mais BFM-TV ne l’avait pas davantage indiqué.

Un trail organisé le même jour rendait le croisement de cyclistes et coureurs risqué. Priorité fut donnée aux piétons, ce qui occasionna la modification de la partie belge du parcours à quinze jours de l’évènement.

L’apprenant peu avant le départ, j’en étais un peu marri, ce nouvel itinéraire étant aussi pour moi l’occasion d’étrenner un vélo acquis la veille. Un 27,5 pouces en lieu et place de mon 26 pouces acheté d’occasion et dont le remplacement successif de certains organes finissait par être coûteux. J’étais donc impatient de tester mes nouveaux rapports sur un terrain avec dénivelé, tout en redoutant un peu il est vrai des descentes un peu raides où je ne suis franchement pas à mon aise.

Ceci étant, la boue généreusement répartie tout au long du circuit m’aura permis de le faire car il aura fallu par endroit bien mouliner pour passer. Ainsi en fut-il d’un passage en sous bois particulièrement assassin, dont nous ressortîmes avec un ou deux kilos de terre engluant pédalier et dérailleur. Je n’ai pas regretté d’avoir troqué sans délai les pneus d’origine, plutôt faits pour du terrain sec, contre d’autres au profil plus cranté.

Pour nous remettre de ces tronçons et nous égayer sans doute, nous dûmes en des lieux plus habités nous faufiler dans d’étroites venelles à peines plus larges que nos cintres. L’une d’elles, tout de suite après le second ravitaillement, faillit m’être fatale. Alors que je rejoignais la route perpendiculaire, un jeune cycliste roulant à vive allure sur le trottoir sans trop se préoccuper de son environnement, me croisa à faible distance. Heureusement que je roulais précautionneusement, le choc aurait été violent.

Finalement, même sans le Mont Saint Aubert, ce fut une randonnée assez musclée (en tout cas pour le 50 km) faisant de multiples boucles entre Toufflers, Willems, Templeuve, Néchin et Leers. Le retour de Roubaix à Mons en Baroeul se fit à petite allure.

J’espère que l’agenda 2016 ne se télescopera pas avec une semaine d’astreinte car, Gérard Colin l’a promis, nous irons au Mont Saint Aubert.

Merci aux organisateurs qui ont su s’adapter de façon impromptue à des contraintes externes tout en nous offrant un brevet de qualité.

La faible luminosité et la toute aussi faible ouverture de mon appareil photo auront une fois de plus conduit à des photos floues en début de matinée.

La ronde des rois VTT 2015 - CyclistesFin du premier passage boueux un peu sélectif, plus d’un, que l’on aperçoit en arrière plan, marcheront.La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes SAMSUNG DIGITAL CAMERA SAMSUNG DIGITAL CAMERA La ronde des rois VTT 2015 - RavitaillementDes ravitaillements variés et copieux.SAMSUNG DIGITAL CAMERA La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes La ronde des rois VTT 2015 - Champ inondéZones inondables.La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes La ronde des rois VTT 2015 - Cyclistes SAMSUNG DIGITAL CAMERA La ronde des rois VTT 2015 - Ravitaillement La ronde des rois VTT 2015 - CyclistesCertains ont-ils franchi cette passerelle à vélo ?La ronde des rois VTT 2015 - oiesPas de vaches pour ce brevet mais des oies.La ronde des rois VTT 2015 - canalBucheron débutant ?La ronde des rois VTT 2015 - CyclistesDernier chemin avant de retrouver la ville et le vélodrome tout proche.

Le dormeur du val (4/4)

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT - vue du mémorial de VimyLe mémorial de Vimy, proche du terme de cette randonnée, domine la plaine

Une semaine d’astreinte qui me prive du Chti Bike Tour ce dimanche me permet de conclure le compte rendu de cette randonnée.

Le ciel est de nouveau gris en ce matin de quatrième et dernière étape. Cela s’apparente davantage à une brume matinale laissant espérer une belle éclaircie qu’à un ciel menaçant de pluie.

Je reprends ma route vers Fauquembergues et trouve cette fois un charcutier et un boulanger pour compléter mes provisions de la journée.

Pour passer de la Vallée de l’Aa à celle de la Lys, il faut franchir un bombement qui se traduit par une pente à 5% d’environ un kilomètre. Rien de trop méchant. Une seconde côte un peu plus rude (7%) nous attend six kilomètres plus loin, à la sortie de Reclinghem. On laisse glisser ensuite vers Bomy.

De Bomy à Vimy, le cheminement est plutôt vallonné avec quatre côtes un peu plus pentues que la moyenne à Houvelin, Fresnicourt le Dolmen, Notre dame de Lorette et pour finir Vimy.

Parvenu à Albain Saint Nazaire, de jeunes cyclistes locaux m’accompagnent jusqu’à la rue de la Blanche Voie d’où démarre l’ascension vers Notre Dame de Lorette. Il me faut pousser sur les pédales avec des passages à plus de 10%, tout en pensant qu’en d’autres temps le grondement des canons et le sifflement des balles avaient chassé le chant des alouettes.

Je croise une voiture qui descend et dont la conductrice m’adresse des signes d’encouragement.

Parvenu au mémorial, je prends le temps de profiter de la vaste vue sur les alentours. Je retrouve les ruines de l’abbaye du Mont Saint Eloi qui se dressent au sud et découvre, plus proche, le cimetière britannique du « Cabaret Rouge » à Souchez qui est un des plus importants de la région. Il rassemble plus de 7000 tombes de soldats du Commonwealth, morts lors de la première guerre mondiale.

Retour dans la plaine pour rejoindre une autre lieu de mémoire, le mémorial canadien de Vimy. Une dernière ascension y conduit. Le panorama s’étend vers Lens, Liévin et les terrils de Loos en Gohelle. La traversée du bois où subsistent d’énormes cratères de bombes laisse à imaginer l’intensité des combats dans cette zone.

Après ces quatre jours champêtres, le retour vers Carvin paraît plus terne et la perspective du trajet Seclin Lille ne m’enthousiasmant pas vraiment, je rejoindrai la Gare de Seclin à marche forcée pour attraper de justesse un TER qui me permettra d’arriver à temps pour le repas d’anniversaire d’un de mes fils.

En conclusion, belle randonnée, riche de paysages et d’ambiances variées que je vous encourage à entreprendre, sans doute à un rythme moins soutenu pour profiter davantage des curiosités qui émaillent ce parcours.

Pour vous éviter de revenir à mon premier article, je vous redonne les coordonnées des organisateurs.

Contact : Patrick LENE, 12 rue du Coquelet, 59310 Nomain ou patrick.lene@orange.fr

Un lien vers le site Chemins de mémoire Nord Pas de Calais qui détaille l’histoire des différents lieux de combats et propose également des randonnées cyclistes et pédestres permettant de découvrir ces sites.

BomyBomyAncienne poste de FléchinL’ancienne poste de FléchinCafé le Gallodrome - FléchinLe Gallodrome à FléchinLe dormeur du val - Randonnée permanente FFCT - Ferme à BoursFerme à BoursCour de ferme Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCTMairie de FrevillersMairie de Frevillers

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT

Vaches

Monument aux morts de Servin

Monument aux morts de GaucourtChapelle Servin

Chapelle à Gaucourt

Monument aux morts de GaucourtMonument aux morts de ServinCimetière militaire de Souchez vu de Notre Dame de LoretteCimetière britannique du « Cabaret Rouge » à Souchez vu de Notre Dame de Lorette.

Mont Saint Eloi vu de Notre Dame de LoretteLes vestiges de l’Abbaye du Mont Saint-Eloi vus de Notre Dame de LoretteNotre Dame de LoretteLa Nécropole de Notre Dame de LoretteNotre Dame de Lorette Vu de Notre Dame de Lorette Vu de Notre Dame de LoretteVue sur Liévin et les terrils de Loos en Gohelle.

Vu de Notre Dame de Lorette

Mémorial de VimyMémorial canadien de VimyMémorial de Vimy Vu du Mémorial de VimyDernier point de vue avant le retour dans la plaine.

 

 

Le dormeur du val (3/4)

Vallée de l'Authie

Une des pimpantes villas de la vallée de l’Authie.

Troisième étape entre Montreuil et Fauquembergues où j’achève ma variante personnelle et retrouve l’itinéraire officiel.

Il semble que s’en soit fini avec la grisaille, il fait grand beau au départ de cette troisième étape. Je quitte Montreuil à destination d’Etaples, délaissant la D 939 au profit de la D 139 qui file gentiment au milieu de pâtures. Mais pour cela, il faut repasser par la haute ville, ce qui une fois encore procure une rapide mise en jambes. Une fois revenu dans le fond de vallée, le rythme est paisible en l’absence de vent.

Je fais une halte provisions à Etaples et « visite » rapidement la ville, à l’esprit le prochain Etaples-Lille en prologue de l’étape du Tour de France. Je repars avec en ligne de mire la vallée de l’Authie.

Au Trépied, je quitte la très fréquentée D 940 pour la D 143 puis, peu après Villiers, la D 144 en direction de Saint Josse et Aron Notre Dame où je retrouve la D143. Je la suis vers Verton, Waben, Conchil le Temple et Colline Beaumont. Si la portion de route entre Aron Notre Dame et Conchil le Temple n’a rien d’impérissable, le cheminement avant et après est plaisant, avec juste ce qu’il faut de vallonnements pour animer le parcours.

A Colline Beaumont, je rejoins la vallée de l’Authie et suit sa rive gauche par la D 485. La route est très agréable, offrant de larges points de vue sur la vallée. On croise de pimpants pavillons fleuris. Je néglige l’Abbaye de Valloires, déjà visitée, et poursuit jusque Ponches-Estruval.

Après un solide pique nique, je traverse l’Authie en direction de Tortefontaine et emprunte à gauche la D 138E qui mène à Gouy Saint André, non sans avoir hésité la route grimpant plutôt droit dans la pente. Alors que je suis déjà bien engagé, je suspecte une crevaison à l’arrière, mais il n’en est rien. Mon pneu arrière est sans doute un peu sous gonflé et n’amortit pas complètement les vigoureux coups de pédales que nécessite la déclivité. J’achève la montée le souffle un peu court et deux kilomètres permettent de récupérer avant une autre côte à l’entrée de Gouy Saint André. De là, j’atteins Campagne les Hesdin puis Beaurainville.

De Beaurainville, je suis la vallée de la Créquoise que je quitte à Lebiez pour retrouver l’itinéraire « officiel » à Birmont, via Embry et Saint Michel sous bois. Achevant la boucle au départ de Fauquembergues, je fais un crochet par Thiembronne où je passerai la nuit. La tente installée, il est encore tôt et le ciel toujours aussi azuréen. Je conclus la journée par une balade, pédestre cette fois, sur les hauteurs du village.

Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT vallée de la Canche

Vallée de la Canche vers Etaples.

Vallée de la Canche Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT vallée de la Canche Vallée de la Canche EtaplesDifficile d’envisager de m’approvisionner en poisson frais en ce début d’étape.Etaples Etaples Vallée de la Canche Calvaire Route Vallée de l'Authie - ChevauxJe rejoins la vallée de l’Authie et pensée pour mon camarade Pierre-Marie avec cette photo animalière qui renouvelle le genre. Mais les bovins seront aussi de la partie. Vallée de l'Authie - ValloiresL’abbaye de Valloires se devine derrière les murs d’enceinte.Vallée de l'Authie - chapelle Vallée de l'AuthieVerte vallée.Vallée de l'AuthieDe nombreuses maisons fleuries bordent la route.Vallée de l'Authie Monument aux Morts - Ponches EstruvalMonument aux morts de Ponche Estruval.Eglise- Ponches EstruvalL’égliseEntre Authie et CancheEn allant vers Campagne les Hesdin.Entre Authie et Canche Monument aux morts - Campagne les HesdinMonument aux morts de Campagne les Hesdin.Vallée de la CréquoisePaisible vallée de la Créquoise.Vallée de la Créquoise VacheRevoici des vaches…VacheEt ce n’est pas fini…Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Mairie d'HucqueliersHucqueliers où je retrouve la variante officielle.Route Eoliennes Eoliennes Eglise de Campagne les BoulonnaisClocher de Campagne les Boulonnais, fraichement repeint.Plaque indicatriceMon intuition sera la bonne, l’abréviation inscrite en haut de la plaque signifie bien Chemin de Grande Communication. Un petit tour sur Wikipédia me permet de vous indiquer (mais sans doute le savez vous déjà) que cette dénomination est le fruit d’une loi de 1836 qui opère une classification des chemins vicinaux. Les Chemins de Grande Communication qui faisaient partie des chemins classés étaient gérés grâce à des subventions du Conseil Général.

Ferme intérieur cour carréeIntérieur d’une ferme à cour carrée.

Nain de jardin

Petit échantillon d’un jardinet peuplé de nains de jardins et autres statuettes.

Mairie de ThiembronneMairie de Thiembronne.Eglise de ThiembronneEglise de Thiembronne. Eglise de Thiembronne Clocher Eglise de Thiembronne Monument aux morts de Thiembronne Enseigne ThiembronnePoursuivant l’œuvre éducative de ce blog, je précise que la rouennerie (ici écrite fautivement avec un seul « n », à en croire le dictionnaire de l’Académie Française) est une toile de coton peinte, que l’on fabriquait surtout à Rouen.Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT Le dormeur du val - Randonnée permanente FFCT VeauDernière séquence « bovidés ».Vache Veaux Veau tétant sa mère Camping ThiembronneJe dispose une fois encore d’un vaste emplacement.

Nains de jardinL’endroit est sûr, les nains de jardin n’ont pas été dérobés.