Mouveaux 2013

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 On guette en vain des signes printanniers

Temps froid mais enfin ensoleillé, un peu de chaleur dans un printemps glacé. Le temps des cerises paraît encore lointain mais il y a du mieux. Ce matin, le soleil venait nous chauffer le dos alors que nous roulions en direction des Monts des Flandres sous un ciel parfaitement dégagé, tout au moins en début de matinée.

Cette amélioration aura eu des effets sur la fréquentation. Alors que démarrais, je croisai des pelotons fournis arrivant à bonne allure.

Le circuit de 95 km emprunte des routes champêtres qui, traversant le Ferrain, nous amènent vers les Monts des Flandres puis, après un détour par les Weppes, nous ramènent vers la métropole Lilloise.

Le parcours ne présente pas de réelle difficulté, la seule ascension significative étant celle du Monteberg. Le vent, soutenu en seconde partie de matinée, viendra jouer les troubles fêtes, marquant son opposition quasi systématique à mi-route.

Il fallait également être attentif à la route, car les chaussées portaient en de nombreux endroits les stigmates des gels hivernaux. Les abords de Wulverghem auront été le lieu de crevaisons en série, faute pour certains d’avoir su éviter des trous. Je viendrai en aide à un cycliste distrait ou imprévoyant qui, non content d’oublier sa pompe, s’était muni d’une chambre à air de rechange dont la valve était trop courte. Avec deux beaux pincements latéraux, nous n’arrivâmes pas davantage à réparer la chambre crevée. Je l’abandonnai finalement à son triste sort, l’appel à une bonne âme susceptible de venir le chercher restant la seule solution.

La partie française est balisée d’un M bleu à partir du Centre Pierre de Coubertin. La partie belge, réglementation oblige, comportait une signalisation verticale. Il vous faudra donc faire votre propre route, si d’aventure vous entreprenez ce circuit.

Un indice, le parcours rejoint le territoire français à Bailleul par la rue de Neuve Eglise.

Les grandes indications sont les suivantes :

Mouveaux, Bondues, Linselles, Comines, Deulemont, Warneton, Ploegsteert, Neuve Eglise, Bailleul, Steenwerck, Erquinghem sur la Lys, Fleurbaix, Bois Grenier, Radinghem, Ennetières, Premesques, Pérenchies, Lompret, Verlinghem, Wambrechies, Linselles, Bondues, Mouvaux.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un accueil chaleureux.

Conciliabules avant le départ.

Malgré le soleil il fait encore frais et l’herbe des bas côtés atteste des gelées nocturnes

Paysage du Ferrain. Champs et ville s’entremêlent.

Un peu avant Wulverghem, la chaussée endommagée causera des crevaisons.

La route de Neuve Eglise, on retrouve la France et le marquage au sol.

Arrivées au ravitaillement.

Menthe ou pêche, le choix est appréciable.

Dernière montée avant Ennetières en Weppes.

Rallye des Lilas – Wambrechies 2013

 

 

 

 

 

 Un parcours champêtre aux marches de la Métropole Lilloise.

L’hiver faisait des heures sup pour ce Rallye des Lilas, vivement le temps du muguet et celui des cerises.

Me venait à l’esprit, franchie la porte de la maison, le reportage entendu quelques minutes plus tôt dans lequel le journaliste avec des accents quasi hugoliens décrivait l’enfer promis aux forçats de la formule 1 en Malaisie, avec une température dans l’habitacle de 50 °C. Il y avait bien 50°C d’écart ce matin et sans doute plus en termes de température ressentie entre la Malaisie et Wambrechies, point de départ cette randonnée dominicale. Un vent du nord-est assez soutenu amplifiait en effet le froid déjà assez vif.

Les organisateurs avaient opté pour une salle plus grande que celle utilisée les années précédentes. Sans connaître une complète désaffection, les chalands semblaient cependant moins nombreux qu’à l’habitude.

Décidément ce début de saison n’est pas très faste pour les organisateurs de brevets.

Parti sur le 90 km, ayant temporairement perdu la trace, je raterai la bifurcation et me retrouverai sur le circuit de 60 km. Ceci finalement se révélera un mal pour un bien, en tout cas pour mes pieds complètement gelés.

Pour peu qu’un rayon de soleil vienne vous réchauffer et égayer les paysages, je vous conseille cet itinéraire qui emprunte en grande partie de petites routes entre Ferrain et Weppes dans une ambiance rurale, à deux pas de la ville.

La balisage est constitué d’un L Vert au départ de la place De Gaulle à Wambrechies.

L’itinéraire étant le même je pense que l’an dernier, vous pouvez en retrouver une photo dans les archives de mars 2012.

Quelques rares photos :

 

 

 

 

 

 

 

 

 L’église de Warneton en arrière plan.

Pas de gros pelotons. Etaient-ils à Roubaix ou au chaud sous leur couette ?

Certains qui l’avaient quittée étaient néanmoins bien couverts… mais sans casque !!!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 Il fallait de l’abnégation pour tenir le stand de ravitaillement.

Quand les intempéries, les cyclistes pleurent.

Certaines routes secondaires étaient encore enneigées.

Vous avez failli échapper à ce titre, digne de l’Almanach Vermot, l’intitulé de cette chronique étant initialement « un dimanche sans brevet ».Plus explicite sans doute, mais moins drôle.

Car en effet, de brevet il n’y avait point pour cause de conditions météorologiques défavorables. Celles-ci d’ailleurs l’étaient davantage pour la préparation des sorties que pour ce dimanche lui même qui, en dépit des prévisions pluvieuses, s’est révélé sec voire même ensoleillé.

Si certaines routes étaient encore bordées de congères ou parfois, pour les moins fréquentées, partiellement enneigées, le réseau routier était dans son ensemble parfaitement roulable.

Toujours est-il que la liste des annulations s’est allongée durant la semaine sur Cyclos59, le coup de grâce étant porté par Jean-Claude Fallet en personne qui m’annonçait, alors que je lui portais que mon vélo pour un réglage, que Mons en Vélo était également remis à l’année prochaine.

Après une hésitation entre VTT ou route, je me décidai pour cette dernière option avec en perspective un circuit balisé à partir d’Auberchicourt.

En définitive il en aura été tout autrement.

J’ai commencé par faire fausse route en voulant expérimenter une sortie de Lille conduisant vers Lesquin, la route indiquée par le navigateur utilisé se révélant en fait être une impasse. Ayant enfin rejoint l’itinéraire prévu, à trop négliger la carte je me suis de nouveau fourvoyé à l’entrée de Templeuve ce qui m’a valu le plaisir d’y revenir une dizaine de kilomètres plus loin.

A hauteur d’Auchy les Orchies, j’en ai assez de la départementale qui devait m’amener directement à Orchies et faisant le deuil de mon projet initial, bifurque vers Nomain. Cela me vaudra un tronçon pavé que je franchirai avec prudence et surtout de découvrir les anciens abattoirs d’Orchies, placés en dehors des routes habituelles.

De quoi transformer une balade, en voie de devenir ennuyeuse, en découverte de points de vue inattendus. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul, une éclaircie apportera son lot de bonnes surprises

Filant ensuite vers Beuvry la Forêt, je n’irai pas jusque Saint Amand les Eaux, où j’ai repéré dimanche dernier une enseigne Ripolin, et bifurquerai à hauteur de l’Aléne d’Or pour rentrer vers Lille, vent dans le dos.

 Les canaux d’irrigation ont encore un air de banquise

En allant vers Nomain, la chaussée goudronnée s’interrompt brusquement.

Il est encore un peu tôt en saison pour fréquenter ce banc.

Viande bovine, ovine… et chevaline?

Une éclaircie en traversant Orchies.

Détail du toit de l’Hôtel de Ville

Qui croît encore à cette vision de la guerre ?

No comment.

Beuvry la forêt.

Une ferme près de l’Alène d’Or

La Thermale 2013

Seuls les maillots des participants mettaient un peu de couleur en ce matin gris.

Il n’y avait pas que le temps qui était instable en ce samedi soir, les prévisions météorologiques l’étaient tout autant. Consultant pratiquement dans le même temps le site de Météo France via un mobile et un PC l’on obtenait des prévisions différentes, les unes annonçant un temps sec avec éclaircies en milieu de matinée, les autres des pluies éparses avec un vent soutenu.

Moi qui comptais sur elles pour faire le choix entre Tourcoing et Saint Amand.

Je posai une option pour la deuxième destination en réglant l’alarme du réveil, me laissant la possibilité de revenir vers un départ de proximité si le temps était trop mauvais

Je m’en tins à ma résolution initiale et, à 7h00, pars vers Saint Amand les Eaux et la Thermale. Je rejoins la D 955, voie directe pour cette destination et à cette heure pratiquement désertée par la circulation automobile. J’aperçois en traversant Bouvines des balises du brevet de Raches, je les retrouverai plus tard. Vous pouvez en profiter avant qu’elles ne soient effacées.

Le vent est plutôt favorable et permet de tenir une vitesse de plus 35 km/h dans de longues lignes droites. Si je m’en réfère à ma recension de l’an dernier, j’aurai mis six minutes de plus pour faire le trajet. Je vieillis.

C’est néanmoins avant 8h30 que je procédai aux formalités d’inscription et opérai ma distribution de cartes « Les courons du Nord ».

Si l’an dernier il flottait un air printanier, il n’en est rien cette année. L’édition 2013 de la Thermale n’aura pas été thermique. Elle aura même été humide.

Je ne raterai pas l’embranchement et ferai cette année, le circuit de 75 km, comme prévu.

Le parcours est très roulant et champêtre, avec bien sûr un départ en forêt. Le temps maussade ne m’aura pas vraiment permis de profiter du paysage et mon appareil photo restera au chaud dans ma poche arrière la plupart du temps.

Revenu au stade Notre Dame d’Amour, peu avant midi, j’opterai pour un retour en train. Avec 120 kilomètres au compteur, j’estimai que la progression par rapport à la semaine dernière était suffisante, d’autant que le vent était assurément contraire. De toute façon, une fois de plus mon postérieur joua les juges de paix (je vous épargne une homophonie de mauvais goût)

Dernière précision, heureusement que j’avais pris mes barres de céréales, pas de ravitaillement organisé.

Quelques photos malgré le temps maussade, pas toujours très nettes, la faible luminosité conduisant à des temps d’exposition plutôt longs.

Les trois piliers d’un accueil réussi.

Les inscriptions. La méthode était plutôt sophistiquée, l’accueil des clubs inscrits se faisant selon la première lettre du nom.

Les sandwichs.

Le café avant le départ.

Discussions avant le départ. Je suis un peu jaloux des maillots du club de Lecelles – Rosult.

Ceux de Marly sont plus classiques.

C’est parti.

Le vert fluo est-il destiné à un meilleure visibilité par brouillard ?

Un nouveau calvaire pour ma collection.

La balade de Léo 2013

Innovation 2013, j’ai confectionné une petite carte donnant les coordonnées de ce blog que j’ai déposée sur les tables. Encouragé par quelques commentaires, je me suis dit que tant qu’à alimenter cette chronique, autant que cela soit au profit du plus grand nombre. J’ai désormais désormais l’œil fixé sur les statistiques.

En compulsant mes archives, je réalise relisant l’article écrit en 2011 que l’alternative était à peu près la même Raches ou Hellemmes, Tourcoing organisant cette année son brevet dimanche prochain. Cette année encore, j’aurai fait le choix de la proximité mais pour une raison différente. C’était en effet, faute d’avoir pu participer au brevet roubaisien de dimanche dernier étant d’astreinte, mes retrouvailles avec le vélo de route depuis ma chute de septembre dernier.

Certes j’ai participé à plusieurs sorties VTT mais le kilométrage n’est pas le même et ajouter au brevet la distance Mons-Raches aller retour ne m’apparaissait pas raisonnable. Mon postérieur me donnera d’ailleurs raison.

Nous croiserons à plusieurs reprises le brevet de Raches qui sera venu chercher un peu de dénivelé du côté de Mons en Pévèle. Vous pouvez y trouver les balises un R vert.

Départ vers 8h00 pour un parcours sans réelle surprise. Je sais que la critique est facile, mais s’il est un reproche que l’on peut faire à certains clubs est qu’ils proposent toujours le même circuit. Pour l’avoir fait une fois sur des distances courtes, je me rends bien compte du travail que peut représenter le repérage et le balisage d’un circuit. Mais j’ai observé que le seul fait de changer le sens d’un parcours saison suffisait à en modifier la perception.

Ceci étant, merci au Club Léo Lagrange d’avoir organisé cette sortie.

Les prévisions de Météofrance annonçant un temps avec éclaircie auront été optimistes. Si vers onze heures un timide soleil vint me chauffer le dos pendant quelques kilomètres, le ciel fut gris et frais. Ce n’est qu’à une quinzaine de kilomètres de l’arrivée que j’enlevai tour de cou et bonnet.

Le parcours est balisé par un L rose fluo et part de la place où se trouve la station de Métro Hellemmes.

image-2.1299790688.jpg

La trace GPS du 85 kms par Gérard Colin, en cliquant sur le lien ci-dessous (C’est la version 2011 qui me paraît correspondre au parcours 2013)

http://www.everytrail.com/fullscreen.php?trip_id=989577&code=77c478cf991cbec3abcf202362bc462c

Quelques photos de cette matinée peu propice aux photos paysagères.

Dans la montée vers Mons en Pévèle, juste avant le ravitaillement.

Qui n’a pas vraiment à voir avec ce qui précède.

Poursuivant ma collection de photos de calvaires, celui de Mons en Pévèle est particulièrement réaliste.

Un porche souvent croisé et jamais jusqu’alors photographié.