Rando des renards des sables 2013

Voilà un renard dont je ne sais s’il est des sables mais qui m’a l’air d’être un drôle de paroissien.

Assurément la Rando des Renards des sables est à inscrire d’office, si ce n’est déjà fait, dans votre calendrier des brevets VTT.

J’avais apprécié cette randonnée pratiquée en version off l’an dernier, faute d’avoir pu être présent le matin (Cf. Archives février 2012). Cette édition 2013 m’a également bien plu, d’autant que le tracé était en partie différent (très bien balisé).

Trois terrils étaient au programme cette année.

Le premier, celui de Raches, offre un circuit qui tournicote entre les bouleaux. Parcours plutôt technique (pour moi) avec un chemin étroit, petites bosses, changements abrupts de direction. Les organisateurs ont exploité toutes les possibilités du lieu.

Le second est d’un genre différent avec descentes et montées larges mais bien pentues. Plus d’un, dont je suis en auront terminé quelques unes à pied, mais toujours dans la bonne humeur.

Enfin le troisième, celui de Lallaing, nous fait cheminer plutôt en hauteur, avec de beaux points de vue sur les plans d’eau qui s’y sont formés. Un sol plutôt collant obligeait à pousser sur les pédales.

Chemins de halage constituaient de plaisants tronçons de liaison.

Un parcours qui finalement sollicite par mal les jambes. Je n’étais pas mécontent d’en terminer avec le dernier tronçon constitué d’un chemin bien boueux.

 

Forte affluence pour les inscriptions VTT

Un plan plus large permet de découvrir André Tignon en embuscade.

Préparation des sandwichs.

Un trio de choc pour les cafés et boissons au retour.

Pas trop de difficultés pour trouver la bonne direction.

Première halte photographique.

Le terril de Raches. Un sentier qui tournicote entre les bouleaux.

Le premier terril est passé.

Tronçon de liaison, le brouillard est tenace.

Peu après la séparation avec le 35 km.

Premier ravitaillement.

Peu après le ravitaillement, nous entamons le second terril et ses côtes assassines.

Descente demi-tour et remontée, juste pour le plaisir

Version cyclocross.

Soupe à l’oignon au second ravitaillement où convergent tous les circuits.

Non ce n’est ni une saucisse géante, ni un serpent,  juste un collier de figues sèches.

Un des nombreux plans d’eau du terril de Lallaing.

Dernière descente, les organisateurs invitaient à la faire à pied, j’ai suivi moi aussi leur conseil.

D’autres la descendront plus élégamment.

Le brouillard se lève doucement.

Me voici dans mes œuvres, photographié par G. Colin

Sur le terril de Raches

Les différents parcours.

Voir aussi les reportages d’André Tignon : http://tignon.andre.free.fr/report.php?id=1505

Gérard Colin : http://gcolin.jalbum.net/Cyclos/2013/Fevrier/17.02Vtt_Flines/index.html

Photos des Renards des sables : http://www.lesrenardsdessables.fr/photos_f2013.html

Forêt de Saint Amand les Eaux

Forêt, terril et eau, un résumé des paysages rencontrés

Si je doutais de l’existence de l’inconscient les préparatifs de ma randonnée de ce dernier dimanche étaient là pour me convaincre du contraire. Je ne préciserai pas les raisons qui auraient pu me conduire à rater mon train, toujours est-il qu’une succession d’évènements ont failli faire en sorte que cela se produisît.

Hésitant entre un parcours route ou VTT, je recherchai en vain les topos du Conseil général. Ayant trouvé au hasard de mes recherches une carte détaillée de parcours dans la forêt de Saint Amand, j’optai finalement pour cette destination, déjà envisagée la veille.

Commença alors la quête de mon appareil photo qui m’occupa également un certain temps. Puis poursuivant la confection de mon sac, impossible de trouver la carte examinée quelques minutes auparavant. Examen attentif des environs, du rayonnage de la bibliothèque où je l’avais trouvée. Chou blanc. Finalement je m’apercevrai qu’elle était déjà rangée dans mon sac où je l’avais placée dans une pochette avec une carte IGN.

Me voilà presque prêt, il ne me reste plus qu’ à enfiler mes chaussures… qui ne sont bien sûr pas là où je les croyais. Nouvelles errances dans la cave pour les repérer, sans succès. Heureusement, mon ancienne pratique de la course sur route conjuguée à une manie de tout garder « au cas où » font que la cave regorge de vieilles paires de chaussures de sport. En désespoir de cause, je saisis la première qui se présenta et filai vers la gare. Il n’y avait pas foule au guichet et je pus aisément renouveler ma carte Grand TER et prendre mon billet.

Le soleil bien que timide était présent et, sitôt quitté la ville, faisait chatoyer les premiers chatons, prémices de printemps.

Parvenu à Saint Amand c’est sans difficulté que je rejoignis un des itinéraires qui traversent la forêt, à hauteur du complexe sportif Notre-Dame d’Amour.

De là, de multiples possibilités de parcours sont offertes suivant des itinéraires balisés (1) ou, au contraire, laissant libre cours à l’improvisation.

Longues lignes droites terreuses ou pavées, chemins plus tortueux et accidentés, il est facile de passer de l’un à l’autre et de composer des boucles. Le balisage est inégal et si l’on veut suivre un itinéraire précis, une carte détaillée est utile.

Les terrils qui bordent la forêt et pour certains accessibles à vélo, offrent d’autres sensations et d’autres ambiances. Vue à 360° assurée au sommet.

Au départ de la Maison de la Forêt à Raismes, un circuit pédestre permet de découvrir le terril Sabatier et son environnement.

Une destination familiale, la distance n’est que de trois kilomètres entre la gare et la forêt (prendre la D 169B en direction de Valenciennes). Il existe un itinéraire spécial vélo que j’ai emprunté au retour mais que je n’avais pas identifié à l’aller et qui conduit de la forêt à la gare. Je n’ai pas réussi pour l’instant à en retrouver un tracé précis.

(1) Vous pouvez trouver un des itinéraires dans les fiches A VTT dans le Nord (Fiche n°12 : Circuit de l’étoile de Cernay et des bruyères)

L’œil toujours attiré par les vestiges d’enseignes peintes

Plusieurs circuits sont proposés dont la qualité du balisage est inégale.

La nature des terrains rencontrés est variée, chemin forestier…

Drève pavée

Remblai.

Les paysages et les ambiances le sont également.

La carte utilisée

Les numéros de parcelles qui y figurent permettent de se repérer