Vélo vision

Un dimanche à vélo, un autre regard sur la ville

« L’aventure est au coin de la rue » dit-on. L’aventure, je ne sais pas mais l’exotisme parfois. Un exotisme de proximité, né de l’attention nouvelle portée à des objets, des bâtiments, des lieux, tellement coutumiers qu’on ne les voit plus ou tellement proches, qu’à trop chercher le dépaysement on les a négligés.

C’est à la découverte de cet exotisme du quotidien que je suis parti ce dimanche à vélo.

C’était une journée idéale pour une randonnée au long cours. Temps sec et ensoleillé, température fraîche le matin mais franchissant allègrement la barre des 10 ° à l’ombre vers midi. Las, étant d’astreinte, pas question de s’éloigner trop de Lille.

L’appareil photo dans la poche arrière, j’enfourchai mon vélo et roulai petit braquet, peu soucieux de la distance parcourue.

Après un petit tour vers la Deûle, et quelques photos de péniches et de canards (et non de caniches peinards), direction le Jardin des géants à deux pas de Lille Europe. C’est un très bel endroit que je connaissais pas, alliant végétation, eau, constructions métalliques, statues.

Le choix des végétaux, le découpage des allées, les plans d’eau offrent des perspectives et des ambiances variées. Tantôt cheminant sur des allées bordées de hauts bambous, le regard est enserré entre ces parois végétales. Tantôt plus à découvert, l’horizon s’ouvre sur la ville et les nouveaux immeubles à l’architecture résolument moderne. Une invitation à poursuivre mon périple vers ces quartiers que je ne traverse jamais.

Pour finir, retour vers les Dondaines avec là aussi découverte d’un espace vert que je n’avais pas encore fréquenté.

Pas d’itinéraire, pas de photos de prairie ou de cyclistes cette semaine, seulement quelques vues citadines inhabituelles pour moi.

 

 

 

 

 

 

 

 

Pas d’effet Photoshop, seuls les reflets des arbres dans l’eau du canal créent ce fond chatoyant.


La ferme pédagogique des Dondaines, ilôt de "rurallité" en centre ville. A gauche on aperçoit les ruches, qui font de cet endroit un lieu de formation à l'apiculture.

Randonnée souvenir Jacques Lohier – Phalempin 2011

Effets de brume en approchant de Bersée.

Le temps estival de la randonnée d’Halluin, il y a deux semaines, paraissait bien loin ce dimanche.

Si à sept heures le thermomètre en ville affichait un peu plus de trois degrés, les pâtures givrées, sitôt quitté Templemars, attestaient d’une température proche du zéro en campagne.

J’avais hésité à mettre mes gants d’hiver, mais bien m’en a pris car ils étaient tout juste suffisants avant que le soleil ait pris un peu de hauteur. Je n’ai quitté bonnet et tour de cou qu’à mi-route.

L’Etoile Cyclo Club Phalempin proposait quatre parcours « route » et trois VTT (j’en suis moins sûr). Cet effort aura été récompensé car ce sont plus de 1100 cyclos (dont 500 VTTistes) qui ont participé à ce brevet.

Le 95 km rejoignait, comme en 2009, Mortagne du Nord mais avec un parcours en partie modifié.

L’itinéraire est le suivant : Phalempin, Leu pindu, Drumez, Mons-en-Pévèle, Bersée, Wattines, La Cocquerie, Ouvignies, Bois de Bercu, Mouchin, Bas Préau, Howarderies, Rongy, Bléharies, Maulde, Mortagne, Château l’Abbaye, Nivelle, Lecelles, Saméon, Aix-les-Orchies, Nomain, Auchy-les-Orchies, La Broderie, Moncheaux, Thumeries (D8), Wahagnies, Phalempin.

Le départ est situé au complexe sportif Jacques Hermant, le balisage est constitué des lettres JL peintes en blanc.

La brume se dissipera rapidement.

 


Deuxième ravitaillement, le gros de la troupe est passé mais la table est encore bien approvisionnée.

Randonnée Souvenir Jean-Claude VANDEWALLE 2011

 

Au départ d'Halluin, brume et lever de soleil

Oubliés les brevets pluvieux de juillet – août ? Pas sûr.  En tout cas ce dimanche offrait aux participants de la Randonnée Souvenir Jean-Claude VANDEWALLE organisée par le Cyclo Club d’Halluin des conditions estivales. Ceux-ci étaient au rendez-vous, au delà semble-t-il des prévisions des organisateurs.

Parcours original, pour moi tout au moins peu habitué à ce territoire, qui nous fait voyager entre Courtrai et le Mont de l’Enclus au gré de routes vallonnées. Moulins, chapelles ponctuent l’itinéraire, offrant au cycliste photographe de nombreuses tentations que la brume, qui ce dimanche matin, s’étirait sur les pâtures et autres zones humides multipliait.

Cyclos studieux s'inscrivant sans sourciller

Nimbé de brume broute le bœuf

Si les parties encaissées se révélaient humides et fraiches en ce début de matinée, un air tiède vous enveloppait au sortir des creux. Contraste tout aussi marqué que celui l’ombre et de la lumière.

Une des nombreuses chapelles rencontrées tout au long de ce brevet.

Légende pour cruciverbiste : A des ailes mais ne vole pas - Est gonflé de voler sans aile

Le premier ravitaillement du circuit de 90 km aura été un peu négligé. Pour ma part ayant 18 km de plus au compteur, ayant rejoint Halluin à vélo, j’y fais une halte.

Malgré la relative désaffection des cyclos, les bénévoles gardent le sourire

Le Mont de l'Enclus

Après Escanaffles on suit l'Escaut jusqu'à Bossuit

Une autre chapelle et son arbre

Le deuxième ravitaillement est lui plus fréquenté

Revers de la médaille, il ne reste plsu grand chose à se mettre sous la dent. Heureusement, je ne pars pas sans biscuit, en l'occurence des barres de céréales

Malgré les problèmes d'approvisionnement, les bénévoles gardent le sourire... et moi aussi.

Une chapelle que je pense avoir déjà photographiée... mais quand ?

Dépassé pour cause de crevaison de l'un des siens, le groupe des oranges me double lors d'une pause photo

Yves-Marie Verbecke pour une fois devant l'objectif.