Grosse flemme

web-sdc13045.1292276383.jpg

Il s’en fallut de peu qu’un ciel de lit fut mon seul horizon en cet après-midi de paresse.

D’ordinaire les articles de ce blog narrent mes randonnées cyclotouristes. Ce jour c’est d’un constat de carence qu’il s’agit. Confiant dans les prévisions de Météo-France, j’avais décidé d’une sortie l’après-midi, pour lequel étaient annoncées des éclaircies. Le temps en ce dimanche matin n’était pas trop désagréable et, oeuvrant dans le jardin, je me réjouissais des améliorations encore attendues.

Nous devions déjeuner tôt. Las, un faux rythme majoré d’un adolescent noctambule ne permit pas de respecter ce planning et il était 14h00 bien sonnées quand nous finîmes le repas. Le ciel était alors bien chargé et le vent se renforçait. Sans doute inconsciemment gagné par la défiance exprimé quelques jours avant par notre premier sinistre à l’encontre de nos grenouilles nationales (il faut bien trouver se trouver une excuse et la mienne, compte tenu de la fréquentation de ce blog, n’aura qu’un impact limité sur la côte de popularité du filou Fillon, félon serait trop fort même pour une allitération), l’idée germait d’un possible renoncement. Je trouvai bien sûr de multiples prétextes, la batterie de la voiture à réinstaller, le petit bois jonchant la pelouse à débiter, la brièveté du jour restant…).

J’optai donc pour le jardinage. Comme il fallait s’y attendre, le temps couvert ne le resta pas si longtemps que cela et les éclaircies annoncées étaient au rendez-vous. Le regard fixé sur le sécateur, je me gardais bien de regarder le ciel, craignant sinon qu’il ne me tombe sur la tête au moins qu’il ne m’accable d’un profond remords.

Uffholz – Mons en Baroeul (6ème étape : Hestrud – Mons-en-Baroeul)

web-sdc13992.1291545910.jpg

Sorle le chateau sous un jour plus riant que la veille (voir 5ème étape)

Ciel bleu et air vif, pour le début de cette dernière étape.

Je modifie l’itinéraire prévu passant par Coussorles et reviens sur mes pas pour emprunter, à Sorle le château, la voie verte de l’Avesnois qui relie Glageon à Ferrière la Grande et dont j’ai découvert l’existence dans la documentation de la chambre d’hôtes.

Cette voie verte, en sable stabilisé, a été aménagée en 2007 sur l’emprise d’une ancienne voie ferrée. Elle est accessible au piétons, vélos et cavaliers. Une partie de la piste est prévue spécialement pour ces derniers.

Sur le tronçon que j’ai emprunté, j’ai trouvé que la voie offrait peu de points de vue. Bordée de haies, parfois encaissée entre deux talus on devine souvent plus qu’on ne les voit les paysages alentours. L’avantage est bien sûr l’absence totale de circulation qui la rend propice aux balades avec de jeunes enfants. Ce parcours s’intègre dans un projet de Véloroute Paris-Moscou.

Une fois parvenu à Maubeuge, commence les zigs zags pour éviter les agglomérations. La densité urbaine s’accentue et j’alterne points sur la carte et navigation à l’estime. Cela donne un parcours chaotique que je renonce à transcrire. L’histoire ne retiendra donc que le parcours prévu.

Je finis par me retrouver en terrain connu et achève mon périple sur les chemins des brevets du dimanche.

Trois mois après ce retour, je n’ai pas démonté mon porte bagage comme je l’avais envisagé, prêt à remettre les sacoches dès que l’occasion se présentera.

web-sdc13999.1291546042.jpg

Le temps s’est arrêté à Sorle le chateau, à moins qu’il ne soit resté à l’heure d’hiver. Il est vrai que je ne suis pas parti très tôt.

web-sdc14002.1291546263.jpg

Le kiosque à musique.

web-sdc14004.1291546385.jpg

La voie verte de l’Asvenois. Pour Moscou, suivre la direction Ferrière-la-Grande.

web-sdc14005.1291546526.jpg

web-sdc14006.1291546601.jpg

web-sdc14007.1291557117.jpg

Le long de la voie verte.

web-sdc14009.1291557202.jpg

Café de la place, mais de laquelle? Ma mémoire est défaillante.

web-sdc14013.1291557338.jpg

Des nuages pour conclure.