Brevet de Leforest

 

web-la-targette-1.1271710321.jpg

Le cimetière de la Targette à Neuville Saint Vaast

Agréable brevet que celui organisé par le Cyclo Club Leforest et qui plus est dépaysant pour un habitué des brevets de Lille et des villes avoisinantes. C’est en effet vers l’Artois que nous emmènent les quatre circuits proposés. Je n’évoquerai que le plus long, celui de 92 km, qui se décompose en trois tronçons, celui du milieu étant constitué d’une boucle à partir de Thelus. C’est la partie la plus pittoresque et la plus sportive du parcours. Quelques côtes intéressantes, notamment celles du Mont Saint-Eloi et de Notre-Dame de Lorette et, de ce fait, de beaux points de vue.

La température était plutôt fraiche le matin et j’ai regretté de n’avoir pas mis de gants plus épais ni de sur-chaussures. Mais bien sûr à midi la température avait pris quelques degrés et l’on roulait sans problème en maillot à manches courtes. A entendre les conversations, je ne suis pas le seul à connaître les affres du choix de la tenue vestimentaire permettant de faire face à de forts écarts de température. Cette année, j’ai essayé, en ce début de demi-saison, l’association tenue pelure d’oignon et sac à dos. Je revêts plusieurs épaisseurs fines que j’enlève au fur et à mesure. J’utilise un sac, plutôt prévu pour la course à pied, qui colle au corps mais laisse le dos respirer. Je ne le sens pas, même quand j’y ai mis les vêtements que j’ai enlevés et je trouve cette solution très satisfaisante, même si certains ajustements sont encore à effectuer pour le choix de la tenue de départ.

L’itinéraire du 92 km est le suivant :

Leforest, Evin-malmaison, Courcelles, Noyelles-Godault, Hénin-Beaumont, Beaumont, Drocourt, Bois-Bernard, Arleux-en-Gohelle, Willerval, Farbus, Thelus, Neuville-Saint-Vaast, Maroeuil, Mont-Saint-Eloi, Carency, Ablain-Saint-Nazaire, Notre-Dame de Lorette (la voie blanche), Souchez, Angres, Givenchy-en-Gohelle, Mémorial Canadien, Thelus, Bailleul-sir-Berthoult, Oppy, Neuvireuil, Izel-Les-Esquechin, Quiery-la-Motte, Beaumont, Esquerchin, Lauwin-Planque, Flers-en-Escrebeux, Auby, Leforest.

Le circuit est balisé par les lettres CCL surmontées d’une flèche à partir de la salle des fêtes de Leforest. Le balisage est abondant mais les lettres sont plutôt petites et donc parfois visibles au dernier moment. Ceci étant, j’ai reconstitué, assez fidèlement je pense, l’itinéraire suivi en reproduisant la carte fournie par les organisateurs (bonne idée je trouve) sur Openrunner.

parcours-leforest.1271709443.jpg

Le lien est le suivant : http://www.openrunner.com/index.php?id=536332

Pour les lillois on rejoint facilement Leforest par Faches-Thumesnil, Wattignies, Templemars, Seclin, Martinsart, Attiches, La Neuville, Thumeries, Moncheaux. C’est plutôt urbain jusque Seclin, après c’est la campagne. La boucle au départ de Lille fait environ 155 km.

Quelques photos :

web-la-targette-2.1271710539.jpg

Impressionnant cimetière de la Targette qui comprend plus de 12 000 corps

web-panorama-12305-06.1271710823.jpg

La paisible vallée de la Scarpe entre Maroeuil et le Mont Saint Eloi

web-sdc12312.1271711702.jpg

Les vestiges de l’Abbaye de Mont Saint Eloi

web-sdc12314-recadre.1271711814.jpg

Ablain Saint Nazaire vu de Notre Dame de Lorette

web-sdc12318-recadre.1271712283.jpg

Récupération après l’ascension vers Notre Dame de Lorette

Les rives de l'Yser

web-sdc12269.1271534333.jpg

L’Yser un peu avant Esquelbecq

Sous ce nom, le Comité départemental du tourisme du Nord propose quatre itinéraires cyclotouristes qui, comme leur nom l’indique, offent de suivre le cours de l’Yser de Saint-Omer à Oost-Cappel sur la frontière franco-belge.

Ces quatre circuits sont conçus de façon autonome mais l’on peut sans peine trouver des itinéraires de jonction qui permettent de les réunir en seul circuit. C’est particulièrement le cas des circuits 1 et 2 dont l’intersection se trouve à Herzeelle.

Ce jeudi, j’avais pour projet de suivre ces deux boucles à partir d’Herzeelle. Un départ tardif et un vent soutenu ne m’ont permis de suivre que le numéro 2.

Atteindre Herzeelle au départ de Lille n’est pas trop compliqué. On se dirige vers Nieuwkerke par un itinéraire déjà décrit (cf. « Flâneries » du 9 décembre 2008) qui permet de rejoindre la « West-Vlaamse Bergenroute » . De Nieuwkerke, on parvient en suivant cette route entre le Mont-Rouge et le Mont-Noir. On abandonne alors le circuit pour partir à gauche, direction le Mont-Noir que l’on traverse puis on dévale jusqu’à l’intersection avec la D 10. Là, à droite toute, direction Berthen, puis à gauche (900 m) pour emprunter le Chemin du Rossignol qui amène au Mont des Cats. On peut choisir de gravir le mont ou de le contourner pour parvenir ensuite Godwaersvelde où l’on rejoint un autre circuit balisé, celui des Moulins de Flandres n°2. Il suffit ensuite de suivre le balisage pour arriver à Steenvoorde. De là, le plus simple est d’emprunter la route de Winezeele (RD 37) qui vous mène directement à Herzeele.

De la place d’Herzeelle deux circuits sont possibles, l’un de 36 km qui part à l’ouest vers la source de l’Yser (n°2) l’autre de 30 km (n°1) qui file à l’est direction la Belgique.

Le topo du circuit n°2 indique que l’itinéraire traverse les vallons et vallées de l’Yser. C’est sans doute un peu exagéré car j’aurais plutôt décrit le circuit comme franchement plat, le Mont Cassel faisant figure de géant à l’horizon. Ceci étant, ce n’est pas nécessairement plus facile les jours de grand vent car on est tout le temps à découvert.

Comme je l’indiquais plus haut, je n’ai pas suivi la boucle n°1 et suis rentré plus directement qu’à l’aller mais par des routes plus fréquentées. De retour chez moi, le compteur indiquait 170 km. On peut se rendre plus directement au coeur des circuits par la gare TER d’Esquelbecq (liaison Arras Dunkerque).

Il faisait un temps superbe et j’avais bien sûr emmené mon appareil photo.

web-sdc12231.1271526199.jpg

La poste de Godeswaersvelde qui garde les vestiges du temps des PTT.

web-sdc12232.1271526326.jpg

web-sdc12239.1271526485.jpg

 Elancé, le clocher de brique jaune de Steenvoorde se voit de loin

web-sdc12240.1271526769.jpg

En suivant le départ du circuit des Moulins de Flandres n°1 on passe à proximité du Noordmeulen, il ne faudra pas oublier de tourner à gauche à l’intersection avec la route de Winezeele

web-sdc12244.1271527323.jpg

Pique-nique sur la place d’Herzeele qui dispose de bancs tout à fait pratiques pour les cyclotouristes égarés.

web-panorama-12280-81.1271527520.jpg

Le clocher de l’église d’Herzeele vu de la place

web-sdc12247.1271527667.jpg

Et sa paimpante horloge

web-sdc12251.1271527771.jpg

Une vue du cimetière

web-sdc12242.1271527145.jpg

Un autre moulin aux environs d’Herzeelle mais lequel ???

web-sdc12264.1271528341.jpg

L’Yser alors qu’il n’est qu’un fluet ruisseau à l’eau limpide. Mais pour le voir, il faut délaisser provisoirement le circuit et continuer tout droit à l’embranchement avec le chemin de la cloche

web-sdc12267.1271528404.jpg

Chapelle le long de la voie romaine, un peu avant Esquelbecq

web-sdc12272.1271534494.jpg

L’église Saint-Folquin d’Esquelbecq. C’est une Hallekerke (église halle composée de 3 nefs de même taille), ce qui est classique en Flandre intérieure et maritime.

web-sdc12271-recadre.1271535438.jpg

Son clocher carillon de 23 cloches qui égrènent tous les quarts d’heures des airs typiques de la région. On peut le visiter

web-sdc12273.1271535696.jpg

Un banc au milieu de nulle part

web-sdc12277.1271535808.jpg

Le kiosque de Wormhout

La quinzaine de l'entorse à bicyclette

web-affiche-lentorse.1271441098.jpg

Pas de panique ! Il ne s’agit ni d’une malédiction touchant la gente cyclotouriste ni d’une opération promotionnelle commanditée par un laboratoire pharmaceutique afin de lancer un nouvel anti-inflammatoire.

En fait d’entorse, il s’agirait plutôt de celle faite aux idées reçues qui dissocieraient trop facilement culture et sport. Car la quinzaine de l’entorse offre, pour la troisième année consécutive, un programme, associant, mélangeant, détournant pratiques culturelles et sportives. Cette année, le thème est, vous l’aurez compris, le vélo.

Ce sont expositions, spectacles, balades artistiques à bicyclette qui sont proposés avec en point d’orgue la fête du vélo les 4, 5 et 6 juin.

Comme les jours sont plus longs depuis le passage à l’heure d’été la quinzaine dure plus que quinze jours. Débutée le 2 avril elle dure jusqu’au 6 juin.

De nombreuses manifestations sont gratuites, les autres sont à prix modéré.

Pout tout savoir : http://www.entorse.org

Paris Roubaix 2010 – Avant-dernier secteur pavé

 

web-sdc12113.1271105528.jpg

A pied ou à vélo les spectateurs rejoignent le parcours

web-sdc12115.1271105697.jpg

Ils attendaient Boonen.

J’avais  décidé cette année de changer de pâture pour assister à Paris Roubaix et abandonné le passage à niveau de Willems pour l’avant-dernier secteur pavé, entre Willems et Hem. Ce n’est pas trop loin de chez moi et sûrement moins fréquenté que le secteur de Gruson et bien sûr du carrefour de l’Arbre.

L’une des difficultés est de parvenir à un point de la course sans y camper depuis la veille. Le passage à niveau de Willems présente de ce point de vue le grand intérêt que l’on y accède sans peine par des chemins de traverse. Je décidai d’aborder le secteur convoité par Forest sur Marcq.

Las, à la bifurcation vers Willems, la maréchaussée empêchait toute circulation, qu’elle soit cycliste ou pédestre, mais indiquait un itinéraire bis non macadamisé. Je l’empruntai, bravant avec d’autres un premier panneau sens interdit indiquant une propriété privée et un second, plus inquiétant, annonçant la présence de canidés irascibles. En ce jour de liesse populaire, les bêtes étaient sans doute rentrées à moins qu’elles ne regardassent la course à la télévision. Toujours est-il que, chevauchant mon tout nouveau Sirrus sport, je parvins à rejoindre sans encombre, malgré mes pneus de 28c, le secteur pavé à hauteur de l’auberge des quatre vents.

Assis au soleil, je regarde arriver peu à peu les autres spectateurs. Je trouve toujours un certain intérêt sociologique à cette observation qui laisse transparaître une grande diversité de publics, pour autant que l’apparence soit toujours révélatrice de l’appartenance à une catégorie socio-professionnelle.

Cela va des petites familles cyclotouristes, qui viennent bien sûr à vélo, aux jeunes jupiléristes militants qui déambulent deux canettes de bière dans chacune des trois poches de leur maillot cycliste et dont on espère qu’ils sont venus en bus, en passant par de paisibles retraités qui arrivent avec leur pliant.

web-sdc12128.1271105914.jpg`

Petite famille version « maternelle »

web-sdc12179.1271160205.jpg

Famille plus nombreuse version « Ados »

web-sdc12130.1271170286.jpg

Est-ce un cyclo-motard ou un motard-cyclo ?

Petit à petit, les bords de la route se font plus peuplés et un joyeux brouhaha emplit l’espace sonore. Le premières voitures font leur apparition suivies de peu par la caravane publicitaire. La tension monte d’un cran, pourtant les coureurs sont encore loin. Le vent est contraire et la moyenne horaire s’en ressent. La voiture d’information de la course annonce que Cancellara est en tête avec une avance de trois minutes sans préciser à combien de kilomètres il se trouve.

web-sdc12117.1271160428.jpg

 Les spectateurs sont encore clairsemés

web-sdc12134.1271160634.jpg

Soeur Anne ne vois tu rien venir ?

web-sdc12119.1271170482.jpg

web-sdc12120.1271170771.jpg

web-sdc12124.1271170572.jpg

web-sdc12127.1271170867.jpg

De part et d’autre du fossé on s’échange le butin

web-sdc12136.1271174233.jpg

Un cyclo de Mouvaux en tenue complète attend avec détermination

web-sdc12133.1271174336.jpg

Les banderoles sont prêtes à être déployées

Et puis, on aperçoit au loin l’hélicoptère annonciateur de la tête de course. Peu après, les phares des voitures accompagnatrices signalent qu’enfin il arrive. Le voilà qui passe sous les bravos, tout juste le temps de faire une photo, pas très nette. Passent ensuite ses poursuivants, les poursuivants des poursuivants… Ils vont vite et il faut être vigilant en prenant les photos à ne pas surestimer la distance qui nous sépare car c’est parfois à quelques centimètres du bord de la route qu’ils déboulent.

web-sdc12142.1271174445.jpg

Cancellara surgit, je n’aurai pas le temps d’une deuxième photo

web-sdc12143.1271174606.jpg

Flecha et Hushovd à sa poursuite

web-sdc12144.1271174860.jpg

Leukemans, Boonen, Pozzato et Hammond

web-sdc12147.1271176404.jpg

Sébastien Hinault

web-sdc12148.1271176482.jpg

Passent les coureurs, applaudissent les spectateurs

web-sdc12151.1271177074.jpg

web-sdc12152.1271177170.jpg

web-sdc12155.1271177232.jpg

web-sdc12160.1271177311.jpg

web-sdc12166.1271177475.jpg

web-sdc12170.1271178781.jpg

web-sdc12171.1271179137.jpg

Les pelotons s’espacent et, sans attendre la voiture balai signal de la fin de course, un nombre croissant de spectateurs s’en retourne prenant possession de la route peu conscients du danger et sans considération pour les derniers coureurs qui avancent pourtant vaillamment.

web-sdc12172.1271179200.jpg

web-sdc12173.1271179274.jpg

web-sdc12175.1271179335.jpg

web-sdc12177.1271179401.jpg

web-sdc12178.1271179474.jpg

web-sdc12180.1271179535.jpg

web-sdc12181.1271179594.jpg

17h37, les derniers filent vers la douche suivis de la voiture balai, on replie les drapeaux, j’enfourche mon vélo et rentre à un train de sénateur.

Randonnée en Ferrain

web-sdc12083.1271093207.jpg

Beau temps et paysages variés pour cette sympathique randonnée

J’hésitais à participer à la Randonnée du Ferrain craignant de retrouver un circuit connu autour de Linselles, Bousbeque … J’avais un moment imaginé profiter du fléchage du Paris Roubaix pour emprunter la partie terminale de l’itinéraire, mais la perspective d’affronter les zones pavées avec mes pneus de 23c m’en a dissuadé.

Pour en revenir à la Randonnée du Ferrain ces craintes n’étaient pas justifiées puisque c’est vers la Belgique que nous emmenait l’itinéraire concocté par l’Union Cycliste Neuvilloise. Parcours intéressant, légèrement vallonné même s’il ignore, pour le circuit de 90 km, le Mont de l’Enclus, passant en périphérie.

Tout était réuni ce matin pour un brevet réussi : un beau parcours, un temps agréable même si un peu frais le matin et venteux, deux ravitaillements et, pour moi, pas de crevaison. Ce dernier point paraît anodin sauf à savoir qu’à mi-parcours l’ombre de mon vélo me révélait l’absence de trousse de secours à son emplacement habituel. Pas la moindre chambre à air ou rustine avec moi. Mais ce dimanche était faste et je rentrai à bon port sans devoir recourir à l’assistance de l’un ou l’autre.

web-sdc12084.1271093500.jpg

On roule plutôt au soleil vu la température.

web-sdc12089.1271093659.jpg

Une des nombreuses chapelles qui jalonnent le circuit. Celle-ci marque la séparation entre le 60 km et le 90 km.

web-sdc12091.1271093842.jpg

Ce genre de paysage me rappelle toujours le film Till l’espiègle avec Gérard Philippe, que j’avais vu au ciné-club du lycée

web-sdc12092.1271094005.jpg

Avec les beaux jours les pelotons fleurissent sur les routes. Nous avons croisé de nombreux (et je ne vous dis pas ce que ce sera dimanche prochain vu le nombre de brevets programmés).

web-panorama-12098-99.1271094223.jpg

Le balisage étant temporaire pas de marque au sol, mais… comme je suis en congés cette semaine, j’ai pris le temps de reconstituer sur Openrunner.com le parcours à partir de la carte affichée par les organisateurs .

carte-randonnee-du-ferrain.1271095217.jpg

Le lien est le suivant :

http://www.openrunner.com/index.php?id=529824

NB : Attention le parcours n’est pas exact entre Bossuit et Escanafles. En fait il faut continuer et suivre la berge de l’Escault et non prendre la route comme indiqué. Le chemin de halage n’est pas identifié sur la carte.

 

Brevet André Mille

 

panorama-11892-93-web.1270072895.jpg

Premiers rayons de soleil avant la forêt de Marchiennes

« Peu de Roubaisiens pourraient vous dire où se trouve la rue Boucicaut », dixit André Tignon dans son reportage consultable sur Cyclos59. Je confirme et vous renvoie à l’article « Parcours piraté » d’il y a deux ans décrivant ma mésaventure où, faute de trouver le départ, j’avais fini par suivre le parcours d’un brevet programmé la semaine suivante.

Cette année j’avais mieux repéré l’itinéraire, pour autant je me suis perdu dans les 500 derniers mètres et c’est un cyclo du cru qui m’a conduit à bon port.

Cap vers la forêt de Marchiennes pour le 100 km avec un vent contraire à l’aller et donc un retour plus facile, Eole soufflant toujours dans la même direction. Le parcours est agréable, parfois sinueux. La traversée de la forêt de Marchiennes était particulièrement plaisante le soleil ayant réussi une percée timide mais suffisante pour égayer le paysage.

Une ondée, brève mais intense, dans les derniers kilomètres était là pour nous rappeler que nous entrons dans la période des giboulées et que la tenue d’hiver peut encore être utile.

L’ambiance à l’arrivée était chaleureuse, témoin la photo prise par Yves Verbeke où je fais office de figurant.

roubaix280310_222.1270072663.JPG

Quatre circuits étaient proposés : 25 km, 50 km, 78 km et 100 km.

L’itinéraire du 100 km est le suivant :

Roubaix Carihem, Leers, Nechin, Toufflers, Saily-Lez-Lannoy, Willems, Chereng, Gruson, Bouvines, Louvil, Templeuve (F), Genech, Nomain, Le Quesne, Landas, Le Talbot, Rosult, L’Alene d’Or, Brillon, Bousignies, Brillon, Elpret, Forêt de Marchiennes, Beuvry la Forêt, Landas, Sameon, Aix-les-Orchies, Mouchin, Bachy, Wannehain, Camphin-en-Pévèle, Baisieux, Templeuve (B), Nechin, Leers, Roubaix Carihem.

Le 78km évite la boucle à partir de Landas et file directement vers Sameon.

Vous trouverez ci-dessous le tracé du 78 km mis en ligne par Cyclos59.

roubaix280310_gps_104kms_gerard_colin.1270072544.jpg

Le balisage est constitué d’une flèche blanche qui a vaguement la forme d’une selle de vélo vue de dessus (c’est pas un test de Rorchart mais ça y ressemble).